Forêt : Donner aux collectivités locales les moyens de mieux gérer les forêts

Fournir aux communautés locales, y compris aux femmes, les ressources appropriées pour gérer la contraction des forêts en Afrique pourrait contribuer à atténuer la pauvreté et la déforestation, ont déclaré des experts en environnement lors d’un atelier de formation sur la gestion durable des forêts organisé par le Forum forestier africain à Nairobi, au Kenya.

Prenant des exemples au Brésil et au Népal, où des milliers d’initiatives forestières menées par les communautés ont considérablement réduit la déforestation, les experts ont déclaré que de tels succès, s’ils étaient reproduits en Afrique, contribueraient à renforcer les efforts de gestion durable des forêts.

Une étude de cas du Népal présentée à l’atelier montre que le fait d’aider les communautés à prendre soin de leurs propres forêts a entraîné une réduction de 37% de la déforestation et une baisse de 4,3% des niveaux de pauvreté entre 2000 et 2012. Les experts forestiers estiment que cela devrait être la voie à suivre pour l’Afrique.

«Donner aux communautés locales d’Afrique la possibilité de s’occuper de leurs propres forêts leur permettra d’intensifier les mesures contre l’exploitation forestière illégale et d’autres abus, car ils savent que la forêt est leur avenir», a déclaré Dr Julius Chuezi Tieguhong, chercheur en foresterie et participant au Forum sur la forêt africaine.

Il a déclaré que la gestion des forêts communautaires contribuerait à créer une situation gagnant-gagnant pour les populations locales, à protéger l’environnement et à lutter contre la pauvreté.

Cécile Ndjebet, une autre experte du Réseau des femmes africaines pour la gestion communautaire des forêts, abrégée en français (REFACOF), a souligné la « nécessité de promouvoir la gestion durable des forêts en offrant aux femmes des communautés locales des activités alternatives génératrices de revenus qui les empêchent de détruire leur forêt et Leur avenir ».

Lire aussi  Forêts : Hans Baeckman, « les forêts congolaises continuent à emmagasiner du carbone »

Elle a cité le cas du Cameroun où un programme de soutien gouvernemental à l’agriculture destiné aux agriculteurs locaux a permis aux femmes des communautés forestières de participer à la transformation, au conditionnement et à la commercialisation de produits forestiers non ligneux, PFNL, tels que le poivre, le gingembre et d’autres épices.

En conséquence, le programme intitulé AGROPOLE aborde la sécurité alimentaire, la conservation des forêts et le changement climatique, ainsi que les liens entre l’agriculture, la foresterie et les économies locales.

«Lorsque les femmes et les communautés locales sont habilitées à garantir leurs droits à la terre et à proposer des activités génératrices de revenus respectueuses de l’environnement, elles peuvent conserver les ressources et prévenir la dégradation de l’environnement», a déclaré Cecile Ndjebet.

D’autres exemples d’efforts visant à renforcer les communautés forestières locales dans des pays comme le Kenya, le Sénégal et la Côte d’Ivoire ont également été cités.

Les experts s’inquiètent de ce que la négligence des communautés locales dans la gestion des forêts ne fait qu’aggraver la déforestation au niveau mondial.

La déforestation est la deuxième cause du changement climatique après les combustibles fossiles, représentant près du cinquième des émissions qui réchauffent la planète, a déclaré l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture dans un rapport publié en 2018.

Selon une analyse réalisée en 2018 par la Rights and Resources Initiative, une coalition mondiale pour la défense des droits fonciers, les peuples autochtones et les communautés locales ne détiennent légalement qu’environ 15% des forêts du monde, une situation qui les relègue au second plan des efforts de gestion durable des forêts.

Lire aussi  Virunga : l’ICCN recherche son personnel perdu sur le lac Edouard

Les experts en environnement affirment que les dirigeants et les décideurs africains doivent comprendre l’ampleur du défi qui consiste à impliquer les communautés locales dans la gestion des forêts à tous les niveaux afin de mieux lutter contre la pauvreté et la protection de l’environnement sur le continent.

Selon AFF, il est nécessaire que les gouvernements, les organisations publiques et le secteur privé apportent une réponse plus ferme pour favoriser la gestion durable des forêts afin de permettre à l’Afrique de lutter contre la pauvreté et de contribuer à la préservation de l’épuisement des forêts qui sévit dans le monde entier.

Le monde a perdu 12 millions d’hectares d’arbres tropicaux en 2018, soit l’équivalent de 30 terrains de football par minute, indique un rapport publié en avril par Global Forest Watch, dirigé par le World Resources Institute, basé aux États-Unis.

Elias Ntungwe Ngalame

Be Sociable, Share!

Une réflexion sur « Forêt : Donner aux collectivités locales les moyens de mieux gérer les forêts »

  1. L’approche de responsabiliser et d’accompagner les communautés forestières et surtout les femmes; dont le poids du ménage repose sur elles est très indispensable pour une gestion durable des ressources naturelles.
    Aujourd’hui, quelques États africains connaissent un problème de famine qui est l’une des consequences directes de la pauvreté qui caractérise ces Etats, pourtant riches en ressources naturelles.
    Devant cette pauvreté, Ces communautés s’adonnent à l’exploitation incontrôlée du bois ou de toute autre ressource tout en prennant la lutte contre la déforestation comme une affaire des ONGS qu’elles considèrent comme un courant des étrangers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *