Mines : Une zone d’exploitation minière instituée dans le Parc national de l’Upemba

L’exploitation minière artisanale pourrait bientôt commencer dans le parc national de l’Upemba, situé dans la partie sud de la République démocratique du Congo. Un arrêté ministériel signé en 2019, par l’ancien ministre des mines, Martin Kabwelulu y consacre une zone d’exploitation minière artisanale en violation de la loi n°14/003 du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature, qui stipule que  toute activité incompatible avec les objectifs de la conservation est interdite dans les aires protégées.  

« Considérant la nécessité d’instituer des zones d’exploitation artisanale dans la province du Haut Katanga, sur avis favorable du gouverneur de la province, du Cadastre minier, du chef de division provinciale des mines, et de l’Administrateur du territoire, il est institué dans le territoire de Kambove, Province du Haut Katanga, dans les limites de l’aire géographique déterminée, une zone d’exploitation artisanale n° ZEA-906 », indique cet arrêté. 

En se référant à l’Atlas forestier interactif mis en place par le Ministère de l’Environnement et développement durable, avec l’appui de WRI, les coordonnées polaires évoquées dans l’arrêté 0089 du 20 février 2019, situent la ZEA-906 dans la partie nord-est du parc national de l’Upemba. Cette affectation vient relancer le débat sur la superpositions de titres, qui reste une problématique très délicate dans la gouvernance des ressources naturelles de la RDC.

Au regard de l’article 3 al.3 du Décret n°038/2003 du 26 mars 2003 portant règlement minier, Il ne peut être octroyé des droits miniers ou de carrières dans une aire protégée ni y être érigé une zone d’exploitation minière artisanale. Selon les experts, cette zone d’exploitation artisanale présente une menace extrême contre la biodiversité dans ce vieux parc de la RDC. 

L’institution de la ZEA-906 dans le parc national de l’Upemba est une violation flagrante de la loi et de la réglementation en la matière. Bien que pas encore mise en activité, le gouvernement de la République démocratique du Congo devrait penser à l’annulation pure et simple de cet arrêté qui  viole la loi sur la conservation de la nature. 

Le parc National de l’Upemba a été créé en 1939/ Il s’étale sur une superficie de près de 1 773 000 hectares. Le parc offre une belle diversité de faune, notamment le zèbre, l’antilope rouanne, l’élan du Cap, le bubale, le grand koudou, l’éléphants, des buffles et des antilopes.

Lire aussi  Santé : Malawi, premier test à grande échelle d’un vaccin contre le paludisme

Vous pouvez télécharger l’arrêté ici https://www.mines-rdc.cd/fr/wp-content/uploads/documents/Arretes/2019/A0089_2019.pdf

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *