Conservation : 24 heures pour le climat, l’UE fait le point sur l’Alliance Virunga

L’Alliance Virunga est un partenariat qui réunit les autorités publiques, la société civile et le secteur privé liés géographiquement au Parc national des Virunga (PNVi) autour d’une vision commune du développement durable et inclusif. Elle poursuit trois objectifs, la conservation des ressources naturelles, la réduction de la pauvreté et la promotion de la paix. Cette mise au point a été faite à Kinshasa, au cours d’une conférence de presse organisée par la délégation de l’UE, en marge de l’événement 24 heures pour le climat.
 

Cela fait plus de trente ans  que l’Union européenne finance le parc national des Virunga à l’Est de la RDC. Ces financements ce sont intensifiés depuis le lancement de l’Alliance Virunga. Une innovation pour la vision de l’UE dans son Green Deal.

« Ce que nous souhaitons faire dans ce partenariat, c’est de rendre au Congo et aux congolais cette richesse naturelle extra ordinaire, qui sont ses parcs de conservation. ce sont des joyaux, des trésors  qui peuvent apporter de la richesse aux populations« , a déclaré Jean Marc Chataigner, chef de la délégation de l’Union européenne en RDC.

A travers les Fonds européens de développement, plusieurs autres aires protégées de la RDC ont bénéficié de l’appui financier de l’UE. Le parc de la Salonga et de la Garamba pa exemple, font partie des bénéficières de ces fonds. Les financements européens ont permis d’initier des projets à impact visible au profit des communautés vivant au tour et dans les aires protégées.

L’agriculture durable, l’électrification rurale (l’hydroélectricité), la conservation, l’entrepreneuriat et l’éco tourisme sont autant de secteurs qui ont bénéficié des financements de l’EU durant les dix dernières années, en République démocratique du Congo.

L’Union européenne est consciente du lien entre la conservation des espaces protégées et la sécurité. La bonne gestion d’une aire protégée peut devenir un moteur de stabilité, spécialement s’il est couplé à un programme de développement économique. L’UE est partie prenante de cette approche, toujours dans le strict respect des droits humains, a indiqué Monsieur Chataigner.

« Nous sommes dans une chaine vertueuse. Ce qui est enthousiasmant pour moi c’est de dire que ce qu’on appel le green deal européen n’est pas un projet de rétrécissement de nos horizons, mais au contraire c’est un projet des bénéfices pour les populations. Il ne s’agit pas d’interdir l’accès aux parcs, Mais au contraire de les valoriser, valoriser les environs, développer l’économie verte, créer de milliers d’emplois et d’investir dans l’hydroélectricité« , a-t-il renchéri.

Lire aussi  Forêts : Formation des experts de la société civile en suivi des clauses sociales

A en croire le DG de l’ICCN, grâce aux financements de l’UE dans les énergies renouvelables, à lui seul, le parc national des Virunga pourrait générer jusqu’à 120 mille emplois directs et indirects.

« L’Union européenne est le plus grand partenaire de l’ICCN. Si nous considérons le 11ème FED qui est entrain de se terminer, nous avons bénéficié de beaucoup d’argent. Au départ, on a commencé par 120 millions, ça a été un salut pour les aires protégées dans ce pays« , a indiqué le directeur général de l’ICCN, Cosma Wilungula.

A partir de la consolidation du premier PPP (2005), l’UE a accompagné l’ICCN au PNVi dans le processus de réforme institutionnelle qui a abouti à une gestion du parc aux standards internationaux.
Malgré ces efforts, le parc national des Virunga reste confronté aux problèmes sécuritaires. Une dizaine des groupes armées y opèrent. Pour faire face à cet incivisme, les Forces armées de la RDC et les écogardes des PNVi pourraient lancer des opérations conjointes avec l’aide de l’Union européenne, pour accompagner les convoies des civils qui traversent ce parc.
L’UE lancera une initiative baptisée « Naturafrica », destinée à lutter contre l’appauvrissement de la biodiversité grâce à la création d’un réseau de zones protégées, avec pour objectifs la protection de la vie sauvage et l’offre de débouchés dans les secteurs verts pour les populations locales. Le message final à passer alors c’est que les Aires Protégées peuvent devenir des leviers de développement et stabilisation.
Notons par ailleurs que l’European Green Deal est un ensemble d’initiatives politiques proposées par la Commission européenne dans le but primordial de rendre l’Europe climatiquement neutre en 2050.  son plan d’action prévoit la promotion de l’utilisation efficace des ressources en passant à une économie propre et circulaire, la restauration de la biodiversité et la réduction de la pollution.
Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *