Congo-Brazzaville : Prison ferme pour  les six trafiquants de produits de faunes à Impfondo

Prison ferme pour quatre trafiquants de produits de faune Dix-huit mois d’emprisonnement ferme assortis de 500.000 F.CFA d’amende et 500.000 F.CFA de dommages et intérêts: c’est le verdict rendu par le Tribunal de Grande Instance d’Impfondo le 25 juillet 2019 sur l’affaire de six trafiquants des produits fauniques arrêtés le 27 février 2019 pour détention et circulation de dix morceaux d’ivoire, d’un sac d’écailles de pangolin géant et d’une peau de panthère. Quatre des six trafiquants ont écopé de 18 mois d’emprisonnement ferme assortis de 500.000 F.CFA d’amendes et 500.000 F.CFA de dommages et intérêts chacun.

L’ivoire taillé saisi à Kinshasa. (Crédit photo, Conserv Congo)

Il s’agit de Merlin Thibault Onguele, Genèse Mobula, Pie Antounga Mani et Adam Djamal. Les deux autres, Don Engoko Matoubou et Bovic Bolia Mbemba, dont la culpabilité a été établie, verseront à l’Etat congolais 500.000 F.CFA d’amendes et 100.000 F.CFA de dommages et intérêts chacun. Ils ont été reconnus coupables d’importation des produits de faune et d’abattage des espèces animales intégralement protégées. Ces trafiquants faisaient partie d’un réseau bien organisé, avec des démarcheurs, des vendeurs et des transporteurs, constitué de Centrafricains, de RdCongolais et de Congolais.

Les produits de faune pour lesquels ils avaient été arrêtés provenaient de la RD Congo et des localités du département de la Likouala. C’est grâce aux efforts combinés des agents de la direction départementale de l’Economie forestière de la Likouala, des éléments de la Gendarmerie nationale et du Projet d’appui à l’application de la loi sur la faune sauvage (PALF) qu’ils avaient été interceptés.

En matière de biodiversité, le trafic de produits de faune met en péril la vie des espèces animales protégées, dont la population a fortement baissé ces dernières décennies. Ce trafic ne faiblit pas, au contraire. Le verdict prononcé par le Tribunal de grande instance d’Impfondo traduit au concret la volonté du Congo de protéger ses ressources naturelles et de lutter très fermement contre le braconnage.

Lire aussi  Énergies : Signature d’accord pour la construction de la Centrale hydroélectrique de Ruzizi 3

Lire l’article original ici http://www.lasemaineafricaine.net/images/pdf/3903.pdf

V.M

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *