Archives de catégorie : Conservation

Conservation : Les étudiants de l’UPC sensibilisés sur l’importance de protéger l’éléphant

Plus de deux cents cinquante étudiants de l’Université protestante au Congo (UPC), ont été sensibilisés à l’importance de protéger l’éléphant. C’était au cours d’une conférence-débat organisée ce jeudi à Kinshasa par le Fonds mondial pour la nature (WWF), avec l’appui de l’USAID dans le cadre du projet CAFEC (The Central Africa Forest Ecosystems Conservation ).

Un éléphant dans le Parc national de Loango (crédit photo WWF).

Cette action de sensibilisation s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de l’éléphant, commémorée le 12 août de chaque année. Elle vise à responsabiliser les jeunes étudiants d’aujourd’hui, responsables de demain.

Les informations partagées avec cette catégorie de la population, leur permettent de comprendre les défis à relever dans ce domaine afin d’y apporter des solutions appropriés, chacun en ce qui le concerne, ont expliqué les organisateurs.

« La conservation de la nature est une affaire de tout le monde. La jeunesse de l’Université protestante au Congo est également concernée par tous les problèmes environnementaux qui se posent. Nous avons voulu les impliquer dans la dynamique de sensibilisation concernant la problématique de la conservation des éléphants. Si déjà à partir d’aujourd’hui, ils savent qu’il y’a de sérieux problèmes qui se posent dans l’environnement, ils pourront s’en servir dans la gestion  lorsqu’ils seront aux affaires », a indiqué le chef de programme chargé de la faune à WWF-RDC, Alfred Yoko. Continuer la lecture de Conservation : Les étudiants de l’UPC sensibilisés sur l’importance de protéger l’éléphant

Conservation : 230 Kilos d’écailles de pangolin saisies à Zongo (Sud-Ubangi)

Une cargaison de près de 230 kilogrammes d’écailles de pangolin a été saisie à Zongo dans la Province du Sud-Ubangi, par les éléments de la Police Nationale Congolaise, l’ANR et la Douane. Ce colis en provenance de la province voisine du Nord-Ubangi, plus précisément dans le secteur de Abomumbazi, territoire de Yakoma, a été intercepté par les services d’intelligence  avant qu’il ne traverse pour la ville de Bangui, Capitale de la République Centrafricaine. 

Saisi depuis le 03 août, ce colis était jusque là gardé au bureau de la Police en attendant l’instruction totale du dossier. Selon les informations à notre disposition, ce commerçant originaire du Nord-Ubangi ignore même l’existence de la réglementation en vigueur sur la détention et le commerce des espèces de faune et de flore en RDC. Continuer la lecture de Conservation : 230 Kilos d’écailles de pangolin saisies à Zongo (Sud-Ubangi)

Conservation : L’ONG Conserv Congo s’engage à former des jeunes qui veulent devenir des écogardes

En marge de la Journée internationale des écogardes, célébrée chaque 31 juillet, l’ONG Conserv Congo a déclaré sa disponibilité d’apporter son expertise dans la formation des jeunes désireux travailler comme écogarde au service de la conservation de la biodiversité. Le Coordonnateur de cette organisation, Adams Cassinga a fait cette annonce au cours d’une activité organisée ce mardi à Kinshasa.

A en croire Adams Cassinga, le travail à faire est énorme au regard du defi à relever et du rôle que doit jouer les écogardes dans la protection de la méga biodiversité congolaise. « Beaucoup de gens ne savent même pas qui est un écogarde, ce qu’il fait et sa raison d’être, alors il revient à nous en tant qu’organisation à sensibiliser la masse. La journée d’aujourd’hui est une opportunité pour échanger avec les jeune, leur dire exactement qui est un ecogarde, et ce qu’il fait exactement», a-t-il déclaré. Continuer la lecture de Conservation : L’ONG Conserv Congo s’engage à former des jeunes qui veulent devenir des écogardes

Conservation : Daniel, le premier Rangel de la RDC

Le 31 juillet de chaque année, le monde célèbre la Journée mondiale des écogardes.  Cette célébration est une occasion pour rendre hommage à ces  personnes au-devant de la ligne pour défendre la faune sauvage qui est en proie au braconnage et autres actes menaçant ces espaces utiles à la survie de l’humanité. Malheureusement,  ces hommes et femmes qui ont consacré leur vie à la protection et à la défense de la faune, vont  jusqu’à payer de leur propre vie pour cette cause noble.

Daniel, jeune congolais rangel, dans le Domaine de Chasse et Réserve de Bombo Lumene (photo, Jimmy HICKS).

Selon L’Internal Ranger Federation (IRF), 740 écogardes ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions entre 2009 et 2017.  Des chiffres qui doivent être revus à la hausse au regard des récents cas de décès enregistrés en 2018.

Mais qui sont ces personnes prêtes à sacrifier leur vie pour préserver  les faunes et flores ? Pour tenter de répondre à cette question nous nous sommes entretenus avec Daniel, un jeune congolais de 19 ans, engagé bénévolement dans le rang des rangers pour Wildlife  Angel, une ONG française dont le visionnaire est Sergio  Lopez. Wildlife Angel est opérationnelle en RDC, Bénin,  Namibie, Burkina Faso et le Niger.

Daniel travaille au sein de cette ONG en tant qu’aide moniteur. A coeur ouvert ce Rangel (Ranger Angel), nous parle de sa motivation à travailler dans la conservation. Continuer la lecture de Conservation : Daniel, le premier Rangel de la RDC

Conservation : 1 éco-garde sur 7 grièvement blessé au cours de la dernière année dans l’exercice de ses fonctions

De nouveaux résultats publiés par le WWF à l’occasion de la Journée mondiale des éco-gardes révèlent qu’un éco-garde sur sept (14%) interrogés en Asie et en Afrique centrale a été grièvement blessé dans son travail au cours des 12 derniers mois. Ces résultats font partie de la plus grande enquête jamais réalisé sur les conditions d’emploi et le bien-être des éco-gardes.

Kenya Wildlife Service (KWS) des rangers en patrouille.

Cette enquête survient au moment où le bilan officiel des morts pour la période de juillet 2017 à 2018 a été confirmé à 107 contre 101 pour l’année dernière par l’International Rangers Federation (IRF) et la Fondation Thin Green Line (TGLF).

Ceci porte à 871, le nombre total de gardes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions depuis 2009, date à laquelle l’IRF et le TGLF ont commencé à enregistrer officiellement les incidents. Cependant, les experts estiment que le nombre réel de décès est beaucoup plus élevé que le nombre déclaré. Continuer la lecture de Conservation : 1 éco-garde sur 7 grièvement blessé au cours de la dernière année dans l’exercice de ses fonctions

Kenya : un dixième rhinocéros noir est mort, le onzième attaqué par des lions au Kenya

Un dixième rhinocéros noir est mort après avoir été transféré d’une réserve à une autre, et le onzième a été attaqué par des lions, a annoncé récemment le gouvernement kényan après avoir ouvert une enquête sur les neuf décès déjà répertoriés.

Selon l’enquête, ces 10 animaux décédés faisaient partis d’un groupe de 11 rhinocéros noirs, une espèce en grand danger d’extinction, qui avaient été déplacés le 26 juin dernier des parcs nationaux de Nairobi et Nakuru vers celui de Tsavo-est (sud). Continuer la lecture de Kenya : un dixième rhinocéros noir est mort, le onzième attaqué par des lions au Kenya

Conservation : deux okapis capturés par des chasseurs dans le Bas-Uele

Deux okapis femelles ( la mère et l’enfant) ont été capturés par deux chasseurs dans la réserve de Rubi-tele dans le territoire de Buta, ont annoncé les autorités de cette partie du pays. 10 jours après cet incident, le vice-gouverneur de la province du Bas-Uele, Armand KASUMBU a fustigé cet acte, avant de lancer ce  19 juillet  un appel à la libération immédiate de ces animaux, de crainte qu’ils périssent  à cause d’une alimentation inadéquate.

S’attaquer aux Okapis constitue une infraction d’autant plus que cette espèce est  inscrite sur la liste rouge de l’UICN. elle est  totalement protégée.

« Il serait mieux de relâcher les deux bêtes et leur donner la chance de vivre dans la nature. Elles ont beaucoup de chance de survivre dans la nature que dans les bras des humains », a déclaré le vice-gouverneur.

L’okapi est un animal endémique de la RDC,  et sa survie nécessite un encadrement et une alimentation particuliers. « Ces bêtes-là, si vous les gardez et que vous ne les nourrissez pas d’une certaine manière avec un certain type d’arbres, etc., elles meurent. La Réserve à faune d’Okapis s’en sort bien parce que les partenaires sont venus et ils ont mis en place les infrastructures nécessaires », a  rappelé  Armand Kasumbu.

Jusque-là,  aucune information sur le lieu où se trouvent ces mammifères ainsi que l’identité complète de  ces braconniers ne sont disponibles.

Jennifer LABARRE

Conservation : 8 rhinocéros noirs meurent pendant leur transfert entre plusieurs parcs au Kenya

Un transfert de rhinocéros noirs entre plusieurs parcs naturels au Kenya s’est soldé par une tragédie : 8 animaux sont morts, entraînant ainsi  l’arrêt immédiat de l’opération, a rapporté science et avenir.fr.

Appartenant à la famille de Diceros bicornis, une sous-espèce en grand danger d’extinction,  ces  rhinocéros meurent  après avoir été déplacés dans une nouvelle réserve du sud du Kenya, a annoncé  le gouvernement kényan.

Informé, le  ministre du Tourisme et de la Faune, Najib BALALA, a ordonné au Service kényan de la faune (KWS) de « suspendre immédiatement les transferts en cours de rhinocéros noirs, après la mort de huit d’entre eux« , ont indiqué ses services dans un communiqué. Le KWS n’a pour sa part pas officiellement commenté la mort de ces rhinocéros. Ces huit animaux décédés faisaient partie d’un groupe de 11 rhinocéros noirs qui avaient été déplacés en juin 2018 des parcs nationaux de Nairobi et Nakuru vers celui du Tsavo-Est.

Le déplacement vers un nouvel habitat d’animaux menacés, qui doivent être endormis le temps du voyage, n’est pas sans risque. Mais la mort d’animaux durant ce type d’opérations est rare. Entre 2005 et 2017, 149 rhinocéros avaient été déplacés de cette manière au Kenya et seulement huit étaient décédés, selon le ministère du Tourisme.

Face à cette situation quasi-inhabituelle, les recherches préliminaires  suggèrent que les huit rhinocéros noirs pourraient être décédés d’un  empoisonnement au sel« , après avoir bu dans leur nouvel environnement une eau différente de celle à laquelle ils étaient accoutumés, a indiqué le ministère.

Une enquête complète a été ordonnée et ses résultats devraient être connus au cours de ce mois de  juillet 2018. « Une sanction disciplinaire sera assurément prise si les conclusions pointent vers une négligence ou une conduite non professionnelle de la part de membres du KWS« , a ajouté le ministère. Paula KAHUMBU, la directrice de Wildlife Direct, une organisation de protection des animaux, a appelé les autorités à prendre leurs responsabilités et à expliquer ce qui s’était passé. « Des rhinocéros sont morts, nous devons le dire ouvertement quand ça arrive et pas une semaine ou un mois plus tard« , a-t-elle déclaré. « Quelque chose n’a pas marché et nous voulons savoir quoi »

Selon l’organisation Save the Rhinos,  on dénombre à ce jour  moins de 5.500 rhinocéros noirs dans le monde, vivant tous en Afrique, dont 750 vivent au Kenya

Thierry-Paul KALONJI

Conservation : Pétrole dans les Virunga et la Salonga, que retenir du nouveau Conseil des ministres ?

Plus de peur que de mal dit-on, la quinzième réunion extraordinaire du Conseil des ministres n’a pas clairement levé l’option de désaffecter partiellement  les parcs nationaux des Virunga et Salonga. Réunis ce samedi 14 juillet, au tour du premier ministre Bruno Tshibala, les ministres congolais ont néanmoins adopté les décisions prises lors du 11ème  Conseil des ministres tenu le  08 juin 2018. Lors duquel, il a été décidé la mise en place d’une commission interministérielle devant statuer sur la désaffectation partielle des Virunga et de la Salonga.

« Abordant le premier point de son ordre du jour, le Conseil a adopté le relevé des décisions prises respectivement lors de sa 11ème Réunion ordinaire et de sa 14ème  Réunion Extraordinaire », indique le compte rendu de ce 15ème Conseil dont Environews s’est procuré une copie.

Une prise de conscience ou la stratégie de dupe ?

Après  l’annonce de la mise en place d’une commission interministérielle devant travailler pour désaffecter partiellement ces deux sites du patrimoine mondial, plusieurs voix se sont levées pour décrier la décision dite «hâtive et nocive », prise par le gouvernement. Continuer la lecture de Conservation : Pétrole dans les Virunga et la Salonga, que retenir du nouveau Conseil des ministres ?

Conservation : Le WWF très préoccupé par le projet de production pétrolière dans la Salon-ga et les Virunga

Cela n’a pas tardé pour que d’autres partenaires se joignent à la position de la société civile environnementale nationale et internationale, qui s’oppose à tout plan allant dans le sens d’une exploitation du pétrole dans les Virunga et la Salonga. Après l’UNESCO, Greenpeace et d’autres partenaires de la RDC, le Fonds Mondial pour la Nature, WWF se dit très préoccupé par le projet de déclassement partiel de ces deux parcs en vue d’une éventuelle exploitation pétrolière.

Dans un communiqué publié ce vendredi, le WWF ne cache pas ses inquiétudes quant à l’impact préjudiciable que toute production pétrolière pourrait avoir sur les Sites du Patrimoine Mondial de la Salonga et des Virunga, deux fleurons de la conservation de la nature en République démocratique du Congo (RDC).

« L’exploitation pétrolière dans les Parcs Nationaux de la Salonga et des Virunga mettrait en danger la biodiversité exceptionnelle de ces sites ainsi que les moyens de subsistance des populations locales en plus de libérer d’énormes quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui contribuerait à exacerber les effets néfastes du changement climatique tant décrié dans la monde « , a indiqué Fred Kumah, Directeur de WWF Afrique.

Continuer la lecture de Conservation : Le WWF très préoccupé par le projet de production pétrolière dans la Salon-ga et les Virunga