Conservation : 12 écogardes et 4 civiles tués dans une attaque meurtrière au Parc national des Virunga

Au moins 12 gardes du Parc national des Virunga et 4 civiles ont trouvé la mort dans une attaques de présumés FDLR, ce vendredi 24 avril à Rumangabo. Les fait se sont déroulés au tour de 11 heures, lorsque un convoi des civiles est tombé dans une embuscade montée par ces rebelles qui opèrent dans une partie de ce parc, situé à l’Est de la République démocratique du Congo. Joint au téléphone, le Directeur général de l’Institut congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) a confirmé l’information et précisé que d’autres écogardes et civiles sont dans un état critique, dans un hôpital de la place.

« On a perdu seize à dix sept personnes ce matin dans les attaques contre les FDLR. Ce sont les convois de nos compatriotes  qui traversaient sur la route Goma-Rutshuru. Nos gardes sont venus quand ils ont entendu les coups de feu sur le convoi civil qui était devant. Or avant que les gardes n’approchent, les FDLR qui étaient au nombre d’une soixantaine avaient déjà tendu une embuscade. Et, nos hommes sont entrés dans cette embuscade en allant sauver les civils », a précisé Cosma Wilungula, Directeur général de l’ICCN. « On a 12 gardes tués, quatre en état grave et quatre civils tués et 5 en état grave ».

 

Cette attaque n’a pas laissé indifférente l’Union européenne qui investi depuis plusieurs années dans ce parc, l’un de plus vieux d’Afrique. « J’apprend avec consternation qu’une patrouille des garde-parc est tombée aujourd’hui dans une embuscade près de Rutshuru.  Nous devons tout faire pour que cette attaque meurtrière ne reste pas impunie et que les auteurs soient traduits en justice », a déclaré Jean-Marc Chataigner, chef de la délégation de l’UE en RDC.

Lire aussi  Virunga : Seuls les deux sites, Nyiragongo et Kibumba reouverts au public

 

Notons par ailleurs que les enquêtes ont été ouvertes, et le bilan reste encore provisoire.

 

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *