Archives de catégorie : Actualités

Environnement : Voici les gagnants du concours A l’Encre Verte Edition 2020

Le confinement dû à la pandémie de la COVID-19 n’a pas du tout confiné l’intellect de près d’une cinquantaine d’élèves et étudiants de la RDC qui ont participé à la toute première édition du concours de dissertation dénommée A l’Encre Verte. Durant trois semaines, soit du 5 au 26 juin 2020, ces jeunes issus d’établissements scolaires et universitaires de la RDC ont discuté le thème suivant a l’occasion de la journée mondiale de l’environnement (JME2020): ”La conservation de la biodiversité est la condition sine qua non pour le maintien de la vie sur terre”.

Organisé par l’African Initiative for Environmental Education (AIEE) en partenariat avec l’ASBL CaLM (Café Littéraire de Missy) et l’organe de presse environnementale Environews RDC, ce concours vise à intéresser davantage les jeunes congolais, leaders de demain, aux questions relatives à l’environnement et au développement durable. Il s’agit aussi d’une invitation permanente à l’action adressée à ces jeunes pour s’engager dans les différentes luttes pour la conservation de l’environnement et de la biodiversité au Congo et dans le reste du monde.

Pour évaluer les textes de dissertation des candidats, un jury de huit professionnels évoluant dans les domaines des lettres, de la culture et de l’environnement a été mis en place par le comité organisateur du concours.

Trois jeunes étudiants se sont distingués par la qualité de leurs textes de dissertations. Il s’agit de :
– 1er prix: Thomas-Emmanuel NKASHAMA, étudiant en 3e Graduat Philosophie à l’Université Catholique du Congo (UCC) ;
– 2e prix: Sylvie Kinja MONGANE, étudiante en 3e Graduat Environnement à l’Université Catholique de Bukavu (UCB) ;
– 3e prix: Moïse Ezra AMISSI, étudiant en 1ere Licence à l’Institut Supérieur de Développement Rural(ISDR).

Le comité organisateur et les membres du jury présentent leurs sincères félicitations aux gagnants de la première édition du concours A l’Encre Verte et saluent la participation engagée de tous les autres candidats dont les textes ne manquaient pas d’originalité et d’enseignements sur la biodiversité.

Nous annonçons d’ores et déjà la tenue de la deuxième édition du concours A l’Encre Verte pour le mois d’Avril 2021.

Vous pouvez lire les textes des gagnants du concours en cliquant ici : #2_Sylvie Kinja Mongane_AEV2020 #3_Moise Amissi EZRA_AEV2020 #1_Thomas Nkashama_AEV2020.

La Rédaction 

RDC : Black-out des plateformes utilisant l’extension .CD : MILRDC dénonce une gestion calamiteuse de la SCPT

L’Association des médias d’information en ligne de la RDC (MILRDC), membre de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) et interface entre les médias digitaux congolais et les instances de régulation et d’autorégulation des médias en RDC, informe la population congolaise que suite à une panne au niveau de la Société Congolaises des Postes etTélécommunications (SCPT) tous les sites internet utilisant le nom domaine .cd ne sont pas accessibles depuis lundi 3 août 2020.

MILRDC présente ses excuses auprès de nombreux internautes qui consultent les médias utilisant l’extension .cd

MILRDC constate que cette situation prive des millions de congolais de leur droit à une information plurielle et diversifiée.

L’Association note également les préjudices causés aux startups actives dans le secteur du commerce en ligne et aux plateformes d’enseignement à distance.

MILRDC interpelle la Société Congolaises des Postes et Télécommunications, le ministre de Postes télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication), le conseiller spécial du Chef de l’Etat en charge du numérique sur la gestion pour le moins calamiteuse de l’extension .cd

MILRDC en appelle à l’implication du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) dans les aspects médiatiques de la gestion de ce dossier.

MILRDC note que depuis la reprise du contrôle du domaine par la SCPT, le constat est que la gestion est passée du mode automatique au mode manuel alors qu’il existe des logiciels de gestion de domaines gratuits et qu’il y a de l’expertise au pays pour sa mise en place.

MILRDC rappelle que les médias digitaux congolais ont largement participé à la promotion de l’extension .cd qui est aujourd’hui reconnue comme une identité nationale en dépit de son prix exorbitant et de sa gestion peut rassurante.

Si cette situation perdure et face à la tentation légitime d’émigrer vers des noms de domaines plus sûrs, MILRDC n’hésitera pas d’encourager ses membres à se mettre à l’abris à l’extérieur du pays.

Fait à Kinshasa le 4 août 2020

Président MILRDC

Foncier : Un webinaire pour décrypter le mécanisme de consultation mis en oeuvre par la reforme foncière en RDC

La Stratégie nationale d’engagement (SNE), organise le 12, août  un webinaire avec la participation de la CONAREF, de VNGI, du FIDA et de GLTN. Ce webinaire a comme objectif de décrypter le mécanisme de consultation mis en œuvre par la réforme foncière pour garantir la participation inclusive des acteurs et de la population à l’élaboration de la Politique Foncière Nationale. 

Les participants devront échanger sur la situation actuelle de la réforme foncière et des travaux des consultations provinciales, identifier les opportunités de l’inclusivité pour les processus des réformes sectorielles, et établir une collaboration dans la mise en œuvre des plans d’action des acteurs du foncier.

Quelques thématiques devront être abordées au cours ces échanges. Il s’agit notamment de l’inclusivité comme engagement pour une gouvernance foncière centrée sur les personnes, la consultation des populations dans la réforme foncière, la capitalisation des expériences locales de consultation ainsi que les défis de l’inclusivité et les opportunités de la cohérence des réformes  Continuer la lecture de Foncier : Un webinaire pour décrypter le mécanisme de consultation mis en oeuvre par la reforme foncière en RDC

Forêt : L’état de la transparence dans le secteur  forestier en RDC, le RRN dénonce la rétention d’informations

Le Réseau Ressources naturelles (RRN) dénonce la rétention d’informations relatives aux statistiques dans le secteur forestier en République démocratique du Congo. Dans un rapport publié ce lundi 03 août à Kinshasa, cette organisation de la société civile relève l’opacité entretenue aux différents niveaux de gestion de l’exploitation du bois d’oeuvre en RDC. 

« L’analyse réalisée montre que trop peu d’exemplaires des permis de coupe et des déclarations trimestrielles  sont disponibles au niveau des administrations provinciale et territoriale en charge des forêts concernées. D’où toute  la difficulté  d’obtenir  à ces différents niveaux des informations forestières complètes et fiables relatives notamment aux volumes et essences de bois exploités, à l’exportation des grumes ou aux recettes afférentes à la délivrance des actes d’agrément et des permis de coupe.  Il en est de même  des informations fiables sur les bases de calcul  de la ristourne constituant le  fonds de développement local  en faveur des  communautés riveraines », peut-on lire dans ce document. 

Selon ce rapport, la distribution des documents aux administrations forestières provinciales et territoriales  telle que prévue par l’administration forestière n’est pas d’application. Si l’étude reconnait des efforts fournis par le gouvernement congolais dans la gestion durable et la promotion de la transparence et la responsabilité dans le secteur forêt, il est cependant claire que ces règles ne sont pas souvent d’application, renseigne-t-il.  Continuer la lecture de Forêt : L’état de la transparence dans le secteur  forestier en RDC, le RRN dénonce la rétention d’informations

CEEAC : Nomination du docteur Tabuna au Commissariat de l’Environnement

Le Congolais Honoré Tabuna occupera désormais les fonctions de Commissaire à l’environnement, ressources naturelles, agriculture et développement rural. Annonce faite à l’issue de la XVIIème session ordinaire de la conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la Commission Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) tenue le 30 juillet 2020 par visioconférence sur Invitation de Son Excellence Ali Ben Bongo Odimba, Président en exercice de la CEEAC.

Connu dans la sous-région pour son intelligence et son courage, Dr Tabuna s’est révélé pendant le déroulement  en mars 2014, de la 3ème édition du Forum International des Peuples autochtones d’Afrique centrale (FIPAC3). Plate-forme de concertation et d’échanges autour de la promotion des savoir-faire traditionnels, le FIPAC3 a plébiscité ce Dr en économie botanique du Museum national de l’histoire naturelle de Paris (France) depuis 2000, avec une médaille de mérite décorée par S.E. Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo.   Continuer la lecture de CEEAC : Nomination du docteur Tabuna au Commissariat de l’Environnement

Enérgie : Porté à la tête de l’ANSER, Idesbald Chinamula est le couronnement d’une expérience aboutie

Idesbald Chinamula Vuningoma est le premier directeur général nommé par le président de la République à la tête de l’ANSER ( Agence Nationale de l’Electrification et des services énergétiques en milieux rural et péri-urbain). Il a fallut donc quatre  ans pour que c’est ancien expert Coordonnateur du Pilier Croissance Inclusive et Développement Durable/PNUD (Programme de nations unies pour le Développement) se voie confier une lourde responsabilité de traduire en actes, la volonté de Félix Antoinne Tshisekedi  et du programme du Gouvernement quant à ce qui concerne l’accès à l’électricité et la modernisation des services énergétiques en milieux ruraux et péri-urbain. 


Pour les observateurs, il se dégage un constat heureux dans les nominations faites par le chef de l’Etat. Il a jeté son dévolu sur des technocrates et c’est très remarquable. On retiendra, par exemple, que Idesbald Chinamula, est un Expert du PNUD très investi dans le secteur de l’énergie depuis une dizaine d’années. C’est sous son leadership que la RDC s’est dotée de son premier Atlas des énergies renouvelables, un ouvrage qui fait la promotion des investissements dans le secteur des énergies renouvelables en RDC. Il sera secondé à cette tache par Cyprien MUSIMAR.

Lors de sa prise de fonction, en janvier 2019, le chef de l’Etat avait fait la promesse de porter de 9 à 30 % le taux d’accès à l’électricité en RDC.  Ainsi, l’ANER a pour mandat entre autres, proposer au Gouvernement la politique pour l’électrification du pays dans ses parties rurales et péri urbaines, élaborer le plan nation de l’électrification en milieux rural et peri-urbain à intégrer dans le plan national de l’électrification, rechercher les financements pour différents projets du programme d’électrification rurale et périurbaine, assurer le suivi avec les bailleurs et assurer la coordination technique, l’administration et la gestion financière des diffèrent opérations tirées du plan national de l’électrification rurale et périurbaine.

Alfred NTUMBA

Forêt : En RDC, le Nord-Kivu pourrait être la première province à recevoir le crédit crbone

Tout porte à croire que la Province du Nord-Kivu dans la partie Est de la République démocratique du Congo pourrait devenir la première à accéder au crédit carbone. La province s’apprête à mètre en place une Unité de gestion du projet carbone, renseigne un communiqué de WWF RDC, émis le 25 juillet dernier. 

 » Il a été révélé que la province du Nord-Kivu sera une première entité en RDC à recevoir du crédit carbone sous le Gold standard  à travers deux projets (Energie et Reboisement) réalisées par le Fond Mondial pour la nature, WWF« , indique ce communiqué

Intéressé par cette opportunité, le Ministère provincial de l’Environnement Moise Kanyere, a pris la décision d’accélérer avec les étapes qui restent pour que les premiers fonds soient transférés.

Pour ce faire, il a pris l’engagement de mettre à profit ses experts pour mettre en place le manuel des procédures de cette Unité de gestion afin qu’ils soient validés avec la description des tâches, au comité de pilotage mis en place en 2019 par arrêté du Gouverneur.

D’ici 2026, la province entend valoriser 490.000 tonnes de Co2 sur le marché volontaire au niveau international. Cela est rendu possible avec la facilitation de WWF et de Co2logic.

La RÉDACTION

Forêt : Pour maximiser les recettes et créer de l’emploi, la RDC envisage transformer son bois localement

La République démocratique du Congo envisage transformer son bois localement pour créer de l’emploi et maximiser ses recettes. Ceci est l’information apportée par le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo, aux participants au troisième atelier d’appropriation du processus de l’élaboration de la politique forestière nationale, organisé à Kinshasa ce jeudi 29 juillet. 

 » Cette mesure va permettre de donner des emplois à nos compatriotes et à maximiser les recettes du trésor public », a déclaré le ministre de l’Environnement, Claude Nyamugabo.

Cette troisième reunion était destinée à toutes les parties prenantes  plus particulièrement au secteur non étatique intéressé par le domaine forestier et dont les activités ont un impact direct ou indirect sur l’éclosion du secteur de la forêt en RDC. 

La motivation à impliquer ce secteur dans le processus de l’élaboration de la politique forestière nationale va dans le sens de créer une synergie entre les différents domaines transversaux.

 » Etant donné que le secteur forestier de la RDC, deuxième poumon mondial peine à atteindre 1% du budget national alors qu’autour de lui le secteur forestier des autres pays qui n’ont même pas un dixième de ses forêts contribuent à 5% voir 11% au budget de leurs pays. C’est pourquoi votre ministère a donc présenté ce document technique de transformation à 100%  du bois congolais sur le territoire national  au gouvernement de la République. Maintenant que le documenrt est adopté, les travaux vont vite se mettre en cours afin d’eviter la honte que nous vivons tous les jours de voir les grumes de bois se diriger à Matadi et etre transportées en Asie, Europe et Amérique au moment où les mobiliers qui nous reviennent ici ne correspondent pas aux bois que nous produisons », a insisté le ministre.  Continuer la lecture de Forêt : Pour maximiser les recettes et créer de l’emploi, la RDC envisage transformer son bois localement

Forêt : Reboisement d’un milliard d’arbre, la visite de Claude Nyamugabo au Camp Tshatshi

Le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo a effectué une visite d’inspection des travaux de reboisement au camp Tshatshi, ce jeudi 29 juillet. Accompagné  des techniciens de la direction de l’horticulture et reboisement de son ministère, il  a pu se rendre compte de l’évolution de ce projet qui s’inscrit dans la vision du Chef de l’Etat, consistant à planter un milliard d’arbre d’ici 2023. 

Le ministre de l’Environnement, Claude Nyamugabo, lors du lancement de la campagne de reboisement du Mont Ngaliema.

« J’ai été ici, il y’a trois mois. Il a fallu que je repasse pour voir l’évolution des arbres qui ont été plantés. L’objectif est de faire de la colline de Mont Ngaliema, une forêt urbaine. C’est une colline importante pour la ville de Kinshasa où l’on apercoit des avancées sur le reboisement. J’attache une si grande importance à cette colline qui va redonner la vie à ces espaces « , a précisé le ministre.

Il a profité de l’occasion pour remercier et encourager l’association des enfants des militaires de la Garde républicaine du camp tshatshi, pour le travail abattu sur ce site. Cette association est bien celle qui s’emploi à planter et veuillez sur la croissance de différentes espèces de bois sur cette colline. 

« Mont Ngaliema est notre milieu de vie. Nous avons compris que les arbres sont à la fois économiques et écologiques. La colline de Mont Ngaliema sera désormais  un site touristique présidentiel et un futur puit de carbone avec ses 144 mille plantes des essences différentes, locales et exotiques « , a rapporté le delegué de l’association des enfants militaires.

Par ailleurs, ces jeunes motivés formulent le voeu non seulement de travailler pour reverdire cette colline mais également pour qu’ à travers ce projet , soit combatue la delinquance juvénile perpétrée par certains  jeunes  désœuvrés  qui vivent dans les  camps militaires.

Albert Muanda

 

Forêt : exploitation illicite du bois rouge dans le Sud Kivu, Claude Nyamugabo ordonne une enquête

Le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo a ordonné l’ouverture d’une enquête sur l’exploitation illicite et le commerce illégale du bois rouge en provenance du paysage des réserves de Lwama-Kivu, Nganda et de la réserve naturelle d’Itombwe dans la province du Sud-Kivu. Dans une correspondance adressée au gouverneur de cette province, le ministre exige que la lumière soit faite sur les faits dénoncé par la société civile environnementale de la province.