Conservation : Des conservateurs de la zone ACP dotés des capacités sur l’utilisation de l’outil IMET

C’est sur une note satisfaisante qu’a pris fin l’atelier de formation des coaches de l’observatoire des aires protégées de l’Afrique centrale et de l’ouest. Ouverts le 20 mai dernier à Kinshasa, ces travaux organisés  par le programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA), en collaboration avec l’Institut congolais pour  la Conservation de la Nature (ICCN) avaient pour but de recycler des coaches formés en 2015, et initier les nouveaux, en vue de renforcer leurs compétences dans la gestion efficace des aires protégées, particulièrement en recourant à l’Outil IMET.  Après deux semaines de formation,  les organisateurs et les participants sont tous  unanimes sur les avancées  enregistrées grâce à ces assises de Kinshasa.

« Les résultats sont très satisfaisants à l’issue de cet atelier car non seulement les participants étaient très engagés à suivre cette formation mais l’interaction qui l’a caractérisé  était formidable. Les coaches étaient vraiment  disposer à apprendre, qu’il s’agisse des concepts ou de la maîtrise globale de l’outil, et sont actuellement capables de conduire des exercices IMET » s’est félicité Serges-Roberteau Tchofffo, chargé technique régional  de BIOPAMA en Afrique centrale et de l”ouest.

Une fois de  retour dans leurs pays, ces conservateurs devront organiser au niveau de leurs institutions  d’appartenance,  des ateliers de restitution de cette formation de manière à ce que ceux qui n’étaient pas  à Kinshasa puissent aussi bénéficier des enseignements qui ont été dispensés pendant ces  deux semaines de formation. Faire large diffusion de ces connaissances se veut un moyen efficace pour aiguiser  les capacités des conservateurs afin de bien s’appliquer dans la gestion des aires protégées.

Pour Tanya Merceron, coordonnatrice régionale de BIOPAMA en Afrique centrale et de l”ouest, « La prochaine étape sera aussi  la mise en œuvre de la  campagne IMET dans les pays d’Afrique centrale et de l’ouest. Ceci ne se fera pas seulement avec l’appui de BIOPAMA mais  les agences nationales et les autres partenaires techniques et financiers  intéressés par l’outil IMET  seront intégrés».

Lire aussi  Climat : Trump, "les USA vont sortir de l'accord de Paris"

Dans le souci de rester à jour , ces coaches  mettront en place un réseau de pratiques  au sein duquel ils vont  continuer à partager des expériences de manière à approfondir tout ce qu’ils ont appris au cours de cette formation, et surtout d’aller encore plus loin dans le mécanisme d’efficacité de gestion des aires protégées.

Considéré comme terre de méga biodiversité, la RDC, pays hôte  voit au travers de cette formation organisée par BIOPAMA et ses partenaires, un moyen efficace  d’aider le continent africain à réduire sa dépendance vis-à-vis de l’expertise  d’autres continents, quant à la formation de ses conservateurs.

« L’expertise internationale coûte trop chère. Il a fallu que cette session soit organisée car, avec ces 52 coaches d’Afrique centrale et de l’ouest qui sont formés à ce jour, nous avons l’espoir qu’ils formeront à leur tour d’autres coaches dans les jours à venir. Et ainsi de suite nous pourrions avoir une pépinière de formateurs au niveau du continent », a déclaré Ben Balongelwa, représentant du directeur général de l’ICCN.

Les participants se disent prêts à aider leurs pays à bénéficier de toutes les connaissances engrangées au cours de cet atelier notamment sur l’utilisation de  l’outil IMET.

Peu après la cérémonie de clôture qui a été sanctionnée par la remise des brevets de participation, la  délégation de chaque pays a été invitée à planter un arbre sur le site de l’ERAIFT, institution qui a abrité cet atelier de formation, question de marquer de façon durable leur passage dans la capitale congolaise.

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *