Environnement: Hilaire Kabuya, un juriste environnementaliste à l’ère des enjeux environnementaux en RDC

Utiliser ses ressources savantes pour concevoir et réaliser sa politique environnementale, l’expertise d’un juriste environnementaliste est un atout pour le pays.

Il est Fils de Symphorien Kabeya Kadima,ancien ministre en charge de la défense de l’État autonome du Sud Kasaï et député de la première législature du même État après l’indépendance . A côté de son défunt père,il apprend très vite les valeurs de liberté et de droit du citoyen. Ce qui va le conduire dans un cursus universitaire de formation en droit à l’université de Lubumbashi, après les humanités littéraires au petit séminaire Saint Thomas d’Aquin du diocèse de Mbujimayi.Un passage par le grand séminaire Christ Roi de Kabwe dans l’archidiocèse de Kananga lui permet d’affirmer son éthique.Tout au long de la formation, il se fait remarquer par sa brillance intellectuelle et son engagement pour la dignité de l’étudiant zaïrois de l’époque.

En 1990 il est élu président sectionnaire de la jeunesse de l’Union pour la démocratie et le progrès social Judps, après avoir assumé les fonctions de secrétaire général.Un parti politique qui s’oppose à l’instauration de la dictature par le feu président du Zaïre. Il est de toutes les manifestations estudiantines malheureusement réprimées par le pouvoir,dont le massacre des étudiants de Lubumbashi de triste mémoire.

 

En 1993 Hilaire Kabuya décroche son diplôme universitaire .Il est reçu comme assistant à l’université de mbujimayi fondation Cardinal Joseph Malula et s’inscrit aux barreaux de Kinshasa-Gombe et de Mbujimayi.

En 2009 il est désigné coordonnateur de la nouvelle société civile provinciale du Kasaï oriental.Il réussit à mettre en difficulté le pouvoir caractérisé par une restriction outrageante des libertés publiques. Il défend avec succès les causes perdues et se confirme comme un scientifique.

Lire aussi  Climat : Les USA officialisent leur intention de quitter l'accord de Paris

En 2014,il obtient un doctorat en droits de l’homme et gestion de l’environnement à l’Université de Bangui, en République centrafricaine. Il est nommé professeur à l’Université officielle de mbujimayi,et dispense des enseignements dans plusieurs universités.Il a exercé les fonctions de doyen et vice doyen à la faculté de droit respectivement à l’université protestante au cœur du Congo et à l’Université de Mbujimayi.Il compte à son actif plusieurs publications, notamment le livre intitulé “La gestion des forêts en République Démocratique du Congo: étude écologique, économique et juridique.”.Un volume de cinq cents pages paru aux éditions L’Harmattan à Paris en 2016.Il a animé plusieurs conférences scientifiques tant au pays qu’à l’étranger.

 

C’est cette expertise comme juriste environnementaliste, une denrée rare au pays, qui fera parler de lui dans la région des grands lacs. Sélectionné pour prendre la tête du programme “Centre africain pour la justice” ACJ en sigle,en République démocratique du Congo, Hilaire Kabuya imprime une dynamique toute particulière.Ce programme du barreau américain dans la région des grands lacs(Burundi,Congo,RDC et Rwanda) poursuivait comme objectif la transparence dans les finances publiques,la protection des droits des consommateurs, la protection des investissements ainsi que celle de l’environnement.

Sous son leadership,des cadres de la magistrature,des membres des institutions étatiques ,des barreaux et de la société civile ont amélioré leurs connaissances notamment dans les domaines de la gouvernance financière et de la justice environnementale.Il a,à ce titre,travaillé activement à l’opérationnalisation de l’Institut national de formation judiciaire en RDC.Un centre post universitaire de formation des magistrats et auxiliaires de la justice. Cela à l’Erusma (Bénin), Centre Lévis muana wassa(Zambie)l’Ilpd(Rwanda).

Lire aussi  Energie : SNEL, 505 agents et cadres ont pris leur retraite en 2019

Fin 2019,alors qu’une crise alimentaire menaçait la sécurité dans une partie du pays; par des correspondances ciblées aux autorités compétentes,il a chirurgicalement réussi à proposer la thérapie: la mise en place d’une politique agricole nationale. Cela à travers l’organisation des états généraux sur la production agricole.Ce que Le 20e conseil des ministres s’est résolu à organiser. Grâce à cet outil,le pays va se doter d’un mécanisme légal pour résorber le déficit d’investissements et de production agricoles.”Enfin le pays pourra exploiter ses 80 millions d’hectares de terres arables pour nourrir les congolais et l’Afrique”a déclaré le professeur Hilaire.

A l’ère actuelle où l’amélioration de la gouvernance environnementale s’impose ,il est plus que nécessaire que le pays utilise ses propres ressources savantes. Juriste et environnementaliste, consulté dans le dossier de crimes environnementaux commis par l’armée ougandaise dans l’Est de la RDC,son apport sera déterminant dans l’élaboration des mécanismes légaux efficaces de gestion des écosystèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *