New York : Lutte contre le changement climatique, un fossé criant entre les objectifs convenus et la réalité

Les principales organisations mondiales spécialisées dans la science du climat se sont associées pour produire un nouveau rapport historique pour le Sommet des Nations Unies pour l’action en faveur du climat, soulignant le fossé criant – et croissant – entre les objectifs convenus pour lutter contre le réchauffement planétaire et la réalité. Publié ce dimanche 22 septembre à New York, le rapport, United in Science, contient des détails sur l’état du climat et présente les tendances des émissions et des concentrations dans l’atmosphère des principaux gaz à effet de serre.

«Le rapport fournit une évaluation unifiée de l’état de notre système terrestre sous l’influence croissante des changements climatiques anthropiques, de la réaction de l’humanité jusqu’à présent et des profonds changements que la science projette pour notre climat mondial à l’avenir. Les données scientifiques et les résultats présentés dans le rapport représentent les toutes dernières informations faisant autorité sur ces sujets», a déclaré le Groupe consultatif scientifique au Sommet sur l’action pour le climat du Secrétaire général des Nations Unies.

Ce rapport souligne l’urgence d’une transformation socio-économique fondamentale dans des secteurs clés tels que l’utilisation des sols et l’énergie, afin d’éviter une augmentation dangereuse de la température mondiale aux impacts potentiellement irréversibles. Il examine également les outils permettant à la fois l’atténuation et l’adaptation.

United in Sciencea été coordonné par l’Organisation météorologique mondiale, vise à présenter une « enveloppe transparente » de données scientifiques de pointe faisant autorité. Il souligne le besoin urgent de développer des actions concrètes qui mettent fin au réchauffement planétaire et aux pires effets du changement climatique.

Voici les points saillants de ce rapport :  Le climat mondial en 2015-2019 par l’Organisation météorologique mondiale (OMM)

La période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée

La température mondiale moyenne pour 2015-2019 devrait être la plus chaude de toutes les périodes équivalentes jamais enregistrées. Il est actuellement estimé à une valeur supérieure de 1,1 ° Celsius (± 0,1 ° C) à celle préindustrielle (1850–1900). Les vagues de chaleur généralisées et durables, les incendies qui ont battu des records et d’autres événements dévastateurs tels que les cyclones tropicaux, les inondations et la sécheresse ont eu des impacts majeurs sur le développement socioéconomique et l’environnement.

Diminution continue de la glace de mer et de la masse de glace

Lire aussi  Reboisement : quand les journalistes de Goma donnent le ton

L’étendue de la glace de mer estivale dans l’Arctique a diminué d’environ 12% par décennie de 1979 à 2018. Les quatre valeurs les plus basses pour l’étendue de la glace de mer en hiver ont été observées entre 2015 et 2019.

Dans l’ensemble, la quantité de glace perdue chaque année par la calotte glaciaire de l’Antarctique a été multipliée par six au moins entre 1979 et 2017. La perte de masse de glacier en 2015-2019 est la plus élevée jamais enregistrée pour une période de cinq ans.

L’élévation du niveau de la mer s’accélère, l’eau de mer devient plus acide

Le taux d’élévation moyen du niveau de la mer observé dans le monde s’est accéléré, passant de 3,04 millimètres par an (mm / an) pendant la période 1997-2006 à environ 4 mm / an pendant la période 2007-2016. Cela est dû au taux accru de réchauffement et de fonte des océans des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique occidental. L’acidité des océans a globalement augmenté de 26% depuis le début de l’ère industrielle.

Record de concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère

Les niveaux des principaux gaz à effet de serre à longue durée de vie, le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et l’oxyde nitreux (N2O) ont atteint de nouveaux sommets.

La dernière fois que l’atmosphère terrestre contenait 400 parties par million de CO2, il y a environ 3 à 5 millions d’années, lorsque la température moyenne de la surface de la planète était de 2 à 3 ° C plus chaude qu’aujourd’hui, les inlandsis du Groenland et de l’Antarctique occidental ont fondu, des parties de la glace de l’Antarctique oriental ont tous reculé, causant tous une augmentation du niveau de la mer de 10 à 20 m par rapport à aujourd’hui.

En 2018, la concentration mondiale de CO2 était de 407,8 parties par million (ppm), supérieure de 2,2 ppm à celle de 2017. Les données préliminaires d’un sous-ensemble de sites de surveillance des gaz à effet de serre pour 2019 indiquent que les concentrations de CO2 devraient atteindre, voire dépasser, 410 parties par million ( ppm) d’ici fin 2019.

En 2017, les concentrations atmosphériques moyennes mondiales de CO2 étaient de 405,6 ± 0,1 ppm, CH4) à 1859 ± 2 parties par milliard (ppb) et de N2Oat à 329,9 ± 0,1 ppb. Ces valeurs représentent respectivement 146%, 257% et 122% des niveaux préindustriels (antérieurs à 1750). Le taux de croissance de CO2 économisé sur trois décennies consécutives (1985-1995, 1995-2005 et 2005-2015) est passé de 1,42 ppm / an à 1,86 ppm / an et à 2,06 ppm / an

Lire aussi  Bukavu : un jeune homme de 12 ans emporté par les eaux de la pluie

Bilan Carbone Global

Projet Carbone Global

Les émissions de dioxyde de carbone ont augmenté de 2% et ont atteint le niveau record de 37 milliards de tonnes de CO2 en 2018. Rien n’indique que les émissions mondiales aient atteint un sommet, même si leur croissance est inférieure à celle de l’économie mondiale.

Les tendances économiques et énergétiques actuelles suggèrent que les émissions seront au moins aussi élevées en 2019 qu’en 2018. Le PIB mondial devrait augmenter de 3,2% en 2019 et, si l’économie mondiale se décarbonait au même rythme qu’au cours des 10 dernières années, entraînerait toujours une augmentation des émissions mondiales.

Malgré la croissance extraordinaire des combustibles renouvelables au cours de la dernière décennie, le système énergétique mondial est toujours dominé par les sources d’énergie fossiles. L’augmentation annuelle de la consommation énergétique mondiale est supérieure à celle des énergies renouvelables, ce qui signifie que l’utilisation des combustibles fossiles continue de croître. Cette croissance doit cesser immédiatement.

Les émissions nettes nettes nécessaires à la stabilisation du climat nécessitent à la fois une accélération de l’utilisation de sources d’énergie autres que le carbone et un déclin rapide de la part mondiale des combustibles fossiles dans le bouquet énergétique. Cette double exigence illustre l’ampleur du défi.

Les puits de CO2 naturels, tels que la végétation et les océans, éliminent environ la moitié des émissions résultant des activités humaines, mais en deviendront moins efficaces. Cela souligne la nécessité de réduire la déforestation et d’élargir les puits de CO2 naturels, en particulier ceux des forêts et des sols, qui peuvent être améliorés par une meilleure gestion et la restauration de l’habitat.

L’écart des émissions – où nous en sommes et où nous devons être

Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)

Les rapports sur les écarts d’émission du PNUE, dont la dixième édition a été publiée en novembre, évaluent les dernières études scientifiques sur les émissions actuelles et estimées de gaz à effet de serre; ils les comparent aux niveaux d’émissions permettant au monde de progresser sur la voie du moindre coût pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Cette différence entre «où nous sommes susceptibles d’être et où nous devons être» est connue sous le nom d’écart d’émissions.

Lire aussi  Environnement : La RDC a célébré la journée internationale des peuples Autochtones

Les émissions mondiales ne devraient pas atteindre leur maximum d’ici 2030, et encore moins d’ici 2020, si les politiques climatiques actuelles et les niveaux d’ambition des Contributions déterminées au niveau national (CDN) sont maintenus. Les conclusions préliminaires du rapport sur les écarts d’émissions 2019 indiquent que les émissions de gaz à effet de serre ont continué d’augmenter en 2018.

L’écart des émissions en 2030 entre les niveaux d’émissions correspondant à la mise en œuvre intégrale des contributions déterminées au niveau national (CND) et les niveaux compatibles avec les trajectoires de moindre coût vers l’objectif de 2 ° C est de 13 GtCO2. Si seulement les NDC inconditionnels sont mis en œuvre, l’écart s’élève à 15 GtCO2e. Dans le cas de la cible à 1,5 ° C, l’écart est respectivement de 29 GtCO2e et de 32 GtCO2e.

On estime que les NDC actuels réduiront leurs émissions mondiales de près de 6 GtCO2 en 2030 par rapport au maintien des politiques actuelles. Ce niveau d’ambition doit être grossièrement triplé pour s’aligner sur la limite de 2 ° C et doit être multiplié par cinq environ pour s’aligner sur la limite de 1,5 ° C.

La mise en œuvre de NDC inconditionnels, et en supposant que l’action climatique continue tout au long du XXIe siècle, conduirait à une hausse de la température moyenne mondiale entre 2,9 ° C et 3,4 ° C d’ici 2100 par rapport aux niveaux préindustriels.

Si les ambitions des NDC ne sont pas immédiatement augmentées et appuyées par des actions concrètes, il n’est plus possible d’éviter de dépasser l’objectif de 1,5 ° C. Si le déficit d’émission n’est pas comblé d’ici à 2030, il est tout à fait plausible que l’objectif d’une augmentation de la température bien au-dessous de 2 ° C soit également hors de portée.

Une partie substantielle du potentiel technique peut être réalisée en renforçant et en reproduisant les politiques existantes et bien éprouvées – telles que le passage aux énergies renouvelables et le reboisement – qui contribuent simultanément au développement durable clé

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *