JME 2020 : Claude Nyamugabo, « le concours de chacun de nous est indispensable pour protéger l’environnement et préserver notre biodiversité »

Le ministre de l’Environnement et Développement durable de la République démocratique du Congo, Claude Nyamugabo Bazibuhe, a au cours d’une adresse à l’occasion de la Journée mondiale de l’Environnement, invité la population congolaise à s’investir dans la préservation de la biodiversité, et la protection de l’environnement. 

Claude Nyamugabo, Ministre de l’Environnement et Développement durable, lors de la restitution de l COP25, à Kinshasa.

Pour Claude Nyamugabo, le thème choisi est un appel à l’action. «  Un million d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction à travers le monde, en grande partie à cause des activités humaines. Cette journée nous invite à repenser la manière dont nos systèmes économiques ont évolué et l’impact qu’ils ont sur l’environnement », a-t-il mentionné.

La République démocratique du Congo, pays de la Méga biodiversité, avec plus de dix mille espèces endogènes,  figure parmi les plus riches du continent en termes de ressources naturelles tant renouvelables que non–renouvelables. 

La nature a fait de la RDC dépositaire de 47% des forêts du continent, lui conférant ainsi une responsabilité majeure face aux enjeux de survie de la planète.

« Je vous exhorte à la préservation de notre biodiversité dont certaines espèces endogènes sont menacées de disparition. C’est le cas du rhinocéros blanc, des bonobos, des okapis, etc. La biodiversité demeure la réponse aux principaux défis auxquels l’humanité fait face », a indiqué le ministre de l’EDD.

 Il a par ailleurs insisté sur l’importance que revêt la biodiversité. Elle est à la base du bien-être humain présent et futur, et son déclin rapide menace aussi bien la nature que les hommes.

 » Cette année, alors qu’une pandémie sans précédent, COVID-19, frappe le monde entier depuis plusieurs mois, la Journée internationale de l’environnement offre l’opportunité de rappeler une nouvelle fois que seule une démarche transversale et ambitieuse peut permettre de construire un avenir plus durable du point de vue écologique « , a-t-il conclu.

Lire aussi  Conservation : Libération de 27 écogardes du parc national de Kahuzi-Biega

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *