Biodiversité : AWF renforce les capacités des parti-prenantes impliquées dans la gestion des crimes fauniques

L’amélioration des poursuites judiciaires des infractions sur la faune sauvage en RDC a été inscrite à l’ordre du jour de l’atelier de renforcement des capacités des acteurs étatiques et non étatiques impliqués dans l’application de la loi dans le secteur de l’environnement. Le coup d’envoi de ces assises de 3 jours a été donné à Kinshasa, ce mardi 23 juillet 2019.   

Organisé par l’AWF (African Wildlife Fundation) en partenariat avec le JURISTRALE (Juriste pour l’Application et le Renforcement de la Loi sur le secteur de l’Environnement), et l’ICCN (Institut Congolais pour la conservation de la nature), cet atelier vise à rassembler les parties prenantes pour entamer des discussions sur leurs rôles et leurs contributions dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, les lacunes dans la législation  en matière d’application de la loi relative à ces espèces et les lacunes dans les enquêtes et les poursuites.

« Nous avons voulu réunir toutes les parties prenantes que vous êtes afin d’échanger sur les rôles  que vous pouvez jouer ainsi que sur les contributions  que vous pouvez apporter dans la lutte contre la criminalité liées aux espèces sauvages », a déclaré Joe Kassongo, avocat au staff de AWF.

En effet, les discussions au cours de ces travaux s’effectueront entre les agents d’application de la loi, les agents de la gestion de la faune, les enquêteurs et des magistrats ayant des connaissances sur la problématique abordée.

Pour mieux atteindre les objectifs de ces assises, cette formation sera dispensée sur base de 5 sujets dont la lutte contre le braconnage et le trafic d’espèces sauvages, la gestion des preuves, l’utilisation de procédures opérationnelles standard pour améliorer la gestion de cas, la gestion du processus judiciaire et enfin l’amélioration de la gestion des cas d’espèces sauvages.

Lire aussi  Alimentation : Les aliments ultra transformés tuent à petit feu

« Nous avons prévu des exposés dont on veut faire voir l’impact du braconnage, de trafic des espèces pour susciter  un esprit de vouloir à tout prix, appliquer la loi », a renchéri Mr. Kassongo.

Placée sous le thème « le renforcement de la gestion des affaires fauniques par des interventions judiciaires et la standardisation des enquêtes et des poursuites », ce premier module qui se tient actuellement à Kinshasa, devra se faire intégrer dans le projet de renforcement des capacités pour la lutte contre le trafic illégal des produits de la faune sur l’ensemble du pays.

Financée par le bureau des affaires internationales des stupéfiants et de l’application de la loi des Etats-Unis(INL), cette formation à devra doter les participants, des connaissances nécessaires dans l’application  de la loi relative à la conservation de la nature, à comprendre les impacts de la criminalité faunique sur les espèces sauvages en RDC et discuter des problèmes qui sous-tendent la commission de celles-ci,  et surtout comprendre la gestion appropriée des preuves qui contribueront au succès des affaires devant les juridictions des jugements.

Charlie LUTEZA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *