Archives de catégorie : Conservation

Conservation : « Pas d’exploitation du pétrole dans les Virunga et la Salonga », message des volontaires de Greenpeace Afrique

« Adoptons les énergies propres et évitons le recours aux fossiles. Nous voulons un monde meilleur où va régner une gestion durable de nos ressources naturelles », tel est lessentiel  du message des volontaires de Greenpeace en RDC. Ces jeunes visiblement déterminés sopposent à toute tentative dexploitation du pétrole dans les plus vieux parcs dAfrique, à savoir les Virunga et la Salonga, dont la découverte du pétrole dans ces aires protégées ne cesse dattiser lappétit des industriels. Les volontaires de Greenpeace ont fait entendre leur voix lors d’une marche de sensibilisation organisée à Kinshasa, le samedi 25 mai, par Hope Land Congo.

Les volontaires de Greenpeace Afrique devant le Palais du peuple, siège du Parlement de la RDC, pour interpeler les décideurs sur l’exploitation du pétrole dans les aires protégées.

Les dernières décennies restent caractérisées par une prolifération sans précédent des projets fossiles d’une part, et le non-respect des engagements des pollueurs quant à la réduction des gaz à effet de serre (GES), de l’autre part. Munis des calicots, des affiches et de pancartes portant des messages interpellatifs à l’endroit des décideurs, sur le danger que représente l’exploitation du pétrole dans le parc des Virunga et de la Salonga, ces jeunes volontaires de Greenpeace-RDC ont posé devant le palais du peuple, siège du Parlement congolais.

« Ma présence à cette marche est motivée par le fait qu’on nous parle de l’exploitation du pétrole dans le Parc National des Virunga et de Salonga. Vue qu’il y’a beaucoup d’espèces qui risque de disparaître à cause de la pollution, ces sites ont besoin d’être protégées. Je me suis dit que je ne peux pas rester calme sans rien faire pour sauver ces espèces menacées.  C’est pourquoi je suis venue dénoncer », a déclaré Jessica NZADI, volontaire de Greenpeace. Continuer la lecture de Conservation : « Pas d’exploitation du pétrole dans les Virunga et la Salonga », message des volontaires de Greenpeace Afrique

Environnement : Hope Land Congo dénonce le projet d’exploitation pétrolière dans les Virunga

Hope Land Congo en partenariat avec Africa Vuka a organisé une marche de sensibilisation pour dénoncer l’exploitation du pétrole dans le Parc National des Virunga, le samedi 25 mai, à Kinshasa. Au cours de cette activité les organisateurs ont exhorté le nouveau régime en place à procéder immédiatement à l’interdiction de l’exploration et l’exploitation future du pétrole dans ce parc inscrit sur la liste du patrimoine de l’UNESCO.

Des jeunes kinois devant le Palais du peuple, siège du parlement, pour dénoncer l’exploitation du pétrole dans les Virunga.

Par la même occasion, Hope Land Congo et ses partenaires ont invité le futur gouvernement de la RDC à ne jamais donner du crédit à toute sorte de projet fossile devant être exécuté dans les aires protégées, notamment les  Virunga et la Salonga. Ces organisations non gouvernementales ont aussi exigé l’arrêt du projet de déclassement partiel de ces parcs au profit d’une quelconque exploitation.

« Nous ne voulons pas entendre parler ni de l’exploration ni de l’exploitation, parce que les grands bailleurs de fonds essaient de nous tromper en faisant usage du terme exploration à la place de l’exploitation. Cette exploration compte prendre des années, dans l’entre-temps cette activité finira par détruire notre biodiversité. C’est pourquoi notre message ici au Palais du peuple est simple, pas « d’exploration du pétrole » dans le pParc National des Virunga », a déclaré Percy Uyonduka, chargé de programme et coordonnateur d’activités de Hope Land Congo. Continuer la lecture de Environnement : Hope Land Congo dénonce le projet d’exploitation pétrolière dans les Virunga

Conservation : Wildlife Angel vole au secours de la biodiversité en Afrique

Engagée bénévolement dans la protection des espèces menacées d’extinction, l’ONG française Wildlife Angel fait de l’Afrique sa priorité, au regard des constantes menaces sur la biodiversité. Pour cette ONG spécialisée dans la formation des rangers (éco-gardes), apporter son soutien aux parcs naturels est à la fois une urgence et un engagement car l’Afrique est aujourd’hui le dernier endroit sur Terre où vit encore un large éventail de grands mammifères… hélas pour combien de temps si les dispositifs de protection de la faune sauvage ne sont pas de taille face au braconnage dont les filières sont savamment orchestrées par le crime organisé. Dans une interview exclusive accordée à Environews, «Jimmy»,  représentant de Wildlife Angel en République Démocratique du Congo (RDC), Antenne de Kinshasa, a accepté de partager ses motivations et son combat pour la sauvegarde du patrimoine faunique.

« Le choix de m’engager dans cette voie est motivé par amour de l’Afrique et des animaux. Quand on voit la rapidité de la disparition d’espèces, la sixième extinction de masse en si peu de temps, quand on voit que nous vivons à crédit sur les réserves de la planète, on se dit qu’il est urgent d’agir. Il y’a un gros travail à faire en Afrique », a-t-il fait savoir.

Créée en 2015 par Sergio Lopez, ancien militaire de l’armée française, Wildlife Angel se déploie petit à petit en Afrique, où elle apporte son expertise pédagogique en techniques de lutte anti-braconnage à l’attention des éco-gardes. L’ONG est intervenue depuis sa création en Namibie, au Burkina Faso, au Bénin, au Niger et bientôt en Côte d’Ivoire. En RDC, l’antenne kinoise a mené plusieurs projets en étroite coopération avec les acteurs locaux de la conservation.

Elle a formé plusieurs éco-gardes d’Ekolo ya bonobo [Ndlr : Le pays des Bonobos], mis en place par l’initiatrice du sanctuaire Lola ya Bonobo, dans la province de l’Equateur au nord de la RDC. Elle a également menée des activités de formation et d’audit dans la Reserve et Domaine de Chasse de Bombo Lumene, au Parc Marin des Mangroves, et au PNKB (Parc National de Kahuzi-Biega). Continuer la lecture de Conservation : Wildlife Angel vole au secours de la biodiversité en Afrique

Biodiversité : Le RRN plaide pour la non exploitation minière et pétrolière dans les parcs

L’exploitation minière et pétrolière dans les aires protégées de la République démocratique du Congo ne cesse de faire parler d’elle. Cette exploitation tant décriée par les acteurs à cause de son impact présumé négatif sur la biodiversité a fait l’objet d’un entretien avec le coordonnateur du Réseau ressources Naturelles (RRN), Jean-Marie Nkanda, qui dans son discours n’a pas caché le refus catégorique de son institution à toute tentative d’exploitation dans les parcs nationaux.

Jean-Marie Nkanda, coordonnateur de RRN.

« Lorsqu’on s’est engagé à classer une partie de nos forêts, l’ériger en forêt classée, nous sommes tenus à respecter ces engagements que nous avons pris. Si on voudrait faire l’exploitation du pétrole n’importe où, la loi exige que l’audit environnemental, les études d’impacts environnementaux ou les enquêtes soient réalisés », A déclaré Mr. Nkanda. Continuer la lecture de Biodiversité : Le RRN plaide pour la non exploitation minière et pétrolière dans les parcs

Biodiversité : 46 conservateurs de l’Afrique centrale et de l’Ouest en formation à Kinshasa

Kinshasa accueille depuis  le lundi 20 mai, un atelier de formation des coaches de l’Observatoire des aires protégées de l’Afrique centrale et de l’ouest. Organisés par le Programme pour la Biodiversité et la Gestion des Aires protégées (BIOPAMA), en collaboration avec l’Union internationale pour la Conservation de la nature (UICN), ces travaux qui se clôtureront le 31 mai prochain s’inscrivent dans un cadre bien précis. Il s’agit d’une stratégie  de renforcement des capacités des gestionnaires des aires protégées, une initiative de BIOPAMA en accord avec les observatoires régionaux.

« Cette formation est axée sur l’apprentissage  autour de l’outil IMET (Integrated Management Effectiveness Tool), qui est un outil développé dans le cadre du BIOPAMA et qui renforce l’efficacité de gestion des aires protégées. Nous voulons utiliser cet outil de sorte que les conservateurs parviennent à des meilleurs  résultats dans leur travail de conservation  », a renseigné Tanya Merceron, coordonnatrice BIOPAMA pour l’Afrique centrale et de l’ouest.

BIOPAMA est un programme mis en œuvre sous l’initiative du groupe des pays  d’Afrique caraïbe pacifique (ACP) et financé par l’Union européenne. Ce programme qui est mise en œuvre dans 79 pays concerne l’appui, le renforcement des capacités et la mise à disposition d’outils qui puissent permettre la prise de décisions éclairées, basées sur les données réelles des aires protégées. Continuer la lecture de Biodiversité : 46 conservateurs de l’Afrique centrale et de l’Ouest en formation à Kinshasa

Biodiversité : Parc national de la Salonga, bientôt l’exploitation du cuivre et du pétrole ?

C’est le coup fatal que pourra connaitre très bientôt, la biodiversité dans le Parc national de la Salonga, l’un de plus vieux d’Afrique. Connu pour sa diversité biologique extraordinaire, ce parc reste confronté aux menaces d’exploitation du pétrole dont les travaux d’exploration ont déjà commencé dans le Bloc sud, mais surtout par l’exploitation d’un gisement de cuivre récemment découvert au village Nganda, et dont l’exploitation pourrait démarrer dans un avenir proche révèle « Bolukiluki », un rapport mensuel  du collectif « les prospecteurs d’Oswe », une organisation non gouvernementale locale.

« Le village Nganda est d’Ipope, une Mission Protestante de la CEBU. Dans ce village on a exploré le gisement de cuivre dans la forêt de  Banyomo qui compte au moins 80 puits,  par un certain Monsieur Etienne originaire du Kongo Central, collaborateur des Brésiliens et Canadiens de la CEBU », peut-on lire dans ce rapport dont copie est parvenue à Environews. « A cette effet  une forte délégation est attendue le  27/04/2019 pour le premier  contact avec la communauté ».

Le pétrole de la Salonga ne cesse d’attiser l’appétit de la firme britannique. Ce petit rapport révèle que des travaux d’exploration ont été relancés à Esso, village situé dans le groupement de Bwala, secteur de Lokolama, Territoire d’Oshwe. Continuer la lecture de Biodiversité : Parc national de la Salonga, bientôt l’exploitation du cuivre et du pétrole ?

Conservation : Validation des mesures d’application de la loi n° 14/003 relative à la conservation de la nature

L’écosystème congolais regorge d’espèces de faune et de flore endémiques et emblématiques dont l’éléphant, l’okapi, le bonobo, etc. Cependant, la survie de certaines de ces espèces se heurte à de grandes menaces anthropiques comme le braconnage et le trafic illicite de la faune sauvage menacés d’extinction. Et le combat contre ces menaces est souvent jonchée des difficultés variées notamment, le manque d’un document unique qui fixe le statut de protection de chaque type d’espèces.

Pour palier à toutes ces difficultés, le ministère de l’Environnement et Développement Durable, à travers l’Institut Congolais pour la conservation de la Nature (ICCN), avec l’appui du World Resources Institute grâce au financement de l’USAID CARPE, ainsi que plusieurs parties prenantes avaient amorcé en 2016 l’élaboration des 6 mesures prioritaires dont 4 décrets aujourd’hui sont soumis à l’examen des différents acteurs du secteur en vue de leur validation et transmission à l’autorité compétente pour signature de ces décrets. Il s’agit entre autres des décrets déterminant a liste des espèces de faune protégées en République Démocratique du Congo, la liste des espèces de flore sauvage menacées, les catégories d’aires protégées susceptibles de gestion par le secteur privé ; et le décret déterminant les objectifs spécifiques de conservation dans les aires protégées ; Continuer la lecture de Conservation : Validation des mesures d’application de la loi n° 14/003 relative à la conservation de la nature

Biodiversité : L’Union européenne a investi 175 millions d’euros dans la conservation en RDC

Le 09 mai de chaque année, l’Union européenne célèbre la journée de l’Europe. À Kinshasa, le thème retenu par la Délégation de l’UE en RDC est : « La biodiversité et la forêt congolaise ».  Une façon pour la délégation de mettre en valeur son engagement pour les forêts congolaises et l’immense biodiversité qu’elle regorge.

Au cours de cette célébration, le chargé des affaires a.i. de l’Union européenne, Guillaume Chartrain a révélé que son institution a déjà investi 175 millions d’euros dans la conservation de la biodiversité et de forêts congolaises.

« Nous avons été actifs aux cotés des écogardes dans la lutte contre le braconnage et le déboisement. Nous avons soutenu les aires protégées sur prêts de 130.000 km2 », a-t-il indiqué. Continuer la lecture de Biodiversité : L’Union européenne a investi 175 millions d’euros dans la conservation en RDC

Conservation : Ouverture du procès des trafiquants de bonobo à Kinshasa

C’est une première, le procès en appel de Kiala Kiala folry et consort,  accusés pour commercialisation des bonobos s’est ouvert ce vendredi 19 avril à la prison de Makala.   Accompagné de deux autres trafiquants Bokanga et Kimona, ces trois trafiquants ont été attrapés en fragrance d’élit par l’Ong Conserv Congo avec un bonobo, des cranes et des mains sèches des bonobos, ainsi que des trophées d’autres espèces intégralement protégées en RDC, dont les léopards.

« S’agissant des détenus, suivant les méthodes avec lesquelles ils capturent et vendent les espèces, on comprend très bien qu’ils savaient que c’était interdit.  Ils voulaient tirer les bénéfices de ces espèces parce que ce qui est rare est cher », a déclaré Roger Cishugi, avocat de l’Ong Conserv Congo.

Selon cette Ong, les deux crânes des bonobos saisies reviendraient à cinq cents dollars américains, les mains représentent quant à elles  une valeur de 1100 dollars américains tandis que la peau de Civet reviendrait à 100 dollars américains. Continuer la lecture de Conservation : Ouverture du procès des trafiquants de bonobo à Kinshasa

Tourisme : Kahuzi-Biega déclaré 3ème meilleure destination touristique en Afrique pour l’année 2019

Le parc National de Kahuzi-Biega à l’est de la République démocratique du Congo a été déclaré 3ème meilleure destination touristique en Afrique pour l’année 2019. À cet effet un prix consacrant les efforts de ce parc à attirer les touristes a  été remis à son gestionnaire, lors d’une cérémonie de remise organisée récemment en Allemagne par  le Salon de Berlin.

« C’est un prix qui donne une grande reconnaissance et encourage les efforts fournis par le gestionnaire, les agents, les pisteurs, les écogardes, les localisateurs, bref, une marque de reconnaissance pour un travail qui présente ses fruits », a déclaré le gestionnaires du site, De Dieu Bya Ombe.

Kahuzi Biega vient en troisième position après  l’île de Félicité de Seychelles, et le parc de Tchumbi en Tanzanie, tous classés dans le top100 de meilleures destinations au monde.

« Ils [Ndlr : les organisateurs] ont mis en place des critères qu’ils  ne nous ont pas communiqué. C’est un travail qui se fait à huis clos au niveau mondial, et ensuite, ils réunissent tous les éléments pour arriver à décider qui sont les meilleurs et qui ne les sont pas », a précisé le gestionnaire. Continuer la lecture de Tourisme : Kahuzi-Biega déclaré 3ème meilleure destination touristique en Afrique pour l’année 2019