Forêt : Message du WWF RDC à l’occasion du 21 mars, Journée internationale des forêts

La Journée Internationale des Forêts (JIF) est l’occasion de célébrer la forêt dans sa diversité et de faire prendre conscience de l’importance des différents types de forêts. Les pays sont invités à engager des efforts aux niveaux local, national et international afin d’organiser des activités autour des forêts et des arbres. Chaque année, la Journée est consacrée à un thème particulier décidé par le Partenariat de collaboration sur les forêts. Le thème pour cette année est : « Les forêts et la biodiversité ».

Photo Christian Mpasi. Tout droit réservé

Les forêts couvrent environ un tiers de la planète et jouent un rôle fondamental dans les économies mondiales et nationales. Environ 1,6 milliard de personnes, dont plus de 2 000 cultures autochtones, en dépendent pour leurs moyens de subsistance quotidiens et leur survie à long terme. Les forêts sont les écosystèmes les plus riches en termes de diversité biologique. Elles abritent plus de 80 % des espèces d’animaux, de plantes et d’insectes sur terre.

Les forêts et les arbres apportent des contributions vitales à la fois aux populations et à la planète, en renforçant les moyens d’existence, en purifiant l’air et l’eau, en préservant la biodiversité et en offrant des solutions pour faire face au changement climatique.

Les forêts sont une source de nourriture, de remèdes et de combustible pour plus d’un milliard de personnes. Outre qu’elles concourent aux mesures prises face au changement climatique ainsi qu’à la protection des sols et des ressources en eau, les forêts abritent plus des trois quarts de la biodiversité terrestre, fournissent de nombreux produits et services qui contribuent au développement socioéconomique, et revêtent une importance particulière pour des centaines de millions de personnes qui vivent en milieu rural, et notamment bon nombre des plus pauvres dans le monde.

Lire aussi  Forêts : La RDC révèle son outil de référence du niveau d'émissions des forêts

Pourtant, malgré ces précieux avantages écologiques, économiques, sociaux et sanitaires, la déforestation mondiale se poursuit à un rythme alarmant.

Comme le souligne Marco Lambertini Directeur Général de WWF : « Nos programmes de conservation ne visent pas uniquement à assurer l’avenir des tigres, des pandas, des baleines et de toute la diversité de la vie que nous aimons et chérissons sur Terre. Cela va plus loin. Il ne peut y avoir d’avenir sain, heureux et prospère pour les habitants d’une planète au climat déstabilisé, aux rivières asséchées, aux terres dégradées et aux forêts décimées. Il ne peut y avoir de vie sur une planète totalement dépourvue de biodiversité, la toile du vivant dont chacun de nous dépend…. ».

Malgré les nombreuses études scientifiques et les accords politiques confirmant que la conservation et l’utilisation responsable de la diversité biologique sont des priorités d’ordre mondial, la biodiversité continue de décliner.

 

Pour contribuer à stopper ce déclin, le WWF RDC met en œuvre quatre stratégies au niveau national et dans ses paysages prioritaires. Ces stratégies sont les suivantes :

Faune et aires protégées: pour soutenir la protection au niveau des paysages prioritaires et soutenir les politiques et mécanismes au niveau national afin de lutter contre les problèmes du commerce des espèces sauvages et la dégradation de leur habitat.

Forêt et agriculture: pour contribuer à la protection des forêts et promouvoir la gestion durable des forêts en impliquant toutes les parties prenantes concernées, y compris les peuples autochtones et les communautés locales. Les questions liées à l’agriculture sont incluses comme les principaux moteurs de la déforestation.

Lire aussi  Forêt : la gestion des tourbières forestières, un nouveau défi pour le gouvernement congolais

Energie et infrastructures: cette stratégie répond principalement à la demande croissante en énergie de la RDC pour les minéraux, en soutenant et en influençant le pays à adopter une transition énergétique sobre en carbone et une politique énergétique durable afin de minimiser l’impact du développement des infrastructures pétrolières et énergétiques à grande échelle sur l’environnement et les écosystèmes.

Gouvernance décentralisée : cette stratégie vise à remédier à une gouvernance faible, tout en renforçant les capacités des communautés et leur implication dans la gestion des ressources naturelles.

Globalement, la stratégie d’intervention du WWF RDC est d’accompagner les parties prenantes dont les partenaires de conservation, la société civile, le gouvernement et les populations dans leurs efforts d’inverser la tendance de la perte des espèces animales et végétales et de la dégradation de la nature en les aidant à apprécier, protéger et de les utiliser de façon durable.

Photo Christian Mpasi. Tout droit réservé

 

Contribution à la gestion durable des forêts pour protéger la biodiversité de la RDC

Le WWF RDC travaille depuis plusieurs années en collaboration avec les parties prenantes du secteur de la conservation. Sans les appuis soutenus et la participation effective de ces acteurs, il n’aurait pas été possible d’enregistrer toutes les avancées constatées objectivement durant les dernières années. C’est dans ce cadre que le WWF RDC ambitionne de gérer durablement les forêts pour protéger la biodiversité de la RDC et se projette d’atteindre d’ici 2025 les objectifs ci-après :

Un million d’hectare des écosystèmes critiques sont reconnus comme des Aires de Conservation pour les Communautés locales et Peuples Autochtones (APACs) et est sous gestion/protection efficace.

Lire aussi  FIPA : Un marathon pour sensibiliser sur l’utilisation des énergies renouvelables

Au moins 20 millions d’hectares (20%) de forêts denses font partie du réseau des Aires protégées consolidées, dont 1 million d’hectares (1%) est sous concessions forestières communautaires et 1 million d’hectares (1%) de  concessions forestières industrielles est sous exploitation légalement certifiée.

Les aires protégées et APACs couvrent au moins 15% (35 millions d’hectares) du pays, comprenant 75% de Zone à Biodiversité Clés et l’efficacité de gestion (30%) de six sites prioritaires est en augmentation satisfaisante.

Le braconnage d’espèces phares dans les paysages prioritaires est réduit de 50% grâce à une application efficace de la loi utilisant une approche « zéro braconnage » et assure la stabilité et l’augmentation des populations des grands singes et des éléphants de forêt.

Au moins une province adopte une feuille de route basée sur les meilleurs scénarii d’énergies renouvelables qui impacte 320 communautés (dont environ 100 000 ménages) et améliore de façon efficiente leur accès à l’énergie.

 

A l’occasion de cette Journée, le WWF RDC encourage les parties prenantes du secteur de la conservation à joindre leurs efforts aux siens pour gérer durablement les forêts et protéger la biodiversité de la RDC.

Il remercie les différents partenaires financiers pour avoir appuyé ce programme tout en les exhortant à poursuivre leurs engagements en faveur de la préservation de la biodiversité en collaboration avec le Gouvernement et toutes les autres parties prenantes de la conservation de la biodiversité en RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *