Santé : Malawi, premier test à grande échelle d’un vaccin contre le paludisme

 C’est ce mardi 23 avril que le Malawi donnera le coup d’envoi du premier test grandeur nature du vaccin expérimental le plus avancé à ce jour contre le paludisme, une maladie qui tue chaque année plusieurs centaines de personnes en Afrique.  Cette campagne de vaccination vise à confirmer l’efficacité du vaccin sur des enfants âgés de moins de 2 ans qui sont les plus vulnérables à la malaria.

Baptisé Mosquirix ou RTSS, ce vaccin  est le fruit de  plus de trente ans de travaux et d’un milliard de dollars. Il a été développé par le géant pharmaceutique britannique Glaxosmithkline et l’ONG Path, et finance par l’Alliance du vaccin (GAVI), le Fonds mondial de lutte contre le sida et le paludisme et l’Unicef.

Pour demain, c’est donc  un  centre de santé de la capitale Malawite Lilongwe qui bénéficiera en premier de ce test expérimental qui se poursuivra ensuite  la semaine prochaine au Ghana et au Kenya, deux autres pays pilotes du programme.

Pour sa part, l’Organisation mondiale de la santé espère vacciner 120.000 enfants dans chacun de ces trois pays d’ici à 2020.

Lors des essais préliminaires menés de 2009 à 2015, Mosquirix  a permis de réduire de 39 % le nombre d’épisodes paludiques chez les enfants de 7 mois à 5 ans.

Son efficacité n’est donc que relative mais chercheurs et autorités sanitaires espèrent que, associé aux moyens de prévention tels que les moustiquaires imprégnées de répulsif, il permettra de réduire significativement le nombre de victimes.

A en croire les statistiques de l’OMS, l’Afrique est de loin le continent le plus touché par le paludisme, avec 90% des 435.000 personnes tuées dans le monde en 2017 par cette maladie transmise par des moustiques.

Lire aussi  Conservation : WWF célèbre la 12ème édition d’Earth Hour avec les scouts de la RDC

Rappelons que, la malaria peut tuer un enfant en moins de vingt-quatre heures. Et même si l’enfant survit, elle peut affecter n’importe lequel de ses organes, causer des dommages à son cerveau pi à ses reins.

C’est dans cette optique que le programme de vaccination s’inscrit dans le cadre des efforts déployés depuis les années 90 pour éradiquer le paludisme.

Selon l’OMS, d’autres vaccins expérimentaux contre le paludisme sont en cours d’évaluation dans le monde, car l’objectif de cette agence de l’ONU est de réduire le nombre de morts de 90% en 2030 par rapport aux 429.000 enregistrées en 2015.

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *