Santé : Planification familiale, la 4ème conférence nationale annoncée pour décembre

Le Comité Technique multisectoriel permanent pour la Planification familiale (CTMP) ensemble avec le Programme National de Santé de la  reproduction (PNSR), le Fonds des nations-unies pour la population (UNFPA), et l’USAID ont annoncé ce jeudi 10 octobre à Kinshasa, la tenue en  décembre prochain de la 4ème conférence nationale pour le repositionnement de la planification familiale. Ayant pour thème l’émergence de la RDC en 2030 : place et rôle de la planification familiale, cette conférence  permettra aux membres du CTMP d’échanger avec tous leurs partenaires engagés dans la politique de planification familiale en RDC.

Pour qu’un pays tire des dividendes démographiques, il est important que celui-ci n’ait pas beaucoup de personnes à charge trop nombreuse. Et il aussi impérieux que le taux de personnes économiquement actives soient important. Pour y arriver, il faudrait aider les femmes à maîtriser leur natalité en décidant du moment et du nombre d’enfants qu’elles désirent avoir. Cette maîtrise de la démographie passe par l’offre de service de la planification familiale.

Le taux de prévalence sur la planification familiale en RDC se chiffre à ce jour au tour de 18%, ce qui n’est pas loin de l’objectif de 20 % que s’est assigné le pays pour 2020.  Malgré ce satisfecit, les obstacles sont multiples  notamment le manque des ressource financières, le manque du personnel qualifié et l’hostilité de certaines femmes et confessions religieuses aux méthodes de contraception.

« Cette conférence offrira une opportunité pour mobiliser des ressources additionnelles domestiques et internationales en faveur de la planification familiale. Et aussi contribuer au service de planification familiale auprès de groupes cibles qui sont les jeunes et les adolescents », a déclaré Jacqueline Bapura, coordinatrice du CTMP.

Lire aussi  Forêt : Le gouverneur Mputu décide d’annuler l’arrêté sur les concessions forestières dans le Mai Ndombe

Signalons qu’en RDC la mortalité maternelle est alimentée à plus de 20% par les grossesses non désirées et les avortements criminels pratiqués  auprès de jeunes. Une situation évitable par l’adoption d’une planification familiale.

Pour sa part,  la docteure Lys Lombeya directrice nationale du PNSR a tenu a rassurer l’opinion sur l’efficacité et le caractère bénin des contraceptions qui sont distribuées et utilisées en RDC.

« Les méthodes de contraceptions modernes que le pays propose à sa population sont non seulement d’utilité mais aussi d’accessibilité pour chaque femme et chaque couple. Ces sont des méthodes sans problèmes », a-t-elle- affirmé. « Ce vrai qu’on peut retrouver quelques effets secondaires chez certains patients, mais ces effets sont gérables au niveau médical ».

Au cours de cette 4ème conférence, le  CTMP échangera aussi  avec les autorités issues des dernières élections afin que celles-ci puissent renouveler leurs engagements pris en faveur de la planification familiale.

Rappelons que le CTMP existe depuis 2009. Cette organisation a été créée dans le but d’assurer le suivi de la mise en œuvre des recommandations issues des premières conférences nationales de repositionnement de la planification familiale. Notons qu’à ce jour,  les précédentes conférences ont permis d’obtenir une ligne budgétaire et un cadre légal de distribution des contraceptions.

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *