Salubrité : Eric Ndilu, « le projet Kinshasa Bopeto devrait commencer par quantifier les déchets »

Depuis le lancement de Kinshasa Bopeto, programme d’actions du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, plusieurs scientifiques ne cessent d’émettre leurs idées sur ce que devrai être réellement ce programme qui selon son concepteur, se veut une philosophie et un mode de vie des kinois. Se livrant à cœur ouvert au icro d’ENVIRONEWS TV, Eric Ndilu Kimasala, spécialiste en génie de l’assainissement invite l’autorité urbaine à reconfigurer sa vision tout en y intégrant une bonne dose de la réalité de terrain.

Eric Ndilu, expert en génie de l’assainissement.

Ce scientifique sans jeter tout en bloque, pense quant à lui que dans un cadre scientifique de la question d’assainissement de la ville de Kinshasa, le programme Kinshasa Bopeto qui vise à passer inéluctablement par un réel changement de mentalité doit prendre en compte la quantification rigoureuse et minutieuse des déchets produits chaque jour dans la ville.

« Cette quantification permettra de connaitre en moyenne ce qu’un kinois produit comme déchets dans la ville et à faire des analyses physico-chimiques de ces déchets. Les analyses serviront à orienter les différents déchets récoltés aux filières spécialisées pour leur traitement. Cette démarche va permettre à scinder la quantité des déchets non biodégradables et biodégradables »,a-t-il rapporté.

Les idées forces portées par Kinshasa Bopeto pour redorer le blason terni de la ville sont bonnes. Cependant, les initiateurs doivent mettre un accent particulier sur l’approche participative en responsabilisant davantage la population kinoise grâce aux outils de sensibilisation et de mobilisation.

« Au niveau de la ville de Kinshasa, il y’a un problème d’incivisme environnemental mais aussi le manque de la règlementation.  Voilà pourquoi, je pense que la réussite dudit programme doit passer d’abord par l’éducation environnementale de l population », a-t-il précisé. « Essayez de parcourir la ville, vous verrez quelqu’un devant une poubelle publique, mais il préfère jeter son déchet à coté au lieu de l’introduire à l’intérieure de la poubelle », s’est indigné ce scientifique congolais ».

Chercheur à l’Université de Kinshasa, Eric Ndilu voit dans Kinshasa Bopeto, un rêve qui peut être transformé en une réalité si et seulement si des études de faisabilité sont ipso facto menées et une consultation des experts en la matière entamée.

Lire aussi  COP 23 : Pas de réponse claire sur la question de financements climatiques

« Au cours de ce panel scientifique, les experts réfléchiront sur les moyens, les méthodologies, et les stratégies scientifiques. Sur base de cette expertise, il serait facile de juger sur quelles infrastructures, quel dimensionnement, quel coût global et mains d’œuvres à mettre en place pour la réussite de Kinshasa Bopeto», a-t-il renseigné.

Il a par ailleurs félicité le concept Kinshasa Bopeto et invité l’autorité urbaine à veuille à ce que la chaine soit réellement réfléchie et capable de maintenir le rythme d’évacuation des déchets sans perdre les pédales comme cela l’avait été avec leurs prédécesseurs.

Albert MUANDA

 

Une réflexion sur « Salubrité : Eric Ndilu, « le projet Kinshasa Bopeto devrait commencer par quantifier les déchets » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *