Santé : l’OMS alerte sur des risques généralisés pour les écosystèmes aquatiques

« Si les émissions de plastique dans l’environnement se poursuivent au rythme actuel, les microplastiques pourraient présenter des risques généralisés pour les écosystèmes aquatiques d’ici un siècle, ce qui ne devrait pas être sans conséquence sur la santé humaine », a alerté le rapport des risques pour la santé liés aux microplastiques publié ce jeudi.

Des déchets plastiques sur une plage. (Crédit photo, WWF).

Ce rapport  a porté essentiellement sur  le risque d’ingestion, les risques chimiques et les risques liées à la présence de bactéries agglomérées a  présenté la  synthèse de dernières connaissances sur les microplastiques dans l’eau du robinet, dans  l’eau en bouteille et sur ses effets sur la santé humaine.

« L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle aujourd’hui à mener une évaluation approfondie des microplastiques présents dans l’environnement et de leurs conséquences potentielles sur la santé humaine, à réduire la pollution par le plastique pour protéger l’environnement et réduire l’exposition humaine. Il est urgent d’en savoir plus sur les conséquences des microplastiques sur la santé, car ceux-ci sont présents partout, y compris dans l’eau que nous buvons», a déclaré la Dre Maria Neira, Directrice du Département Santé Publique, environnement et déterminants sociaux de la santé à l’OMS.

Selon les experts de l’OMS, il est décevant qu’une grande partie de la population mondiale ne bénéficie pas encore de systèmes adaptés de traitement des eaux usées, pourtant c’est un cycle  d’une  importance capitale qui permet de retirer plus de 90% des microplastiques présents dans ces eaux.

« D’après les informations limitées que nous disposons, les microplastiques présents dans l’eau de boisson ne semblent pas présenter de risques pour la santé, du moins aux niveaux actuels. Mais nous devons approfondir la question. Nous devons aussi enrayer l’augmentation de la  pollution plastique partout dans le monde. Le message clé par cette analyse vise à rassurer les consommateurs d’eau potable du monde entier qu’après cette évaluation, nous estimons que le risque à présent est faible mais il n’en sera pas le cas dans un futur proche », a annoncé le coordonnateur de l’Unité Eau, assainissement, hygiène et santé de l’OMS, Bruce Gordon, lors d’une conférence de presse.

Lire aussi  Pollution : un jeune néerlandais veut nettoyer les Océans

Notons que cette analyse, qui présente la synthèse des dernières connaissances sur les microplastiques dans l’eau de boisson, l’absorption et la distribution de particules microplastiques et de nanoparticules, devraient cependant être plus élevées, même si les données à ce sujet sont très limitées. L’OMS prône que tous les Etats du monde mettent au point des méthodes standardisées pour mesurer les particules de microplastique dans l’eau, pour réaliser de nouvelles études sur les sources et la présence de microplastiques dans l’eau douce ainsi qu’à évaluer l’efficacité de différents procédés de traitement.

Fanny MENGA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *