Tous les articles par environews

Santé : JP Guengant, « La RDC doit maitriser sa croissance démographique avant d’atteindre l’émergence »

La croissance démographique reste un élément capital dans la planification des nations. Plus la démographie est non maitrisable, plus les Etats ont du mal à se positionner sur la voie de l’émergence. C’est la tendance qu’affiche les pays d’Afrique subsaharienne, dont la République démocratique du Congo qui compte environ 90 millions d’habitants selon les prévisions de l’ONU pour l’an 2020.

Jean-Pierre Guengant (Photo), directeur de recherche émérite, conseille la RDC avoir une bonne maitrise de la fécondité, pour rêver relever les défis auxquels elle est confrontée. « Lorsqu’on regarde la pyramide des âges au Congo, on a quasiment 50% des jeunes de moins de 15 ans, qui sont à la charge des parents. Le pays consacre une part très importante de ses ressources à la santé et à l’éducation de ces enfants », a-t-il relevé.

Grace à de reformes fortes sur la maitrise de la démographie, les pays latino américains, les pays asiatiques et les pays d’Afrique du Nord et d’Afrique australe ont récolté les dividendes démographiques, en maitrisant progressivement leur fécondité, c’est à dire en ayant moins d’enfants que leurs parents et leurs grands parents.

Continuer la lecture de Santé : JP Guengant, « La RDC doit maitriser sa croissance démographique avant d’atteindre l’émergence »

Santé : Des confessions religieuses s’engagent pour la planification familiale dans le Sud Kivu

C’est une première en République démocratique du Congo. Cinq de six confessions religieuses présentes dans la province du Sud Kivu se sont engagées officiellement en faveur de la planification familiale. Les responsables des ces confessions religieuses ont signé une lettre d’engagement quant à ce, a indiqué docteur Immaculée, lors de la 4èmeCNRPF qui ouvert ses portes à Kinshasa, ce mardi 03 décembre.

« La province du Sud Kivu est devenu pilote par rapport à l’engagement des leaders religieux. Elle se positionne ainsi non seulement pour la RDC, mais également pour toute l’Afrique Centrale », a indiqué docteur Immaculée Mulamba, experte en santé de reproduction. « C’est la première fois que six leaders religieux se mettent ensemble pour discuter de la planification familiale et prendre des engagements ».

Dans cette province très conservatrice, cet engagement obtenu a été le fruit d’un travail assidu mené dans cette province. Après la signature de la lettre d’engagement, une caravane a été organisée par les confessions religieuse dans la ville de Bukavu pour sensibiliser leurs fidèle à s’engager effectivement dans la planification familiale.

« Dans le Sud Kivu, 40% de structures de santé sont générées par les confessions religieuses qui détienne la majorité d’infrastructure sanitaires. Elles se présentaient comme une barrière contre la planification familiale. Grâce au dialogue que nous avons établi avec leurs responsables, désormais, leurs hôpitaux seront ouverts à recevoir les différentes campagnes de planification familiale », a révélé Madame Mulamba. Continuer la lecture de Santé : Des confessions religieuses s’engagent pour la planification familiale dans le Sud Kivu

Santé : La RDC renouvelle ses engagements en faveur de la planification familiale

Le gouvernement de la République démocratique du Congo s’engage à prendre des mesures adéquates nécessaires pour la réalisation de dix engagements pris par le pays à Addis-Abeba, en 2013. Des engagements inscrits dans le Plan stratégique de planification nationale à vision multi sectorielle pour la période 2014- 2020. La déclaration a été faite par vice premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, à l’ouverture de la quatrième conférence nationale pour le repositionnement de la planification familiale en République démocratique du Congo, ce mardi 03 décembre, à Kinshasa.

« A travers la mise en place de la couverture sanitaire universelle, le président de la République s’engage à rendre disponible et accessible, les services de planification familiale dans le paquet de cinq priorités », a-t-il révélé.

Le Plan Stratégique de la RDC a deux objectifs principaux à savoir, augmenter la prévalence contraceptive moderne estimée à 6,5% en 2003 à au moins 19% d’ici 2020 et assurer l’accès et l’utilisation des méthodes contraceptives modernes à au moins 2.1 millions de femmes d’ici à cette même période.

Cette quatrième conférence vise à baliser le chemin de la croissance économique du développement durable et l’émergence de la RDC. Selon les tendances démographiques actuelles, 46% de la population ont moins de 15 ans. Une cible importante qui doit être prise en charge pour l’aider à prendre des décisions maintenant et dans le future afin de favoriser la gestion de leurs ménages et leur vie sexuelle.

« Conscient que la planification familiale offre une opportunité pour améliorer l’accès aux besoins sociaux de base, le président de la République pense qu’en investissant dans la planification familiale le retour sur investissements énorme », a-t-il précisé.

Placés Emergence de la RDC en 2030, place et rôle de la planification familiale, les travaux de cette 4èmeCNRPF devront aboutir à des recommandations pertinentes qui continueront à faire avancer les progrès de la RDC conformément à l’Agenda 2030 relatif aux ODD.

Alfred NTUMBA

Biodiversité : 44,4 tonnes de viande de brousse en provenance de l’Afrique subsaharienne passent par l’aéroport de Bruxelles

Chaque année, 44,4 tonnes de viande provenant d’animaux domestiques ou sauvages (aussi appelée viande de brousse), en provenance d’Afrique de l’Ouest et centrale, passent par l’aéroport de Bruxelles-National. La Belgique est à cet égard la destination finale ou le pays de transit. C’est ce que révèle une étude du SPF Santé publique, réalisée en collaboration avec la plate-forme Biodiversité, présentée mardi. L’ampleur du phénomène est toutefois difficile à évaluer. Seules les importations illégales de viande introduites par des passagers ayant été contrôlés à l’aéroport de Zaventem ont en effet été prises en compte dans les estimations.

La conférence « Dead or Alive: Towards a Sustainable Wildlife Trade » se tient mardi à Bruxelles. L’événement est consacré aux importations illégales de viande (dont celle de brousse), une pratique qui peut avoir des conséquences tant sur la santé humaine et animale que sur la biodiversité et l’environnement. Plus d’une centaine d’experts sont amenés à réfléchir ensemble à la mise en œuvre de recommandations pour mettre fin au commerce illégal d’espèces sauvages.

Lors de la conférence, les résultats d’études portant sur l’analyse de viandes en provenance d’Afrique subsaharienne et saisies à l’aéroport de Bruxelles-National, dans des bagages de particuliers, ont été communiqués. Elles montrent que 38% des échantillons analysés provenaient d’animaux sauvages et un tiers de ces espèces étaient protégées. Continuer la lecture de Biodiversité : 44,4 tonnes de viande de brousse en provenance de l’Afrique subsaharienne passent par l’aéroport de Bruxelles

COP25 : L’Espagne refuse le visa à une délégation de la société civile congolaise

Une délégation de la société civile environnementale de la République démocratique du Congo s’est vue refusée le visa d’entrée en Espagne. Dans une interview exclusive accordée à ENVIRONEWS, ce lundi 02 novembre, les membres de cette délégation fustigent les services consulaires de l’Ambassade d’Espagne à Kinshasa.

« C’est inacceptable que l’Ambassade nous dise que l’objet et les conditions du séjour envisagés n’ont pas été justifiés. Alors que nous avons une prise en charge du PNUD pour le compte de la GIZ », s’est indigné Julien Kabalako, coordonnateur du GTCRR (Groupe de Travail Climat REDD Rénové), et chef de la délégation.

Au total, 8 membres de cette organisation de la société civile venus de différentes provinces ont dénoncé la manière humiliante réservée à leur dossier, qui, à les en croire, sont en bonne et due forme. Continuer la lecture de COP25 : L’Espagne refuse le visa à une délégation de la société civile congolaise

Forêt : Nene Mainzana, « la société civile congolaise dit non à la levée du moratoire et le transfèrement des eaux »

Madrid la capitale Espagnole est depuis ce mardi 2 décembre sous tous les projecteurs suite à l’organisation de la 25èmeconférence des parties pour le Climat. Censée prendre part à cette grand-messe climatique, la société civile congolaise entend au travers de ces assises réaffirmer sa position quant au maintien du moratoire sur les forêts congolaises et son opposition farouche au projet du transfèrement des eaux du fleuve Congo vers le lac Tchad, sans qu’aucune étude approfondie ne soit menée au préalable. 

« Nous de la société civile, nous estimons que nos forêts doivent continuer à être sous moratoire, étant donné que la troisième condition relative à l’affectation des espaces n’est pas encore remplie », a justifié Néné Mainzana, membre de la société civile environnementale congolaise. « Comme l’aménagement du territoire travaille déjà sur ce processus, nous croyons qu’à la fin lorsqu’il y aura une loi sur les questions de l’aménagement, nous ne pourrions que plaider pour la levée de ce moratoire », a-t-elle précisé.

S’agissant de la question du transfèrement des eaux de la RDC vers le lac Tchad, la société civile se dit opposée à ce projet, tant que les études approfondies ne seront pas réalisées pour faire toute la lumière sur cette question. Pour cette organisation, transférer les eaux sans ces études, risquerait d’être un saut vers l’inconnu pour la RDC. Continuer la lecture de Forêt : Nene Mainzana, « la société civile congolaise dit non à la levée du moratoire et le transfèrement des eaux »

Climat : A Madrid, le coup d’envoi est donné pour la COP25

« L’avenir de l’accord de Paris, censé entrer en vigueur en novembre 2020, dépend fortement de cette COP25 qui a débuté ce lundi 02 décembre à Madrid. Les objectifs fixés sont loin d’être atteints », ceci est l’un des messages essentiels portés par Antonio Guterres, à la veille de l’ouverture de la conférence climat de l’ONU (COP25) à Madrid. Le secrétaire général des Nations unies a donné le ton pour ce nouveau sommet pour l’environnement sous le slogan « Time for action »

« Depuis des décennies, l’espèce humaine est en guerre contre la planète et la planète rend coup pour coup. Nous devons mettre fin à notre guerre contre la nature et la science nous dit que nous pouvons le faire »,a exhorté Antonio Guterres lors d’une conférence de presse.

