Archives de catégorie : Actualités

Conservation : Le prince Henry de Galles nommé Président d’African parks

Le Prince Henry du Pays de Galles a été nommé nouveau Président d’ « African parks », une organisation  non gouvernementale de droit sud-africain, créée en 2000, et dont la mission est la conservation de la faune sauvage. Cette nouvelle a été rendue publique ce mercredi 27 décembre 2017, lors du programme «Today» de la BBC, Radio 4. 

Prince Henry Charles Albert David de Galles, petit fils de la Reine Elisabeth. (Photo, droits tierces)

Le programme de trois heures comprenait des questions sur lesquelles le prince Harry voulait mettre la lumière, y compris la santé mentale, les anciens combattants et la conservation. Le segment présentait African Parks, son travail dans le parc national de Zakouma au Tchad où cette ONG a eu des progrès considérables dans la lutte contre le braconnage des éléphants.  Continuer la lecture de Conservation : Le prince Henry de Galles nommé Président d’African parks

Forêts : Le Bambou, une alternative au développement durable

Le bambou est une herbe, considéré comme prometteur pour l’Afrique dans la lutte contre le changement climatique, le développement des communautés et la régénération du sol.  Sa culture est peu développée en RDC, pourtant elle est une réponse à plusieurs problèmes auxquels font face les populations. C’est l’essentiel de la réunion d’échange d’informations organisée par la FAO avec les parties prenantes sur les opportunités de la culture du bambou et son programme nationale, ce 21 décembre, à Kinshasa.

« Les forêts de la RDC sont menacées par la déforestation, le bambou se révèle comme une alternative importante et écologique pour limiter la pression sur celles-ci, afin de répondre aux besoins de la population », a fait savoir Alexis Bonte, représentant de la FAO.

La culture du bambou en RDC  serait est une opportunité pour que le pays réponde à certains engagements pris au niveau inte Continuer la lecture de Forêts : Le Bambou, une alternative au développement durable

Energies : La France s’engage à fermer les centrales à charbon d’ici à 2022

Le président français fait de la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique, l’une des priorités de son quinquennat. Dans une interview accordée à la télévision France 2, Emmanuel Macron, a affirmé qu’il se lance dans la lutte contre le charbon et le thermique, qui selon lui, demeurent une problématique  majeure des émissions de GES dans la production énergétique en France.

Le président français, Emmanuel Macron, devant la tribune de la COP 23 à Bonn. (Photo, droits tierces)

« On a encore des centrales thermiques et à charbon, on va les fermer pendant mon quinquennat », a-t-il promis.

Avec tous les défis à relever pour l’environnement, le président français pense qu’«il faut choisir ». «Ma priorité en France, à l’Europe, à l’international, c’est la réduction des émissions de CO2 et la lutte contre le réchauffement climatique», a précisé Macron. Il est tout de même resté peu hésitant sur l’avenir du secteur énergétique français Continuer la lecture de Energies : La France s’engage à fermer les centrales à charbon d’ici à 2022

Conservation : attaque des installations du chantier de la centrale de Luviro (Nord-Kivu)

5 morts et 2 blessés, tel est le bilan de l’attaque  perpétrée par le groupe May – May, sur les installations du chantier de la centrale de Luviro à Ivingu dans le territoire de Lubero, dans la province du Nord-Kivu, l’Est de la RDC.

Selon le communiqué publié à ce sujet par la direction du Parc national des Virunga, 4 assaillants ont trouvé la mort dans l’affrontement qui les a opposés aux gardes de parc. Un civil également a été tué dans cette attaque. Une civile et un éco-garde ont été grièvement blessés, et acheminés à Goma pour leur prise en charge médicale.

La direction générale du parc condamne fermement cet acte ignoble qui selon les autorités provinciales de l’ICCN, vise à décourager les efforts de développement dans la province du Nord-Kivu.

Elle réitère  son indéfectible engagement à contribuer à la consolidation de la paix et de l’Etat de droit par le renforcement du tissu socio-économique de la province dans le cadre de l’Alliance Virunga, peut-on lire dans ce communiqué.

Dans un communiqué  rendu public mercredi 5 septembre 2017, Virunga SPRL l’organisation chargée de la production de l’énergie au sein de l’Institut congolais pour la conservation de la nature, (ICCN) avait pris la décision de ralentir les travaux de construction de cette centrale à cause de la dégradation de la situation sécuritaire dans cette zone, après l’arrêt de travaux au mois de juillet de la même année.

 

Alfred NTUMBA

 

 

Climat : Les catastrophes naturelles ont coûté plus de 300 milliards de dollars en 2017

Dans quelques jours  l’année 2017 s’en ira, mais ses stigmates  sur notre planète resteront encore longtemps avant de disparaître. Marquée par les ouragans qui ont frappé les Caraïbes et les Etats-Unis, ainsi que plusieurs autres catastrophes naturelles à travers le mode, 2017 sera enregistrée pas seulement comme l’année la plus chaude, mais aussi comme  la troisième année la plus coûteuse pour les assurances et l’économie mondiale. Les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles et aux désastres causés par l’homme devraient atteindre 306 milliards de dollars (258 milliards d’euros) , a annoncé  mercredi 20 décembre, le réassureur helvétique Swiss Re.

 

Les ouragans Harvey, Irma et Maria qui se sont abattus sur les Caraïbes et le Sud-Est des Etats-Unis  feront longuement parler de l’année 2017, bien que celle-ci ait déjà été inscrite au palmarès des années les plus chaudes jamais enregistrée depuis les relevés de Continuer la lecture de Climat : Les catastrophes naturelles ont coûté plus de 300 milliards de dollars en 2017

Santé : L’OMS déclare le Gabon « pays libre de la polio »

L’Organisation mondiale de la Santé a déclaré le Gabon « pays libre de poliomyélite ». Une annonce qui fait suite à l’absence des cas declarés ou suspects dans le pays ces dernières années. Une bataille remportée grâce aux gros investissements du gouvernement sur les campagnes de vaccination.

Après cette annonce, l’OMS « a recommandé au gouvernement gabonais de prendre les mesures nécessaires pour pérenniser les acquis de la surveillance épidémiologique des paralysies flasques aigües » , méthode de référence pour détecter les cas de poliomyélite, selon un gabonais.

Lors d’une conférence de presse rapportée le 16 décembre 2017 par le journal pro-gouvernemental L’Union, la ministre de la Santé publique,  Denise Mekam’ne Edzidzie a rappelé « la responsabilité des familles qui doivent continuer de faire vacciner les enfants et éviter une résurgence de cette maladie ».

La poliomyélite, causée par un virus qui prolifère dans des conditions sanitaires précaires, détruit le système nerveux, pouvant entraîner la paralysie et la mort. Il n’existe pas de traitement curatif. Seul le vaccin permet d’éviter la maladie.

La transmission endémique du virus – qui touche principalement des enfants de moins de cinq ans – se poursuit au Pakistan, en Afghanistan et au Nigéria. Pour rappel, des centaines de milliers de cas de polio ont été détectés dans les années 1980 dans le monde. Aujourd’hui, la lutte contre ce virus est en passe d’être remportée, suite aux efforts des gouvernements et de l’OMS. En 2016,seules 37 personnes ont été infectées dans le monde, selon l’OMS .

Thierry-Paul KALONJI

Environnement : Lancement officiel de la plate-forme GDTE en RDC

La RDC s’est engagée à réaliser plusieurs actions de lutte contre la désertification et la gestion durable des eaux. Ainsi, la révision et l’alignement du PAN/LCD (programme d’action nationale pour la lutte contre la désertification) à la stratégie décennale de l’UNCCD (convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification) et aux objectifs de développement durable (ODD) sont devenus donc un impératif du gouvernement congolais.

Photo de famille prise lors de l’atelier de validation du document révisé et aligné du PAN/LCD et du CSI-GDTE et lancement officiel des travaux de la plateforme.

C’est dans ce cadre que le ministère de l’environnement à travers sa direction du développement durable, a procédé à la mise en place et au lancement officiel de la plateforme nationale GDTE (gestion durable des terres et des eaux) à kinshasa, lors d’un atelier de validation de ces deux documents. Continuer la lecture de Environnement : Lancement officiel de la plate-forme GDTE en RDC

Catastrophes naturelles : 26 personnes périssent dans des glissements de terrain  aux Philippines

Au moins 26 personnes ont perdu la vie dans des glissements de terrains provoqués par    la tempête tropicale Kai-Tak ,  qui s’est abattue ce dernier week-end  sur les philippines.

 

Les autorités Philippines ont annoncé ce dimanche  17 décembre, la mort d’au moins vingt-six personnes et  23 autres disparues après des glissements de terrains qui ont frappé cet archipel.

Ces décès survenus dans l’île de Biliran ont été annoncés au lendemain du passage de la tempête sur l’archipel. Kai-Tak a déferlé en particulier samedi sur les îles orientales de Samar et Leyte, contraignant à l’évacuation près de 88 000 personnes.

Dimanche, Kai-Tak avait perdu de sa puissance pour devenir  une dépression tropicale mais les autorités ont mis en garde contre la possibilité d’inondations et de glissements de terrain. D’après l’Agence nationale de gestion des catastrophes, des lignes électriques ont été arrachées dans 39 localités sur Leyte et Samar. Des ponts et des routes ont été détruits.

Environ 15 000 passagers étaient bloqués car les services de liaison par ferry étaient toujours suspendus dans une partie de la région. En cette période de Noël, de nombreux habitants de l’archipel en grande majorité catholique voyagent pour rejoindre leurs  familles

A Tacloban, sur Leyte, des inondations soudaines se sont produites, avec de l’eau pouvant atteindre 1,5 mètre de hauteur.

« La tempête s’est déplacée si lentement qu’elle a déversé des trombes d’eau sur notre ville », a dit à l’AFP Ildebrando Bernadasle, responsable locale de la gestion des catastrophes, selon qui 82 % des districts de Tacloban étaient inondés.

Les intempéries ont également endommagé les fermes et les récoltes, ajoutant à la misère d’une population qui peine encore de se remettre du super-typhon Haiyan.

« Nous étions traumatisés par Haiyan qui avait détruit nos cocotiers. On a planté de la salade et des aubergines mais la nouvelle tempête les a aussi emportées. C’est un désastre », a déclaré à l’AFP Remedios Serato, un paysan de 78 ans de l’île de Leyte.

Sur cet archipel philippin, les typhons sont une monnaie courante.  Chaque année, près de 20 typhons se déferlent sur cette région.  Les îles de Samar et de Leyte avaient le plus souffert en 2013 du passage du super-typhon Haiyan, qui avait fait plus de 7 350 morts ou disparus.

Thierry-Paul KALONJI

Ressources naturelles : Juvénal Munubo, «le nouveau code minier n’exclut pas les aspects liés à la protection de l’environnement»

Répondant à  l’interpellation de la société  sur la réforme du Code minier dont ils  reprochent de « ne pas prendre en compte les aspects environnementaux », le député  national, Juvénal Munubo a précisé  que ce nouveau  code minier n’exclut pas les aspects liés à la protection de l’environnement. Par ailleurs, cet outil   insiste beaucoup sur l’étude d’impacts environnementaux et de réhabilitation du sol après exploitation. A-t-il précisé dans une interview  accordée à Environews.

le Députe national Juvénal Munubo,lors d’une prise de parole devant l’Assemblée nationale congolaise ( photo, droit tièrce)

« Je pense que dans la clé des répartitions, si l’on utilise 10% des revenus dans la réhabilitation du sol détruit par l’exploitation, on aurait rencontré la préoccupation de la société civile. Mais qu’à cela ne tienne, je souhaite rencontré la société civile pour discuter et qu’ils me disent à quel niveau se situe leur soif par rapport à ce nouveau code », a t-il déclaré. Continuer la lecture de Ressources naturelles : Juvénal Munubo, «le nouveau code minier n’exclut pas les aspects liés à la protection de l’environnement»

LUKALA : L’ONG FAD initie les femmes à la transformation des produits agricoles pour les autonomiser

L’initiation à la transformation des produits agricoles pour autonomiser les femmes de Lukala dans le Kongo central, c’est la mission que s’est assignée l’ONG femmes en action pour le développement (FAD). Une initiative lancée pour apporter de l’aide aux femmes qui souvent font les frais des plusieurs situations socio-économiques de la vie.

Quelques femmes de l’Ong FAD en pleine séance de transformation de gingembre.

A Lukala comme dans la plupart des milieux ruraux de la République démocratique du Congo, la vie des femmes est étroitement liée aux revenus de leurs conjoints. Une fois que ces derniers décèdent ou quittent le toit conjugal, les femmes deviennent très vulnérables. Elles ont du mal à prendre soins de leurs enfants ou encore à couvrir d’autres besoins familiaux. C’est pour pallier à cette triste situation que Rosette NGIMBI, a décidé de mettre sur pieds cette ONG., dans le but d’autonomiser les femmes de Lukala.

Lancée en 2011, FAD dénombre à ce jour près de cinquante membres parmi elles, des veuves, des femmes au foyer et des filles mères. Elle les initie à la transformation des différents produits agricoles ainsi qu’à l’alphabétisation. « FAD est une structure des femmes dirigée par les femmes, déterminée à prôner la prise en charge des femmes, cela passe par l’initiation de celles-ci à la transformation des certains produits agricoles », a expliqué Jaël LOMBO, secrétaire de cette ONG.

La préparation de l’huile issue de noix de palme, des aliments pour bétails, la préparation des gingembres, des croquettes, des yaourts, des chikwangues et la fabrication du savon, tel sont les quelques prouesses dont sont capables ces femmes, a-t-elle renseigné. Après la vente de ces produits, les revenus sont gardés dans la caisse, pour constituer des rémunérations mensuelles pour chaque membre.

Outre la transformation, les cinquante membres de FAD exercent aussi des activités maraichères, dans le souci de maximiser leurs recettes. Leur plate forte les encadrent au moyen des réunions, des formations et autres campagnes de sensibilisation sur différents sujets comme le VIH/ Sida.

Thierry-Paul KALONJI