Biodiversité : 46 conservateurs de l’Afrique centrale et de l’Ouest en formation à Kinshasa

Kinshasa accueille depuis  le lundi 20 mai, un atelier de formation des coaches de l’Observatoire des aires protégées de l’Afrique centrale et de l’ouest. Organisés par le Programme pour la Biodiversité et la Gestion des Aires protégées (BIOPAMA), en collaboration avec l’Union internationale pour la Conservation de la nature (UICN), ces travaux qui se clôtureront le 31 mai prochain s’inscrivent dans un cadre bien précis. Il s’agit d’une stratégie  de renforcement des capacités des gestionnaires des aires protégées, une initiative de BIOPAMA en accord avec les observatoires régionaux.

« Cette formation est axée sur l’apprentissage  autour de l’outil IMET (Integrated Management Effectiveness Tool), qui est un outil développé dans le cadre du BIOPAMA et qui renforce l’efficacité de gestion des aires protégées. Nous voulons utiliser cet outil de sorte que les conservateurs parviennent à des meilleurs  résultats dans leur travail de conservation  », a renseigné Tanya Merceron, coordonnatrice BIOPAMA pour l’Afrique centrale et de l’ouest.

BIOPAMA est un programme mis en œuvre sous l’initiative du groupe des pays  d’Afrique caraïbe pacifique (ACP) et financé par l’Union européenne. Ce programme qui est mise en œuvre dans 79 pays concerne l’appui, le renforcement des capacités et la mise à disposition d’outils qui puissent permettre la prise de décisions éclairées, basées sur les données réelles des aires protégées.

Sans déroger à sa mission, BIOPAMA compte parmi les objectifs de  ces assises de Kinshasa permettre à ces coaches de naviguer de façon autonome dans l’outil IMET2 , dans le but de les aider entre autre à définir le contexte d’intervention de gestion, d’évaluer l’efficacité de gestion d’une aire protégée, d’analyser et d’évaluer la gestion des éléments clés des aires protégées.

Lire aussi  Conservation : attaque des installations du chantier de la centrale de Luviro (Nord-Kivu)

Ces 46 participants venus de 15 pays auront la possibilité d’approfondir leurs connaissances s’agissant de l’utilisation de cet outil. Ce qui, au final appuiera leurs activités au niveau des aires protégées, pour une meilleure gestion de celles-ci.

Pour Moustapha, conservateur d’une aire marine protégée au Sénégal, « L’outil IMET nous permet d’améliorer la gestion des aires protégées de manière concrète. Tout récemment je l’ai utilisé pour diagnostiquer ce qui ne marchait dans la surveillance de mon site. Au final, il m’a permis de prendre des mesures  efficaces qui ont été mises en œuvre afin de pallier au problème auquel était confronté mon aire protégée », s’est-il réjoui.

Pour rappel, l’outil IMET est un logiciel utilisé avec l’ordinateur et qui permet de passer en revue les éléments du cycle de gestion des aires protégées.  Selon les experts, la gestion efficace d’une aire protégée est conditionnée par l’existence de six éléments constituant un cycle. Et ces éléments sont analysés par l’outil IMET qui par la suite défini même le contexte d’intervention.

Au sortir de ces travaux de Kinshasa, il y aura création d’un  pool de nouveaux coaches dans l’utilisation de l’outil IMET en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest, et la formulation des recommandations sur l’utilisation et l’adaptation dudit outil.

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *