Forêts : Les animateurs et chefs de projet du consortium 5 C armés pour exécuter le PASDFF

C’est ce jeudi 09 septembre, que s’est clôturée la formation de l’équipe du projet d’appui à la sécurisation des droits fonciers et forestiers des communautés locales et peuples Autochtones pygmées(PASDFF) à Mbanza Ngungu. Organisée par le Centre d’Appui à la gestion durable des forêts tropicales (CAGDFT), la formation dispensée à l’endroit des animateurs et chefs de projets vise à les outiller pour mieux exécuter ce projet, avec à la clé la sécurisation des droits fonciers et forestiers, la réduction de la pauvreté et la promotion de la gestion durable des forêts. 

Plusieurs  matières étaient à l’ordre du jour, notamment l’historique de la foresterie communautaire, l’intégration du genre dans les questions de foresterie communautaire, les textes juridiques de base à savoir le Code forestier, le décret 14/018, et l’arrêté 025 portant gestion et exploitation, mais aussi les techniques d’animation d’un bon accompagnateur de terrain.

 « Cette formation a posé  les bases sur la foresterie communautaire et sur les techniques d’animation des communautés locales,  et l’accompagnement de ces organisations  par les membres du consortium.  Nous attendons d’eux un travail de qualité sur le terrain et une forte implication de communautés locales dans la foresterie communautaire  mais aussi une forte appropriation de ce projet auprès de ces communautés afin qu’ils obtiennent leurs titres de concessions forestières de communautés locales », a renseigné Séraphine Ntumba, chargée de formation et Genre au CAGDFT.

Les bénéficiaires de cette formation n’ont pas manqué de mots pour exprimer leur enthousiasme d’avoir été parmi les premiers à exécuter ce projet dans leurs terroirs.  «Ce renforcement des capacités nous permettra  de sensibiliser les communautés et de travailler avec elles, afin qu’elles suscitent en elles le besoin d’adhérer à ces processus qui leur permettra de sécuriser leurs espaces forestiers. Cette formation était  importante non seulement pour ceux qui étaient formés ou les  acteurs du projet, mais également pour les animateurs qui ont eu à échanger en contact permanent avec les communautés locales.», a indiqué Ruth Badubayi, participante à la formation.

Lire aussi  REDD+ : la RDC finalise son programme de mise en œuvre du système de surveillance des forêts

Après cette phase de formation sur les  bases fondamentales du processus  de la foresterie communautaire et la mise en œuvre du projet PASDFF,  les  formateurs de ce projet attendent  mener des activités d’accompagnement de proximité sur le terrain afin de faire comprendre aux communautés locales dans son ensemble le bien-fondé de ce processus et dudit projet.

«  Les communautés locales manquent des espaces pour réaliser leurs activités agricoles. Il faut que nous allions vers elles en vue de les aider à sécuriser le peu qu’elles possèdent. Nous allons les aider également à bien mener leurs activités. Nous leur ferons comprendre, qu’elles sont en même temps acteurs et bénéficiaires directs de ce projet pour leur développement. Il était important pour elles ( Ndlr : les chef de projets et animateurs) d’être formées», a renseigné Carmel Kifuketo, chargé de projet national/CAGDFT.

Les facillitateurs  ont conscientisé à fond les animateurs et les chargés du programme PASDFF sur le projet. Ils ont par ailleurs martelé sur l’implication de la femme dans la chaine de prise des décisions du projet en cours. 

Nelphie Mie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *