Tous les articles par environews

Environnement : Félix Tshisekedi crée l’Agence congolaise de transition écologique et du développement durable en RDC

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi vient de signer une ordonnance créant l’Agence congolaise de transition écologique et du développement durable (ACTEDD). Il s’agit d’un service spécialisé au sein du cabinet du chef de l’Etat qui sera organisé par les disposition de l’ordonnance 01/013 du 28 février 2020. La création de cette agence fait suite à la nécessité de transformer les normes de production, de consommation et d’investissement vers un mode développement économique décarbonné.

« L’agence ici créée a pour missions de concevoir, de coordonner et d’implémenter les politiques nationales relatives à la transition écologique en République démocratique du Congo. Elle est chargée notamment d’étudier, analyser et évaluer toutes les questions lui soumise par le Président de la République en rapport avec la transition écologique et le développement durable », indique l’ordonnance lue sur la chaine nationale.

Cette agence devra établir les indicateurs nationaux de performance de développement durable pour mesurer l’avancement de la transition écologique. Elle doit aussi concevoir et implémenter une feuille de route crédible pour la transition écologique et suivre l’exécution de tous les projets de transition écologique et le développement durable qui seront mis en place sur l’ensemble du territoire national.

Ayant à sa tête un comité de pilotage chapeauté par le Président de la république, l’ACTEDD sera dirigée par un coordonnateur ayant rang du conseiller spécial du Chef de l’Etat, suivi d’un coordonnateur adjoint ayant rang d’un conseiller spécial du chef de l’Etat. Les deux sont nommés par le président de la République. Cette agence dotée d’un personnel très restreint devra collaborer en toute indépendance avec les différents services du ministère de l’Environnent et Développement durable.

 

Alfred NTUMBA

Santé : Confinement total de Kinshasa, et si la décision de Ngobila favorisait la contamination au COIVID-19

L’annonce sur les antennes de la radio TOP CONGO, de l’annulation des mesures portant confinement total de la ville de Kinshasa, par le porte-parole du gouvernement provincial, Charles Mbuta Muntu, laisse indécis plusieurs observateurs. A quel jeu se livre réellement Gentiny Ngombla et son équipe? La question n’a pas encore trouvé de réponse, au regard de l’urgence de limiter la propagation du Covid-19, et des effets néfastes provoqués par la décision de placer la capitale congolaise en confinement total intermittent.

Si pour les uns la décision prise par le gouverneur de la ville de Kinshasa était salutaire pour limiter tant soit peu la propagation de ce virus mortel, les autres pensent par ailleurs que la décision prise par l’autorité urbaine serait un vecteur qui aurait favorisé en un peu de temps une contamination à outrance au regard de la promiscuité, et le non respect de distanciation sociale qui ont caractérisé la journée du vendredi 27 mars, et surpeuplement observé dans les marchés de Kinshasa.

Frappés par la psychose de se retrouver quatre jours durant sans provision, en mode confinement total, les kinois se sont précipités dans les marchés pour faire le plein de leur kit de survie. Mais hélais, dans une précipitation sans précédent, les hommes et femmes se sont bousculés mettant de coté tout risque de contamination. Continuer la lecture de Santé : Confinement total de Kinshasa, et si la décision de Ngobila favorisait la contamination au COIVID-19

Santé : Le cas de Coronavirus déclaré au Nord-Kivu, ne l’était pas

Dans la matinée de ce vendredi 27 mars, l’information selon laquelle un cas de coronavirus a été identifié et confirmé dans la province du Nord-Kivu avait suscité une panique au sein de la population de cette province et de celle des provinces voisines. Cependant, cette information vient être démentie par le Dr Jean-Jacques Muyembe, qui confirme que le cas évoqué serait identifié dans la province de l’Ituri.

« Il s’agit d’un homme de 35 ans, exploitant minier de profession. De la nationalité congolaise et résidant dans le village Mbadi à Nyankunde dans la province de l’Ituri », a-t-il précisé.

Selon le ccordonnateur de la cellule de lutte contre le Covid-19. Les investigations sont en cours pour déterminer si ce cas est autochtone ou importé. « Il a été isolé depuis sa suspicion et l’échantillon a été prélevé et envoyé à l’INRB Kinshasa, qui l’a confirmé comme cas de COVID-19, le 26 mars 2020 », a-t-il informé. 

Au total 23 personnes ont été pre-listées comme contact au tour de ce cas dont 8 collègues de service, 7 co malades, 7 prestataires de soins et 1 taximan.

Cette erreur a été commise de suite d’une confusion des échantillons provenant de deux provinces à savoir la province du Nord-Kivu et celle de l’Ituri.

Alfred NTUMBA

Coronavirus: 3 semaines de « confinement total avec intermittence » à Kinshasa

Les habitants de Kinshasa seront desormais soumis à nouveau rythme de vie, de suite de la pendemie de Coronavirus. Le gouverneur de la capitale congolaise vient de durcir les mesures en imposant un confinement total avec intermittence, pendant au moins 3 semaines à dater de ce samedi. Selon l’esprit du communiqué, pendant quatre jours, tous les kinois devront restés confinés dans leurs maisons respectives.

Nettoyage de la Place de l’Indécence à Kinshasa par la Coordination de Kin Bopeto.

« Vu l’état d’urgence proclamé par le Président de la République, Chef de l’Etat, je décrète un confinement total intermittent de trois semaines qui prendra effet à dater  du samedi 28 mars 2020 et se prolongera le dimanche, lundi et mardi 31 mars« , a déclaré le Gentiny Ngobila Mbaka, gouverneur de Kinshasa.

« Le mercredi 01 avril et jeudi 02 avril les kinois seront autorisés à circuler afin de s’approvisionner. S’en suivra encore 4 jours de confinement total. Cette rotation se poursuivra pendant 3 semaines. Au cours des périodes de confinement total, seuls les agents de l’Administration publique désignés pour assurer le service minimum ainsi que le personnel soignant en service, sont autorisés à se rendre  au lieu du travail« .

A la lumière de la gravité de la situation, l’implication de chaque kinois dans la lutte contre cette maladie, se veut primordiale, a rappelé l’autorité urbaine.  Il a invité ses administré à ne céder ni à la panique, ni à la manipulation, ni à la désinformation et n’écoutez que les conseils des experts qui renseignent les services de santé. 

Le gouverneur de la ville a tout de même insisté sur le fait que pendant les deux jours de ravitaillement, les mesures prises précédemment par le Président de la République et moi-même, sont de stricte application. 

« La police veillera rigoureusement au respect de toutes ces mesures et à la sécurité de chaque citoyen de la Ville« , a-t-il prevenu.   

Il a par ailleurs invité les opérateurs économiques au respect strict de la réglementation en matière des prix des biens de première necessité. Aux grandes surfaces, il a inssisté sur la responsabilité de différents super marchés de prendre les dispositions idoines afin de permettre à leurs clients un accès ordonné et sécurisé par l’observance de la distanciation sociale.

Gentiny Ngobila a enfin invité les kinois à rester chez eux, et ne sortir qu’en cas d’extrême nécessité. 

« Ne perdons pas de vue que la responsabilité est individuelle, mais que les conséquences sont collectives. Montrons-nous responsables pour notre bien-être et celui des autres« , a-t-il conclu.

Alfred NTUMBA Continuer la lecture de Coronavirus: 3 semaines de « confinement total avec intermittence » à Kinshasa

Coronavirus : Etat d’urgence déclaré en RDC

Au regard de la gravité de la situation de la pandémie de coronavirus à Kinshasa, face à l’urgence et à la crainte que la propagation ne s’accélère et devienne plus inquiétante d’autant plus que la plupart des personnes infectées étaient en contact avec leurs parents et bien d’autres personnes qui, parmi eux nous sont venus de l’Europe et des certains de nos frères et sœurs qui souvent se déplacent d‘une province à une autre, le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi a décrété ce mardi 24 mars, à Kinshasa, l’Etat d’urgence sur l’ensemble du territoire national.

« Nous devrons comprendre que nous nous trouvons dans une situation de guerre face à un adversaire invisible. Une guerre asymétrique aux conséquences désastreuses que nous pouvons éviter. C’est pourquoi j’ai décidé de prendre les mesures d’interdiction de tous les voyages de Kinshasa vers les provinces et des provinces vers Kinshasa », a indiqué le chef de l’Etat congolais.

Cette mesure prise par Félix Antoine Tshisekedi vient renforcer le confinement de la capitale, considérée comme le foyer de la pandémie. « Ceci implique également l’interdiction de tous les vols, transports fluviaux des passagers dans les deux sens Kinshasa-provinces à l’exception des camions, des avions et bateaux des embarcations transportant des marchandises ou des frets accompagnés d’une équipe restreinte des équipages et convoyeurs. Ces accompagnateurs des marchandises seront soumis au contrôle stricte au départ comme à l’arrivée avant d’être autorisés à transiter », a-t-il précisé. Continuer la lecture de Coronavirus : Etat d’urgence déclaré en RDC

COVID-19 : deuxième décès à Kinshasa, la Belgique vient au secours du personnel soignant

Le deuxième patient atteint du coronavirus a rendu l’âme dans l’après midi de ce dimanche 22 mars à Kinshasa. L’annonce a été faite en début de soirée par le ministre de la santé de la République démocratique du Congo, le docteur Eteni Longondo via son compte tweeter.

« Nous enregistrons aujourd’hui un deuxième cas de décès lié au COVID-19. Les équipes de l’hygiène s’organisent pour un enterrement digne et sécurisé », a-t-il mentionné sans donné plus des détails.

La ville Kinshasa compte à ce jour 30 cas testés positifs à ce virus ravageur, dont 2 décès. L’Ambassadeur de la Belgique a remis ce même dimanche un lot important des masques et autres matériels, pour la protection du personnel soignant et une meilleure prise en charge des malades.

« Un premier lot de 19.000 masques, 1500 combinaisons et 550 lunettes a été remis à la cellule de riposte ce matin par l’Ambassadeur de Belgique en RDC au siège de l’INRB, afin de garder le personnel soignant sain et non atteint », indique le tweet d’ENABEL en RDC.

Les populations de Kinshasa et celles des provinces sont donc appelées à collaborer et observer scrupuleusement les mesures sanitaires édictées par les autorités notamment, se laver régulièrement les mains avec du savon ou de la cendre.

Alfred NTUMBA

Forêt : MOTEMA, une entreprise engagée dans la durabilité de l’exploitation des forêts en RDC

Elles sont comptées au bout des doigts, ces rares entreprises qui se distinguent dans la manière de concevoir et exécuter leurs projets d’exploitation industrielle du bois d’œuvre en République démocratique du Congo. L’une d’entre elles est MOTEMA, qui exploite dans le Secteur de Ewungu, Territoire d’Ingende. Quand bien même que « illégalité zéro » n’existe pas, mais les efforts consentis par cette entreprise sont à encourager.

La concession MOTEMA, appartient à un haut gradé de l’armée congolaise, déjà en retraite. Depuis quelques années, le concessionnaire originaire du terroir, a noué une joint-venture avec l’entreprise IFCO (Industrie forestière du Congo). MOTEMA se présente à ce jour comme une entreprise responsable et soucieuse de la durabilité des forêts qu’elle exploite et du bien-être communautaire.

Contrairement aux autres entreprises qui évoluent dans le même territoire, MOTEMA dispose d’un plan d’aménagement forestier validé. Cependant, quelques irrégularités sont aussi à relever, notamment la non matérialisation de marquages des limites des zones de développement rurale (ZDR).

Lire aussi  Forêt : En RDC, une entreprise chinoise engage l’Etat comme ouvrier dans ses chantiers
Continuer la lecture de Forêt : MOTEMA, une entreprise engagée dans la durabilité de l’exploitation des forêts en RDC

JME : L’ONG JUREC PLAIDE POUR L’ELABORATION DES MESURES D’APPLICATION DE LA LOI RELATIVE A L’EAU PROMULGUEE DEPUIS 2015 PAR LE CHEF DE L’ETAT

Le 22 mars de chaque année, l’humanité célèbre la journée mondiale de l’eau.Chaque journée internationale représente une occasion pour informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs relatifs aux droits fondamentaux, au développement durable ou à la santé. La journée mondiale de l’eau vise également à inspirer les gens du monde à apprendre davantage sur les questions liées à l’eau, à en parler aux autres et à prendre des mesures pour faire la différence dans la protection et la gestion intégrée des ressources en eau, surtout dans les pays en développement.

Conformément à l’une des recommandations de la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement (CNUED), il a été adopté le 22 décembre 1992 une Résolution n°A/RES/47/193 de l’Assemblée Générale, laquelle déclara le 22 mars de chaque année « la Journée mondiale de l’eau », à compter de l’année 1993.

En marge de la célébration de cette journée, le plan d’action pour le XXIesiècle invitait les Etats à consacrer ce jour selon le contexte national, en concrétisant des actions telles que la sensibilisation du public par des publications, des diffusions de documentaires, l’organisation de conférences, de tables rondes, de séminaires et d’expositions liés à la conservation et au développement des ressources en eau et à la mise en œuvre des recommandations de l’action 21[1]. Continuer la lecture de JME : L’ONG JUREC PLAIDE POUR L’ELABORATION DES MESURES D’APPLICATION DE LA LOI RELATIVE A L’EAU PROMULGUEE DEPUIS 2015 PAR LE CHEF DE L’ETAT

JME : L’eau reste une ressource importante dans la lutte contre le COVID-19

Le monde célèbre la Journée mondiale de l’Eau (JME), chaque 22 mars de l’année. Cette année, la célébration revêt tout son sens au regard de la pandémie de Coronavirus qui sévit sur les ¾ de la planète, soit plus d’une centaine des pays du monde. L’eau, cette ressource tant convoitée par les uns et négligée par les autres se positionne en tête du dispositif préventif mis en place dans la lutte contre le COVID-19.

L’eau est reconnue pour ses vertus curatives et préventives. En Afrique plus particulièrement en République démocratique du Congo, la gestion de cette ressource reste un casse-tête. Si la propagation du Coronavirus prend des ampleurs inquiétantes en RDC, c’est notamment à cause du non respect des consignes de prévention édictés par les autorités sanitaires, surtout le lavage des mains.

Se laver les mains régulièrement avec une eau saine et propre réduit sensiblement la propagation de plusieurs bactéries et autres virus qui se transmettent souvent de main à main, tel le COVID-19.

En effet, seul 1 congolais sur 5 développe le reflex du lavage régulier des mains. Cependant, ce geste qui ne dure qu’à peine 1 minutes est efficace dans la lutte contre ce fléau qui qui a déjà fait plusieurs milliers des morts à travers la planète.

En cette journée de célébration de l’eau, la rédaction de ENVIRONEWS RDC invite tous les congolais à observer scrupuleusement les consignes, et se laver régulièrement les mains avec du savon ou de la cendre.

Alfred NTUMBA

Santé : Ce qu’il faut savoir sur le corona virus

La République démocratique du Congo a enregistré son premier cas de décès suite au Coronavirus. Une triste nouvelle qui contredit toutes les mauvaises informations parmi lesquelles, le coronavirus est une maladie des blancs, ou encore l’Afrique n’est pas un lieu propice pour la transmission de cette maladie. Il est temps de changer des habitudes, de se conformer aux règles élémentaires d’hygiène édictées par les professionnelles de santé, et observer un strict respect des mesures prises par les autorités pour éviter la propagation de cette maladie. Avec 23 cas confirmés, il n’est pas exclu que le nombre des cas puisse évoluer, au regard de la  vitesse exponentielle de propagation de ce virus.

Pour éviter toute désinformation, la rédaction de Environews se propose de vous donner quelques informations de base sur le covid-19.

Le covid-19 est le nom contracté de « coronavirus desease 2019 », il fait référence à la maladie pulmonaire que l’on peut contracter avec ce virus, et non le virus lui-même. Quant au mot coronavirus, il fait référence à une famille de gros virus en forme de couronne très contagieux comme le SRAS de 2003. A la différence du SRAS, entre 2 et 5% des personnes contaminées par le Covid-19 meurent contre 10% pour le SRAS.

Contrairement aux parasites et aux bactéries, le Virus est incapable  d’exister de façon autonome et résiste aux antibiotiques. Il faut donc une substance médicale pour attaquer son génome qui est très résistant, car il a réussi à passer au-delà des barrières de l’hygiène moderne.

Comment se transmet le Covid-19 ?

Dans la majorité de cas, lorsqu’une personne a attrapé un virus, elle en contamine deux ou trois personnes dans un environnement proche. Le virus se transmet par les gouttelettes projetées quand une personne malade éternue ou tousse. Ne pouvant pas survivre en dehors de l’organisme humain, le virus meurt quelques  heures après être sorti de celui-ci. Selon les scientifiques, pour qu’une personne soit infectée par une personne contaminée, il faut que celles-ci restent très proches pendant au moins 10 minutes.

Continuer la lecture de Santé : Ce qu’il faut savoir sur le corona virus