Forêts : Jean-Marie Bolika, « malgré plus de 150 taxes, le secteur de forêts n’apporte rien au budget de l’Etat »

La parafiscalité dans le secteur forestier de la République démocratique du Congo est l’un des pesanteurs qui minent le développement de ce secteur. Cette parafiscalité est à la base de la faible mobilisation des recettes du Ministère de l’Environnement qui a en charge les forêts. Jean-Marie Bolika a fait cette révélation au cours de l’émission « Invité du Weekend », d’ENVIRONEWS TV, une chaine de télévision thématique qui émet à Kinshasa.

Jean-Marie Bolika, cadre au WWF, lors de l’enregistrement de l’émission IWE à Kinshasa.

« J’ai recensé plus de 150 taxes. Elles sont perçues annuellement. Mais aujourd’hui, même s’il faut prendre l’ensemble de perceptions que ce secteur rapporte, sachez que la plupart ne rentre pas dans le trésor public. Les taxes perçues vont dans les poches des individus », a-t-il précisé.

Lors de cet entretien, l’expert en gouvernance forestière et cadre au WWF-RDC, Jean-Marie Bolika s’est indigné de la gestion du secteur des forêts de la RDC dont la contribution annuelle au budget de l’Etat est quasi nulle.

« Lorsqu’un radeau, ou un bateau flotte avec les grumes et que les éléments de la Force navale débarquent et commencent à percevoir des taxes, on peut se poser la question qu’est ce que le Ministère de Défense a affaire dans le secteur forestier ? », s’est-il interrogé. « L’ANR (Agence Nationale des renseignements), n’a pas non plus la mission de percevoir des taxes. Le ministère de transport, et l’ex ONATRA qui continue à percevoir des taxes même dans les ports qui ne lui appartient pas ».

Et pourtant, le même secteur dans les autres pays du Bassin du Congo, notamment le Cameroun et le Gabon, rapporte des contributions considérables à leurs budgets. Il [le secteur]est considéré dans ces pays comme le moteur de développement de leurs communautés.

Lire aussi  Forêts : Jean-Marie Bolika, « nous attendons des signaux forts du nouveau ministre de l’Environnement»

Selon l’expert, il suffit de faire un tour sur le site web du ministre des finances publiques de la RDC pour se rendre compte du coulage des recettes du secteur forestier du pays.

« Le Ministère des finances publie chaque trois mois, les recettes du secteur extractif. Mais vous ne verrez pas dans ces publications, là où le Ministère de l’Environnement a saisi autant des grumes de bois d’origine illégale et que les contrevenant ont payé tel montant, et pourtant chaque jour il y’a des contraventions », a-t-il déploré.

L’intégralité de cet entretien est à suivre absolument dans « INVITE DU WEEKEND », ce samedi 26 octobre, sur ENVIRONEWS TV, en TNT sur canal 103, BleuSat Canal 30 et MediaSat Canal 77. A 10h, 14h, 18h, et 21h.

Alfred NTUMBA

Une réflexion sur « Forêts : Jean-Marie Bolika, « malgré plus de 150 taxes, le secteur de forêts n’apporte rien au budget de l’Etat » »

  1. Il ya évasion fiscale dans ce secteur. Trop de corruption et tout l’argent va dans les poches des argents et autres autorités responsables dans ce secteur!

    Ce qui fait mal c’est que personne ne s’en préoccupe et pourtant c’est un secteur très prometteur et qui peut même être le premier secteur à gros revenu pr le budget de l’État

    Oui, on en a fait une pratique normale. Tout ministre de l’environnement qui vient ne cherche pas vraiment à assainir le secteur mais plutôt à trouver lui aussi son compte. Dans ces conditions, rien ne change. Les exploitants aussi ont compris cela, en profitent et le cycle continue sans que sans rien ne change. Et il y en a qui veulent de la levée du moratoire. Ça serait une occasion pr enrichir les individus d’un côté (exploitants et autorités ou agents) et détruire nos ressources de l’autre avec comme conséquence le maintien des populations dans la pauvreté et souffrance de tout genre. Oui les nombreux taxes n’apportent rien au budget mais c’est parce que rien n’est fait pour que ces taxes rentrent bien dans les caisses de l’État et c’est en grande partie la faute à l’État congolais!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *