Alimentation : Les aliments ultra transformés tuent à petit feu

Deux nouvelles études menées sur les catégories d’aliments à consommer démontrent que plus de quatre portions d’aliments transformés par jour, sur une période de 10 ans, présentent un risque de décès de 62 %.  De risques plus élevé que ceux qui consomment une portion ou moins par jour. Pour chaque portion supplémentaire d’aliments ultra-transformés, la mortalité a augmenté de 18 %, indiquent les études.

« les aliments ultra transformés sont le pain et les copeaux produit industriellement, les repas préemballés, les céréales pour petit-déjeuner, les saucisses, les produits carnés reconstitués, la confiserie, les gâteaux,  les pâtisseries, les brioches et les gâteaux, produits, les boissons gazeuses, les boissons aux fruits et jus de fruits, les croustilles, les sauces, les vinaigrettes et les jus de viande, les aliments en conserve comme les fèves au lard et les soupes, les substituts de viande et du lait de vache, les dérivés du soja et les collations sucrées et salées », peut-on lire sur le rapport de l’étude.

Ces études montrent que lorsque les aliments sont transformés, ils peuvent avoir peu de valeur nutritive au moment de leur arrivée dans l’intestin. Aussitôt dans l’organisme ces aliments  affecter la façon dont le corps contrôle la suffisance ou sa capacité de réguler la sensation de faim. Ils sont  des accélérateurs  du taux de glycémie surtout que la plupart des propriétés végétales subissent des modifications assez variées dans des usines de transformation.

Au sein des produits recensés par Nutriment-Santé, 85% des produits de mauvaise qualité nutritionnelle (classés E par le NutriScore) étaient des aliments ultra-transformés.

Les chercheurs s’inquiètent sur le fait que les consommateurs continuent à tirer des aliments ultra-transformés qui contiennent généralement des ingrédients de provenance des produits chimiques, certains produits d’épicerie, de colorants, d’édulcorants et d’agents de conservation pour leur ressource  en  calorie à la place des fruits frais, les légumes, les noix, les graines, les haricots, les légumineuses et les produits animaux naturels comme les œufs, le poisson et le lait qui sont riches en nutriments dont  les fibres, les vitamines et les minéraux.

Lire aussi  RDC : 300 kgs d'écailles des pangolins saisis en Malaisie

Selon les analyses du système de classification des aliments inventé par l’École de santé publique de l’Université de Sao Paulo (Brésil) dénommé NOVA les aliments culinaires transformés : les huiles, les matières grasses comme le beurre, les vinaigres, les sucres et le sel ensemble en contact avec les aliments non transformés présentent moins de danger à  l’organisme humain.

Formulés pour être microbiologiquement sains et pratiques d’utilisation, les aliments ultra-transformés ont, en moyenne, une qualité nutritionnelle plus faible que les autres aliments. Ils sont en effet souvent non seulement plus denses en énergie, plus riches en sel, sucre et acides gras saturés, mais également plus pauvres en fibres et en vitamines.

Albert MUANDA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *