Archives de catégorie : Conservation

Conservation : Une marche pour réclamer la sacralisation de l’Okapi et la création d’une juridiction spécialisée sur les questions écologiques

La Radiotélévision Environnement et Conservation de la nature (RTEC) avec l’ICCN et  le WCS ont organisé une marche pour réclamer la mise en place d’une juridiction spécialisée sur les questions écologiques et la sacralisation de l’Okapi, une espèce endémique de la RDC, menacée d’extinction. Cette marche qui a eu lieu le samedi 17 à Kinshasa, est partie du siège de la radio RTEC pour le jardin zoologique de Kinshasa. Cette action s’inscrit en marge de la journée internationale de l’Okapi célébrée chaque 18 octobre. 

« Il était opportun pour nous d’accompagner tous les acteurs qui soutiennent l’Okapi. Il n’ya pas longtemps à Lommela au Sankuru, un Okapi venait d’être abattu pour des raisons d’intronisation. Cela est encore tout frais dans les esprits des gens. Il était temps à travers cette célébration qu’on mette une attention particulière à cette espèce. Nos chefs coutumiers et traditionnels doivent être sensibilisés pour que la peau de l’Okapi ne serve plus à pouvoir consacrer l’intronisation de certaines personnalités », a indiqué Cosma Wilungula, directeur général de l’ICCN. « Il faut qu’ils comprennent  que la peau de l’Okapi ne peut pas être consacré à des activités qui attirent le braconnage ».

Les journalistes de cette chaîne thématiques accompagnés des quelques activistes et environnementalistes ont sur le passage, sensibilisé la population kinoise sur l’existence de l’Okapi, une espèce rare au monde placé aujourd’hui sur la liste rouge d’espèces en voie de disparition et sur les menaces qui pèsent sur cet animal emblématique. « L’Okapi comme espèce animale, c’est une fierté. Cette journée est une interpellation pour nous également que l’Okapi c’est notre identité comme congolais. Nous devrons assurer sa protection afin qu’on en fasse une mine pour la nation », a informé Déo Kujerankuja, directeur technique/WSC RDC.    Continuer la lecture de Conservation : Une marche pour réclamer la sacralisation de l’Okapi et la création d’une juridiction spécialisée sur les questions écologiques

Conservation : Pour avoir tué un léopards, un chasseur aux arrêts  dans la province de la Tshuapa

Un chasseur a été arrêté en flagrance pour avoir tué un léopard, une espèce intégralement protégée en République démocratique du Congo. Les faits se sont déroulés le 19 septembre, dans le village Bofuli, à près de 10 kilomètres d’Ikela Centre, dans la province de la Tshuapa.

Selon un membre de l’Ong Conserv Congo qui suit le dossier, le léopard a été pris dans un piège lui tendu, avant d’être tué par ce chasseur. Saisi par les avocats de cette organisation non gouvernement de lutte contre le braconnage, le commandant chef du commissariat de la Police nationaleCongolaise d’Ikela a décidé de transféré le présumé braconnier au Tribunal de grande instance de Boende, ce jeudi 24 septembre.

« Conserv Congo a chargé son conseil de s’en saisir et que justice soit rendue comme le prescrivent les lois régissant la conservation de la nature dans le pays« , indique Adams Cassinga, coordonnateur de Conserv Congo. « Nous appelons le ministre de l’Environnement et le directeur général de l’ICCN à s’impliquer directement afin que justice soit rendue dans chaque affaire que nous entreprenons. ».

Alfred NTUMBA

Conservation : 32 singes en provenance de la RDC interceptés au Zimbabwe

Trente-deux singes en provenance de la République démocratique du Congo ont été saisis au Zimbabwe, le 05 septembre 2020, par les autorités du pays. Cette cargaison composée essentiellement des singes à queu, notamment les Mangabey et Hocheurs, est sortie de la RDC par Lubumbashi pour l’Afrique du Sud.

Selon les autorités zimbabwéennes, le camion qui transportait ces singes, a été intercepté et arrêté à cause du manque de permis de transit signé par les autorités zambiennes, et zimbabwéennes. A en croire des sources proches du dossier, même les permis émis par la RDC et l’Afrique du Sud pour déplacer ces animaux seraient douteux.

Aucun détail n’a encore été donné sur l’identité de l’importateur ni de l’exportateur de ces singes. Néanmoins, le chauffeur malawite  qui conduisait  le camion et trois congolais qui escortaient les animaux ont été mis aux arrêts  en attendant la poursuite des enquêtes, indique la correspondance zimbabwéenne, dont Environews RDC s’est procurée une copie.

Les premiers éléments de l’enquête indiquent cependant que les suspects n’en sont pas à leur premier forfait. Ils auraient déjà effectué près de cinq transactions similaires pour alimenter un marché illicite chinois en Afrique du Sud.

Du coté de la RDC, aucune déclaration n’a encore été faite ni par le Ministère de l’Environnement et Développement durable, ni par l’ICCN, qui a en charge la conservation des espèces sauvages.  Notons par ailleurs que certains de ces singes en partance pour l’Afrique du Sud, sont inscrits sur l’annexe II de la CITES.

L’Annexe II est la liste des espèces qui, bien que n’étant pas nécessairement menacées actuellement d’extinction, pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n’était pas étroitement contrôlé. Elle comprend aussi ce qu’on appelle les « espèces semblables ».

Alfred NTUMBA

Conservation : Un adolescent de 16 ans tué dans le parc national d’Upemba, ses présumés assassins toujours introuvables

Un jeune garçon de 16 ans a trouvé tragiquement la mort dans la zone de Kilumbe située dans le parc national d’Upemba au sud de la République démocratique du Congo. Les faits se sont déroulés au mois de mai dernier, lorsque cinq écogardes en patrouille dans cette zone ont surpris ce jeune garçon entrain d’arranger sa pirogue. Ils l’auraient confondu à un braconnier et tiré sur lui à bout portant.  

« En effet, le 07 mai 2020, la population de Kilumbe dans le territoire de Malemba Nkulu, chefferie de Nkulu a enregistré la mort d’un enfant, Ngoy Fidel, âgé de 16 ans, tué par les gardes parc à bout portant. Pour l’instant les 5 gardes parc sont en fuite, malgré les recherches engagées par l’auditorat militaire et les autorités politico-administratives de Kamina, ils sont encore introuvables. L’on croit qu’il y a lieu d’interpeller les responsables qui auraient donnés l’ordre de tirer sur une personne inoffensive », s’indigne les organisations de la société civile de la province du Haut  Katanga.

Pour ces organisations, la mort de ce jeune adolescent témoigne que les gardes parc n’ont pas encore intériorisé les notions de la conservation concertée ou participative. « Aujourd’hui, le bénéfice de la conservation doit aussi profiter aux populations riveraines des aires protégées. La situation dans la zone devient préoccupante dans la mesure où elle ne favorise pas la conservation participative et les initiatives de développement dans la région. Les autorités de l’ICCN et politico-administratives n’ignorent pas les causes et les pistes de solutions proposées par les ONGs », alerte ces organisation.  Continuer la lecture de Conservation : Un adolescent de 16 ans tué dans le parc national d’Upemba, ses présumés assassins toujours introuvables

Conservation : Les Stocks d’Ivoire d’Eléphant de la République Démocratique du Congo: Quel Système de Gestion Mettre en Place? 

Une nouvelle étude de TRAFFIC encourage la RDC à développer un système efficace de gestion des stocks d’ivoire. Les  lacunes du cadre institutionnel et réglementaire,  les confusions dans les rôles et responsabilités des institutions publiques concernées, le faible niveau de coopération et de collaboration de celles-ci, et  leurs faibles capacités sont entre autres des facteurs majeurs qui nuisent à la gestion efficace et sûre des stocks d’ivoire détenus par le gouvernement en République démocratique du Congo (RDC)  font l’objet d’un nouveau rapport TRAFFIC.

Incinération symbolique de l’ivoire dans le Parc national de la Garamba, le mercredi 13 juin 2018, pour célébrer les 80 ans d’existences du parc.

L’étude — Les Stocks d’Ivoire d’Eléphant de la République Démocratique du Congo: Quel Système de Gestion Mettre en Place? — a été menée à la suite des révélations selon lesquelles  pendant 26 ans de 1990 à 2015, un minimum de 7686 kg d’ivoire avait disparu sous  la garde du gouvernement en RDC.[1]

L’Afrique centrale a été identifiée ces dernières années comme l’une des principales sources de l’ivoire illégal alimentant le commerce intérieur non réglementé de l’ivoire en Afrique de l’Ouest et Centrale, et à l’étranger, en particulier en Asie.[2] L’une des sources d’approvisionnement connues de l’ivoire illégal sur le marché reste les fuites dans les stocks détenus par le gouvernement. Continuer la lecture de Conservation : Les Stocks d’Ivoire d’Eléphant de la République Démocratique du Congo: Quel Système de Gestion Mettre en Place? 

Conservation :  L’Union européenne veut appuyer un projet de protection des convois civils dans le parc des Virunga

Quelques jours après les attaques meurtrières d’un convoi civil, qui ont couté la vie à plus de 17 personnes dans le parc national des Virunga (PNVi), l’Union européenne envisage soutenir un projet de protection des convois civils, devenus de plus en plus de cibles des assaillants qui opèrent dans cette aire protégée, située à l’est de la République démocratique du Congo.

Dans une correspondace adressée au ministre congolais de défense, Aimé Ngoy Mukena, le chef de la délégation de l’UE en RDC, Jean-Marc Chataigner,  a rappelé le rôle crucial que les Forces armées de la RDC ont à jouer dans la sécurisation et la restauration de la paix dans le Nord-Kivu, particulièrement dans les aires protégées en partenariat avec l’ICCN (Institut congolais pour la Conservation de la Nature).

A en croire l’Ambassadeur de l’UE à Kinshasa, l’idée d’un tel projet est partie de l’accompagnement par les FARDC, d’un convoi de la délégation de son institution en mission dans le PNVi, Beni et Goma, en novembre 2019.   Continuer la lecture de Conservation :  L’Union européenne veut appuyer un projet de protection des convois civils dans le parc des Virunga

Conservation : La milice May-May tue un garde parc dans les Virunga

Un écogarde a perdu sa vie lors d’une attaque perpétrée par les rebelles May-May sur le territoire du parc, le mardi 03 mars à 18 heures. Une embuscade a été montée contre les gardes qui rentraient à leur base alors qu’ils étaient déployés pour sécuriser la construction de la clôture à proximité de Nyamilima.

Pris par surprise, les gardes de l’ICCN comptent un mort dans leurs rangs en la personne de Kambale Vyasaki Germain, âgé de 28 ans, originaire de Bulongo (Territoire de Beni). L’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature condamne fermement cet acte qui pérennise la mouvance des groupes armés dans ce parc.

« La clôture électrique érigée sur la bordure légale du parc vise à protéger la destruction des cultures par les animaux sauvages et à mettre fin aux mouvements des groupes armés qui tirent profit du trafic des ressources naturelles », indique le communiqué. Continuer la lecture de Conservation : La milice May-May tue un garde parc dans les Virunga

Conservation: MOOC, des cours en lignes pour enrichir les connaissances en matière de conservation

C’est dans le souci de former plusieurs congolais en gestion des aires protégées et en développement durable que  l’union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en partenariat avec l’association des naturalistes du Congo ont renforcé les capacités des étudiants œuvrant dans le domaine environnemental et des agents des services provinciaux du secteur forestier, environnemental, de conservation et de gestion durable de la biodiversité, ce lundi 17 février.

 Au cours de cette formation organisée à Kinshasa, les deux structures ont instruit les passionnées de l’environnement sur l’existence d’un programme des cours en lignes ouvert à tous (MOOC) avant de les inviter à s’inscrire au programme.

Au sein de l’UICN, le programme sur les aires protégées d’Afrique et conservation (PAPACO), vise à améliorer la gestion et la gouvernance des aires protégées et à augmenter leurs impacts positifs en terme de conservation ainsi qu’à renforcer les compétences des gestionnaires d’aires protégées et des passionnés de l’environnement et leurs partenaires au travers de programmes de formation régionaux ou locaux sur la gestion et la gouvernance des parcs et des réserves.

« Par rapport  à cette activité qu’on vient de lancer, il s’agit des cours en ligne sans faire un déplacement à partir de chez soi. Nous nous présentons auprès de vous comme un cadre  qui vient faciliter les congolais qui ont toujours rêvé faire une formation sur la gestion, la conservation et la protection des aires protégées », a déclaré par Junior MUBENGA KANKONDE, secrétaire exécutif de l’ANACO (association naturaliste du Congo/ASBL. Nous allons nous mettre à votre disposition pour une assistance gratuite sur ces enseignements de portée internationale.  Nous avons recueilli les jeunes apprenants qui se sont inscrits sur la plate-forme pour suivre les cours en ligne, nous en appelons encore d’autres», a-t-il lancé. Continuer la lecture de Conservation: MOOC, des cours en lignes pour enrichir les connaissances en matière de conservation

Foncier : Mobilisation pour la protection des defenseurs des droits fonciers en RDC, cas de Jonathan Katembo Sikuli à vitshumbi

Cet article a été commandé par UEFA, et ne représente pas le point de vue d’Environews RDC.

 Mr KATEMBO SIKULI Jonathan est membre de la communauté Nande résidant à Vitshumbi , une des communautés riveraines du Parc de virunga dans le territoire de Rutshuru.  Pécheur et fils d’un pêcheur au lac Edouard convertit enanimateurs de terrains d’une organisation du Réseau CREF., afin d’amener les communautés locales à parler pour elles même de leur cause et comprendre les dangers sur leur écosystème. Les communautés locales revendiquent la protection de leurs moyens de subsistance et des activités sur le lac Edouard.

En 2018, le Réseau CREF  avait appris que le Gouvernement  congolais encouragerait  un projet  de désaffection  d’une partie des Parcs Nationaux des Virunga et de la Salonga  couvrant les blocs pétrolier IV, V et II, tous sites du Patrimoine Mondial de l’UNESCO et sites RAMSAR. Une pétition avait été lancée pour que le gouvernement congolais abandonne ce projet d’exploitation du pétrole aux impacts environnementaux très nuisibles pour le lac et les activités agricoles et qui entrainait un accaparement des terres des communautés Continuer la lecture de Foncier : Mobilisation pour la protection des defenseurs des droits fonciers en RDC, cas de Jonathan Katembo Sikuli à vitshumbi

Conservation : 35 agents de l’Etat formés sur la criminalité faunique à Kisangani

En République Démocratique du Congo, la criminalité faunique reste l’un des fléaux qui déciment la méga biodiversité, malgré le caractère dissuasif des dispositions légales. Chaque année le pays fait face à un taux croissant des crimes contre les espèces de faune et de flore qui parfois passent sous silence total. Cette situation est souvent justifiée par la non maitrise des instruments juridiques nationaux et internationaux qui régissent ce secteur.

Pour relever ce défis, AWF (African Wildlife Foundation), en collaboration avec l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature) ont formé 35 agents de l’Etat sur le renforcement de la gestion des affaires relatives à la faune sauvage par des interventions judiciaires et la standardisation des enquêtes et des poursuites, du 21 au 23 janvier 2020 à Kisangani.

« Cette formation fait suite à une série des formations organisées à Kinshasa. Elles visent à lutter au moyen de l’application effective de la loi contre la criminalité faunique en RDC, et particulièrement dans la Tshopo, considérée comme l’un des théâtres de la criminalité faunique », a fait savoir Maitre Jo Kassongo, chargé de l’application de la loi faunique à AWF. Continuer la lecture de Conservation : 35 agents de l’Etat formés sur la criminalité faunique à Kisangani