Climat : A ce jour, que faut-il retenir de la CDN révisée de la RDC ?

La République démocratique du Congo est signataire de l’accord de Paris sur le Climat. De ce fait, le pays s’est engagé comme les autres Etats du monde, à apporter sa contribution dans la lutte contre le changement climatique. C’est en 2015 que la RDC avait soumis Convention-Cadre des Nations Unie sur le Climat, son document de Contribution Déterminée à l’échelle Nationale (CDN).  Cette Estimé à près de 22 milliards de dollars américains, la contribution de la RDC consiste essentiellement en la réduction de la déforestation et l’absorption de gaz à effet de serre. 

La Convention-Cadre des Nations Unie sur le Climat prévoit la révision par les Etats de leurs CDNs à l’horizon 2021. Ainsi, la RDC s’est engagée à relever son ambition en matière de l’action climatique et ce, à travers l’actualisation de la ligne de base des émissions nationales de gaz à effet de serre, initier de réflexions visant la mise en place d’un cadre propice à sa mise en œuvre et la formulation d’une feuille de route ou plan d’engagement du pays. 

Tous ces mecanismes devront s’aligner aux principales politiques et stratégies sectorielles de développement national, notamment au Plan National Stratégique de Développement, principal cadre fédérateur de la vision développement de la RDC.

En ce qui concerne la « Révision de la CDN soumise en 2015 », dont la cible initiale visait 17 % de réduction des émissions nationales, la travail conduit à ce jour porte essentiellement sur la réévaluation de la ligne de base des émissions nationales de gaz à effet de serre et la redéfinition de la cible de réduction des émissions à l’échelle nationale. 

Une deuxième action en cours d’exécution vise la mise en place d’un cadre habilitant, ceci concerne notamment les leviers comme le renforcement du leadership politique et la mobilisation des décideurs politiques, tant au niveau du gouvernement central, du parlement et des gouvernements provinciaux. A cela s’ajoute également la mise à jour de l’arsenal juridique et légal. 

Un projet de loi en matière des changements climatiques et un projet de politique seront sous peu soumis à la validation technique avant leur transmission au Gouvernement et au Parlement pour approbation et adoption. 

Il y’a lieu de relever aussi des actions de renforcement du leadership féminin et l’intégration de la dimension dans la mise en œuvre de l’action climatique, le développement des stratégies de communication et de mobilisation des ressources et la mise en place des mécanismes de concertation et coordination interinstitutionnelle tant au niveau national que provincial pour la mise en œuvre de la CDN, plus spécifiquement des réflexions devant conduire à la mise en place d’un Comité National Climat et sa réplique dans chacune des provinces.

Lire aussi  Environnement : le foisonnement des constructions de ports menace les eaux du lac Kivu

Notons par ailleurs que le dernier axe de travail à ce jour est l’élaboration de la feuille de route pour la mise en œuvre de la CDN. Il sera également question dans les jours à venir de mettre en place un cadre d’évaluation et suivi des projets et programmes, avec définition claire des indicateurs de suivi et un mécanisme de notification.

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *