New York : Tshisekedi plus vert que les forêts du bassin du Congo

C’est un discours très attendu du nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui a tourné en grande partie au tour du rôle capital que joue la forêt de la RDC qui représente 47% de forêt du continent africain. Du haut de tribune de nations unies, ce jeudi 26 septembre, le chef de l’Etat congolais a invité la communauté internationale à soutenir les efforts de préservation des forêts en RDC et dans la sous-région..

« Il est incompréhensible que les forêts du bassin du Congo qui sont les mieux conservée au monde ne captent que 1% des financements disponibles. Il est impératif que toute l’architecture internationale en ce compris les FMI intègre davantage la donne environnementale dans son analyse de critères des défis macro économiques liées à ses interventions dans différents pays », a-t-il déclaration.

Conscient du rôle majeur que joue  la République démocratique du Congo dans la préservation des forêts et la regulation du climat mondial, Félix Tshisekedi a exprimé la détermination de son gouvernement à maintenir le dialogue avec ses principaux partenaires sur les questions environnementales, notamment ceux réunis dans le cadre de l’Initiative pour les forêt d’Afrique centrale (CAFI).

« Notre gouvernement s’est engagé par ma personne, à accroitre le niveau de ses engagements au titre de sa contribution déterminée nationale, et à maintenir une collaboration étroite entre les pays de la sous-région afin de parler d’une seule voix pour toutes les grandes questions en rapport avec la protection de nos forêts », a-t-il précisé. « Nous sommes résolument engagé dans la protection de nos forêts, cependant, la préservation de notre patrimoine naturel ne peut se faire au détriment de notre développement ».

Lire aussi  JME : Yolanda Kakabadse, « nous ne devons pas douter de l’importance du défi »

Le président congolais a plaidé pour la promotion de nouvelles sources d’énergie afin de juguler les effets néfastes du bois-énergie, considéré comme l’un des moteurs de la déforestation.

« Il est impérieux et urgent de mettre à la disposition de notre continent, de nouvelles sources d’énergie et de nouveaux modes de production compatibles avec la préservation de l’environnement », a exhorté le chef de l’Etat. « Mon gouvernement a fait de la production des énergies propres et renouvelables, la première de ses priorités économiques pour le quinquennat. Nous pouvons moyennant des investissements agressifs passer de mois de 10% d’électrification actuellement à 60% dans les dix prochaines années. Faisant reculer très significativement la consommation du bois de chauffe ».

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *