Environnement : Crise au GTCR-R, qui de COPIL et Kabalako a raison ?

L’on peut se permettre de croire en une crise qui se dessine au sein du Groupe de Travail REDD Rénové (GTCR-R). Tout est parti de la correspondance du comité de pilotage (COPIL) de cette organisation de la société, qui dans sa lettre datant du 28 décembre dernier a signifie à Julien Kabalako, coordonnateur national, la fin de son mandat administratif à la tête cette institution. Dans la même correspondance, le COPIL a également signifié l’impossibilité du renouvellement du mandat du coordonnateur national.

Une décision qui n’a pas plu à Julien Kabalako, qui selon lui, il ne revient pas au COPIL de prendre une telle décision. Car, argue-t-il, ni au COPIL, ni à l’Assemblée générale, aucune recommandation n’a fait allusion au non renouvellement de son contrat.

Que disent les statuts du GTCR-R ?

En tant qu’ASBL, le GTCR-R dispose des statuts, d’un règlement d’ordre intérieur et le livre de procédures internes de gestion. Les textes des statuts stipulent que l’équipe de coordination est recrutée par un cabinet indépendant. Et le manuel des procédures fixe les modalités en précisant que le staff dument recruté par le cabinet indépendant doit être lié au GTCR-R par un contrat de travail à durée déterminée. Et c’est le COPIL qui doit engager le GTCR.

Pour le cas présent, le COPIL avait signé un contrat d’une année renouvelable avec Julien Kabalako. Il en a été ainsi de 2017-2018 et 2018-2019. En principe, le contrat de Monsieur Kabalako prend fin le 31 décembre 2019.

Lire aussi  Environnement : GTCR-R, Julien Kabalako destitué de ses fonctions de coordonnateur national

Selon une source proche du dossier, chaque fois le COPIL notifie le staff de la coordination de la fin du contrat, et procède par une évaluation avant de renouveler si nécessaire le contrat d’un membre ou de tous les membres de la coordination nationale.

En cas de la non satisfaction, le COPIL se réserve le droit de mettre fin au contrat, conformément aux textes qui régissent cette organisation. « En analysant les performances, et le job description, les membres du Comité de Pilotage ont décidé que le mandat de Julien Kabalako ne soit pas renouvelle », a indiqué notre source. « Certains membres de ce staff ont vu leurs contrats écourtés ».

A en croire la même source, il ne s’agit pas d’une destitution, mais plutôt d’une fin normale d’un contrat mais qui ne sera pas renouvelle au regard de Target non atteint par le coordonnateur national.

Notons par ailleurs que le COPIL est composé de 11 membres, issus des provinces non démembrées.

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *