Foncier : Une expo photos pour mettre en lumière le travail des défenseurs des droits fonciers et environnementaux

L’ONG CODELT a organisé une exposition photos dédiée au travail des défenseurs des droits fonciers et environnementaux. Cette activité a été organisée à Kinshasa, ce samedi 08 février. Des photos détaillant les actions de terrain menées par les défenseurs pour l’intérêt de leurs communautés locales ont été présentée au grand public.  

Signature de la plaquette pour s’engager contre la criminalisation des défenseurs des droits fonciers et environnementaux, lors de l’Expo photos.

« Les communautés locales sont actuellement victimes des accaparements des terres et des impacts environnementaux. Pour ceux qui se sont décidés de se lever pour porter à haute voix dans cette lutte se sont retrouvés criminalisés. Certains ont été conduits aux cachots, d’autres se retrouvent gravement blessés dans des hôpitaux et, le pire, d’autres encore ont été tués », a rapporté Moïse Mbaya, membre de CODELT.

Au cours de cette expo, les différents cas mis en lumière ont suscité l’engagement de certains acteurs étatiques, non étatique, et les membres de la société civile invités pour la circonstance.

« C’est vraiment un devoir pour nous de soutenir tous les défenseurs des droits fonciers des communautés locales qui comprennent combien des gens ont besoin d’avoir une terre et d’en jouir. Quand quelqu’un se donne à défendre les droits de la vie d’un homme ou d’un citoyen, cela témoigne d’une mission noble, qui mérite d’être soutenue », a précisé Théophile Gata, au nom de la société civile environnementale.

Les participants à cette exposition photo ont apposé leurs signatures sur une plaquette en signe d’engagement à la mobilisation contre la criminalisation des défenseurs des droits fonciers et environnementaux. Pour les organisateurs, cette affiche des signatures constitue une pièce maitresse pour tout le reste de la campagne qui sera menée durant les deux prochaines années en RDC.  

« Nous avons été agréablement surpris de voir les administrations, les autorités politiques du ministère des droits humains, de la justice, et de l’Environnement qui se sont jointes à nous en apposant leurs signatures. Ces gestes démontrent qu’ils ont accepté l’urgence de tout faire pour trouver des solutions afin de permettre à ces communautés de continuer à poursuivre leurs engagements et leurs plaidoyers sans que leur vie et leur intégrité physique ne soient mis en danger», s’est réjouie Angélique Mbelu, facilitatrice de la SNE (Stratégie Nationale d’Engagement).

Lire aussi  Conservation : L'organe de gestion de la CITES transféré à l'ICCN

L’exposition a présenté plusieurs cas. Certains, dans le secteur forestier, d’autres dans le secteur agricole et dans le domaine de la conservation. Les violences et les menaces faites à l’endroit de ces défenseurs semblent bien se porter sur l’ensemble du territoire national congolais.

« Nous avons démarré une réflexion, jusque-là il y a déjà des bonnes initiatives et suggestions qui ont été proposées par les décideurs, les autorités politiques et les administrations qui nous accompagnent dans la mise en place du programme. Ce coup de pouce nous permet de collecter les données et les initiatives à documenter», a renchéri Angélique Mbelu.

Notons que cette exposition a été précédée par une rencontre qui avait mis au tour d’une même table les délégués des ministères impliqués dans cette problématique, notamment le Ministère de la justice, des Affaires foncières, de l’Intérieur, de l’Environnement, et celui des Droits humains. Une rencontre qui avait permis l’échange d’idées sur le concept même du défenseur des droits fonciers et environnementaux, et proposer quelques pistes de solution pour la protection des ces hommes et femmes qui ne défendent rien que leurs terres.

Albert Muanda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *