Conservation : saisie spectaculaire de 300 kilos d’écailles de pangolin à Kinshasa

La police Congolaise a arrêté ce mercredi à Kinshasa,  un individu en possession de 300 kilogrammes d’écailles de pangolin en provenance de la ville de Kisangani dans la province de la Tshopo, a annoncé l’ONG JURISTRALE dans un communiqué  dont Environews s’est procuré une copie.

C’est une opération coup de poing  menée par les éléments de la Police Nationale  Congolaise qui s’est soldée par la saisie d’une quantité importante d’écailles de pangolin, une espèce qui malgré sa protection totale par la CITES demeure l’animal le plus braconné au monde.

« La personne interpellée en possession de ces écailles a été arrêtée et devra être transférée dans les prochaines heures au parquet de Grande instance de Kinshasa-Gombe  et le colis  saisi devrait être récupéré par l’organe de gestion de la CITES, conformément à la loi », peut-on lire dans ce communiqué.

Il sied de préciser que cette saisie   résulte  de la collaboration entre le Parc national de la Garamba et African Parks Network  qui ont ensemble mené des  investigations sur cette piste et défini la stratégie d’intervention.

Méconnu du grand public, le pangolin reste  en tête de la liste des animaux les plus chassés par les braconniers dans le monde, devant les éléphants et les rhinocéros comme l’ignorent  beaucoup de personnes.

Vivant en Asie du Sud-Est et en Afrique, cet insectivore est convoité pour ses écailles, sa chair, ses os et organes. Malgré son statut d’espèce protégée  acquis depuis septembre 2016  à Johannesburg, en Afrique du Sud lors  de la réunion  de la CITES, le  cauchemar  de ce petit animal  est loin de se terminer.

Lire aussi  Conservation : La CITES impose un embargo sur le commerce de perroquets gris de la RDC

Outre son goût et ses écailles qui contiennent de la Kératine, des nombreuses légendes en Asie du Sud-Est attribuent au pangolin des vertus thérapeutiques et aphrodisiaques.

La vulnérabilité de cette espèce est tributaire aux caractéristiques lui imparties  par la nature. Solitaire et mesurant entre 30 et 80 centimètres, le pangolin se roule en boule lorsqu’il se sent en danger. Ceci le rend ainsi une proie facile pour les braconniers qui n’ont plus qu’à le mettre dans leurs sacs.

On lui attribue ainsi des pouvoirs pour guérir des maladies comme l’asthme et certains cancers, ou encore  pour augmenter la virilité masculine. L’animal est si recherché qu’un spécimen peut être vendu jusqu’à 1 000 dollars au marché noir.

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Une réflexion sur « Conservation : saisie spectaculaire de 300 kilos d’écailles de pangolin à Kinshasa »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *