Tous les articles par environews

Coronavirus : A Kinshasa, le RENOI clôture la sensibilisation sur les gestes barrières à Kingambwa

Les ports de Kingabwa dans la commune de Limete à Kinshasa ont été la cible des équipes de sensibilisation du Réseau National des Observateurs Indépendants (RENOI), ce lundi 22 juin. Munis d’une quantité importante des masques, lave-mains, savons et solutions hydro alcooliques, les sensibilisateurs ont axé leur communication sur le respect des gestes barrières édictés par les autorités du pays.

« C’est une joie de recevoir de l’ONG OGF et RENOI un don en masques. Ceci va nous aider et aider aussi nos proches qui comme nous n’avaient pas d’argent pour s’en procurer », a informé Kapesa Mbala, travailleur au port de Baramoto.

Comme dans la partie Est de la ville de Kinshasa où les équipes ont sensibilisé, à Kingabwa, le constat est le même. Aucun respect des gestes barrières, ni le port obligatoire de masques par les visiteurs et les commerçants qui exercent leurs activités dans ce port privé qui reçoit journalièrement plusieurs centaines de personnes.  Continuer la lecture de Coronavirus : A Kinshasa, le RENOI clôture la sensibilisation sur les gestes barrières à Kingambwa

Coronavirus : Après Maluku le RENOI sensibilise les habitants de Kinkole sur les gestes barrières

Après la commune urbano-rurale de Maluku, le Réseau National des Observateurs Indépendants (RENOI) a cette fois-ci sensibilisé les habitants de la commune de la N’sele, plus précisément ceux de Kinkole. Considérée comme la plaque tournante du bois artisanal, la cité de Kinkole reçoit plusieurs visiteurs qui y affluent attirés par le commerce du bois d’oeuvre. Un afflux qui se présente comme l’un des vecteurs de la COVID-19. 

« Nous avons voulu appuyer les efforts du gouvernement à travers la sensibilisation sur la COVID-19 », a indiqué JR Bowela, membre du réseau.

Les équipes de sensibilisation du RENOI ont choisi les différents ports qui accueillent du bois pour distribuer les masques, savons, solutions hydro alcooliques et quelques matériels de sensibilisation.

« Nous sommes très ravis de voir une organisation qui s’occupe de l’environnement penser appuyer les efforts du gouvernement pour remettre quelques dispositifs lave-mains, des masques et des solutions hydro alcooliques. Nous encourageons cette initiative et disons merci », a déclaré Paulin Mambembe, représentant du Bourgmestre de la N’sele.  Continuer la lecture de Coronavirus : Après Maluku le RENOI sensibilise les habitants de Kinkole sur les gestes barrières

Santé : Lutte contre la COVID-19, le RENOI vole au secours des habitants de la commune de Maluku à Kinshasa

Le Réseau National des Observateurs Indépendants (RENOI) a lancé sa campagne de sensibilisation des communautés forestières de Kinshasa contre le Coronavirus. Pour ce faire, une forte délégation de cette organisation a effectué un déplacement de la commune urbano-rurale de Maluku, dans la partie Est de la capitale congolaise, pour sensibiliser les habitants de cette municipalité contre la COVID-19 qui sévit depuis le 10 mars 2020, en RDC. 

Cette descente  a été une occasion pour ces organisations de la société civile environnementale réuni au sein du RENOI d’apporter un message d’espoir et de lutte contre la pandémie du Coronavirus qui secoue le monde entier. Le RENOI a par la même occasion mis à la disposition de ces populations des kits composés des laves-mains, des savons, de solutions hydro alcooliques, des masques et autres.

« Plusieurs personnes ne respectent pas les mesures barrières édictées par les autorités. Nous essayons de les conscientiser et faire le suivi communautaire. Je suis content que vous ayez apporté des kits pour lutter contre cette maladie ici à Maluku. Nous souhaitons que ce geste continue », a déclaré le bourgmestre adjoint de Maluku, Apollinaire Kwedi Makuntima. Continuer la lecture de Santé : Lutte contre la COVID-19, le RENOI vole au secours des habitants de la commune de Maluku à Kinshasa

Santé : Des députés nationaux formés sur la fiscalité du tabac en RDC

L’ONG ILDI membre des réseaux ACCT (Alliance Congolaise Contre le Tabac) et Tax Justice Network Africa ( TJNA), a organisé un atelier de formation des parlementaires sur la fiscalité du tabac en République démocratique du Congo.  La séance de travail a eu lieu ce samedi 20 juin 2020, au Palais du peuple à Kinshasa.

L’objectif de cet atelier était de former les députés nationaux sur la fiscalité du tabac en RDC afin que par un plaidoyer efficace, les mesures d’applications accompagnent les textes juridiques sur le tabac et aussi que le pays ratifie le protocole de l’OMS sur l’élimination du commerce illicite des produits du tabac.

En RDC, les droits appliqués sur les produits du tabac ont été consacrés par l’ordonnance-loi n° 18/2002 du 13 mars 2018. Le taux moyen des droits d’accises ad valorem a été établi à 80% sur le tabac et ses dérivés, soit 20% de plus par rapport à l’ancienne réglementation.

Malgré cette nouvelle tarification, le prix des produits de tabac reste inchangé. En RDC, la cigarette est vendue par tige au prix de 0,03 USD, alors que l’article 16 de la convention cadre de lutte antitabac interdit la vente du tabac à la pièce ou par petit paquets.

Cette modalité de vente de la cigarette rend malheureusement le tabac accable à la population pauvre et surtout aux mineurs.

Partageant ses frontières avec 9 pays voisins, les frontières poreuses de la RDC laissent d’énorme quantité de cigarette entrer sur le territoire national sans respect des dispositions légales et réglementaire notamment sur les signes fiscaux.

Pour les organisateurs, il est inconcevable de constater que le prix de la cigarette reste stable sur le marché, malgré les différentes fluctuations monétaires observées sur l’économie nationale.

Les députés nationaux ont été également informés sur la toxicologie du tabac face à la COVID -19.  Le tabac, selon le professeur Ndelo Di-Phanzu, contient la nicotine qui est une matière très dangereuse dans le corp de l’être humain, et qui est à la base de la détérioration de la santé de l’homme.

 » La toxicité du tabac, va directement dans le cerveau, et produit du plaisir jusqu’à emmener de la dépendance psychique « , a-t-il informé.  » Le pire c’est que le tabac pousse toujours quelqu’un à prendre aussi de l’alcool« . Continuer la lecture de Santé : Des députés nationaux formés sur la fiscalité du tabac en RDC

Forêt : Le Conseil des ministres adopte les mesures de Claude Nyamugabo contre le bois illégal dans les ports de Kinshasa

Les choses semblent de plus en plus prendre forme et s’accélérer pour matérialiser la vision du Ministre de l’Environnement et Développement durable de la République démocratique du Congo, Claude Nyamugabo Bazibuhe. Quelques semaines après sa descente sur terrain à Kinkole et dans les ilots pour constater ce qu’il avait appelé criminalité forestière, le ministre vient de faire valider à la 36ème réunion du Conseil des ministres,  ses décisions interdisant le sciage, et la vente illégale de bois de grumes dans les ports de Kinshasa et les ilots le long du Fleuve Congo. 

Le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo dans le port Moleka à Kinkole.

Une annonce qui émerveille certains acteurs de la société civile qui voient dans cet acte un engagement sincère du ministre de l’Environnement à lutter efficacement contre ce fléau qui nuit à la fois au trésor public et aux forêts congolaises.

