Archives de catégorie : Conservation

Conservation : Joseph Kabila incinère plus d’une tonne d’ivoire d’éléphant à Kinshasa

Le Président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange, a procédé à l’incinération symbolique de plus d’une tonne d’ivoire d’éléphant, et plus d’une tonne d’écailles de pangolin. La cérémonie d’incinération a été organisée ce dimanche 30 septembre, au Parc animalier de la N’sele, situé dans les encablures de là ville province de Kinshasa.

Incinération symbolique de l’ivoire dans le Parc national de la Garamba, le mercredi 13 juin 2018, pour célébrer les 80 ans d’existences du parc.

« Aujourd’hui la RDC confirme et réaffirme sa détermination dans la lutte contre la criminalité environnementale. Nous avons voulu démontrer par cet acte que désormais les marchés de l’ivoire, de perroquets, et d’écailles de pangolin doivent être supprimés totalement », a indiqué le directeur général de l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), Cosma Wilungula.  

Pour le DG de l’ICCN, cette incinération est un  message fort en direction des braconniers et contrebandes à travers le monde entier. Au moins 15 tonnes de pointes d’ivoires ont été saisies, issues du braconnage et du commerce illicite des espèces animales protégées en RDC. « 15 tonnes d’ivoire ça fait au moins 5 mille éléphants abattus. Nous avons voulu faire voir que ça sert à rien de continuer à tuer les okapis, les éléphants, les pangolins parce qu’ils n’ont pas de prix, leur valeur est zéro », a-t-il précisé. Continuer la lecture de Conservation : Joseph Kabila incinère plus d’une tonne d’ivoire d’éléphant à Kinshasa

Conservation: 23.062 signatures contre l’exploitation du pétrole dans les Virunga et la Salonga

23.062, c’est le nombre de signatures récoltées par la pétition  initiée par les communautés riveraines des parcs nationaux des Virunga et Salonga, pour dire non à toute initiative visant à désaffecter ou déclasser ces aires protégées ou une de leurs parties pour exploiter le pétrole au grand dam des populations locales et de l’humanité. Une révélation faite  au cours d’une conférence de presse ténue à Kinshasa par les organisations de la société civile environnementale de la province du Nord Kivu, réunies au sein du consortium Alliance pour les moyens d’existence verts (GLA).

Le message à diffuser à l’endroit des institutions de la République, des populations et de l’opinion tant nationale qu’internationale  au moyen  de cette conférence de presse, était de dire non à l’exploitation du pétrole dans les parcs nationaux de Virunga et de la Salonga. La présence à Kinshasa  de ce consortium réunissant sept organisations de la société civile environnementale du Nord Kivu, fait suite à  l’accompagnement par les membres de ces associations, du représentant des populations locales venu déposer à la présidence de la république la pétition signée par sa base.

Le choix de la présidence de la république pour déposer cette pétition est motivée par le ferme engagement  sur les questions environnementales, dont a toujours fait preuve le président de la République Joseph Kabila.

«  Nous sommes sûrs d’atteindre notre objectif car nous savons que notre président a toujours eu une oreille attentive aux questions qui touchent l’environnement. Son  discours  du mardi 25 septembre lors de la 73ème session de l’assemblée générale de l’ONU à New-York en est une preuve indubitable, car il a pendant près de trois minutes réitéré les combats et les engagements de notre pays en faveur de  l’environnement.», a expliqué Florence Sitwaminya, coordonnatrice de GLA Continuer la lecture de Conservation: 23.062 signatures contre l’exploitation du pétrole dans les Virunga et la Salonga

Conservation : une espèce des chimpanzés en voie de disparition découverte à Yangambi

Des  Chimpanzés communs, une espèce  en voie de disparition vient d’être  découverte dans la réserve de biosphère  de Yangambi, par des scientifiques du centre de recherche forestière internationale (CIFOR), a-t-on appris de cette institution de recherche.  Une  présence  signalée  à l’aide des pièges photographiques  dans une surface d’environ 750 km carrés et incluant la réserve et ses alentours, au nord de la République Démocratique du Congo.

 

 

C’est une nouvelle qui est intervenue après 3 trois semaines  d’installation de pièges photographiques dans la région, confirmant ainsi les affirmations de membres des communautés vivant  aux alentours d’avoir localisé des chimpanzés et d’autres ongulés dans la région, ces derniers n’avaient jamais été observés pendant une analyse rigoureuse.  Cette installation des pièges photographiques fait partie des  mesures qui visent à accroitre la compréhension des chercheurs sur l’existence et les tendances de la faune dans la région pour aider les efforts de conservation. Continuer la lecture de Conservation : une espèce des chimpanzés en voie de disparition découverte à Yangambi

Conservation : le biomonitoring, un outil futur pour les inventaires des aires protégées

L’atelier de biomonitoring et recherche sur le parc national de la Salonga organisé à Kinshasa, par le Fonds mondial pour la nature et ses partenaires engagés dans la conservation  s’est clôturé sur une note positive.  L’appréciation par les participants  de la qualité de  résultats  des travaux réalisés pour l’élaboration de l’inventaire des espèces,  et des différentes résolutions susceptibles de pérenniser ce  nouveau système de gestion de ce parc ont permis à  cette rencontre d’atteindre les objectifs qu’elle s’est assignée.

C’est avec une idée un peu précise sur la diversité et le  nombre d’espèces que regorgent le parc national de la Salonga que les participants à cet atelier de biomonitoring et de recherche  de la Salonga ont pu tirer comme bénéfice. Pendant deux jours des  échanges  allant de la présentation de résultats des travaux d’inventaire réalisés de 2004 à 2018  à la proposition du programme de biomonitoring à long terme axé sur le suivi de la faune  en passant par la proposition   de deux scenarios relatifs à la gestion du parc,  ont constitué l’un de temps forts de ces assises.

A l’issue de ces échanges, les participants ont unanimement admiré  non seulement l’importance du biomonitoring mais aussi celle  des nouvelles technologies  notamment avec l’utilisation des caméras piège. Les partenaires techniques et financiers de la Salonga ont par la même occasion  pu réfléchir ensemble  sur ce plan de biomonitoring,  les stratégies de recherche ainsi que de l’engagement de tous les acteurs pour contribuer à la réalisation et à la mise en œuvre dudit plan. Continuer la lecture de Conservation : le biomonitoring, un outil futur pour les inventaires des aires protégées

Conservation : WWF présente les résultats de biomonitoring du parc national de la Salonga

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) en collaboration  avec ses  partenaires  impliqués dans la conservation ont organisé  à Kinshasa, un atelier de  biomonitoring et recherche sur le parc national de la Salonga.  Ces assises qui s’étendent sur deux jours,  servent de cadre pour examiner  un travail de recherche et d’inventaire qui a été  effectué depuis ces deux dernières années.

Continuer la lecture de Conservation : WWF présente les résultats de biomonitoring du parc national de la Salonga

Angola : Paula Francisco évoque des reformes entreprises pour promouvoir la conservation

Depuis un temps, la République d’Angola à travers son ministère de l’Environnement, entreprend une réforme dans le secteur de la conservation. Les efforts du gouvernement angolais dans à travers cette réforme sont orientés vers trois axes différents.

Le premier axe de cette réforme consiste à augmenter la surface occupée par des zones de conservation. Sur ce point, le gouvernement a réussi à étendre la superficie de zones protégées. Le pays est passé de 6% à 12% avec la création en 2011 des parcs nationaux Luengue-Luiana et Mavinga Kuando Kubango, et le parc national de Mayombe dans la province de Cabinda.

Le deuxième axe de la réforme, consiste à renforcer la capacité de surveillance de ces zones de conservation. Pour ce faire, le ministère de l’Environnement a mis en place une unité des gardes de parc dont la mission est d’assurer la protection des frontières de Réserves nationales et intégrales et des parcs, ce qui réduit donc la pression des trafiquants de faune dans ces zones.

Le troisième axe concerne la création et les structures de gestion, la législation et la création de l’Institut national pour la biodiversité et les aires de conservation INBAC. La création de cette institution a été motivée par le souci de faciliter la gestion de la biodiversité et les zones de conservation. Paula Francisco a par ailleurs annoncé la création d’une Unités protection de parcs nationaux.

Alfred NTUMBA

Conservation : arrestation du célèbre braconnier du Parc National de la Salonga

Le célèbre braconnier du Parc national de la Salonga, a été arrêté aux alentours de Monkoto, dans le village de Bongale 1 situé au cœur même de ce parc. Nzembe Ifemo alias Teddy, récidiviste et longtemps recherché pour braconnage dans le PNS (Parc National de la Salonga), est tombé dans les mains des éléments de la Police nationale depuis le 03 août dernier. Indique une communication dont ENVIRONEWS RDC s’est procuré une copie.

Muni d’un fusil à calibre 12, le présumé braconnier a été arrêté au moment où il s’apprêtait à traverser en pirogue, la rivière Momboyo. Il est actuellement sous mandat d’arrêt provisoire, et son dossier est en instruction au Parquet de Grande Instance de Boende.

Monsieur Nzembe est poursuivi pour détention d’une espèce intégralement protégée. Il est également soupçonné d’être l’auteur physique du meurtre d’un homme à Monkoto. Sa victime avait été trouvé morte après l’avoir dénoncé pour braconnage, indique cette communication.   Continuer la lecture de Conservation : arrestation du célèbre braconnier du Parc National de la Salonga

Cameroun : Juristrale forme des magistrats et cadres des services de contrôles sur le SOP

L’ONG JURISTRALE a organisé un atelier de formation des enquêteurs, magistrats et procureurs sur les procédures d’utilisation normalisées SOP (Standard Operating Procedures), le lundi 27 aout à Yaoundé, capitale de la République du Cameroun. Cet atelier organisé en collaboration avec African Wildlife Foundation (AWF), avec le financement de la Fondation Philanthropia, visait la diffusion de ces procédures compilées en juillet 2018 dans un manuel produit par Juristrale dans le cadre d’une mission de consultance pour le compte d’AWF.

Ce manuel a pour objectif de faire ressortir clairement les différentes étapes de la procédure ainsi que les délais y indiquées et de proposer des actions et stratégies afin de booster les enquêtes et de rendre plus efficace les poursuites judiciaires contre les crimes fauniques au Cameroun.

Pour les organisateurs, le travail de la compilation été édicté par le constat selon lequel le Cameroun, comme beaucoup d’autres pays d’Afrique en général et ceux du Bassin du Congo en particulier, fait face à une montée en puissance des différentes formes de la criminalité faunique., un fléau qui menace gravement sa riche biodiversité. Continuer la lecture de Cameroun : Juristrale forme des magistrats et cadres des services de contrôles sur le SOP

Conservation : un troupeau d’éléphants en divagation en dehors du parc national d’Upemba

Plus d’une vingtaine d’éléphants se sont évadés du Parc national d’Upenba dans la partie sud de la République démocratique du Congo.  Actuellement ces pachydermes en divagation détruisent tout sur leur passage, notamment les champs. Hier mercredi 29 août, ils ont semé la terreur dans les villages situés entre les secteurs de Tshofwe et Kamalondo, à 25 kilomètres de Ankoro.

Un troupeau d’éléphants dans le Parc national d’Upemba en RDC.

Ne sachant à quel saint se vouer, les villageois ont usé de toute leur force pour disperser ces animaux en déplacement incontrôlé. Ils ont recouru même à l’usage d’armes à feu, témoigne un environnementaliste sur terrain.

Aucune perte en vies humaines n’a été enregistrée. « Un motard les a rencontré en cours de route et il s’est évanoui. Dieu merci, il a été amené plus vite à l’Hopital d’Ankoro, et ses jours ne sont pas en danger », a témoigné Josué Aruna, en déplacement à Ankoro.

La population de ces village lance un cri de détresse à l’endroit des autorités gouvernementales et celles de l’ICCN pour qu’une intervention urgente soit organisée en en vue de ramener ces pachydermes dans leur milieu naturel.

Alfred NTUMBA

Angola : Cinq Vietnamiens détenus à Luanda en possession d’ivoire

Le Service d’enquête criminelle angolais (SIC) a annoncé jeudi dernier, l’arrestation de cinq ressortissants vietnamiens pour le commerce de l’ivoire, dont quatre prévoyaient d’embarquer pour le Vietnam avec 27 morceaux de cornes de rhinocéros.

A la suite des arrestations, la SIC a présenté le jeudi dernier,  plus de deux tonnes de divers produits, dont 535 kg d’ivoire brut et 263 kg de pièces d’ivoire travaillé, 895 kg d’écailles du pangolin et dix kilogrammes de plantes médicinales, protégés par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Prenant la parole à la presse, le directeur du bureau des relations avec les investisseurs et SIC Press, Thomas Augustin, a déclaré que les quantités saisies sont estimées à environ quatre millions de dollars (environ 3,5 millions). Continuer la lecture de Angola : Cinq Vietnamiens détenus à Luanda en possession d’ivoire