Archives de catégorie : Actualités

Climat :La RDC a validé son document actualisé de Politique, Stratégie et Plan d’Actions de lutte contre les changements climatiques 2020-2024

La République démocratique du Congo a validation son document actualisé de Politique, stratégie et plan d’actions en matière de lutte contre les changements climatiques. C’était au cours d’un atelier organisé à Kinshasa, ce mercredi 26 février.

Ce document est basé sur réduction de la vulnérabilité aux risques climatiques et le renforcement de la résilience des divers secteurs aux effets néfastes des changements climatiques tel que repris dans le Plan National d’Adaptation, lancé en février 2019, par le gouvernement congolais.

« Le pays entend investir dans l’établissement d’une cartographie forestière, l’évaluation de nos potentialités en biodiversité et la protection de nos tourbières. La préservation de l’environnement par une meilleure gestion de nos forets, des eaux, de l’air et de la faune, ainsi que la protection des communautés locales en veillant à la bonne gestion de concession minières et forestières », a rapporté Claude Nyamugabo, ministre congolais de l’Environnement et Développement durable.

En 2014, le Ministère de l’Environnement et Développement Durable, à travers la Direction de Développement Durable, avait élaboré un document de Politique, Stratégie et Plan d’Actions en matière de lutte contre les changements climatiques (PSPA-CC) pour la période (2016-2020). Bien que validé par les différentes parties prenantes, pour les experts, le regret est que, ce document sert de décor dans les tiroirs des bureaux. Au cours de la validation de cette feuille de route, certaines dispositions antérieures ont été la prise en compte.

Notons que la nouvelle version de ce document de politique a débuté par des échanges avec les experts de différents secteurs, question de permettre aux différentes parties prenantes de s’approprier le projet et de partager la même vision.

Albert  MUANDA

Climat : Le BCeCO financera les projets éligibles avec les dons du Fonds Vert pour le Climat

Le Fonds Vert pour le Climat dispose de quatre instruments financiers pour appuyer les projets présentés par les Etats, via les entités accréditées. Il s’agit de prêts, des dons, des prises de participations et des garanties que le Fonds vert peut offrir pour le financement d’un certain projet. Dans son processus d’accréditation comme Entité nationale, le Bureau Central de Coordination (BCeCO), a de ces quatre instruments, choisi les dons, et il justifie son choix.

« Nous avons travaillé dans le passé avec les dons que le pays recevait de ses bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux. C’est le premier choix que nous avons fait et c’est le seul, parce que nous ne voulons pas alourdir l’endettement du pays », a précisé le directeur technique du BCeCO, Gaspard Kabongo Mukise.

Toutefois, cela n’exclut pas que le BCeCO ne puisse recourir au gouvernement congolais ou à ses partenaires pour financier un projet, car selon le directeur technique, le Fonds Vert pour le Climat ne finance pas à cent pour cent le projet. Il sollicite de l’entité accréditée, et ou du gouvernement, une contribution.

Cette entité nationale, une fois accréditée, devra s’investir dans la recherche des financements nécessaires pour vider le pipeline préparé par la coordination nationale du Fonds vert.  Continuer la lecture de Climat : Le BCeCO financera les projets éligibles avec les dons du Fonds Vert pour le Climat

Climat : Le BCeCO s’apprête à devenir l’Entité de la RDC accréditée au Fonds vert pour le Climat

Le Bureau Centrale de Coordination (BCeCO), de la République démocratique du Congo est en voie de devenir une Entité nationale accréditée au Fonds Vert pour le Climat (FVC), ce mécanisme des finances climatiques des Nations unies. Elle sera la deuxième entité nationale accréditée à ce fonds en Afrique centrale, après celle du Rwanda.

Avec ses 19 ans dans la gestion des projets, cette institution congolaise présente un profil qui a milité à son acceptation au Fonds vert pour le Climat, comme entité nationale accréditée. En effet, sa taille se situe entre 50 et 250 millions de dollars américains. Le BCeCO devra donc intervenir non seulement dans les projets de risque de catégorie C considérés comme les risques minimaux, mais, il envisage aussi intervenir dans les projets de risques de catégorie B.

« Nous avons l’expérience, les outils et les ressources pour pouvoir répondre aux exigences du Fonds Verts pour le Climat. Aujourd’hui nous avons les activités de préparation, pour mettre nos procédures à niveau, avoir des formations sur certains concepts du Fonds vert. D’ici six mois, nous serons aguerris pour pouvoir passer à l’étape d’accréditation », a précisé le directeur général du BCeCO, Théophile Matondo. Continuer la lecture de Climat : Le BCeCO s’apprête à devenir l’Entité de la RDC accréditée au Fonds vert pour le Climat

Climat : Claude Nyamugabo égraine les retombées de la COP25 en faveur de la RDC

Le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo a procédé à la restitution de ce qu’a été la participation de la République démocratique du Congo à la 25èmesession de la Conférence des parties sur le Changement climatique, tenue du 2 au 15 décembre 2019, Madrid. Cette séance de travail à laquelle a été conviés plusieurs personnes, a eu lieu à Kinshasa, ce mardi 25 février.

Claude Nyamugabo, Ministre de l’Environnement et Développement durable, lors de la restitution de l COP25, à Kinshasa.

« La République démocratique du Congo a pu obtenir notamment, sa désignation comme présidente de la plateforme de pays en développement à haut couvert forestier et faible déforestation. Y compris sa manifestation d’intérêt pour l’organisation en 2020 du deuxième sommet de ces Etats. La désignation de notre notre pays à la présidence de l’IOrgane subsidiaire du Conseil Scientifique et Technologique de la Convention Cadre des Nations unies sur le Changement Climatique et enfin, un partenariat technique pour la formation des experts congolais en Indonésie sur la question des tourbières », a-t-il informé. Continuer la lecture de Climat : Claude Nyamugabo égraine les retombées de la COP25 en faveur de la RDC

Santé : 52 millions d’euros de l’UE pour lutter contre Ebola et la malnutrition en RDC

L’engagement supplémentaire de l’Union européenne pour les projets santé en 2020 en République démocratique du Congo est de l’ordre de 52 millions d’euros. Cet engagement vient s’ajouter aux 175 millions d’euros déjà disponibles. Ce nouvel engagement devra aider dans la riposte contre Ebola, en soutien au système de santé de base (42 Millions) et pour la lutte contre l’insécurité alimentaire (10 Millions). L’annonce a été faite ce lundi 24 février par l’Ambassadeur de l’UE en RDC, lors d’une rencontre avec le ministre congolais de la Santé publique, Eteni Longondo.

Jean-Marc Chataigner a affirmé qu’il s’agit de l’accomplissement de l’annonce faite en décembre 2019, par son institution. « Ce financement permettra de répondre aux besoins urgents et de continuer à soutenir la population congolaise, notamment pour améliorer la sécurité alimentaire et l’accès à des services de santé de qualité », a-t-il précisé.

La majeure partie du financement, à savoir 42 millions d’euros, permettra aux personnes vivant dans des zones touchées par le virus Ebola d’accéder à des soins de santé gratuits et de qualité, y compris ceux contre la malnutrition. Continuer la lecture de Santé : 52 millions d’euros de l’UE pour lutter contre Ebola et la malnutrition en RDC

Forêt : 9 concessions octroyées aux entreprises chinoises, l’indignation de la société civile

La société civile environnementale s’est réunie en urgence ce lundi 24 février, à Kinshasa, pour statuer sur la problématique de neuf concessions forestières attribuées récemment aux entreprises chinoises, par le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo.

Les différents regroupements de la société civile environnementale dont le RENOI, CNCEIB, GTCRR, CODELT, RCEN, et autres, n’ont pas caché leur indignation face à l’acte posé par le ministre de l’Environnement, et promettent de présenter leur note position, d’ici la fin de la semaine.

« Chaque fois qu’un nouveau ministre arrive, le premier discours c’est de garantir l’ouverture, la transparence, et la bonne foi. Mais dès qu’ils prennent le temps de comprendre comment fonctionne le système, la première décision qui a toujours été prise c’est d’attribuer les nouvelles concessions, et cela nous préoccupe », s’est indigné Augustin Mpoyi, cadre du CODELT.

La société civile environnementale ne semble pas pressée dans sa prise de position. Les acteurs ont décidé d’analyser froidement et sérieusement les arrêtés du ministre pour mieux appréhender la motivation qui ont présidé à cette action qu’ils présument violer le moratoire. Continuer la lecture de Forêt : 9 concessions octroyées aux entreprises chinoises, l’indignation de la société civile

Forêt : Claude Nyamugabo et les élèves du Camp Tshatshi mettent en terre plusieurs plantules d’arbres

Plusieurs plantules d’arbres ont été mises en terre par les élèves du Camps Colonel Tshatshi, et le Ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo. Cette activité qui s’inscrit dans le cadre du projet Jardins scolaires,1 milliard d arbres à l’horizon 2023, a eu ce samedi 22 février, à Kinshasa.

ministre de l’Environnement et Développement Durable, Claude Nyamugabo aidant un écolier à planter l’arbre sur le site du Mont Ngaliema à Kinshasa.

Ce projet qui vise à lutter contre les effets néfastes du changement climatique, relève de la vision du chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi,  de reboiser la République démocratique du Congo. « C’est dès le bas âge que les enfants devraient prendre conscience de l’importance de l’arbre et du protecteur de la République Démocratique du Congo pour la planète dans le domaine climatique. Des pourparlers sont en cours avec le Ministère de l’EPST en vue d’intégrer des cours en matière environnementale dès la rentrée scolaire 2020-2021 », a-t-il informé.

Pour le développeur de l’initiative Jardins scolaires pour 1 milliard d’arbres, Junior Tshiteya, le choix du site de Mont Ngaliema ne relève pas d’un hasard pour recevoir cette activité. Il s’agit de créer en pleine ville de Kinshasa, un puit de carbone capable de séquestrer les émissions urbaines. Continuer la lecture de Forêt : Claude Nyamugabo et les élèves du Camp Tshatshi mettent en terre plusieurs plantules d’arbres

Forêt : 9 concessions forestières attribuées aux entreprises chinoises, que se passe t-il en RDC ?

Neuf concessions forestières ont été attribuées à deux entreprises chinoises, Congo King Baisheng Forestery Development Sarlu et Congo Sunflower Forestry Development. Ces concessions forestières se retrouvent reparties dans les provinces de Mai Ndombe, Mongala, Tshuapa, Equateur et Ex Province Orientale.

Des concessions dont les contrats ont été signés par le ministre au mois de janvier dernier. Elles seraient attribuées en violations du moratoire, estiment les acteurs de la société civile environnementale de la République démocratique du Congo.

Rien d’illégale

Dans un entretien exclusif accordé à Environews RDC, le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo Bazibuhe se dit indigné par la mauvaise interprétation faite au sujet de cet acte régalien pris par son ministère. Il a par ailleurs rassuré que rien d’illégale n’est à signaler dans cette action, qui selon lui ne viole en rien le moratoire.

« Ces concessions ne sont pas nouvelles. Elles ne sont pas non plus celles appartenant au domaine privé de l’Etat. Ces sont des concessions d’une entreprise qui a changé de nom et qui a voulu également changer des contrats. Tous les numéros des contrats attribués sont relatifs au contrats existants détenus par l’entreprise demanderesse », a indiqué le ministre. Continuer la lecture de Forêt : 9 concessions forestières attribuées aux entreprises chinoises, que se passe t-il en RDC ?

Climat : Tosi Mpanu Mpanu exhorte l’UE à considérer l’expertise africaine dans la réponse contre le changement climatique

L’ambassadeur Tosi Mpanu Mpanu, négociateur en chef pour le climat de la République démocratique du Congo, a exhorté l’Union européenne à considérer l’expertise africaine dans la réponse globale à donner au changement climatique qui secoue la planète. C’était à l’occasion de la semaine de l’environnement et du climat 2020 de la Direction Générale de la Coopération au Développement (DEVCO), de la Commission de l’Union Européenne, tenue à Bruxelles le 17 février 2020. 

Selon le diplomate congolais, l’UE est un partenaire fiable qui respecte ses engagements souscrits au niveau international et multilatéral, contrairement à certains pays développés qui ayant fait montre de leadership économique, démocratique, voir même militaire, ont failli à faire montre de leadership environnemental et climatique en décidant de quitter l’Accord de Paris.

« Je comprends que l’UE et l’ensemble de ses 27 pays membres constituent de loin le plus grand donateur non concessionnel en Afrique. L’UE et ses États membres peuvent apporter une approche plus efficace, plus durable et plus rapide, en se concentrant sur les projets qui soutiennent clairement le développement durable du continent africain », a-t-il évoqué. Continuer la lecture de Climat : Tosi Mpanu Mpanu exhorte l’UE à considérer l’expertise africaine dans la réponse contre le changement climatique