Forêts : 50.000 arbres  déjà plantés à Bangala dans la Tshopo grâce au  projet FORETS

Financé par l’Union européenne et coordonné par le Centre de recherche  forestière internationale (CIFOR), le projet FORETS a à  ce jour permis  déjà de planter près de 50.000 arbres à Bangala dans le secteur de Yangambi,  un village situé à plus de 100 kilomètres de la ville de Kisangani dans la province de la Tshopo. Une activité  de reboisement qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques d’une part, et d’aider les communautés locales à exploiter durablement les forêts d’autre part.

«  Nous avons commencé ce travail avant l’arrivée de l’Union européenne via le projet FORETS. Mais l’arrivée de l’Union européenne est une chance pour nous, car elle nous a apporté  beaucoup de moyens. Elle nous a permis d’agrandir la pépinière et d’améliorer les conditions de travail notamment la construction de bacs en planche en bois pour faire pousser les plantules, nous avons  un château d’eau et plusieurs autres outils de travail, sans oublier l’augmentation de la main d’œuvre », a expliqué Norbert NGOYI responsable de la pépinière d’ISALOWE.

Ces arbres qui sont plantés sur le site de l’INERA afin recouvrer la réserve de biosphère de Yangambi sont composés de plusieurs essences locales et exotiques dont la plupart sont des espèces à croissance rapide à l’instar des acacias.

Les limbalus, les  Albizzias  et autres  plantes très prisées pour la fabrication des charbons de bois y sont aussi plantés, question de permettre à la population locales de les exploiter plus tard à cette fin.  En plus de ces plantes précitées, la pépinière d’ISALOWE multiplie aussi en grande quantité les arbres qui produisent  de chenilles.

Lire aussi  Conservation : Nouveau plaidoyer pour la sécurisation du Parc national des Virunga

En dépit de cet appui important de l’Union européenne, Norbert Ngoyi reconnait qu’ensemble avec son équipe, ils  rencontrent tout de même quelques difficultés pour  la multiplication des plantes.

Très souvent, ils procèdent au ramassage des semences dans la forêt, sans connaître avec exactitude combien de temps s’est écoulé depuis qu’elles sont là.  Une situation qui  complique un peu leur plan de multiplication des plantules,  du fait que très souvent,  ils emmènent à la pépinière des graines qui n’ont plus de pouvoir germinatif.

Malgré cela, la pépinière d’ISALOWE qui longe  la rivière portant ce même  nom est situé  à quelques mètres du majestueux fleuve Congo. Norbert s’est fixé l’objectif  de reboiser jusqu’à 100.000 arbres sur ce site de l’INERA,  au cours de cette année.

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *