Eau : la société civile exige une étude d’impacts environnementaux avant le transfèrement des eaux du fleuve Congo vers le Tchad

Préoccupée par la problématiqur du transfèrement des eaux du fleuve Congo vers le lac Tchad,  la société civile environnementale s’est réunie à Kinshasa, ce jeudi 16 mai,  pour reflechir et donner sa position sur cette question qui divise l’opinion tant nationale qu’internationale.

Consciente de la  solidarité et de la vocation panafricaine les valeurs auxquelles la RDC est attachée , la société civile environnementale ne s’oppose pas de façon radicale à cette idée pour sauver ceux qui se trouvent dans le besoin, mais propose qu’une étude d’impacts environnembentaux et socio-économiques soit mené avant la prise d’une quelconque décision. Une fois réalisé, cette étude devra aider le pays, ainsi que tous les décideurs à avoir une idée nette et précise sur ce  projet colossal de transfèrement des eaux du fleuve.

 » Il y’a beaucoup d’inconvénients dans ce projet Transaqua, puisqu’on a pas encore élaboré l’étude d’impacts sur l’environnement, le social et l’économie. Donc on ne peut pas faire un grand projet comme ça sans cette étude « , a déclaré Roger Mpanano, président à l’OCEBCO.

En effet le projet transaqua n’est pas favorable pour la République démocratique du Congo. Cependant, pour pallier à cette situation, les organisations de la société civile environnementale suggèrent quelques solutions alternatives au niveau du bassin du lac Tchad. il s’agit notamment  du désengorgement,   désensablement de son lit et la protection des berges.

Toutesfois, l’étude menée par la firme CIMA du Canada sur la faisabilité de ce projet reste insuffisante car une contre expertise des techniciens vaut tout son pésant d’or, estiment les experts de la société civile.

Lire aussi  Forêt : Merlin Cibonga, « l’OGEC va sensibiliser les congolais sur les tourbières »

« L’étude de faisabilité a porté sur le fleuve Congo sans le fleuve Congo. Donc, il faut qu’il ait une contre expertise sur l’etude d’impacts qui a été menée par des étrangers par rapport aux congolais de la Rdc. Nous avons des techniciens qui sont capables de mener une telle  étude« , a insisté  Roger Mpanano.

Après une longue période de réflexion et d’analyse de la constitution et d’autres textes légaux, la société civile environnementale émet des réserves sur ce projet dont elle estime au stade actuel, ne pas avoir fait l’objet de toutes les procédures nécessaires.

Pour faire remonter leur refléxion, les experts on promis de dresser un cahier de charges qui sera transmis à la plus haute hiérarchie du pays.

Charlie LUTEZA

Be Sociable, Share!

Une réflexion sur « Eau : la société civile exige une étude d’impacts environnementaux avant le transfèrement des eaux du fleuve Congo vers le Tchad »

  1. Je me demande pourquoi le Tchad veut seulement les eaux du fleuve Congo, alors la distance entre le fleuve Congo et le lac Tchad est plus longue que seule de l’Ocean atlantique et le lac Tchad.
    De ma part je trouve que ce ci aura un impact négatif non seulement sur l’environnement mais aussi sur le début du fleuve Congo. Mais aussi je vois que ce n’est pas seulement les eaux que cherche le Tchad, mais il y a une visée cachée qui est de profiter aussi des minerais transportés par ces eaux, car il doit les exploiter en pratiquant le drague.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *