Archives de catégorie : Actualités

Conservation : ETIS, une boîte à outil pour lutter contre le commerce illégal de l’ivoire

Le Réseau de surveillance du commerce de la faune et de la flore (TRAFFIC) et le Fonds mondial pour la nature (WWF RDC), ont organisé le mardi 26 avril à Kinshasa, un atelier sur l’utilisation de la boite à outil du système d’information sur le commerce des produits d’éléphants.

Photo de famille prise à Kinshasa, lors du lancement de l’atelier d’évaluation de la lutte anti braconnage. (Photo – Environews RDC)

Cet atelier organisé à l’intention de représentants des institutions de contrôle, de celles en charge de l’application de loi et des  organisations de la société civile, avait  à pour but d’améliorer la gestion et la conservation des éléphants à travers le renforcement des capacités des parties prenantes à la collecte, l’analyse et l’interprétation des saisies des produits d’éléphants et d’autres données d’information sur le commerce de la faune au moyen du système (ETIS) de la CITES.

En effet, ETIS est un vaste système d’information conçu pour évaluer les niveaux actuels ainsi que les tendances du commerce illicite de l’ivoire et des produits d’éléphants a précisé Cléo Mashini, responsable du TRAFFIC en RDC. « Il s’agit d’un outil de la CITES que chaque Parties à la CITES, dont la RDC, doit remplir le formulaire de compilation de données de toutes les saisies des produits d’éléphants depuis 1997 et les envoyer au Secrétariat de la CITES », a-t-il précisé.

Pour Alfred Yoko, Chef de programme faune à WWF-RDC, il y’a encore possibilité de sauver les éléphants qui restent sur le sol congolais. « Nous restons optimistes quant à la survie de nos éléphants, à condition d’appliquer tous les mécanismes que nous développons, notamment l’approche braconnage zéro », a-t-il déclaré.

Il a été démontré à travers les différentes présentations que le commerce international des espèces sauvages représente beaucoup des produits évalués à des milliards de dollars. Chaque année, des dizaines des milliers d’éléphants sont tués juste pour leur défense. La diminution des populations d’éléphants a été reconnue comme une préoccupation majeure non seulement par les gouvernements, les ONG de conservation et les écologistes, mais aussi par les habitants locaux dont les moyens de subsistance sont directement affectés.

La République démocratique du Congo qui a déjà promulgué la loi relative à la conservation de la nature, doit s’efforcer à l’appliquer sans interférence afin de décourager les inciviques qui jusque là, se livrent impunément au braconnage des éléphants et le commerce illégal de l’ivoire.

 

Nelphie MIE et les stagiaires de l’IFASIC
Aminatha Bimpe,
Grâce Mbombo

Climat : le réchauffement climatique s’invite sur le podium du FEMUA

Le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), qui célèbre cette année son dixième anniversaire, a réuni 15 artistes de renom dans le quartier populaire de Marcory, autour du thème « L’Afrique face au réchauffement climatique ». Continuer la lecture de Climat : le réchauffement climatique s’invite sur le podium du FEMUA

Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement

La découverte d’une larve capable de dévorer le polyéthylène, l’une des matières plastiques les plus résistantes, utilisées dans de nombreux emballages, offre la perspective de bio-dégrader rapidement ce polluant qui s’accumule dans l’environnement, notamment les océans. « Les déchets plastiques sont un problème environnemental mondial, surtout le polyéthylène, particulièrement résistant et qui très difficilement dégradable naturellement », explique Federica Bertocchini, une chercheuse au Centre espagnol de la recherche nationale (CSIC), auteur de la découverte de cette larve de la fausse teigne de la cire (Galleria mellonella), un papillon très répandu.

Chaque année, quelque 80 millions de tonnes de polyéthylène sont produites dans le monde, précisent ces chercheurs dont la découverte est publiée lundi dans la revue américaine Current Biology.

Cette larve, élevée commercialement en grand nombre pour servir d’appât pour la pêche, est à l’état sauvage un parasite des ruches qui se niche dans la cire d’abeilles, partout en Europe. Cette scientifique, également apicultrice amateur, a observé que les sacs en plastique dans lesquels elle plaçait la cire des ruches infectée par ce parasite, étaient rapidement criblés de trous.

D’autres observations avec un sac de supermarché au Royaume-Uni, soumis à une centaine de ces larves, ont montré que celles-ci pouvaient endommager le plastique en moins d’une heure.

Avec AFP

Climat : Le 5ème rapport du GIEC sera au centre de discussions à Addis-Abeba

La rencontre permettra aussi d’aider les étudiants, les organisations de la société civile et les médias à mieux comprendre la science sur le climat, les solutions contre le réchauffement de la planète et le processus qui conduit à la publication des rapports du GIEC.Durant deux jours, les participants à cet atelier seront édifiés sur les conclusions du 5ème Rapport d’évaluation (AR5) du GIEC, ainsi que les travaux de cet instrument du Programme de nations unies pour l’environnement (PNUE), dans les années à venir conformément à l’Accord de Paris.

Rappellons que le GIEC  a été créé en novembre 1988, à la demande du G7, par deux organismes de l’ONU : l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).Il est l’organe principal d’évaluation des effets de changements climatiques.  Son activité principale consiste à préparer des rapports d’évaluation complets sur ce phénomène tous les cinq à sept ans.Alfred NTUMBA

Forêt : le Réseau Green Journalist Network immerge le projet « FORETS »

Les journalistes membres du Réseau Green Journalist Network renforcent leurs capacités sur le projet « Formation, Recherche, Environnement dans la Tshopo (FORETS) ». Cette activité s’inscrit dans le cadre de la semaine scientifique organisée par l’Université de Kisangani (UNIKIS).
Continuer la lecture de Forêt : le Réseau Green Journalist Network immerge le projet « FORETS »

PNUE : Achim Steiner remplace Helen Clark au poste d’Administrateur

Le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, en concertation avec le Conseil d’Administration du PNUD, a demandé à l’Assemblée Générale de confirmer la nomination de Mr Steiner en tant que nouvel Administrateur du PNUD, et ce pour un mandat de quatre ans.  

Achim Steiner, nouvel Administrateur du Programme de Nations unies pour l’Environnement (PNUE)

Mr Steiner est actuellement Directeur de la Oxford Martin School, Université d’Oxford, et Professeur émérite au sein du College Barrial à Oxford depuis 2016.  Au cours de sa carrière, il a travaillé pour diverses organisations gouvernementales, non-gouvernementales et internationales dans différentes régions du monde.

Plus récemment, il a été Directeur Général du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (2006-2016), Directeur Général du Bureau des Nations Unies à Nairobi au Kenya (2009-2011), Directeur Général de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (2001-2006) et Secrétaire Général de la Commission mondiale des barrages en Afrique du Sud (1998-2001).

 

Alfred NTUMBA

Forêt : l’Union européenne lance le projet Citizen Voices for Chage (CV4C)

La Délégation de l’Union Européenne en RDC a procédé ce mercredi, 26 avril, au lancement d’un nouveau projet collaboratif Citizen Voices for Change (CV4C) sur l’observation indépendante des forêts du Bassin du Congo pour améliorer la transparence et la redevabilité.
Continuer la lecture de Forêt : l’Union européenne lance le projet Citizen Voices for Chage (CV4C)

Conservation : Rodrigue Mugaruka Katembo reçoit le Prix Goldman pour l’environnement

Le Congolais Rodrigue Mugaruka Katembo et cinq autres défenseurs de l’environnement ont été récompensés du Prix Goldman Environmental Prize 2017, le lundi 24 avril. La cérémonie a eu lieu à Opéra de San Francisco. Cette récompense est le prix le plus généreux au monde destiné à des défenseurs de base de l’environnement. Les bénéficiaires sont des « héros » qui se sont distingués dans la protection de l’environnement et leurs communautés.
Continuer la lecture de Conservation : Rodrigue Mugaruka Katembo reçoit le Prix Goldman pour l’environnement

22 avril : La Journée internationale de la Terre nourricière

La Journée internationale de la Terre nourricière est l’occasion de sensibiliser le public aux défis auxquels est confrontée notre planète, ainsi que l’ensemble des vies et systèmes qui s’en nourrissent. L’expression « Terre nourricière » est communément utilisée pour désigner notre planète dans de nombreux pays ou régions.

Une plantation agroforestiere à Yema/ Muanda-Kongo Central. Photo – Alfred Ntumba/Environews

C’est en 2009 que l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de désigner le 22 avril Journée internationale de la Terre nourricière (A/RES/63/278).

C’est l’un des événements environnementaux le plus connu à travers le monde. Elle nous rappelle l’interdépendance qui existe entre l’être humain, les autres espèces vivantes et la planète sur laquelle nous vivons tous.

Le thème retenu cette année est :  » L’environnement et l’éducation aux changements climatiques ».

L’éducation s’avère un élément essentiel du progrès. Cette thématique vise la construction d’une citoyenneté mondiale qui maîtrise les questions liées aux changements climatiques et qui est consciente des risques sans précédent pour notre planète, au cas où des mesures urgentes pour lutter contre les effets des changements climatiques ne seront encore prises. Il faut que tout être humain puisse porter l’action climat, défendre et protéger l’environnement.

L’éducation aux changements climatiques et à l’environnement permet de développer une conscience citoyenne, qui demandera des législations et des politiques en faveur du climat, qui elles-mêmes favorisent des technologies et des emplois verts.

La Journée de la Terre nourricière est célébrée depuis 1970 aux États-Unis. Elle est organisée par le réseau Earth Day EN, dont la mission est d’élargir et de diversifier le mouvement mondial en faveur de l’environnement et d’en faire le moyen le plus efficace pour bâtir un environnement sain et durable, faire face aux changements climatiques et protéger notre planète au profit des générations futures.

Jennifer LABARRE

Premier Site d'information environnementale en Afrique centrale