Le secrétaire général de l’ONU dénonce également les engagements « totalement insuffisants » de la communauté internationale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Initialement prévue au Chili, mais annulée suite à la violente crise sociale que traverse le pays, cette COP25 orientée à Madrid a un rôle important. Celui d’assurer la mise en place de l’accord de Paris, décidé en 2015, mettre en place des marchés du carbone et au mieux, revoir à la hausse les ambitions que les pays doivent atteindre. Continuer la lecture de Climat : A Madrid, le coup d’envoi est donné pour la COP25

Santé : Une pré-conférence sur la planification familiale pour les jeunes

En marge de la 4èmeCNRPF (Conférence Nationale pour le Repositionnement de la Planification Familiale), une pré-conférence a été organisée à Kinshasa, ce lundi 02 décembre. Cette rencontre avait pour objectif de montrer le rôle et la place qu’occupe la jeunesse dans l’émergence de la République démocratique du Congo, à l’horizon 2030.

 En RDC, les adolescents et jeunes dont l’âge varie entre 10 et 24 ans, représentent 31% de la population congolaise. Cette tranche d’âge est souvent confrontée au problème de santé de reproduction.

Selon les récentes statistiques, beaucoup d’adolescentes ont des grossesses non désirées qui se terminent par des avortements clandestins entrainant souvent la mort. Cette pré conférence a servi de cadre pour lancer un plaidoyer en vue de mobiliser les ressources nécessaires susceptibles d’améliorer la santé des jeunes et adolescents.

« Il y’a deux ans, une étude a comptabilisé 146.700 avortements dans la ville de Kinshasa. Cette même étude montre que 61% de naissances ne sont pas planifiées », a indiqué Fidèle Mbadu Mwanda, Directeur du programme National de la Santé de l’Adolescent. Continuer la lecture de Santé : Une pré-conférence sur la planification familiale pour les jeunes

Salubrité : YALALA, un incubateur pour la filière Recyclage des déchets en RDC

YALALA, la foire de l’économie circulaire a bien vécu à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. Pendant deux jours, soit du 29 au 30 novembre 2019, les travaux de cette première édition ont permis aux organisateurs de se faire une idée claire des besoins réels du secteur de recyclage des déchets en République démocratique du Congo en général, et plus particulièrement à Kinshasa, ville poubelle.

A la clôture de cette foire qui a servi également de cadre d’échanges pour les scientifiques, il a été décidé de faire de YALALA un incubateur pour promouvoir les initiatives de startup, et la gestion durable des déchets.

« C’est une rencontre que nous avons mise en place pour présenter les entrepreneurs de la ville qui essayent d’innover dans tous ce qui est économie circulaire. Et échanger sur les actions à mener pour protéger notre environnement », a rapporté Olivier Mazianda, coordonnateur de l’ACG -déchets.

Au cours de ces échanges, plusieurs idées sur la gestion des déchets et leur revalorisation ont été partagées par des panélistes sélectionnés du domaine écologique, et dont certains sont spécialisés dans les questions de la gestion des déchets. C’est le cas de Cléophas Mikobi, fondateur de l’entreprise Mbisi Moloni, spécialisée dans l’aquaponie, une discipline qui consiste à à utiliser les déchets produits par les poissons pour développer le maraichage sur le même site. Continuer la lecture de Salubrité : YALALA, un incubateur pour la filière Recyclage des déchets en RDC

Salubrité : Kinshasa Bopeto, les kinois résistent au mot d’ordre de Ngobila

La journée du samedi 30 novembre a été déclaré journée Kinshasa Bopeto sur l’ensemble de la ville de Kinshasa par le gouverneur de la ville, Gentiny Ngobila Mbaka. Selon le communiqué publié par l’Hôtel de Ville de Kinshasa, chaque kinois devrait procéder au travail d’intérêt commun afin d’assainir les places publiques et les devantures de parcelles. Malheureusement pour cette nouvel appel, les kinois n’ont pas montre leur empressement à adhérer à l’idée.

C’est une véritable résistance des kinois qui, lors de la première journée Kinshasa Bopeto lancée avec pompe, se sont vu trahis par des promesses non accomplies par l’autorité urbaine.

« Qu’ont-ils fait des déchets que nous avons collectés lors de la première journée ? Regardez, ils sont là. Et aujourd’hui, nous demander de faire encore le même travail, c’est de la perte du temps », s’indigne Armand Kembo, jeune du quartier Salongo à Limete. Continuer la lecture de Salubrité : Kinshasa Bopeto, les kinois résistent au mot d’ordre de Ngobila