Environnement : Jean-Louis Koyagialo,  « notre  Agence de Transition Ecologique risque de paraitre comme une charrue placée avant le bœuf »

Le Président de la République Démocratique du Congo, Felix Tshisekedi a au cours du Conseil des ministres, du vendredi 08 novembre 2019, annoncé la création de l’Agence de transition écologique. Il a en effet, chargé les experts de la présidence et le ministère du plan à y travailler pour développer les idées afin de donner une forme à cette agence avant de passer à sa mise en œuvre.

Jean-Louis Koyagialo, ministre provincial honoraire en charge de l’Environnement du Nord Oubangi.

L’initiative du Chef de l’Etat n’a pas manqué de susciter quelques réactions dans l’opinion au regard de complexes réalités de terrain. Jean-Louis Koyagialo Te Gerengbo, ministre honoraire en charge de l’Environnement de la province du Nord-Ubangi en donne sa lecture.

« Cette complicité entre la Présidence et le Gouvernement de la République en matière de l’Environnement donne une lueur d’espoir et témoigne, non seulement, la volonté politique de peindre, au sein de la société congolaise, une culture verte, mais aussi, vise une nouvelle ère de passage du monde actuel de production et de consommation à un mode de vie plus écologique bâtis sur le changement du modèle économique et social », a-t-il déclaré.

Il a par la suite relevé les multiples chantiers indépendants que l’Agence de transition écologique devra prendre en compte notamment l’énergie, la biodiversité, la fiscalité, l’urbanisation et la télécommunication.

« Cependant, à voir de très près, en pratique, notre Agence de Transition Ecologique risque de paraître comme une charrue placée avant le bœuf, et manquer des béquilles pour son bon fonctionnement dans le contexte congolais, suite à l’absence des dispositions juridiques appropriées qui déterminent concrètement les principes fondamentaux de cette transition sur laquelle l’Agence devra s’appuyer »,a-t-il soulevé. « Ainsi, pour que cette belle initiative ne soit pas considérée, devant les congolais, comme un raccourcis du discours politique, il serait souhaitable de déterminer en amont, les modalités de cette transition écologique avec des objectifs vérifiables selon les horizons et, soutenue par les étapes dans chaque secteur concerné, pour permettre à nos compatriotes de comprendre le sens de cet engagement,  se situer, savoir où nous voulons aller, pourquoi prendre cette direction et quels en seront les retombés », a-t-il proposé pour conclure.

Lire aussi  Environnement : Claude Nyamugabo, « Sous mon mandat, nous allons respecter et exécuter les engagements internationaux »

Judith KADIE

Be Sociable, Share!

3 réflexions sur « Environnement : Jean-Louis Koyagialo,  « notre  Agence de Transition Ecologique risque de paraitre comme une charrue placée avant le bœuf » »

  1. A mon humble avis je pense que c’est très tôt de penser à la création de cette agence, il ya le ministère de l’environnement et développement durable qui plusieurs directions en son sein qui peut bien joué le rôle. l’année dernière le directeur de cabinet de chef de l’état sortant avait créé l’agence congolaise de l’environnement (Ace), qui a pris certains attributions de ministère de l’environnement, sur terrain que ce qu’il font concrètement ?, Multiplié les structures étatiques c’est bien, mais ils devraient sérieusement réfléchir sur le limité structure, juridique, politique, administratif et autres avant de prendre une telle décision.

  2. Après avoir enregistré plusieurs questions des uns et des autres, pour être plus pragmatique, je propose au Gouvernement de mettre en place un Conseil National de l’environnement et développement durable qui sera suivi d’un décret fixant sa composition, son organisation et son fonctionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *