FORETS : UNIKIS-CIFOR, un partenariat qui dote la RDC d’une nouvelle génération d’experts forestiers

Le partenariat entre l’Université de Kisangani (UNIKIS)  et le Centre International de Recherche Forestière (CIFOR) est à ce jour considéré comme un modèle en ce qui concerne la préservation des forêts congolaises, et la formation des cadres devant assurer ladite  préservation.  Avec plusieurs résultats à son actif, ce partenariat a tracé et  balisé le chemin d’une gestion durable de la biodiversité et de l’aménagement  forestier en  République démocratique du Congo.

Du projet REAFOR ( Relance de la recherche agronomique et forestière) au projet FORETS ( Formation recherche et environnement dans la Tshopo) en passant par REFORCO (Recherche forestière au Congo) et FCCC ( Forêts et changement climatique au Congo), le CIFOR financé par l’Union européenne  a au travers de sa coopération avec l’UNIKIS  formé à ce jour  une importante masse critique au niveau de master et doctorat, capable de  relever le défi de cadres pouvant travailler tant  dans la formation de formateurs que dans l’accompagnement de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN),  structure spécialisée dans la conservation de la nature en RDC.

« Avant notre partenariat avec le CIFOR, on avait constaté après  évaluation que la RDC ne disposait que de deux forestiers qualifiés, et d’un autre non qualifié, mais qui faisait quand même le tour du pays lorsqu’on devrait recourir à un expert. Cela était insuffisant avec la vision du gouvernement qui voulait que l’ICCN ait beaucoup de cadres qualifiés », a expliqué, Dhed’a Djailo Recteur de l’université de Kisangani.

C’est pour répondre adéquatement à ce problème que le projet FORETS a retenu parmi les actions de son partenariat avec l’UNIKIS, la formation des cadres en gestion durable des forêts.

Lire aussi  Forêt : Le gouvernement congolais veut récupérer tous les titres forestiers non mis en valeur

Actuellement, on dénombre plus de 240 diplômes de  masters et près de 30 diplômes de doctorat décernés depuis le lancement du projet  en 2017. Des chiffres qui en disent  long sur la volonté et la détermination du CIFOR à apporter sa  contribution à la préservation des forêts congolaises.

Organisation des cours en binômes, une innovation !

L’organisation des cours dans cadre de cette formation reste une grande innovation pour cet établissement académique. Pour permettre l’échange d’expérience, les cours ont été organisés en binômes. Pour ce faire, les experts du CIFOR, du CIRAD, de l’université anglaise ont été associés pour la formation dans le cadre du projet.

«  Ici à l’université de Kisangani, les cours sont organisés en terme de crédits s’agissant du projet. Un crédit équivaut à vingt-huit heures, et si le cours a trois crédits, 1,5 crédit sera donné par la partie congolaise et l’autre 1,5 crédit par la partie du Nord », a expliqué  le professeur Jean-Marie KAHINDO, expert scientifique du projet FORETS.

Etant la première personne à avoir décroché le premier doctorat après le lancement du projet, Jean-Marie KAHINDO assure que ce mode d’enseignement est plus intéressant et permet aux étudiants d’être suffisamment renforcés en capacité.

Des rêves  accomplis

Ayant obtenu son diplôme de master en gestion de la biodiversité en 2018 grâce au projet FORETS, Sagesse TAYARI figure parmi les personnes qui sauront éternellement gré au CIFOR pour cette initiative qui leur a permis à ce jour de réaliser leurs rêves.

« Je rêvais d’enseigner à l’université depuis que j’étais toute petite, et quand appris sur l’offre du projet FOREST relative à la formation en master, je me suis dite ça c’est une opportunité à ne pas rater. Et aujourd’hui, mon rêve est devenu une réalité », a confié cette experte en gestion de la biodiversité.

Lire aussi  Climat : Rose Mwebaza, nouvelle directrice du Centre et Réseau de technologie climatique

D’abord licenciée en économie du développement, Sagesse TAYARi affirme qu’elle ne s’est pas sentie déboussolée en optant pour l’option homme-forêts après son admission dans ce programme de master, car il y avait des cours  qui lui ont aidé à adhérer dans  cette nouvelle discipline en toute douceur. Et aujourd’hui, elle se dit suffisamment outillée pour travailler dans ce secteur, et aussi partager ses connaissances avec les autres par le biais de l’enseignement.

« Actuellement, j’effectue un stage professionnel  au CIFOR,  je remercie par cette occasion le docteur Paolo CERRUTI responsable du CIFOR en RDC qui m’a permis d’effectuer ce stage, au cours duquel je bénéficie d’un très bon encadrement. Le projet FORET ne forme pas seulement sur le plan scientifique, mais aussi professionnel », a insisté Sagesse TAYARI.

Rénovation et constructions des bâtiments

Outre la formation, le CIFOR avait dans l’agenda de son partenariat avec l’UNIKIS, l’amélioration des capacités d’accueil des apprenants au sein de cet établissement. C’est dans cette optique que trois bâtiments sont sortis des terres. Si deux d’entre eux sont déjà opérationnels, le troisième en construction et pourrait être achevé au cours de cette année. Capables d’accueil près de 800 étudiants chacun, ces bâtiments sont construits  dans la sobriété la plus totale. Pas ascenseurs, moins encore un système de climatisation, les locaux de ces bâtiments renouvellent en permanence de l’air naturel. Une façon d’épargner les gestionnaires des dépenses colossales relatives à la maintenance. Signalons la construction de ces édifices constitue un terrain d’apprentissage  pour les étudiants en travaux publics de Kisangani. Ils prennent part aux travaux, échangent avec les experts afin de concilier à la pratique, différentes théories engrangées au cours de leur formation.

Lire aussi  Bassin du Nil : vers la signature de l'accord de coopération

Thierry-Paul KALONJI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *