Archives de catégorie : Conservation

Conservation : L’Allemagne prépare une loi protégeant les insectes

La ministre allemande de l’Environnement Barbara Hendricks  a annoncé que son pays   prépare  une loi visant à protéger les insectes. Elle l’a fait savoir dans un entretien accordé à l’hebdomadaire Bild am Sonntag, rapporte sciences et avenir. D’après le confrère, cette loi doit prévoir de réduire l’usage des pesticides et de consacrer des fonds à la recherche sur le sujet, a annoncé le 17 février 2019 la ministre de l’Environnement.

Si les insectes sont essentiels aux écosystèmes comme aux économies, ils sont en déclin rapide dans le monde entier : un tiers des espèces est menacée de disparition selon une étude publiée en février 2019, mettant en garde contre un « effondrement catastrophique » des milieux naturels. « Nous, êtres humains, avons besoin des insectes, ils ont besoin d’être protégés avec une loi spécialement pour eux« , a déclaré la ministre, Svenja Schulze, à l’hebdomadaire dominical Bild am Sonntag. Continuer la lecture de Conservation : L’Allemagne prépare une loi protégeant les insectes

Virunga : Seuls les deux sites, Nyiragongo et Kibumba reouverts au public

Les activités touristiques dans le parc national des Virunga ont été relancées depuis le vendredi 15 février, après être fermé au public pendant plus de neuf mois par l’ICCN, de suite d’une insécurité grandissante, a annoncé,  le ministre provincial de l’environnement et tourisme du Nord-Kivu, olivier Kamusinzi.

Le volcan Nyiragongo en activité à l’Est de la République démocratique du Congo.

« Après les analyses menées par l’organe compétent dans un premier temps, deux sites touristiques ont d’abord été ouverts ; il s’agit du site du volcan Nyiragongo et celui de Kibumba », a-t-il annoncé.

Pour lui, Pendant la période de suspension de ce parc, la province avait enregistré  d’énormes pertes en termes de flux touristiques et même monétaire, des retombées jusque-là non quantifiée. Continuer la lecture de Virunga : Seuls les deux sites, Nyiragongo et Kibumba reouverts au public

Conservation : Le Sri Lanka accueillera la 18ème conférence des parties à la CITES

Près de 183 parties à la CITES ( Convention sur le commerce International des Espèces de faune et de flore Sauvage menacée d’extinction), se réuniront dans la salle de conférence internationale Bandaranaike Mémorial à Colombo, au Sri Lanka, pour la prochaine Conférence mondiale sur la vie sauvage  qui se tiendra du 23 mai au 3 juin, indique un communiqué de la CITES rendu public ce mardi, 12 février 2019.

Les éléphants dans le Parc national de la Garamba en RDC.

Selon la secrétaire générale de la CITES, Ivonne Higuero, Les discussions à la CdP18 auront un impact significatif sur la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité, notamment dans le contexte de la mise en œuvre du Programme de développement durable des Nations Unies 2030 et de la réalisation des objectifs de développement durable. « Nous espérons sincèrement avoir le plaisir de vous accueillir à Colombo en mai prochain et d’aider toutes les parties prenantes à progresser dans le respect des engagements pris en matière de biodiversité», a-t-elle déclaré. Continuer la lecture de Conservation : Le Sri Lanka accueillera la 18ème conférence des parties à la CITES

Conservation : Derrière le combat des protecteurs de la biodiversité (Tribune de Julien Muyisa)

Les pages qui vont suivre ne mettent nullement en évidence une maîtrise des styles de la langue française ou une quelconque érudition. Il s’agit plutôt, d’un homme qui parle de ce que c’est dédier sa vie pour la protection de la nature en République Démocratique du Congo. Pour comprendre l’histoire, il faut savoir où tout a commencé.

Juillet 2008, il visite la réserve de faunes à Okapis et  se rend aussitôt compte que la vie d’un écogarde ne tient qu’à une ficelle. Ce récit engagé plaide pour une amélioration des conditions de vie des familles veuves d’éco gardes dont –derrière la caméra- très peu se rendent compte du sacrifice qu’ils ont dû endurer quel que soit le rang de leur bien aimé(e) servant dans le parc.

Le Contexte des Aires Protégées

La République Démocratique du Congo compte environ 71 aires protégées, soit 11% du territoire national contenant une variété des ressources naturelles : animaux, insectes, cours d’eaux, minerais ainsi que les plantes. Elle est qualifiée de 2eme poumon du monde suite à son immense forêt tropicale. Chaque année, on observe de l’engouement des étrangers qui s’y rendent pour des recherches scientifiques, le tourisme et de la détente. Ce pays abrite presque toutes les merveilles du monde. Continuer la lecture de Conservation : Derrière le combat des protecteurs de la biodiversité (Tribune de Julien Muyisa)

Zimbabwe: 7 chinois accusés de braconnage de rhinocéros vont enfin être jugés

Sept ressortissants chinois accusés de blanchiment d’argent et possédant plus de 20 kg de cornes de rhinocéros d’une valeur totale de près d’un million de dollars vont enfin pouvoir se défendre après la date du procès fixée par le procureur le 18 février.

Zeng Dengui (35 ans), Peicon Jang (35 ans), Liu Cheng (23 ans), Yu Xian (25 ans), Yong Zhu (25 ans), Chen Zhiangfu (30 ans) et Qui Jinchang (29 ans) ont été arrêtés le 23 décembre possession de plusieurs morceaux de cornes de rhinocéros pesant 20,98 kg.

Les trophées, d’une valeur de 938 700 dollars, ont été retrouvés dans une maison où les sept louaient.

Ils étaient accusés d’avoir enfreint la loi sur les parcs et la vie sauvage, qui érige en infraction pénale «le fait de détenir, de posséder, de vendre ou de disposer de tout animal vivant, de la viande ou du trophée spécialement protégé de celui-ci». Continuer la lecture de Zimbabwe: 7 chinois accusés de braconnage de rhinocéros vont enfin être jugés

Conservation : Qu’est-ce qui démotive l’engagement des écogardes à l’Est de la RDC?

Une nouvelle étude de la WCS (Wildlife Conservation Society) examine la satisfaction au travail des rangers de la conservation de première ligne travaillant dans des conditions difficiles à Kahuzi-Biega, un parc national de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), et identifie des moyens d’accroître la motivation pour les rendre plus efficaces, et faire respecter la loi, renseigne un communiqué de cette organisation de conservation.

Très peu de recherches ont été menées sur le bien-être des rangers et du personnel travaillant dans le domaine de la conservation, sur leur motivation et sur ce que cela pourrait signifier pour le travail de conservation qu’ils accomplissent.

« Les gardes forestiers qui ne sont pas motivés pour faire leur travail ne seront pas efficaces pour protéger la faune dans les parcs où ils travaillent. Cette étude était une occasion unique de donner la parole aux gardes de parc de cette partie du monde par le biais d’entretiens individuels afin d’exprimer ce qu’ils aimaient et ce qui leur déplaisait dans leur travail et ce qui affectait leur motivation », précise l’étude.  Continuer la lecture de Conservation : Qu’est-ce qui démotive l’engagement des écogardes à l’Est de la RDC?

Conservation : 60 kilos d’ivoire d’éléphant saisis à Kinshasa

60 kilogrammes d’ivoire d’éléphants ont été saisis ce jeudi 20 décembre à Kinshasa par les éléments de l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), en collaboration avec CONSERV CONGO et la CITES. Au cours de cette opération d’infiltration contre la vente et la commercialisation de l’ivoire, deux suspects ont été également appréhendés et arrêtés.

L’ivoire taillé saisi à Kinshasa. (Crédit photo, Conserv Congo)

Les deux suspects dont les identités ne peuvent être dévoilées à ce stade à cause du principe de la présomption, font partie d’un grand syndicat de marchands d’ivoire situé en RDC et à Kinshasa en particulier. Ils ont été arrêtés après une organisation orchestrée et dirigée par CONSERV CONGO, une organisation locale dont l’objectif est de combattre la criminalité faunique.

« Nous souhaitions récupérer un colis beaucoup plus volumineux mais, grâce à Dieu, nous avons procédé à une arrestation car chaque pièce d’ivoire représente un éléphant mort », a déclaré Augustin Ngumbi Amuri, Directeur de la Coordination de la CITES en RDC. Continuer la lecture de Conservation : 60 kilos d’ivoire d’éléphant saisis à Kinshasa

Conservation : Plus de 3,2 tonnes d’ivoire africain saisies au Cambodge

Le service des douanes Cambodgien ont déclaré avoir saisi plus de 3,2 tonnes d’ivoire africain caché dans un conteneur de stockage en provenance du Mozambique,  a annoncé BBC.

Cette saisie record de 1.026  défenses au port autonome de Phnom Penh découle d’un renseignement de l’ambassade des Etats-Unis.

La cargaison est arrivée dans le pays l’année dernière et son destinataire inconnu n’est pas arrivé au port pour le récupérer.

Ces défenses d’éléphant étaient cachées dans du marbre dans un conteneur abandonné, a déclaré un fonctionnaire des douanes

«  Je ne sais pas si l’envoi était destiné à d’autres pays », a-t-il conclut

La demande de la Chine et du Vietnam a fait du Cambodge un point de transit essentiel pour le commerce illicite des espèces sauvages.

Au cours des cinq dernières années, le Cambodge a procédé à un certain nombre d’arrestations très médiatisées en ce qui concerne le trafic d’espèces protégées.

La plus importante avant cette semaine a eu lieu en 2014, lorsque les douaniers ont saisi environ trois tonnes d’ivoire cachées dans un conteneur de haricots dans le port sud-ouest de Sihanoukvile.

Environews et BBC

 

 

Conservation : 3 nouveaux contrats de l’UE pour préserver la biodiversité en Afrique centrale

L’Union européenne a procédé à la signature de 3 contrats de subvention pour la préservation des forêts d’Afrique Centrale et de leur méga biodiversité. La cérémonie de signature a eu lieu lors de la 18ème RdP à  Bruxelles, en présence de François-Xavier de Donea, Facilitateur du Partenariat pour les Forêts du bassin du Congo (PFBC), du secrétaire Exécutif de la COMIFAC et de la secrétaire général Adjointe de la CEEAC.

Ces contrats de subvention estimés à près de 20 millions d’euros est un geste de plus posé par l’UE qui finance déjà plusieurs programmes dans cet espace considéré comme le deuxième poumon vert de la planète.

Pour la représentante de l’Union européenne, les forêts du Bassin du Congo sont encore intactes. Comparées à celles de l’Amazonie et de l’Indonésie, ces forêts partagées par plus de dix pays d’Afrique centrale, nécessitent des financements importants pour leur préservation, enfin de lutter efficacement contre les changements climatiques, et relever le défi de la conservation.

« La gestion durable de ces écosystèmes uniques, démontre en quoi le dialogue politique de haut niveau est important. C’est pour moi un réel plaisir de signer aujourd’hui sous le patronage du PFBC et de la COMIFAC, plusieurs programmes à hauteur de 20 millions d’euros», a-t-elle souligné.

Ces financements de l’UE devront aider la sous régions à lutter efficacement contre l’exploitation illégal du bois, et surtout le commerce illicite de la faune et de la flore. Continuer la lecture de Conservation : 3 nouveaux contrats de l’UE pour préserver la biodiversité en Afrique centrale

Conservation : Vers une collaboration entre le RECEIAC et le projet ECOFAC VI

Faire connaissance avec l’ensemble du RECEIAC (Réseau des Communicateurs pour l’Environnement et l’Information en Afrique Centrale), et présenter les lignes directrices d’une prochaine collaboration entre le projet ECOFAC VI (Ecosystèmes Fragilisés d’Afrique Centrale), financé par l’UE et ce réseau sous régional, tel a été l’objectif de la rencontre entre Daniella Biciu et les membres du RECEIAC à Bruxelles.

Pour la chargée de communication de l’ECOFAC VI, au regard du  rôle que joue les médias dans la diffusion des messages, il est important de nouer un partenariat avec ce réseau spécialisé dans l’information et la communication environnementale en Afrique centrale.

« Nous voulons vraiment avoir une coopération étroite avec ces médias et les intégrer dans tout ce qui est processus de communication », a-t-elle déclaré. « Nous sommes en train de travailler sur la mise en œuvre de mécanisme de coordination qui est très important. Je crois qu’on va faire appelle déjà à tout ce qui est nouvelle technologie par exemple, les groupes Whatsapp qui sont des moyens très rapides et directs de communiquer, d’informer et de transmettre l’information ». Continuer la lecture de Conservation : Vers une collaboration entre le RECEIAC et le projet ECOFAC VI