 » Nous profitons de cette occasion pour saluer les efforts de son Excellence Monsieur Claude Nyamugab, ministre de l’Environnement et du Développement durable. Nos vives félicitions pour avoir entendu et fait entre notre plaidoyer, aujourd’hui prioritaire en termes des mesures adoptées en Conseil des ministres « , s’est félicité Philippe Nzita, secrétaire exécutif de la CNCEIB ( Coalition nationale contre l’exploitation illégale du bois).

A en croire cette organisation de la société civile, une planification est en cours avec les services attitrés du ministère de l’Environnement pour qu’une descente musclée soit organisée dès la semaine prochaine afin de faire appliquer les différentes décisions prises par le ministre.

Alfred NTUMBA

Forêt : Affaire 9 concessions attribuées aux entreprises chinoises, le premier ministre prend des mesures conservatoires

Près de six mois après la cession de neuf concessions forestières aux entreprises chinoises par le ministre congolais de l’Environnement et développement durable, Claude Nyamugabo, le premier ministre vient de prendre des mesures conservatoires, notamment le contrôle contradictoire de la légalité des allocations et de cessions des concessions forestières de 2014 à nos jours.

Dans une correspondance adressée au Ministre de l’Environnement et dont copie réservée au Groupe de Travail Climat Rénové (GTCRR), Sylvestre Ilunga instruit au ministre en guise des mesures conservatoire, de ne pas poser aucun acte susceptible de contrarier les dispositions du Décret n0 05/116 du 24 octobre 2005 et ses textes réglementaires d’application.

« En vue de clarifier l’état des lieux des concessions en prélude à la revue légale des titres forestiers correspondants avec le concours des partenaires de développement, j’ai requis l’Inspection Générale des Finances pour un contrôle contradictoire sur la légalité des allocations et des cessions dénoncées », a-t-il rapporté. Continuer la lecture de Forêt : Affaire 9 concessions attribuées aux entreprises chinoises, le premier ministre prend des mesures conservatoires

Forêt : Le RENOI se prépare pour sensibiliser les communautés locales et les PA contre la COVID-19 

Le Réseau National des Observateurs Indépendants (RENOI) va se lancer dans la sensibilisation des communautés locales et Peuples autochtones de la République démocratique du Congo. C’est ce qui ressort de la réunion pédagogique d’échanges et de lancement organisée à Kinshasa, ce vendredi 12 juin, par ce réseau composé des organisations de la société civile environnementale. 

Organisée sous la supervision de l’Observatoire de la Gouvernance Forestière (OGF), cette réunion a été un cadre idéal pour les différents acteurs de monter des stratégies susceptibles d’aider à atteindre les objectifs que s’est fixés leur réseau.  « Les activités de sensibilisation pour les PA (Peuples Autochtones), se feront dans les  provinces de Tshopo, Maïndombe, Nord Kivu et Équateur. Le message à apporter sera axé sur le respect des gestes barrières. Nous allons apporter également une assistance en terme des masques et autres désinfectants, et les savons », a indiqué le coordonnateur adjoint de l’OGF, Serge Bondo. Continuer la lecture de Forêt : Le RENOI se prépare pour sensibiliser les communautés locales et les PA contre la COVID-19 

Agriculture : Face aux difficultés et tracasseries, les agriculteurs du plateau de Bateke se muent en commerçants qu’en producteurs 

Que gagne exactement un cultivateur de plateau de Bateke, situé à une centaine de kilomètres de la ville province de Kinshasa, après plusieurs mois de dur labeur. La réponse il paraitrait c’est rien. La question mérite d’être posée d’autant plus que ces derniers dénoncent certaines difficultés et tracasseries. Ils se disent être abandonnés par les autorités compétentes en ce qui concerne leur encadrement, le manque d’outils aratoires, la règlementation de prix sur le marché, le manque de financement, le moyen d’évacuation des produits vers le centre de consommation, le problème d’eau et les tracasseries policières. Au regard de toutes ces difficultés, certains d’entre eux veulent commercialiser les produits agricoles comme les autres et non en produire. Ils ne veulent plus enrichir les gens.   

Avec quatre-vingt millions d’hectares de terres arables, dont 10% seulement sont cultivées, les terres r-dCongolaises  sont vierges et parmi les plus fertiles du monde. Cela se vérifie en tous cas à l’oeil nu quand l’avion se pose à Kinshasa, avec des terres limoneuses et vierges le long des méandres du fleuve Congo et quand l’on prend son véhicule pour se rendre dans le grand Bandundu et au Kongo-Central.

Et pourtant, le pays est aujourd’hui un importateur net de denrées alimentaires. De millier de r-dCongolais ne mangent pas à leur faim, selon des sources humanitaires. Pourqoui, parce que le pays importe tout au lieu de produire localement afin de nourrir sa population.  Continuer la lecture de Agriculture : Face aux difficultés et tracasseries, les agriculteurs du plateau de Bateke se muent en commerçants qu’en producteurs 

Santé : Les deux cas confirmés de la COVID-19 de l’UE en RDC l’ont été avant l’arrivée de la délégation

A la suite d’informations publiées dans la presse, la Délégation de l’Union européenne en République démocratique du Congo confirme que deux de ses personnels locaux ont été testés positifs au Covid-19. Il s’agit de deux cas asymptomatiques diagnostiqués au sein du personnel chargé de la préparation de la venue à Kinshasa de la délégation du commissaire en charge de la Gestion des crises, Janez Lenarčič.

Ces deux personnes ne manifestent depuis leur test aucune fièvre, ni toux, ni un quelconque autre symptôme connu lié au COVID-19. Elles ont été invitées à se mettre en quarantaine dès qu’elles ont eu connaissance, avec la Délégation, des résultats des tests pratiqués par l’Institut national de recherche biomédicale (INRB). Un contact quotidien a été mis en place pour suivre leur état de santé et les inviter à consulter, si cela s’avérait nécessaire, les services médicaux compétents. Les personnes qui ont été en contact prolongé avec elles (plus d’un quart d’heure) ont été invitées à surveiller leur état de santé et à ne pas se présenter dans les bureaux de la Délégation dans les prochains jours.  Continuer la lecture de Santé : Les deux cas confirmés de la COVID-19 de l’UE en RDC l’ont été avant l’arrivée de la délégation

Climat : Ibrahima Cheikh Diong élu à la tête de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques

La Conférence des Parties (CdP) de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques (ARC) a élu M. Ibrahima Cheikh Diong, de la République du Sénégal, en tant que nouveau Directeur général du Groupe ARC, pour un mandat de quatre (4) ans. L’élection de M. Diong qui s’est déroulée «sans objection» de la part de tous les membres, était conforme aux dispositions de la Procédure d’élection du Directeur général qui prône, dans la mesure du possible, un consensus entre les Parties. La CdP a félicité le Conseil d’administration de l’Institution de l’ARC et le Comité de direction de la Société d’assurance de l’ARC (les Conseil et Comité) pour avoir mis en place un processus compétitif et transparent pour la sélection du Directeur général du Groupe ARC.

Le processus de recherche d’un nouveau Directeur général a été entrepris par le Comité de sélection du Directeur Général du Groupe ARC, créé par les Conseil et Comité. Le Comité de sélection était composé de membres du Conseil d’administration de l’Institution de l’ARC, du Comité de direction de l’ARC Ltd, de représentants de la Commission de l’UA et du Programme alimentaire mondial et de partenaires. Le Comité de recherche était secondé par un cabinet spécialisé dans le recrutement de cadres. L’appel à candidatures a été largement diffusé sur le site Web de l’ARC et dans les principaux organes de presse écrite sur le continent, et partagé avec les réseaux professionnels concernés. Une première liste des trois (3) meilleurs candidats présélectionnés a été distribuée à la CdP aux fins de l’élection.

Continuer la lecture de Climat : Ibrahima Cheikh Diong élu à la tête de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques