Archives de catégorie : Actualités

Santé : Le choléra progresse dans l’ombre d’Ebola en RDC

Alors qu’elle avait fait près de 1200 morts, l’an dernier, le nombre /9*-de cas de l’épidémie de choléra est reparti à la hausse depuis trois semaines et a atteint les mêmes  niveaux qu’en 2017, ce qui avait donné lieu à sa pire flambée en près de 25 ans, en RDC.

Séance de formation des agents du Ministère de Santé publique à Kinkole. (Photo, Serge Ntumba/Environews-RDC)

« L’histoire du début de l’été dernier est en train de se répéter », met en garde Didier Bompangue, coordonnateur du Programme d’Elimination du Choléra au Ministère de la Santé publique de la RDC. Il s’inquiète de voir la progression du choléra suivre la même courbe qu’à pareille date, l’an dernier.

Les experts consultés par la presse estiment qu’environ  1157 personnes sont mortes de cette épidémie l’an dernier en RDC sur près de 55000 cas répertoriés. Pourtant, Didier Bompangue prévient que sans la mise en place des mesures très urgentes,  la flambée de cette année  risque d’être plus forte que celle de l’an dernier. Continuer la lecture de Santé : Le choléra progresse dans l’ombre d’Ebola en RDC

Biodiversité : Des scientifiques veulent récréer une population de rhinocéros blancs

 Après avoir circulé dans le monde perdu de jurassic de Hollywood, le projet de la résurrection d’une espèce disparue, semble être sous le feu du projecteur, depuis la disparition, au KENYA, au mois de mars de cette année, du dernier rhinocéros blanc mâle nommé Sudan, a rapporté l’Agence Scientifique européenne.

Après ce triste événement, des scientifiques viennent proposer des solutions, une première approche menée par les chercheurs de l’Institut  de Recherche pour la conservation du Zoo de San Diego, a été présentée au mois de mai.

C’est après  un séquençage d’ADN de cellules de rhinocéros blanc du nord disponibles dans une banque d’échantillons, qu’ils ont publié une étude dans la revue scientifique Genome  Research, dans laquelle, ils affirmaient détenir suffisamment de diversité génétique pour ressusciter toute une population viable de rhinocéros. Continuer la lecture de Biodiversité : Des scientifiques veulent récréer une population de rhinocéros blancs

Goma : La CEEAC apporte son soutien à la mise en place du plan de contingence régionale

L’expert en gestion des risques, catastrophes et adaptation aux changements climatiques  de la CEEAC (Communauté des Etats économiques d’Afrique centrale), séjourne depuis 48 heures à Goma dans la partie Est de la République démocratique du Congo. Dominique Kuitsouk a effectué le déplacement du Nord-Kivu, sur demande des autorités de cette province, pour apporter main forte à la province confrontée souvent aux difficultés liées aux catastrophes naturelles notamment celles provoquées par les éructions volcaniques de Nyiragongo et Nyamulagira. 

Le volcan Nyiragongo en activité à l’Est de la République démocratique du Congo.

L’expert de la CEEAC s’emploie à faciliter les travaux de la mise en commun du Plan de contingence régional de la République démocratique du Congo et celui de la République du Rwanda, en prévision d’éventuelles éruptions volcaniques dans la région, conformément aux recommandations formulées à l’issue de l’exercice de simulation organisé en juillet 2017 par le Service de la Protection civile du Nord- Kivu.       Continuer la lecture de Goma : La CEEAC apporte son soutien à la mise en place du plan de contingence régionale

Conservation : 8 rhinocéros noirs meurent pendant leur transfert entre plusieurs parcs au Kenya

Un transfert de rhinocéros noirs entre plusieurs parcs naturels au Kenya s’est soldé par une tragédie : 8 animaux sont morts, entraînant ainsi  l’arrêt immédiat de l’opération, a rapporté science et avenir.fr.

Appartenant à la famille de Diceros bicornis, une sous-espèce en grand danger d’extinction,  ces  rhinocéros meurent  après avoir été déplacés dans une nouvelle réserve du sud du Kenya, a annoncé  le gouvernement kényan.

Informé, le  ministre du Tourisme et de la Faune, Najib BALALA, a ordonné au Service kényan de la faune (KWS) de « suspendre immédiatement les transferts en cours de rhinocéros noirs, après la mort de huit d’entre eux« , ont indiqué ses services dans un communiqué. Le KWS n’a pour sa part pas officiellement commenté la mort de ces rhinocéros. Ces huit animaux décédés faisaient partie d’un groupe de 11 rhinocéros noirs qui avaient été déplacés en juin 2018 des parcs nationaux de Nairobi et Nakuru vers celui du Tsavo-Est.

Le déplacement vers un nouvel habitat d’animaux menacés, qui doivent être endormis le temps du voyage, n’est pas sans risque. Mais la mort d’animaux durant ce type d’opérations est rare. Entre 2005 et 2017, 149 rhinocéros avaient été déplacés de cette manière au Kenya et seulement huit étaient décédés, selon le ministère du Tourisme.

Face à cette situation quasi-inhabituelle, les recherches préliminaires  suggèrent que les huit rhinocéros noirs pourraient être décédés d’un  empoisonnement au sel« , après avoir bu dans leur nouvel environnement une eau différente de celle à laquelle ils étaient accoutumés, a indiqué le ministère.

Une enquête complète a été ordonnée et ses résultats devraient être connus au cours de ce mois de  juillet 2018. « Une sanction disciplinaire sera assurément prise si les conclusions pointent vers une négligence ou une conduite non professionnelle de la part de membres du KWS« , a ajouté le ministère. Paula KAHUMBU, la directrice de Wildlife Direct, une organisation de protection des animaux, a appelé les autorités à prendre leurs responsabilités et à expliquer ce qui s’était passé. « Des rhinocéros sont morts, nous devons le dire ouvertement quand ça arrive et pas une semaine ou un mois plus tard« , a-t-elle déclaré. « Quelque chose n’a pas marché et nous voulons savoir quoi »

Selon l’organisation Save the Rhinos,  on dénombre à ce jour  moins de 5.500 rhinocéros noirs dans le monde, vivant tous en Afrique, dont 750 vivent au Kenya

Thierry-Paul KALONJI

Angola : les entrepreneurs chinois invités au respect des régulations et normes environnementales

Le respect des normaux environnementaux et les régulations nationales doivent  être de mise pour tout entrepreneur chinois désireux d’évoluer en Angola. La ministre angolaise de l’Environnement, Paula Fracisco Cohelo l’a fait savoir à l’Ambassadeur de la Chine à Luanda, Cui Aimin. Cette décision est justifiée par les abus remarqués que commettent les sujets chinois sur les ressources de la faune de flore à travers le pays.

Les deux personnalités ont abordé au cours de cet entretien, la question de la gestion des déchets solides basée sur les nouvelles technologies.

Madame Cohelo a saisi l’occasion pour rappeler à toute la communauté chinoise qui a choisi comme deuxième patrie l’Angola, la nécessité de respecter scrupuleusement toutes les régulations relatives à la protection de l’environnement, de la biodiversité et la réalisation des études d’impacts avant toute exploitation. Continuer la lecture de Angola : les entrepreneurs chinois invités au respect des régulations et normes environnementales

Conservation : Pétrole dans les Virunga et la Salonga, que retenir du nouveau Conseil des ministres ?

Plus de peur que de mal dit-on, la quinzième réunion extraordinaire du Conseil des ministres n’a pas clairement levé l’option de désaffecter partiellement  les parcs nationaux des Virunga et Salonga. Réunis ce samedi 14 juillet, au tour du premier ministre Bruno Tshibala, les ministres congolais ont néanmoins adopté les décisions prises lors du 11ème  Conseil des ministres tenu le  08 juin 2018. Lors duquel, il a été décidé la mise en place d’une commission interministérielle devant statuer sur la désaffectation partielle des Virunga et de la Salonga.

« Abordant le premier point de son ordre du jour, le Conseil a adopté le relevé des décisions prises respectivement lors de sa 11ème Réunion ordinaire et de sa 14ème  Réunion Extraordinaire », indique le compte rendu de ce 15ème Conseil dont Environews s’est procuré une copie.

Une prise de conscience ou la stratégie de dupe ?

Après  l’annonce de la mise en place d’une commission interministérielle devant travailler pour désaffecter partiellement ces deux sites du patrimoine mondial, plusieurs voix se sont levées pour décrier la décision dite «hâtive et nocive », prise par le gouvernement. Continuer la lecture de Conservation : Pétrole dans les Virunga et la Salonga, que retenir du nouveau Conseil des ministres ?

Forêt : Vers la mise en place d’un plaidoyer commun de la société civile environnementale

Quelques mois après la Table ronde multi acteurs sur l’élaboration de la politique forestière, la révision du code forestier et la levée du moratoire, les acteurs de la société civile se sont encore une fois de plus retrouvés aux tours d’une table afin d’approfondir les échange et produire la note méthodologique de la stratégie du plaidoyer des OCS.

Séance de travail lors de la Table ronde multi acteurs organisé en Avril à Kinshasa. (crédit photo, Alfred NTUMBA)

Cette note méthodologique devra orienter la démarche pour la mise en place de la stratégie de plaidoyer commun. Initiée par la CFLEDD avec l’appui du RRI, cette rencontre a été  une occasion pour la société civile environnementale congolaise de définir les thématiques que le nouveau code devrait intégrer et énumérer également les actions à mener pour atteindre les objectifs y relatifs. Et identifier les personnes ressources et experts capables de travailler à l’élaboration de ladite note méthodologique de la stratégie de plaidoyer.

A l’issue de la réunion, une grille d’orientation sur les thématiques, les actions, les personnes ressources clés représentant les réseaux et ONG de la société civile, et les acteurs clés stratégique pour le plaidoyer a été élaborée. Continuer la lecture de Forêt : Vers la mise en place d’un plaidoyer commun de la société civile environnementale

Conservation : Le WWF très préoccupé par le projet de production pétrolière dans la Salon-ga et les Virunga

Cela n’a pas tardé pour que d’autres partenaires se joignent à la position de la société civile environnementale nationale et internationale, qui s’oppose à tout plan allant dans le sens d’une exploitation du pétrole dans les Virunga et la Salonga. Après l’UNESCO, Greenpeace et d’autres partenaires de la RDC, le Fonds Mondial pour la Nature, WWF se dit très préoccupé par le projet de déclassement partiel de ces deux parcs en vue d’une éventuelle exploitation pétrolière.

Dans un communiqué publié ce vendredi, le WWF ne cache pas ses inquiétudes quant à l’impact préjudiciable que toute production pétrolière pourrait avoir sur les Sites du Patrimoine Mondial de la Salonga et des Virunga, deux fleurons de la conservation de la nature en République démocratique du Congo (RDC).

« L’exploitation pétrolière dans les Parcs Nationaux de la Salonga et des Virunga mettrait en danger la biodiversité exceptionnelle de ces sites ainsi que les moyens de subsistance des populations locales en plus de libérer d’énormes quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui contribuerait à exacerber les effets néfastes du changement climatique tant décrié dans la monde « , a indiqué Fred Kumah, Directeur de WWF Afrique.

Continuer la lecture de Conservation : Le WWF très préoccupé par le projet de production pétrolière dans la Salon-ga et les Virunga

Conservation : Du pétrole oui, mais pas dans les parcs de la RDC

L’exploitation pétrolière en République démocratique du Congo oui, mais pas dans les aires protégées et parcs. C’est en ces termes que se résume la déclaration de la société civile environnementale nationale et internationale. La déclaration faite ce mardi, vient en réaction à la décision du gouvernement congolais de mettre en place deux commissions interministérielles devant s’atteler sur la désaffectation partielle des parcs des Virunga et de la Salonga, en vue d’une éventuelle exploration et exploitation pétrolière.

Las acteurs de la société civile sont montés au créneau pour dénoncer l’obstination du gouvernement congolais à poursuivre ce projet qu’ils jugent de nocif. Ils ont réitéré leur appel au gouvernement congolais à mettre un terme à ce projet de désaffectation partielle de ces deux cites précités, qui selon eux, vise en réalité la disparition programmée de ces parcs.

« Nous tenons à préciser que la société civile n’est pas contre le pétrole, mais plutôt, elle est contre l’exploitation pétrolière dans les parcs. La question que l’on se pose est de savoir pourquoi on ne va pas exploiter dans le Lac Albert où il y’a beaucoup de pétrole, seulement dans les aires protégées. Nous demandons au gouvernement congolais de respecter simplement ses engagements nationaux et internationaux, notamment l’accord de Paris sur le climat », a indiqué René Ngongo, coordonnateur de l’ong OCEAN. Continuer la lecture de Conservation : Du pétrole oui, mais pas dans les parcs de la RDC

Conservation : des fermiers contraints de libérer le corridor du Kahuzi-Biega

Après plusieurs tractations entre les autorités du Parc national de Kahuzi-Biega et les fermiers en vue qu’ils libèrent pacifiquement le corridor de ce site du patrimoine mondial, l’heure est au forcing. Cette décision de déguerpissement forcé intervient après plusieurs tentatives de négociations entamées depuis 2012, entre le PNKB et ces fermiers. Malgré leur engagement à quitter pacifiquement le corridor, les fermiers  n’ont toujours pas honoré leur parole, informe la direction du PNKB.

Des vaches saisies dans le corridor du Parc national de Kahuzi-biega, remises à l’Auditorat supérieur militaire de Bukavu. (Crédit photo, Hubert Mulongoy-PNKB).

« Nous devons respecter le patrimoine mondial. Nous devons tous nous engager à protéger cette biodiversité qui fait la fierté de nitre province, et que nous pouvons léguer aux générations future », a précisé le Directeur chef de site du PNKB, Dedieu Byaombe. Continuer la lecture de Conservation : des fermiers contraints de libérer le corridor du Kahuzi-Biega