Archives de catégorie : Actualités

Climat : D.Trump plus isolé que jamais lors du G7

Réunis  à Charlevoix au Canada, les pays membres du G7 ont réaffirmé leur volonté de mettre en place une économie mondiale sobre en carbone, tout en accordant des milliards de dollars aux énergies fossiles. Une décision prise  lors d’une séance de travail consacrée au climat,  boycottée par Trump qui reste radicalement opposé à la lutte contre le réchauffement climatique.

La lutte contre le réchauffement a constitué une ligne de démarcation infranchissable entre les Etats-Unis et les six autres puissances économiques réunies dans la région québécoise de Charlevoix. Continuer la lecture de Climat : D.Trump plus isolé que jamais lors du G7

Angola : Une foire pour promouvoir la croissance verte dans tous les secteurs de l’économie

Plus de 70 exposants angolais du Brésil, du Canada et du Portugal et ceux qui développent localement des solutions technologiques, se sont donnés rendez-vous à Luanda du 05 au 08 juin 2018, pour présenter leurs services et équipements liés à divers secteurs, lors de la 6ème édition de la foire « Environnement Angola2018 », organisée par le Ministère angolais de l’Environnement en collaboration avec  Grupo Eventos Arena.

Au cours de cette édition de la foire qui a reçu en moyenne 2000 visiteurs par jour, plusieurs fournisseurs de services liés à l’énergie et l’eau, le pétrole, l’industrie, la géologie et les mines, l’urbanisme et la construction, l’agriculture et la foresterie, le transport et le commerce ont pu présenter au public une gamme variée de leurs innovations. Continuer la lecture de Angola : Une foire pour promouvoir la croissance verte dans tous les secteurs de l’économie

Conservation : 10 Okapis et 8 bonobos congolais dans le Zoo de Taiyuan en Chine

Quelques espèces animales de la République démocratique du Congo pourront traverser légalement les frontières pour la Chine.  Il s’agit de 6 espèces de Gorille (Gorille beringei bergingei), 8 espèces de Bonobos, 8 espèces de Chimpanzés, 4 espèces de lamantins, et 10 espèces d’okapis. Ces espèces dont certaines sont endémiques à  la RDC pourront finir leur course dans le Zoo de Taiyuan et celui d’Anji Zhongnan en Chine.

Un Okapi dans le Zoo de Berlin en Allemagne.

Répondant à la demande formulée au mois de mai dernier par  Liuminheng, directeur exécutif deTianjin Junheng International Trade Corporation,  au sujet de l’importation de ces espèces, le Ministre de l’Environnement et Développement durable, Amy Ambatobe Nyongolo a annoncé l’arrivée en Chine, d’une équipe d’experts congolais avec pour mission de s’assurer de l’accueil et surtout de la meilleure conservation  de ces différentes espèces dans ces Zoos.

A en croire une source proche du ministère de l’Environnement, en cas d’une quelconque reproduction ex situ de ces espèces, les deux Zoos chinois  s’engagent à remettre certaines espèces issues de  cette multiplication.

Il sied de signaler que cette transaction s’inscrit dans le cadre des échanges entre les Zoos  chinois et l’Institut congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN).

Alfred NTUMBA

Journée mondiale de l’Océan :La cité de Muanda perd 1 mètre de terre ferme chaque année

La RDC a accès à l’Océan atlantique à partir de la cité côtière de Muanda, une cité située à l’Ouest de la République démocratique du Congo et qui dispose d’une d’environ 39 Km le long  du littorale. Chaque année, le pays perd près de 1 mètre de terre ferme à cause de l’érosion côtière, selon les experts du projet « PANA zone côtière ».

La route nationale n°1 en état de destruction avancée au niveau de kilomètre 5, entre la cité de Muanda et Banana, embouchure du Fleuve Congo (Photo, Serge Ntumba)à

La montée du niveau de mer, contribue à aggraver la situation écologique et sociale déjà précaire dans cette partie du pays. En cause, la montée des eaux du à la fonte de la calottes glacière et l’activité humaine. Face à ce danger, si rien n’est fait, d’ici à 2050 on ne parlera plus de la route Banana-Muanda en considérant la progression de l’océan qui entame sérieusement la côte. Continuer la lecture de Journée mondiale de l’Océan :La cité de Muanda perd 1 mètre de terre ferme chaque année

Environnement : l’UCC sensibilise ses étudiants à la protection de l’environnement

La Faculté des Communications sociales de l’Université Catholique au Congo en collaboration avec ses différents partenaires notamment le WWF a organisé un colloque jubilaire axé sur l’éducation environnementale et le développement durable, pour célébrer ses 25 ans d’existence, à Kinshasa.

Placée sous le thème « l’éducation à l’environnement et au développement durable à travers les espaces éco-éducatifs en RDC »,  cette table ronde s’inscrit dans le cadre de la promotion de l’écologie intégrale qui se traduit par la nécessité de créer une nouvelle conscience écologique auprès des étudiants afin d’agir urgemment en faveur de l’environnement.

« Nous considérons cela comme un nouvel élan pour continuer la formation des communicologues qualifiés qui traitent ou qui sont regardant aux questions environnementales dans le but d’une communication future au service de l’humanité. Si nous voulons un développement durable,  nous devons avoir un éthique intégrale pour changer de comportement », a déclaré le recteur de l’UCC, Léonard Ntedi.

Durant 3 jours,  cette quatrième édition entend réunir les décideurs, les politiques, les entrepreneurs, les scientifiques, les médias, les ONGs nationales et internationales, et certaines structures sociales pour réfléchir sur le rôle que chacun doit jouer dans les espaces eco-éducatifs,  à leur recomposition, en rapport avec la prise en charge des problèmes environnementaux auxquels le pays est confronté.

« L’Université a chaque année au moins 15 travaux relatifs à la communication environnementale. Nous amenons les étudiants qui ont une part importante dans la préservation de l’environnement à intégrer dans leurs recherches la dimension environnementale parce que les universités sont les lieux indiqués pour apprendre et rendre responsables les futures cadres et responsables du pays sur l’écocitoyenneté », a indiqué le professeur Mbiye.

Pour les organisateurs, les espaces eco-éducatifs doivent être les lieux de l’apprentissage de gestes écologiques pour créer une culture environnementale devant permettre le changement de comportement vis-à-vis de la nature.

« Nous saluons l’initiative combien louable de concilier communication et environnement.  Je pense que ces jeunes qui sont l’élite doivent être bien outillés pour mieux répondre aux questions environnementales dans le future », a précisé Tosi Mpanu Mpanu, expert Climat et conseiller du Ministre de l’Environnement et développement durable. Il a par la même occasion encouragé les étudiants à s’engager pour changer la donne.

Jennifer LABARRE

Forêt : Clôture de la première phase du Projet Formation Recherches et Environnement dans la Tshopo (FORETS)

Le CIFOR (Centre de Recherche Forestière Internationale),  a présenté à Kinshasa,  les résultats d’une série d’études sur les filières de développement et conservation dans le paysage de la Réserve de biosphère de Yangambi réalisées dans le cadre du projet FORETS ( Formation, Recherche et Environnement dans la Tshopo).

Au total, près de dix études ont été menées pendant cette période. Les analyses faites dans les filières agricoles et agroforestières, les secteurs de l’énergie et du bois, ont été complétées par des analyses approfondies du panorama institutionnel et la réduction d’un plan de développement des capacités des agents de certains partenaires clés basés à Yangambi, comme l’INERA, l’IFA et la MAB-UNESCO. Continuer la lecture de Forêt : Clôture de la première phase du Projet Formation Recherches et Environnement dans la Tshopo (FORETS)

JME-2018 : Bart Ouvry, « l’élite doit proposer des solutions aux problèmes de la société »

La Délégation de l’Union européenne à Kinshasa a sensibilisé les apprenants de l’ERAIFT (Ecole Régionale post universitaire d’Aménagement et de gestion des Forets et Territoires tropicaux), sur les enjeux et défis liés à la pollution plastiques, et le rôle qu’ils sont sensés jouer dans la société.  

L’Ambassadeur de l’Union européenne, Barte Ouvry a saisi cette occasion pour présenter à ses interlocuteurs le noble travail abattu par l’UE en RDC, notamment dans le secteur de conservation de la biodiversité. Continuer la lecture de JME-2018 : Bart Ouvry, « l’élite doit proposer des solutions aux problèmes de la société »

Climat : « Je change », une phrase qui dit tout sur le premier forum sur l’économie du climat à Kinshasa

Le monde entier est aujourd’hui vulnérable face aux changements climatiques. Avec ses étendues des forêts vierges, la RDC se présente comme une solution aux problèmes climatiques à l’instar de l’Amazonie. C’est dans ce cadre que l’initiative « Je Change pour le Climat » a mis autour d’une table les décideurs politiques, économiques et sociaux, afin de les engager dans la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat qui prévoit le maintien du climat mondial à 1,5°C avec une approche de concilier le business et le développement durable.

« Nous avons voulu à travers ce forum faire comprendre aux parties prenantes que la lutte contre le changement climatique est un levier pour le développement économique de notre pays » a déclaré le sénateur Innocent Nkongo, responsable Partenariat de ce forum. Continuer la lecture de Climat : « Je change », une phrase qui dit tout sur le premier forum sur l’économie du climat à Kinshasa

Environnement : Chaque année, le monde consomme près de 5.000 milliards de sacs en plastique, selon l’ONU

Environ 5.000 milliards de sacs en plastique sont consommés chaque année dans le monde, soit presque 10 millions par minute, révèle un rapport de l’ONU publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement.

Des déchets plastiques sur une plage. (Crédit photo, WWF).

Selon ce rapport,  « si le mode de consommation actuel et les pratiques de gestion des déchets  se poursuivent, on comptera près de 12 milliards de tonnes de déchets plastiques dans les décharges et  l’environnement à l’horizon 2050 ». Continuer la lecture de Environnement : Chaque année, le monde consomme près de 5.000 milliards de sacs en plastique, selon l’ONU

Santé : Fin de la table ronde sur la tuberculose à Kinshasa

L’atelier régional sur la tuberculose tenu à Kinshasa a permis aux différents des pays membres du réseau CARN-TB de formuler des recommandations en vue d’intensifier la lutte contre la tuberculose en Afrique centrale.  Tenir régulièrement les réunions, mettre en place des groupes pour continuer le travail commencé, intégrer la société civile et les communautés locales dans les réunions stratégiques pour lutter efficacement contre ce fléau, telles ont été les recommandations faites lors de l’atelier organisé par le programme national de lutte contre la tuberculose en collaboration avec OMS/TDR.

Pour ce faire, il a été demandé aux chargés de suivi et évaluation de Programme National de Lutte contre la Tuberculose de chaque pays d’initier un outil national en terme de base de données et priorités de recherches.

« Pour bien faire de recherches nous devons d’abord mieux connaître le système de surveillance de la tuberculose. Tous les pays présents à ces assises ont tenu à ce que tous leurs chargés de suivi et évaluation du programme connaissent l’outil que nous appelons DHISD, qui est national et qui peut fournir de données de bonne qualité et connaître leurs problèmes et trouver des réponses à ces problèmes », a souligné Henriette WEMBA NYAMBA présidente du Pont Santé Afrique.

Les acteurs de la lutte anti tuberculose ont convenu de doubler des efforts en vue de mettre en application les différentes recommandations formulées lors de cet atelier régional. « Nous sommes entièrement satisfaits du résultat à savoir, un plan de travail pour les réseau CARN-TB pour la prochaine année, mais aussi les activités claires qui ont été définies notamment une formation sur la recherche pour le pays de la région ». A affirmé Michel Kasua, Directeur du Programme National de Lutte contre la Tuberculose de RDC.

L’urgence d’orienter les recherches vers la réduction du taux de mortalité due à la tuberculose en Afrique subsaharienne, en essayant de réduire sensiblement le pourcentage de patients qui ne termine pas leur traitement s’impose avec acuité.

Toutefois, La problématique du coût de la prise en charge des patients fera l’objet des prochaines rencontres d’ici la fin de l’année, indique le communiqué final de ces assises.  « Nous l’OMS on s’engage pour supporter les pays suivant les plan d’action qui a été fait, pour qu’il puisse avant la fin de 2019 avoir un système qui soit beaucoup plus fiable et robuste », a rassuré Docteur Corine Merle, experte à l’OMS/ TDR.

Notons par ailleurs que la cérémonie de clôture a été ponctuée par la remise des certificats de mérite, pour encourager les chefs de Programme de Lutte contre la Tuberculose ainsi que leurs collaborateurs, tous membre du Réseau, à s’investir davantage dans la recherche des voies et moyen pour éradiquer ce fléau dans le sous région.

Fanny MENGA