Assainissement : Plus d’une tonne des déchets collectés au deuxième jour d’essai de Kinshasa Bopeto

Plus d’une tonne des déchets a été collectées par des responsables des Ongs et des jeunes volontaires, au cours d’une marche de santé dénommée « Klin workers » organisée à Kinshasa ce dimanche, 08 septembre par la coordination Kinshasa bopeto.   Présents à cette deuxième phase d’essai du projet Kinshasa Bopeto, ces volontaires repartis sur les deux rives du boulevard ont procédé au ramassage des déchets organiques, des sachets et bouteilles en plastiques partant de la gare centrale jusqu’à la place des évolués. 

« Jusqu’à présent nous nous inscrivons dans l’optique de sensibilisation, mais le côté régalien et des sanctions de l’Etat seront en marche. Au moment venu, ces sanctions seront mises en application. Et C’est en ce moment-là que nous allons marteler sur la taxe pollueur-payeur pour que ces revenus servent pour l’achat des outils indispensables pour ce genre des travaux », a rapporté le coordonnateur Kinshasa bopeto, Germain Mpundu.

A en croire les organisateurs, en tant que citoyen, il est interpelatif pour chacun, d’avoir un œil attentif sur la nature, ce qui s’inscrit dans la logique même des actions de changement de mentalités auxquelles est invité tout habitant de la capitale. Ce comportement est  celui d’éviter de faire des artères de la ville des dépotoirs des immondices.

 « Les gens disent que les kinois sont propres mais ils vivent dans un milieu sal. C’est pourquoi nous voulons aujourd’hui que cela s’arrête. Il faut que chacun de nous participe à cette initiative de Kinshasa bopeto. Nous demandons à nos concitoyens qu’à chaque fois qu’ils auront à organiser les marches de santé, nous les recommandons d’insérer dans ce genre d’organisation, une activité de ramassage pour contribuer à l’assainissement de la ville », a déclaré le directeur général de RASKIN (Régie d’Assainissement de Kinshasa).

Lire aussi  Opportunité : Une formation en génie de l'environnement au Canada

L’insalubrité reste le mal suprême qui ronge la ville de Kinshasa en dehors de l’ampleur des dégâts qu’elle provoque sur la santé des kinois et sur leur condition de vie. Au moment où sa revalorisation pourrait être rentable pour le pays. Raison pour laquelle la coordination Kin Bopeto a responsabilisé la société Green Construction à recycler des déchets qui seront collectés tout au long de ce projet.

« Les bouteilles et sachets en plastiques que nous avons collecté permettront de fabriquer des pavés, des briquettes, de dalettes.  Tandis que les aliments organiques, nous serviront à fabriquer des compostes bio pour ne pas se lancer dans la nourriture avec les engrais chimiques »,a renseigné Yamine makila, Gérant de la société Green Construction.

Dans le cadre de ce projet le gouverneur de la ville Gentiny Ngobila et l’équipe de la Coordination Kin Bopeto comptent dans un futur proche remettre en place des poubelles sur les grandes artères de la ville et sur la devanture de chaque parcelle pour que les efforts conjugués par des kinois au cours de cet exercice de ramassage ne soit pas vains.

« À la fin de ces opérations de ramassage sur terrain, nous allons en finir avec Kinshasa la poubelle. Nous attendrons les lots des poubelles qui nous permettront de réunir autant des plastiques a recycler. Une façon de gagner de l’argent »,a annoncé Germain Mpundu.

Pour que le travail soit continu tel que définie dans le programme du gouvernement provincial 2019-2023, « le Bureau de la coordination compte accentuer les descentes sur terrain.  A travers les fonds alloués, ce bureau mettra dans chaque commune et quartier un Comité Bopeto qui s’emploiera à élargir le noyau des sensibilisés et des sensibilisateurs autour du concept Kinshasa Bopeto.  Ces comités seront secondés par des Cellules Bopeto de leurs rues »,a rajouté le coordonnateur de kin bopeto.

Lire aussi  Climat : La RDC se prépare pour la COP23

Pour atteindre cet objectif de base de son programme quinquennal, Gentiny NGOBILA avait mis en place une rétrocession de 16 millions de francs Congolais à chaque commune afin d’assurer leur autonomie financière dans la gestion de l’assainissement.

Albert MUANDA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *