Environnement : En Indonésie, WWF mis à la porte par les autorités

Le ministère de l’Environnement et des Forêts indonésien a mis fin à l’accord de coopération qui le liait à l’organisation de protection de l’environnement World Wildlife Fund (WWF). Cette décision intervient après la présentation d’une loi “urgente” censée ouvrir la voie à l’exploitation illimitée de mines de charbon et de minerais au détriment des populations locales.

 « Les autorités indonésiennes reprochent l’organisation de protection de la nature de sa gestion de l’un des parcs nationaux du pays, de l’incapacité à contrôler des feux de forêt et d’avoir critiqué la gestion des incendies par le gouvernement », peut-on lire dans un communiqué cité par nos confrères du Courrier International-Paris.

Selon la même source, les autorités indonésiennes n’ont pas apprécié les critiques publiées par les personnalités liées à WWF quant aux moyens employés pour tenter d’éteindre les vastes incendies qui ont ravagé les forets sur les iles de Sumatra et Bornéo en 2019, à l’origine de fumées toxiques et d’émanations de gaz à effet de serre massives.

L’accord avec WWF avait été conclu en 1998 et devait se prolonger jusqu’en 2023.  « La fin immédiate de cette coopération pourrait avoir d’importantes conséquences sur la biodiversité de l’archipel, en particulier sur les efforts de protection sur le terrain », rapporte le quotidien de référence Kompas.

Depuis sa présence sur le sol indonésien, WWF en collaboration avec d’Aceh ont mis en œuvre 130 projets à l’extrême ouest de l’archipel, à la Papouasie, à l’Est. Entre autre le projet de sauvetage d’un rhinocéros de Sumatra, une espèce extrêmement menacée.

Lire aussi   Santé : La RDC en proie à une épidémie de rougeole

« Une équipe que nous soutenons sur place prend actuellement soin de Pahu [nom donné au rhinocéros blessé]. Nous faisons tout pour le sauver et nous sommes les seuls à avoir les connaissances nécessaires »,s’est inquiété Lukas Adhyakso, le directeur de programme conservation à WWF Indonésie.

Débat autour des feux de forêt

Alors que WWF affirme ne pas avoir reçu d’explication claire justifiant la rupture soudaine de cet accord, un responsable de la division des ressources naturelles et de la protection des écosystèmes du ministère cité par le Jakarta Post révèle de nouveau que  WWF Indonésie a échoué à empêcher des feux de forêt dans le parc national de Bukit Tigapuluh dans la province de Jambi (Sumatra), en août 2019.

« Il y avait eu des feux de forêt sur une superficie de 100 hectares dans le parc national”. Nous avons reconnu que 100 hectares avaient brûlé en 2019. Nous n’avons pas dit que c’était négligeable. Cependant, étant donné l’ampleur des feux de forêt en 2019, il semble injuste de ne blâmer que nous. Ces incendies avaient été déclenchés par un groupe lié à des exploitants illégaux qui ont, de plus, entravé les efforts menés pour éteindre les foyers », s’est défendu Elis Nurhayati, porte-parole de WWF Indonésie.

Les 38 000 hectares du parc national, qui abritent des tigres, des éléphants et des orangs-outans de Sumatra, étaient en effet depuis 2015 sous la concession de l’organisation Alam Bukit Tigapuluh et de WWF Indonésie. Les deux structures WWF et d’Aceh avaient pour mandat de mettre sur pied des actions visant à empêcher tout déboisement illégal dans cette zone forestière menacée.

Lire aussi  Forêts : La province de la Tshuapa dotée d’un conseil consultatif des forêts

Albert MUANDA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *