Conservation : 8,8 tonnes d’ivoire d’éléphant en provenance de la RDC saisis à Singapour

Un record de 8,8 tonnes d’ivoire d’éléphant a été saisi dans trois conteneurs dimanche soir, 21 juillet, à Singapour. Il s’agit de l’une de plus grandes saisies que le monde ait connues ces dernières années. Les 3 conteneurs proviendraient de la République démocratique du Congo, où ils ont été embarqués pour le Vietnam. La saisie record est d’une valeur totale de plus de 66 millions de dollars américains.

Selon les autorités douanières singapouriennes, cette cargaison a été déclarée comme contenant du « bois », et portant il s’agissait des écailles de pangolin estimées à environ 48,6 millions de dollars, aux côtés de 17,6 millions de dollars en ivoire d’éléphant.

Il s’agit du troisième envoi intercepté cette année, ont déclaré le Conseil des parcs nationaux (NParks), les douanes de Singapour et l’Autorité de l’immigration et des points de contrôle dans un communiqué conjoint. On estime que l’ivoire provient de près de 300 éléphants d’Afrique. À peine trois mois plus tôt, en avril, Singapour avait saisi 177 kg d’ivoire d’éléphant découpé et sculpté.

Avec cette saisie, Singapour a saisi un total de 37,5 tonnes d’écailles de pangolin depuis avril. On estime que 2 000 pangolins géants (Smutsia gigantea) auraient été tués pour les écailles confisquées lors du dernier envoi.

Selon les sources proches du dossier, l’Administration générale des douanes de Chine avait partagé des informations qui ont permis la saisie réussie au poste d’inspection des exportations de Pasir Panjang à Singapour.

« Le gouvernement de Singapour adopte une position de tolérance zéro sur l’utilisation de Singapour comme moyen de faire passer en contrebande des espèces menacées d’extinction, ainsi que leurs parties et produits. Nos agences vont continuer à collaborer et à rester vigilantes pour lutter contre le commerce illégal d’espèces sauvages », a indiqué le communiqué.

Lire aussi  Indonésie : Le bilan des tremblements de terre s'élève à 1424 morts

Les informations concernant le destinataire et l’expéditeur pourront être partagées avec les autorités des juridictions d’origine (RD Congo) et de destination, afin d’empêcher de manière plus efficace le succès de tels envois à l’avenir, indique le site web straitstimes.com.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *