Forêt : Le Congo pourrait exploiter le gisement pétrolier de Ngoki malgré la présence des tourbières

S’adressant à la nation congolaise à l’occasion de la fête nationale, le Président Denis Sassou Nguesso a évoqué la possibilité d’exploiter du pétrole récemment découvert dans la région de la cuvette au nord du pays, tout en veillant sur la protection des tourbières.

« Le permis NGOKI pourrait, à terme et si les données sont confirmées, rendre possible la mise en valeur d’un gisement situé à la périphérie des zones humides séquestrant les tourbières », a-t-il indiqué.

Tout en reconnaissant que le Congo fait partie des pays qui ont signé la Convention RAMSAR sur les zones humides, le président de la République a réitéré son engament à appliquer avec force et rigueur les dispositions des traités et mécanismes mondiaux mis en place, ces dernières années, dans le cadre de l’utilisation rationnelle de ces espaces spécifiques.

« Dans la revendication assumée de son droit au développement, le Peuple congolais s’est placé dans le sens du devoir, au service de l’humanité, en matière de sauvegarde des écosystèmes », a-t-il précisé. « Notre pays n’a jamais enfreint l’obligation de protéger les tourbières dans ses zones lacustres. Il n’a nullement l’intention de le faire à l’avenir, nonobstant les contreparties financières annoncées et qui continuent à se faire attendre ».

D’aucuns s’interroge sur cette annoncée musclée soit-elle du chef de l’Etat, qui ressemble une déception due au non accomplissement des promesses faites par la communauté internationale quant au financement en contrepartie de la protection des ressources naturelles, notamment les forêts et les tourbières.

« Le Congo reste parfaitement attentif et conscient de la nécessité de préserver les tourbières, au regard de leur incidence sur l’équilibre climatique mondial et la protection de la biodiversité », a martelé le Président de la République du Congo.

Lire aussi  Fonds bleu : Un premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Brazzaville

Notons par ailleurs que la société FEPA a annoncé le samedi 10 août 2019 à OYO, l’aboutissement des opérations d’exploration pétrolière menées au titre du permis « NGOKI », mettant en évidence la présence des réserves de pétrole de qualité dans la partie Nord de notre pays.

Greenpeace Afrique avait il y’a peu dénoncé l’exploration pétrolière dans cette zone considérée comme fragile au regard du nombre important des tonnes de carbones que les tourbières de la cuvette centrale séquestrent depuis des années.

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *