Archives de catégorie : Biodiversité

Conservation : Les étudiants de l’UPC sensibilisés sur l’importance de protéger l’éléphant

Plus de deux cents cinquante étudiants de l’Université protestante au Congo (UPC), ont été sensibilisés à l’importance de protéger l’éléphant. C’était au cours d’une conférence-débat organisée ce jeudi à Kinshasa par le Fonds mondial pour la nature (WWF), avec l’appui de l’USAID dans le cadre du projet CAFEC (The Central Africa Forest Ecosystems Conservation ).

Un éléphant dans le Parc national de Loango (crédit photo WWF).

Cette action de sensibilisation s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de l’éléphant, commémorée le 12 août de chaque année. Elle vise à responsabiliser les jeunes étudiants d’aujourd’hui, responsables de demain.

Les informations partagées avec cette catégorie de la population, leur permettent de comprendre les défis à relever dans ce domaine afin d’y apporter des solutions appropriés, chacun en ce qui le concerne, ont expliqué les organisateurs.

« La conservation de la nature est une affaire de tout le monde. La jeunesse de l’Université protestante au Congo est également concernée par tous les problèmes environnementaux qui se posent. Nous avons voulu les impliquer dans la dynamique de sensibilisation concernant la problématique de la conservation des éléphants. Si déjà à partir d’aujourd’hui, ils savent qu’il y’a de sérieux problèmes qui se posent dans l’environnement, ils pourront s’en servir dans la gestion  lorsqu’ils seront aux affaires », a indiqué le chef de programme chargé de la faune à WWF-RDC, Alfred Yoko. Continuer la lecture de Conservation : Les étudiants de l’UPC sensibilisés sur l’importance de protéger l’éléphant

Conservation : 230 Kilos d’écailles de pangolin saisies à Zongo (Sud-Ubangi)

Une cargaison de près de 230 kilogrammes d’écailles de pangolin a été saisie à Zongo dans la Province du Sud-Ubangi, par les éléments de la Police Nationale Congolaise, l’ANR et la Douane. Ce colis en provenance de la province voisine du Nord-Ubangi, plus précisément dans le secteur de Abomumbazi, territoire de Yakoma, a été intercepté par les services d’intelligence  avant qu’il ne traverse pour la ville de Bangui, Capitale de la République Centrafricaine. 

Saisi depuis le 03 août, ce colis était jusque là gardé au bureau de la Police en attendant l’instruction totale du dossier. Selon les informations à notre disposition, ce commerçant originaire du Nord-Ubangi ignore même l’existence de la réglementation en vigueur sur la détention et le commerce des espèces de faune et de flore en RDC. Continuer la lecture de Conservation : 230 Kilos d’écailles de pangolin saisies à Zongo (Sud-Ubangi)

Conservation : L’ONG Conserv Congo s’engage à former des jeunes qui veulent devenir des écogardes

En marge de la Journée internationale des écogardes, célébrée chaque 31 juillet, l’ONG Conserv Congo a déclaré sa disponibilité d’apporter son expertise dans la formation des jeunes désireux travailler comme écogarde au service de la conservation de la biodiversité. Le Coordonnateur de cette organisation, Adams Cassinga a fait cette annonce au cours d’une activité organisée ce mardi à Kinshasa.

A en croire Adams Cassinga, le travail à faire est énorme au regard du defi à relever et du rôle que doit jouer les écogardes dans la protection de la méga biodiversité congolaise. « Beaucoup de gens ne savent même pas qui est un écogarde, ce qu’il fait et sa raison d’être, alors il revient à nous en tant qu’organisation à sensibiliser la masse. La journée d’aujourd’hui est une opportunité pour échanger avec les jeune, leur dire exactement qui est un ecogarde, et ce qu’il fait exactement», a-t-il déclaré. Continuer la lecture de Conservation : L’ONG Conserv Congo s’engage à former des jeunes qui veulent devenir des écogardes

Conservation : Daniel, le premier Rangel de la RDC

Le 31 juillet de chaque année, le monde célèbre la Journée mondiale des écogardes.  Cette célébration est une occasion pour rendre hommage à ces  personnes au-devant de la ligne pour défendre la faune sauvage qui est en proie au braconnage et autres actes menaçant ces espaces utiles à la survie de l’humanité. Malheureusement,  ces hommes et femmes qui ont consacré leur vie à la protection et à la défense de la faune, vont  jusqu’à payer de leur propre vie pour cette cause noble.

Daniel, jeune congolais rangel, dans le Domaine de Chasse et Réserve de Bombo Lumene (photo, Jimmy HICKS).

Selon L’Internal Ranger Federation (IRF), 740 écogardes ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions entre 2009 et 2017.  Des chiffres qui doivent être revus à la hausse au regard des récents cas de décès enregistrés en 2018.

Mais qui sont ces personnes prêtes à sacrifier leur vie pour préserver  les faunes et flores ? Pour tenter de répondre à cette question nous nous sommes entretenus avec Daniel, un jeune congolais de 19 ans, engagé bénévolement dans le rang des rangers pour Wildlife  Angel, une ONG française dont le visionnaire est Sergio  Lopez. Wildlife Angel est opérationnelle en RDC, Bénin,  Namibie, Burkina Faso et le Niger.

Daniel travaille au sein de cette ONG en tant qu’aide moniteur. A coeur ouvert ce Rangel (Ranger Angel), nous parle de sa motivation à travailler dans la conservation. Continuer la lecture de Conservation : Daniel, le premier Rangel de la RDC

Conservation : 1 éco-garde sur 7 grièvement blessé au cours de la dernière année dans l’exercice de ses fonctions

De nouveaux résultats publiés par le WWF à l’occasion de la Journée mondiale des éco-gardes révèlent qu’un éco-garde sur sept (14%) interrogés en Asie et en Afrique centrale a été grièvement blessé dans son travail au cours des 12 derniers mois. Ces résultats font partie de la plus grande enquête jamais réalisé sur les conditions d’emploi et le bien-être des éco-gardes.

Kenya Wildlife Service (KWS) des rangers en patrouille.

Cette enquête survient au moment où le bilan officiel des morts pour la période de juillet 2017 à 2018 a été confirmé à 107 contre 101 pour l’année dernière par l’International Rangers Federation (IRF) et la Fondation Thin Green Line (TGLF).

Ceci porte à 871, le nombre total de gardes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions depuis 2009, date à laquelle l’IRF et le TGLF ont commencé à enregistrer officiellement les incidents. Cependant, les experts estiment que le nombre réel de décès est beaucoup plus élevé que le nombre déclaré. Continuer la lecture de Conservation : 1 éco-garde sur 7 grièvement blessé au cours de la dernière année dans l’exercice de ses fonctions

USA : Le mur de Trump contre le Mexique, une menace pour la biodiversité

« La survie de plus de 1.000 espèces animales serait sérieusement menacée si le mur voulu par le président Donald Trump est construit tout le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique », avertit une publication scientifique de la revue BioScience.

Donald Trump, Président des USA (Photo droit tierce)

Une soixantaine d’espèces présentes dans cette région frontalière sont déjà listées comme étant en danger critique d’extinction ou vulnérables par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

 2.700 chercheurs américains ont signé une lettre afin d’alerter sur les dangers que poserait un mur continu entre les États-Unis et le Mexique sur la biodiversité. Continuer la lecture de USA : Le mur de Trump contre le Mexique, une menace pour la biodiversité

Conservation : la RDC lance le processus d’élaboration du 6ème rapport sur la Biodiversité

Conformément à l’article 26 de la Convention sur la Diversité Biologique, les parties soumettent des rapports nationaux périodiques sur la biodiversité à la conférence des parties. L’ayant ratifiée en 1994, la RDC est appelée à répondre à cette exigence, après la mise en œuvre des Stratégies et Plan d’Actions Nationaux pour la Biodiversité afin d’atteindre les objectifs d’Aichi d’ici à 2020. Les travaux de l’élaboration de ce 6ème rapport sur la biodiversité ont été lancés ce vendredi à Kinshasa, par le Ministère de l’Environnement et Développement durable.

« La RDC  a signé plusieurs documents au niveau international, notamment la Convention sur la Diversité Biologique. Chaque 4 ans, nous sommes soumis à cet exercice d’élaboration d’un rapport national sur l’état de la mise en œuvre de la CDB que l’on doit déposer au plus tard le 31 décembre 2018. Ce rapport est un document qui nous permet de relever tout ce qu’on a réalisé en terme de succès, difficultés, besoins et différents défis pour valoriser la biodiversité et intégrer la gestion de celle-ci dans le Plan national de développement », a fait savoir Mike Ipanga, chef de division à la Direction du Développement Durable.

A savoir, lors de la COP 13 sur la biodiversité, les directives et les modèles de rédaction de ce sixième rapport national avaient déjà été adoptés. Dans le contenu du rapport, Il s’agira donc de fournir les informations sur les objectifs poursuivis au niveau national, identifier les mesures prises, les obstacles et les besoins scientifiques et techniques afin de les atteindre. Evaluer l’efficacité de ces mesures et les progrès en vue de réaliser chacun de ces objectifs, décrire la contribution du pays en vue de la réalisation de chaque objectif d’Aichi au niveau national, fournir des informations sur la contribution des peuples autochtones et des communautés locales à la conservation de la biodiversité et mettre à jour les profils de la biodiversité en RDC.

« Au niveau national, ce rapport est un  outil très important de planification. On saura exactement ce que nous avions, s’il y a eu perte ou des avancées et cela permettra aux décideurs de prendre des mesures et s’impliquer davantage. Ce qu’on doit faire une fois que le document est prêt, c’est communiquer autour, et vulgariser chaque point par rapport aux jeunes, aux femmes, aux communautés autochtones, etc. pour une appropriation massive de cet outil », a souligné consultant.

Selon les experts, ce 6èmerapport sera constitué des défis relevés, et des points faibles du rapport précédent qui était soumis le 5 juin 2014. Sa particularité réside dans les engagements pris par le gouvernement congolais en matière de protection des ressources biologiques, notamment celui d’atteindre 17% de territoire national dédiés aux aires protégées.

Il sied de signaler que 25 ans après l’entrée en vigueur de la CDB, la RDC connait des avancées significatives surtout par rapport aux financements alloués à la protection des ressources biologiques. Et la considération des questions liées à la gestion de ces ressources est portée au plus haut niveau décisionnel.

Jennifer LABARRE

Kenya : un dixième rhinocéros noir est mort, le onzième attaqué par des lions au Kenya

Un dixième rhinocéros noir est mort après avoir été transféré d’une réserve à une autre, et le onzième a été attaqué par des lions, a annoncé récemment le gouvernement kényan après avoir ouvert une enquête sur les neuf décès déjà répertoriés.

Selon l’enquête, ces 10 animaux décédés faisaient partis d’un groupe de 11 rhinocéros noirs, une espèce en grand danger d’extinction, qui avaient été déplacés le 26 juin dernier des parcs nationaux de Nairobi et Nakuru vers celui de Tsavo-est (sud). Continuer la lecture de Kenya : un dixième rhinocéros noir est mort, le onzième attaqué par des lions au Kenya

Conservation : deux okapis capturés par des chasseurs dans le Bas-Uele

Deux okapis femelles ( la mère et l’enfant) ont été capturés par deux chasseurs dans la réserve de Rubi-tele dans le territoire de Buta, ont annoncé les autorités de cette partie du pays. 10 jours après cet incident, le vice-gouverneur de la province du Bas-Uele, Armand KASUMBU a fustigé cet acte, avant de lancer ce  19 juillet  un appel à la libération immédiate de ces animaux, de crainte qu’ils périssent  à cause d’une alimentation inadéquate.

S’attaquer aux Okapis constitue une infraction d’autant plus que cette espèce est  inscrite sur la liste rouge de l’UICN. elle est  totalement protégée.

« Il serait mieux de relâcher les deux bêtes et leur donner la chance de vivre dans la nature. Elles ont beaucoup de chance de survivre dans la nature que dans les bras des humains », a déclaré le vice-gouverneur.

L’okapi est un animal endémique de la RDC,  et sa survie nécessite un encadrement et une alimentation particuliers. « Ces bêtes-là, si vous les gardez et que vous ne les nourrissez pas d’une certaine manière avec un certain type d’arbres, etc., elles meurent. La Réserve à faune d’Okapis s’en sort bien parce que les partenaires sont venus et ils ont mis en place les infrastructures nécessaires », a  rappelé  Armand Kasumbu.

Jusque-là,  aucune information sur le lieu où se trouvent ces mammifères ainsi que l’identité complète de  ces braconniers ne sont disponibles.

Jennifer LABARRE

Biodiversité : Des scientifiques veulent récréer une population de rhinocéros blancs

 Après avoir circulé dans le monde perdu de jurassic de Hollywood, le projet de la résurrection d’une espèce disparue, semble être sous le feu du projecteur, depuis la disparition, au KENYA, au mois de mars de cette année, du dernier rhinocéros blanc mâle nommé Sudan, a rapporté l’Agence Scientifique européenne.

Après ce triste événement, des scientifiques viennent proposer des solutions, une première approche menée par les chercheurs de l’Institut  de Recherche pour la conservation du Zoo de San Diego, a été présentée au mois de mai.

C’est après  un séquençage d’ADN de cellules de rhinocéros blanc du nord disponibles dans une banque d’échantillons, qu’ils ont publié une étude dans la revue scientifique Genome  Research, dans laquelle, ils affirmaient détenir suffisamment de diversité génétique pour ressusciter toute une population viable de rhinocéros. Continuer la lecture de Biodiversité : Des scientifiques veulent récréer une population de rhinocéros blancs