Archives de catégorie : Actualités

COVID-19 : Claude Nyamugabo s’investit dans l’assainissement

Le Ministre de l’environnement et développement durable a effectué ce 03 avril,  une descente à  la direction d’assainissement, un des  services  que compte son ministère. Accompagné de son adjointe et des quelques membres de son cabinet, cette descente  était une occasion pour Claude Nyamugabo de faire connaître  au public, cette direction qui est un instrument du gouvernement,  composé d’un  personnel bien formé et disposant  des matériels modernes. Pour le numéro un de l’environnement en RDC, tout le monde doit être au courant qu’il existe une direction chargée exclusivement de l’assainissement en RDC.

Claude Nyamugabo entrain de manipuler un brumisateur

Sur place, le ministre de l’environnement et toute sa délégation ont visité les matériels dont dispose cette direction d’assainissement. Un lot important de  matériels capables d’aider la RDC à lutter contre le covid-19 en désinfectant des milieux et bâtiments publics.

« Nous mettons cette direction à la disposition du gouvernement afin que tous les bâtiments et milieux publics soient désinfectés  pendant ce temps où nous sommes attaqués par le Coronavirus. Ces matériels existent depuis bien longtemps, il est temps de les utiliser car c’est maintenant ou jamais que nous devons faire travailler la direction d’assainissement dans notre pays, non seulement à Kinshasa mais aussi dans les provinces », a expliqué Claude Nyamugabo, ministre de l’environnement et développement durable. «  Les appareils qui sont là peuvent couvrir toute la ville de Kinshasa, il n’y a aucune crainte là-dessus. Nous avons juste besoin des intrants pour commencer le travail », a-t-il lancé.

Continuer la lecture de COVID-19 : Claude Nyamugabo s’investit dans l’assainissement

Santé : Test d’un vaccin contre le COVID-19, Muyembe prend les congolais pour de cobayes des labos occidentaux

Plus de quarante-huit heures après les propos racistes tenus par deux scientifiques français sur la télévision LCI, au sujet du test d’un vaccin contre le coronavirus en Afrique, l’idée a bien trouvée du répondant sur le sol congolais. Docteur Jean-Jacques Muyembe, est bien ce gros poisson qui a avalé l’hameçon, sans une autre forme de procès. Dans un point de presse tenu à Kinshasa, ce vendredi 03 avril, le coordonnateur de la cellule de riposte au COVID-19 a annoncé que la RDC a été choisie parmi les pays devant tester ce vaccin. Choisie par qui? Et pourquoi? Toutes ces questions sont restées sans réponses de celui sur qui tous les espoirs du pays reposent pour vaincre cette pandémie.

Le docteur n’en est pas allé par le dos de la cuillère pour démontrer son optimisme et engagement à tester ce vaccin sur des congolais qui, dans son entendement limité soit-il, doivent servir de cobayes des laboratoires occidentaux. « Au mois de mai on commencera à faire des essais. Nous avons été choisi aussi pour faire ces essais. Le vaccin sera produit soit au Canada, soit aux Etats unis, soit en Chine », a-t-il déclaré, cache au nez. 

Lire aussi  Santé : Coronavirus, quand des propos racistes tenus par les français révoltent les africains

Est-ce un aveu d’échec de la stratégie de lutte contre le coronavirus, qui piétine jusqu’à mettre en doute la capacité du vainqueur d’Ebola à contrôler cette épidémie en RDC ? Pourquoi Muyembe fait-il confiance à un vaccin occidental d’autant plus qu’à ses frères congolais, scientifiques de surcroit qui proposent également des protocoles qui parfois prouvés  efficaces et qui font leur succès ailleurs dans le monde? Seul lui, est en mesure de répondre à toutes ces questions.  Continuer la lecture de Santé : Test d’un vaccin contre le COVID-19, Muyembe prend les congolais pour de cobayes des labos occidentaux

Santé : Coronavirus, quand des propos racistes tenus par les français révoltent les africains

Tout est parti d’une émission en direct diffusée le mercredi 01 avril, sur la chaine française LCI, filiale du groupe TF1. Cet échange entre un directeur de recherche à l’Inserm et un chef de service de l’hôpital Cochin en France, sur un vaccin contre le coronavirus à tester en Afrique a suscité une véritable indignation, à travers le monde notamment chez les africains. 

« Si je peux être provocateur, ne pourrait-on pas d’abord tester cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitements, pas de réanimations », a lancé le docteur Jean-Paul Mira, chef de la réanimation à l’hôpital Cochin de Paris. Et de poursuivre, « comme c’est fait parfois dans des études sur le SIDA, où chez des prostituées on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées et qu’elles ne se protègent pas? Qu’es-ce que vous en pensez? ».

 

« Vous avez raison. d’ailleurs on es en train de réfléchir à une autre études en parallèle justement en Afrique pour faire ce même type d’approches avec BCG. Je pense qu’un appel d’offres va sortir », a répondu son interlocuteur, Camille Locht avec qui il partage les convictions. 

 

Ces propos jugés d’outrageux de racistes à l’égard des africains par plus d’un, ont-ils été tenus à dessein par ces scientifiques français ? Ces propos ne révèlent-ils pas concrètement l’ourdi plan occidental visant à exterminer la population noire, qui selon certains représenterait une menace à la civilisation occitantale qui a démontré ses limites.

 

La situation du Coronavirus qui secoue le monde s’apprête-t-elle mieux à ce plan satanique? Du point de vue des experts, tenir ce genre de discours dans un contexte morose comme celui-ci, exprime mieux la thèse de la mise en place d’un vaccin pour altérer si pas  détruire la race africaine, soutenu depuis le début de cette pandémie, par plusieurs africains. Continuer la lecture de Santé : Coronavirus, quand des propos racistes tenus par les français révoltent les africains

Santé : La commune de la Gombe mise en quarantaine pour deux semaines

La commune de la Gombe dans la partie ouest de la ville de Kinshasa est jusqu’à présent considérée comme l’épicentre de l’épidémie de Coronavirus qui frappe de plein fouet la République démocratique du Congo. Après plusieurs échanges sur son isolement du reste de la capitale, un concesus a été trouvé pour confiner totalement cette commune durant deux semaines, a annoncé le gouverneur de la ville, Gentiny Ngobila.

« Je me vois dans l’obligation de prendre des mesures suivantes, la commune de la Gombe est mise en quarantaine du 06 au 20 avril 2020.  Par conséquent il est interdit la circulation des personnes dans la commune de la Gombe », a déclaré l’autorité urbaine.

Pendant ces deux semaines de confinement total, seul une catégorie des personnes sera autorisée d’effectuer des mouvements contrôlés dans cette commune qui abrite le 3/4 des institutions de la République. Les déplacements de ces personnes seront conditionnés par l’obtention d’un macaron (Laissez-passer), délivré par l’Hotel de ville de Kinshasa. Continuer la lecture de Santé : La commune de la Gombe mise en quarantaine pour deux semaines

Forêt : Pour non respect des clauses sociales, un village barre la route à Maniema Union 2 à Bokatola

Depuis quelques jours, les engins de l’entreprise Maniema Union 2 (Long Xin SARLU) qui exploite du bois d’oeuvre dans le secteur de Bokatola – province de l’Equateur ont été empêchés d’entrer en forêt par les habitants du village Ilanga, situé dans le même secteur, renseignent des sources concordantes. Une situation qui fait suite à un conflit qui oppose deux village, Ilanga et Boonde tous concernés par l’exploitation forestière dans le territoire d’Ingende.

Joint au téléphone, le chef du Territoire d’Ingende, Toziro Iyoka a confirmé l’information. « Il y’a eu conflit des limites entre le village Boonde et le village Ilanga. Le village Boonde a retiré l’argent du village Ilanga. Ce dernier (Ilanga) avait bloqué la route pour réclamer son argent, mais c’est déjà arrangé », a-t-il précisé.

Selon l’ONG GASHE (Groupe d’Action pour Sauver l’Homme et son Environnement), qui accompagne les communautés dans ce territoire, cette situation date de l’année dernière et pouvait bien être évitée. « C’est une affaire qui a commencé depuis longtemps et ça a été mal gérée par l’ancien chef du secteur, qui a usé de son pouvoir pour faire le décaissement auprès de l’entreprise. Les gens du village Ilanga réclamaient de l’argent équivalent à plus 500 mètres cube de bois, et pourtant cet argent avait déjà été payé à l’ayant droit de Bowonde », a précisé Benjamin Linzanza, animateur de GASHE. Continuer la lecture de Forêt : Pour non respect des clauses sociales, un village barre la route à Maniema Union 2 à Bokatola

Climat : Le COVID-19 annule la COP26 de Glasgow et le renvoie en 2021

La conférence COP26 des Nations Unies sur les changements climatiques qui devrait se tenir à Glasgow en novembre prochian a été reportée en raison de COVID-19, indique un communiqué du CCNUCC (Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques), publié ce mercredi 01 avril.

«Le monde est actuellement confronté à un défi mondial sans précédent et les pays concentrent à juste titre leurs efforts sur le sauvetage de vies et la lutte contre COVID-19. C’est pourquoi nous avons décidé de reporter la COP26. Nous continuerons à travailler sans relâche avec nos partenaires pour réaliser l’ambition nécessaire pour lutter contre la crise climatique et je me réjouis à l’avance de convenir d’une nouvelle date pour la conférence « , a indiqué le président désigné et secrétaire d’État à la COP26 , Alok Sharma.

Selon le même communiqué, les dates d’une conférence reprogrammées en 2021, organisée à Glasgow par le Royaume-Uni en partenariat avec l’Italie, seront fixées en temps opportun à la suite de nouvelles discussions avec les parties.

À la lumière des effets mondiaux et continus de COVID-19, la tenue d’une COP26 ambitieuse et inclusive en novembre 2020 n’est plus possible. Continuer la lecture de Climat : Le COVID-19 annule la COP26 de Glasgow et le renvoie en 2021

Biodiversité : AWF sensibilise les communautés locales de la Tshopo sur la conservation de la Biodiversité 

A travers le monde, les menaces sur la faune sauvage restent pesantes jusqu’à ce jour, avec en moyenne, 3500 individus d’espèces animales qui meurent chaque année. Une étude de African Wildlife Foundation (AWF),  menée auprès des communautés congolaises démontre que l’ignorance ou le manque de connaissance de la législation sur la faune, serait l’un des facteurs à la base de  l’indifférence des communautés locales face à la perte de la biodiversité dans le pays.

Pour relever le défi de la préservation de la biodiversité, AWF a organisé un atelier de partage des connaissances pour conscientiser les communautés locales, les organisations de la société civile, les représentants des confessions religieuses, les médias ainsi que les institutions scientifiques, dans la province de la Tshopo, sur la perte de la biodiversité afin d’obtenir d’eux un engagement favorable aux efforts de la conservation de la biodiversité, à travers une bonne connaissance du cadre législatif. 

« Cette formation fait suite aux deux autres organisées au mois de novembre et janvier dernier. Nous avons constaté que les facteurs qui étaient à la base de la non application du cadre légal se rapportant à la conservation de la biodiversité est l’ignorance de celui-ci par la quasi-totalité des communautés. C’est pourquoi la formation s’est basée sur l’apprentissage de la législation congolaise sur la faune. L’information donnée au cours de la formation a constitué une sorte de déclic dans le chef des parties prenantes et a entrainé la prise des engagements », a souligné Maitre Jo Kassongo, chef de projet chez AWF. Continuer la lecture de Biodiversité : AWF sensibilise les communautés locales de la Tshopo sur la conservation de la Biodiversité 

Santé : Avec plus de 100 cas confirmés de coronavirus, RDC fait-elle un saut dans le vide ?

La République démocratique du Congo vient de franchir la barre de 100 contaminés au Covid-19. À la date du 31 mars, le pays compte 109 cas confirmé dont 8 décès , indique le bulletin journalier du Secrétariat technique de riposte contre le Covid-19. Avec plus de 100 cas confirmés, le pays de Tshisekedi tend vers une situations plus délicate qui pourrait se caractériser par une contamination à grande échelle et une catastrophique perte en vies humaines.

Sur les ondes de la radio Top Congo, une station émettant depuis Kinshasa, le coordonateur du Secrétariat technique, docteur Jean-Jacques Muyembe prévient que les cas de contaminations vont augmenter de façons exponentielle.  « Tout dépend de la façon dont les congolais considèrent cette maladie. S’ils continuent toujours à considérer que c’est du mensonge,  peut être que ça sera l’hécatombe », a-t-il prévenu. 

Selon ce virologue congolais, cette situation pourrait être évitée si et seulement si les congolais parvenaient à changer leur perception de cette maladie. Certains congolais jouent jusque là au saint Thomas, exigeant des preuves,  voir même, des images photos et vidéos des personnes atteintes par cette pandémie. Une attitude qui les exposent et crée un doute systématique à l’existence du virus. en RDC « Le virus est déjà là. Il circule de façon intense à Kinshasa. Le nombre de cas va augmenter de façon exponentielle, peut-être pour atteindre le pic au mois  mai », a-t-il déploré sur Top Congo FM. Continuer la lecture de Santé : Avec plus de 100 cas confirmés de coronavirus, RDC fait-elle un saut dans le vide ?

Santé : Le 1er cas de Goma est un membre du staff de l’ONG RESCUE

La ville de Goma dans la province du Nord-Kivu a enregistré son premier cas confirmé de COVID-19. L’annonce a été faite ce lundi 30 mars, par le Secrétariat technique de riposte contre le coronavirus. Il s’agit d’un membre du staff de l’ONG Internationale RESCUE Commitee (IRC). Cette information a été confirmée par le gouverneur de la province, Carly Nzanzu, qui parle d’un sujet nigérian de 44 ans, qui a transité par le Rwanda pour atteindre la ville de Goma.

« Un membre du staff international qui travaille dans la lutte contre Ebola en République démocratique du Congo, a été testé positif au COVID-19. Il s’est immédiatement présenté seul à la clinique après avoir présenté des symptômes et s’être isolé durant 5 jours avant », indique le communiqué de l’organisation.

Selon ce communiqué, IRC a lancé immédiatement l’identification des contacts de ce membre du staff et conseille à tous ces contacts à s’isoler pour éviter toute propagation. « nous sommes en contact permanent avec ces contacts et travaillons pour leur offrir l’aide dont ils ont besoin », précise ce communiqué.

Notons par ailleurs que la RDC enregistre à ce jour 98 cas confirmés de coronavirus, dont 8 décès et 3 guéris.

Alfred NTUMBA

Santé : 17 nouveaux cas confirmés de coronavirus en RDC dont 1 à Goma

Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020, le cumul est de 98 cas confirmés, à ce jour dont 1 à Goma, 2 à Bukavu, 1 en Ituri et le reste à Kinshasa la capitale congolaise. Au total, il y a eu 8 décès et 3 guéris dans le même lot. Selon le bulletin journalier du Secrétariat technique, 17 nouveaux cas confirmés, ont été détectés ce lundi 30 mars et ce sont donc ajoutés aux 81 cas déclarés depuis le dimanche 29 mars. 

Cette situation vient démontrer l’accroissement de la propagation de cette pandémie en République démocratique du Congo. selon les experts, si rien n’est fait à temps, la RDC pourrait connaitre dans un avenir proche des nouveaux foyers du Covid-19, ce qui pourrait devenir plus inquiétant au regard de la faiblesse des infrastructures d’accueil des malades.

Olive Lembe vient au secours

L’ex première dame, marie Olive Lembe Kabila a remis un lot de 400 cures de chloroquine au  Secrétaria Technique du Comité multisectoriel de riposte à la pandémie du Covid-19 en RDC (CMR Covid-19), ce même lundi. Continuer la lecture de Santé : 17 nouveaux cas confirmés de coronavirus en RDC dont 1 à Goma