Conservation : Un propriétaire d’hôtel arrêté à Kinshasa pour détention d’un babouin

Un propriétaire d’hôtel aurait été arrêté à Kinshasa pour avoir détenu un babouin, espèce protégée en République démocratique du Congo. Selon les témoins de l’événement, les faits se sont déroulés la semaine dernière, lorsqu’une équipe mixte composée des éléments de la Police nationale congolaise et ceux de l’ONG Conserv Congo ont fait irruption dans cet hôtel situé non loin du marché Mariano, dans la commune de Kasa-vubu.

 » Les enquêteurs sur le terrain nous ont informés qu’un babouin était détenu dans une enceinte, au cœur de la ville de Kinshasa. Au cours des enquêtes, un voisin a informé notre enquêteur qu’il y avait un mouvement fréquent d’animaux sauvages à l’intérieur et à l’extérieur de l’hôtel. Étant donné que l’hôtel n’est pas trop éloigné d’un marché animalier domestique, nous soupçonnons que ces vendeurs, qui viennent principalement des zones rurales, pourraient être les complices / fournisseurs de l’affaire « , indique notre source.

Après deux semaines d’enquêtes, les enquêteurs ont établi que le propriétaire de l’hôtel, aurait un intérêt dans le trafic d’espèces sauvages. Ces enquêtes ont abouti à une réquisition du lieu, plusieurs espèces d’animaux ont été réquisitionnées et déposées à un poste de la police le plus proche du lieu.

 » Informé, le propriétaire de l’hôtel était très en colère contre nous et la police. Il a mobilisé tous les vendeurs d’animaux et une confrontation s’en est  suivie. Finalement, il a été menotté et, alors que nous étions prêts à partir, une pick-up de la sécurité présidentielle, la Garde républicaine s’est arrêtée, avec au moins six officiers à bord, deux en uniforme et quatre en civil. L’argument était que le suspect ne pouvait pas être arrêté et que ses animaux devaient lui être restitués« , témoigne un enquêteur.

Lire aussi  Nord Kivu : Lancement de l'atelier de formation des enseignants sur la communication et l’éducation environnementale

Selon cet enquêteur, une série d’appels téléphoniques a été faite des deux côtés. et les interventions sont venues de partout, en faveur des trafiquants.  » Nous sommes restés sur place et avons maintenu notre position, le menaçant de dire à la nation que l’armée protège les trafiquants d’espèces sauvages « , a-t-il précisé

Finalement, le propriétaire d’hôtel a été placé en garde à vue en attendant l’ouverture d’un dossier judiciaires au tribunal, et les animaux seront remis à l’ICCN (Institut Congolais pour la conservation de la Nature) ce lundi 11 mai.

 » Il faut souligner que tous les animaux secourus sont totalement protégés au niveau national et font partie de l’annexe 1 de la CITES. Nous avons également établi que l’un des objectifs du propriétaire de l’hôtel était de les exposer dans des cages autour de l’hôtel encore en construction pour attirer les touristes, locaux et internationaux« , a conclu l’enquêteur.

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *