Archives de catégorie : Biodiversité

Conservation : Un adolescent de 16 ans tué dans le parc national d’Upemba, ses présumés assassins toujours introuvables

Un jeune garçon de 16 ans a trouvé tragiquement la mort dans la zone de Kilumbe située dans le parc national d’Upemba au sud de la République démocratique du Congo. Les faits se sont déroulés au mois de mai dernier, lorsque cinq écogardes en patrouille dans cette zone ont surpris ce jeune garçon entrain d’arranger sa pirogue. Ils l’auraient confondu à un braconnier et tiré sur lui à bout portant.  

« En effet, le 07 mai 2020, la population de Kilumbe dans le territoire de Malemba Nkulu, chefferie de Nkulu a enregistré la mort d’un enfant, Ngoy Fidel, âgé de 16 ans, tué par les gardes parc à bout portant. Pour l’instant les 5 gardes parc sont en fuite, malgré les recherches engagées par l’auditorat militaire et les autorités politico-administratives de Kamina, ils sont encore introuvables. L’on croit qu’il y a lieu d’interpeller les responsables qui auraient donnés l’ordre de tirer sur une personne inoffensive », s’indigne les organisations de la société civile de la province du Haut  Katanga.

Pour ces organisations, la mort de ce jeune adolescent témoigne que les gardes parc n’ont pas encore intériorisé les notions de la conservation concertée ou participative. « Aujourd’hui, le bénéfice de la conservation doit aussi profiter aux populations riveraines des aires protégées. La situation dans la zone devient préoccupante dans la mesure où elle ne favorise pas la conservation participative et les initiatives de développement dans la région. Les autorités de l’ICCN et politico-administratives n’ignorent pas les causes et les pistes de solutions proposées par les ONGs », alerte ces organisation.  Continuer la lecture de Conservation : Un adolescent de 16 ans tué dans le parc national d’Upemba, ses présumés assassins toujours introuvables

Conservation : Les Stocks d’Ivoire d’Eléphant de la République Démocratique du Congo: Quel Système de Gestion Mettre en Place? 

Une nouvelle étude de TRAFFIC encourage la RDC à développer un système efficace de gestion des stocks d’ivoire. Les  lacunes du cadre institutionnel et réglementaire,  les confusions dans les rôles et responsabilités des institutions publiques concernées, le faible niveau de coopération et de collaboration de celles-ci, et  leurs faibles capacités sont entre autres des facteurs majeurs qui nuisent à la gestion efficace et sûre des stocks d’ivoire détenus par le gouvernement en République démocratique du Congo (RDC)  font l’objet d’un nouveau rapport TRAFFIC.

Incinération symbolique de l’ivoire dans le Parc national de la Garamba, le mercredi 13 juin 2018, pour célébrer les 80 ans d’existences du parc.

L’étude — Les Stocks d’Ivoire d’Eléphant de la République Démocratique du Congo: Quel Système de Gestion Mettre en Place? — a été menée à la suite des révélations selon lesquelles  pendant 26 ans de 1990 à 2015, un minimum de 7686 kg d’ivoire avait disparu sous  la garde du gouvernement en RDC.[1]

L’Afrique centrale a été identifiée ces dernières années comme l’une des principales sources de l’ivoire illégal alimentant le commerce intérieur non réglementé de l’ivoire en Afrique de l’Ouest et Centrale, et à l’étranger, en particulier en Asie.[2] L’une des sources d’approvisionnement connues de l’ivoire illégal sur le marché reste les fuites dans les stocks détenus par le gouvernement. Continuer la lecture de Conservation : Les Stocks d’Ivoire d’Eléphant de la République Démocratique du Congo: Quel Système de Gestion Mettre en Place? 

JME 2020 : Que savent les kinois de la journée mondiale de l’Environnement ?

Le 05 juin de chaque année, le monde entier célèbre la Journée Mondiale de l’environnement. Pour cette année 2020, l’ONU a choisi comme thème, la biodiversité. Ce thème fait appel à l’action pour lutter contre la dégradation du monde naturel et également la perte énorme des espèces sauvages et de leurs écosystèmes.

Que représente cette journée pour les habitants de Kinshasa, certains d’entre eux se sont exprimés à notre micro. « L’idée est là, par ce que nous sommes fleuristes horticulteurs », a déclaré Albert Ngombolo, président des horticulteurs du boulevard Lumumba dans la commune de Limete.  « L’environnement c’est nous. C’est nous qui plantons, nourrissons les arbres et vendons des fleurs qui embellissent la ville bref c’est notre journée. Mais hélas, je suis surpris d’apprendre qu’il y a  une journée dédiée à l’environnement. Les autorités de ce secteurs non seulement qu’elles ne nous associent à la célébration, mais elles ne nous informent même pas quand à l’existence de cette journée ».

Par ailleurs, Albert Ngombolo se dit indigné de ne pas être considéré bien que horticulture est l’une des pièces importante dans le secteur de l’environnement. « C’est depuis 2003 que  je suis là, c’est seulement une seule fois que les autorités de l’environnement nous ont visité. Mon message est que le ministre de l’Environnement accorde une attention particulière à notre métier qui est en danger, les fleuristes nous sommes négligés », a-t- il renchérit. Continuer la lecture de JME 2020 : Que savent les kinois de la journée mondiale de l’Environnement ?

JME 2020 : Claude Nyamugabo, « le concours de chacun de nous est indispensable pour protéger l’environnement et préserver notre biodiversité »

Le ministre de l’Environnement et Développement durable de la République démocratique du Congo, Claude Nyamugabo Bazibuhe, a au cours d’une adresse à l’occasion de la Journée mondiale de l’Environnement, invité la population congolaise à s’investir dans la préservation de la biodiversité, et la protection de l’environnement. 

Claude Nyamugabo, Ministre de l’Environnement et Développement durable, lors de la restitution de l COP25, à Kinshasa.

Pour Claude Nyamugabo, le thème choisi est un appel à l’action. «  Un million d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction à travers le monde, en grande partie à cause des activités humaines. Cette journée nous invite à repenser la manière dont nos systèmes économiques ont évolué et l’impact qu’ils ont sur l’environnement », a-t-il mentionné.

La République démocratique du Congo, pays de la Méga biodiversité, avec plus de dix mille espèces endogènes,  figure parmi les plus riches du continent en termes de ressources naturelles tant renouvelables que non–renouvelables.  Continuer la lecture de JME 2020 : Claude Nyamugabo, « le concours de chacun de nous est indispensable pour protéger l’environnement et préserver notre biodiversité »

Biodiversité : Greenpeace Afrique, «  la journée internationale de la biodiversité est un rappel au gouvernement de la RDC que l’Etat de droit c’est aussi le respect des lois sur l’environnement dans la Salonga »

Par Patient Muamba, chargé de campagne, Greenpeace Afrique

Créé en 1970, le parc national de la Salonga est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1984 et couvre une superficie d’environ 36.000 km2. Considérée comme la plus grande zone protégée de forêt tropicale dense du continent africain, la Salonga abrite d’importantes espèces de flore et de faune menacées par les activités humaines.

Un bonobo dans le Parc national de la Salonga. (Crédit photo, LuiKotae-T.Nicolon)

La République Démocratique du Congo est identifiée par Conservation International comme l’un des 17 pays mégadivers dans le monde, sur la base d’espèces endémiques qu’elle compte et d’autres critères tels que la diversité des espèces, la diversité des écosystèmes et la présence de nombreux écosystèmes de forêts tropicales humides.

C’est hallucinant de voir comment un gouvernement qui prône la gestion “durable” des ressources naturelles dans toutes ses rencontres nationales et internationales fait passer l’intérêt financier d’une poignée  de personnes avant le bien être de sa population et l’intérêt écologique de la planète. Continuer la lecture de Biodiversité : Greenpeace Afrique, «  la journée internationale de la biodiversité est un rappel au gouvernement de la RDC que l’Etat de droit c’est aussi le respect des lois sur l’environnement dans la Salonga »

Biodiversité : Claude Nyamugabo, « le gouvernement de la RDC est préoccupé par les menaces qui pèsent sur sa méga biodiversité »

La méga biodiversité de la République Démocratique du Congo est très menacée par les activités anthropiques. Il faut que la population congolaise prenne conscience de la gravité du défi auquel l’humanité toute entière est confrontée en cette période de COVID-19, un virus qui, selon certains scientifiques résulte notamment de la mauvaise gestion de la diversité biologiques. C’est dans ce sens que le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo s’est adressé à la population à l’occasion de la journée du 22 mai, dédiée à la biodiversité par les nations unies.  

Claude Nyamugabo, ministre congolais de l’environnement et Développement durable.

« Chers compatriotes, en dépit de l’évidence du rôle primordial de la biodiversité pour notre bien-être, certaines activités que nous menons menacent sérieusement l’existence de nos ressources biologiques, concourent à leur disparition et compromettent gravement le fonctionnement des écosystèmes », a-t-il indiqué. 

Parmi ces activités figurent notamment, la déforestation, l’agriculture itinérante sur brûlis, la persistance du braconnage, l’occupation des aires protégées par les groupes armés, l’introduction des espèces exotiques envahissantes, ainsi que l’exploitation minière artisanale.  Continuer la lecture de Biodiversité : Claude Nyamugabo, « le gouvernement de la RDC est préoccupé par les menaces qui pèsent sur sa méga biodiversité »

Biodiversité : Semaine mondiale de la biodiversité, le mot du directeur pays de WWF-RDC (Vidéo)

A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la Biodiversité, étendue cette année à toute la semaine du 18 au 22 mai, le Directeur national du Fonds Mondial pour la Nature en RDC (WWF-RDC) adresse un message dans lequel il rappelle l’importance de la biodiversité et la nécessité d’actions à tous les niveaux en vue de juguler la perte de la biodiversité et garantir une vie harmonieuse pour les hommes et pour la nature. La diversité biologique est en effet le lien entre tous les organismes de la terre, ceux-ci vivant dans des relations d’interdépendance où toutes les espèces ont leur place et leur rôle à jouer. Malheureusement, les activités humaines sont en train de réduire dangereusement la biodiversité, d’où la nécessité de rappeler l’urgence de la mobilisation en vue de se tourner vers la nature et d’utiliser les solutions qu’elle offre qui permettent de relever les multiples défis environnementaux auxquels l’humanité fait face. (Lire la vidéo

 

Conservation : Un propriétaire d’hôtel arrêté à Kinshasa pour détention d’un babouin

Un propriétaire d’hôtel aurait été arrêté à Kinshasa pour avoir détenu un babouin, espèce protégée en République démocratique du Congo. Selon les témoins de l’événement, les faits se sont déroulés la semaine dernière, lorsqu’une équipe mixte composée des éléments de la Police nationale congolaise et ceux de l’ONG Conserv Congo ont fait irruption dans cet hôtel situé non loin du marché Mariano, dans la commune de Kasa-vubu.

 » Les enquêteurs sur le terrain nous ont informés qu’un babouin était détenu dans une enceinte, au cœur de la ville de Kinshasa. Au cours des enquêtes, un voisin a informé notre enquêteur qu’il y avait un mouvement fréquent d’animaux sauvages à l’intérieur et à l’extérieur de l’hôtel. Étant donné que l’hôtel n’est pas trop éloigné d’un marché animalier domestique, nous soupçonnons que ces vendeurs, qui viennent principalement des zones rurales, pourraient être les complices / fournisseurs de l’affaire « , indique notre source. Continuer la lecture de Conservation : Un propriétaire d’hôtel arrêté à Kinshasa pour détention d’un babouin

Conservation :  L’Union européenne veut appuyer un projet de protection des convois civils dans le parc des Virunga

Quelques jours après les attaques meurtrières d’un convoi civil, qui ont couté la vie à plus de 17 personnes dans le parc national des Virunga (PNVi), l’Union européenne envisage soutenir un projet de protection des convois civils, devenus de plus en plus de cibles des assaillants qui opèrent dans cette aire protégée, située à l’est de la République démocratique du Congo.

Dans une correspondace adressée au ministre congolais de défense, Aimé Ngoy Mukena, le chef de la délégation de l’UE en RDC, Jean-Marc Chataigner,  a rappelé le rôle crucial que les Forces armées de la RDC ont à jouer dans la sécurisation et la restauration de la paix dans le Nord-Kivu, particulièrement dans les aires protégées en partenariat avec l’ICCN (Institut congolais pour la Conservation de la Nature).

A en croire l’Ambassadeur de l’UE à Kinshasa, l’idée d’un tel projet est partie de l’accompagnement par les FARDC, d’un convoi de la délégation de son institution en mission dans le PNVi, Beni et Goma, en novembre 2019.   Continuer la lecture de Conservation :  L’Union européenne veut appuyer un projet de protection des convois civils dans le parc des Virunga

Conservation : 12 écogardes et 4 civiles tués dans une attaque meurtrière au Parc national des Virunga

Au moins 12 gardes du Parc national des Virunga et 4 civiles ont trouvé la mort dans une attaques de présumés FDLR, ce vendredi 24 avril à Rumangabo. Les fait se sont déroulés au tour de 11 heures, lorsque un convoi des civiles est tombé dans une embuscade montée par ces rebelles qui opèrent dans une partie de ce parc, situé à l’Est de la République démocratique du Congo. Joint au téléphone, le Directeur général de l’Institut congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) a confirmé l’information et précisé que d’autres écogardes et civiles sont dans un état critique, dans un hôpital de la place.

« On a perdu seize à dix sept personnes ce matin dans les attaques contre les FDLR. Ce sont les convois de nos compatriotes  qui traversaient sur la route Goma-Rutshuru. Nos gardes sont venus quand ils ont entendu les coups de feu sur le convoi civil qui était devant. Or avant que les gardes n’approchent, les FDLR qui étaient au nombre d’une soixantaine avaient déjà tendu une embuscade. Et, nos hommes sont entrés dans cette embuscade en allant sauver les civils », a précisé Cosma Wilungula, Directeur général de l’ICCN. « On a 12 gardes tués, quatre en état grave et quatre civils tués et 5 en état grave ».

 

Cette attaque n’a pas laissé indifférente l’Union européenne qui investi depuis plusieurs années dans ce parc, l’un de plus vieux d’Afrique. « J’apprend avec consternation qu’une patrouille des garde-parc est tombée aujourd’hui dans une embuscade près de Rutshuru.  Nous devons tout faire pour que cette attaque meurtrière ne reste pas impunie et que les auteurs soient traduits en justice », a déclaré Jean-Marc Chataigner, chef de la délégation de l’UE en RDC.

 

Notons par ailleurs que les enquêtes ont été ouvertes, et le bilan reste encore provisoire.

 

Alfred NTUMBA