Accra : Richard Eba’a Atyi « seule la combinaison des efforts politiques et communautaires peut engendrer des résultats positifs »

Lancés le 29 octobre dernier à Accra au Ghana, c’est ce mercredi 30  octobre que se sont clôturés   les travaux du Global Forum Landscapes (GLF). Ayant pour thème Restaurer les paysages Africains tous ensemble, ce Forum d’Accra met un accent particulier sur la conciliation des efforts fournis par les politiques et ceux des communautés, afin de gagner le pari de restauration des paysages qu’ont  fait  les pays Africains, au moment où les Nations-Unies se préparent à lancer la décennie de la restauration. «  Le message du  Centre international des recherches forestières (CIFOR) dans ce Forum reste le même avec  celui du GLF, il s’agit  de combiner des efforts faits au-dessus et ceux d’en dessous » a déclaré Richard Eba’a  Atyi, chercher au CIFOR et coordonnateur du bureau régional. «  Les politiques conçues pour la restauration forestière doivent s’intéresser sur ce qui se passe sur le terrain avec des communautés locales . C’est de cette manière que nous pouvons obtenir des résultats visés ». Sous sa casquette de coordonnateur de la région d’Afrique Centrale en matière de restauration, ce chercheur a invité les pays du bassin du Congo à s’impliquer davantage  dans la restauration des paysages ce,  bien qu’ils disposent d’immenses ressources forestières. «  Même si nous disposons des ressources forestières, nous devons savoir que celles-ci se dégradent et nous en souffrons beaucoup. Nous devons prendre le leadership  dans la restauration de ces ressources, et nous serons  bien appuyés au niveau international », a-t-il insisté. Selon Richard Eba’a  Atyi, la région d’Afrique centrale est active en  ce qui concerne  la restauration au travers de l’initiative AFR100. Cet élan doit être maintenu au cours de la décennie de la restauration, une initiative de l’assemblée générale des Nations-Unies qui veut que du 1 janvier 2021 au 31 janvier 2030,  l’attention du monde soit focalisée  sur la restauration des écosystèmes dégradés longtemps et qui n’arrivent plus à remplir leurs fonctions vis-à-vis de l’humanité, aggravant ainsi les effets du changement climatique. Rappelons qu’au cours de ce GLF d’Accra, la parole a été à plusieurs acteurs privés, afin qu’ils présentent et expliquent des efforts qu’ils fournissent dans leurs communautés,  en matière de restauration des paysages. Depuis Accra, Thierry-Paul KALONJI

Lire aussi  RDC : MILRDC, quand TSHIBALA se fait ennemi des médias en ligne
Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *