Environnement : Jean-Louis Koyagialo, « la réforme du secteur de l’Environnement est la carte joker pour le développement de la RDC »

Après avoir analysé minutieusement le programme du Gouvernement présenté par le Premier Ministre, le 3 septembre 2019 devant les élus du peuple, Jean-Louis Koyagialo Te Gerengbo, Ministre Provincial de l’Environnement du Nord-Ubangi voit la réforme du secteur de l’Environnement appuyée d’un organe technique, comme l’unique voie que devrait suivre le nouveau ministre national de l’Environnement et Développement Durable, Claude Nyamugabo, au cours de l’élaboration de sa nouvelle politique environnementale, afin de propulser le pays vers le développement durable.

Jean-Louis Koyagialo, ministre provincial de l’environnement du Nord Oubangi.

«Dans l’optique de conduire à bon port la réforme initiée par le Gouvernement depuis 2008, telle que souhaité par le Premier Ministre, il importe d’enclencher dès maintenant une réforme du secteur de l’Environnement appuyée d’un organe technique pour établir la feuille de route, définir les grandes orientations et assister le Ministre National de l’Environnement et Développement Durable dans l’élaboration de la nouvelle politique environnementale avec sa transversalité »,propose-t-il dans une tribune dont ENVIRONEWS RDC s’est procurée une copie.

Fort de son expertise, Koyagialo propose que cette reforme soit soutenue par les lois qui prendront en compte la décentralisation, l’aménagement du Territoire, la qualité et la sécurité environnementale au travail,l’écosystème urbain, les forêts nationales et provinciales, l’agriculture, le besoin en eau, la taxe de pollueur-payeur proportionnellement au dommage causé, l’incidence de l’urbanisation et de l’exploitation minière, des hydrocarbures, de la forêt, du boisement sur le cycle de l’eau, l’impact des nouvelles technologies de communication et de l’information sur la vie, la valeur économique réelle de nos écosystèmes, les indicateurs d’impacts et de performance sur les écosystèmes et sur l’implication du genre dans la gestion de l’Environnement.

A en croire ce technocrate, cette reforme permettra de lever toutes les critiques enregistrées en rapport avec l’absence des indicateurs objectivement vérifiables (IOV) dans le programme du Gouvernement. « J’estime que si le pays disposait d’un plan national de développement basé sur des données fiables, ces IOV seraient au rendez-vous dans ce programme. A voir de près, le programme du Gouvernement vise le redressement de la Nation à partir de la base, en mettant, l’Environnement au centre comme secteur principal pour l’amélioration du bien-être social des congolais par l’exploitation durables des ressources naturelles et artificielles », a-t-il précisé.

Cependant, au-delà de la dimension conservatoire consacrée à l’Environnement,Jean-Louis Koyagialo préconise que ce secteur soit  compté parmi les piliers financiers pour la maximisation des recettes tant du trésor public que des provinces en mettant en place une régie financière pour l’Environnement en vue de permettre aux gouvernements provinciaux de se doter des moyens pour assurer d’une façon autonome la gestion de leurs villes.

Lire aussi  New York : Dans quelques instants, Félix Tshisekedi va parler des forêts du bassin du Congo

« La véritable source de croissance économique inclusive de notre Pays repose sur le sixième et le onzième pilier du programme du Gouvernement. Ces piliers axés  sur la création des unités de production, des usines pour transformer sur place nos ressources naturelles et artificielles en produit finis, permettront  d’éliminer le chômage et la pauvreté ainsi qu’à orienter la formation des jeunes dans les domaines des sciences appliquées pour une renaissance techno-socio-économique, scientifique et industrielle du Pays », rapporte-t-il.

Au-delà  de l’action sur l’enclenchement de la réforme du secteur de l’environnement, la création de la régie financière pour l’environnement et de la complicité entre le gouvernement, Jean-Louis Koyagialo estime qu’il faut penser également à la environnementale, d’initiation et d’orientation sur des recherches d’économie verte ou l’écologie industrielle qui se veut une technologie innovante applicable et susceptibles de  créer des millions d’emplois comme cela se passe sous d’autres cieux, dans les programmes des écoles et universités.

Albert MUANDA

8 réflexions sur « Environnement : Jean-Louis Koyagialo, « la réforme du secteur de l’Environnement est la carte joker pour le développement de la RDC » »

  1. Nous vous encourageons à hausser le ton pour que cette réflexion soit prise en charge Son Excellence Monsieur le Ministre Provincial en charge de l’environnement Jean Louis Koyagialo

  2. Voici une étoile montante nous recommandons aux élus du peuple de faire preuve de maturités en votant une loi sur ces différentes propositions très importantes pour le pays
    Félicitation cher Jean-Louis

Répondre à Nash Vicky Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *