Archives de catégorie : Conservation

Conservation : Le WWF très préoccupé par le projet de production pétrolière dans la Salon-ga et les Virunga

Cela n’a pas tardé pour que d’autres partenaires se joignent à la position de la société civile environnementale nationale et internationale, qui s’oppose à tout plan allant dans le sens d’une exploitation du pétrole dans les Virunga et la Salonga. Après l’UNESCO, Greenpeace et d’autres partenaires de la RDC, le Fonds Mondial pour la Nature, WWF se dit très préoccupé par le projet de déclassement partiel de ces deux parcs en vue d’une éventuelle exploitation pétrolière.

Dans un communiqué publié ce vendredi, le WWF ne cache pas ses inquiétudes quant à l’impact préjudiciable que toute production pétrolière pourrait avoir sur les Sites du Patrimoine Mondial de la Salonga et des Virunga, deux fleurons de la conservation de la nature en République démocratique du Congo (RDC).

« L’exploitation pétrolière dans les Parcs Nationaux de la Salonga et des Virunga mettrait en danger la biodiversité exceptionnelle de ces sites ainsi que les moyens de subsistance des populations locales en plus de libérer d’énormes quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui contribuerait à exacerber les effets néfastes du changement climatique tant décrié dans la monde « , a indiqué Fred Kumah, Directeur de WWF Afrique.

Continuer la lecture de Conservation : Le WWF très préoccupé par le projet de production pétrolière dans la Salon-ga et les Virunga

Conservation : Du pétrole oui, mais pas dans les parcs de la RDC

L’exploitation pétrolière en République démocratique du Congo oui, mais pas dans les aires protégées et parcs. C’est en ces termes que se résume la déclaration de la société civile environnementale nationale et internationale. La déclaration faite ce mardi, vient en réaction à la décision du gouvernement congolais de mettre en place deux commissions interministérielles devant s’atteler sur la désaffectation partielle des parcs des Virunga et de la Salonga, en vue d’une éventuelle exploration et exploitation pétrolière.

Las acteurs de la société civile sont montés au créneau pour dénoncer l’obstination du gouvernement congolais à poursuivre ce projet qu’ils jugent de nocif. Ils ont réitéré leur appel au gouvernement congolais à mettre un terme à ce projet de désaffectation partielle de ces deux cites précités, qui selon eux, vise en réalité la disparition programmée de ces parcs.

« Nous tenons à préciser que la société civile n’est pas contre le pétrole, mais plutôt, elle est contre l’exploitation pétrolière dans les parcs. La question que l’on se pose est de savoir pourquoi on ne va pas exploiter dans le Lac Albert où il y’a beaucoup de pétrole, seulement dans les aires protégées. Nous demandons au gouvernement congolais de respecter simplement ses engagements nationaux et internationaux, notamment l’accord de Paris sur le climat », a indiqué René Ngongo, coordonnateur de l’ong OCEAN. Continuer la lecture de Conservation : Du pétrole oui, mais pas dans les parcs de la RDC

Conservation : des fermiers contraints de libérer le corridor du Kahuzi-Biega

Après plusieurs tractations entre les autorités du Parc national de Kahuzi-Biega et les fermiers en vue qu’ils libèrent pacifiquement le corridor de ce site du patrimoine mondial, l’heure est au forcing. Cette décision de déguerpissement forcé intervient après plusieurs tentatives de négociations entamées depuis 2012, entre le PNKB et ces fermiers. Malgré leur engagement à quitter pacifiquement le corridor, les fermiers  n’ont toujours pas honoré leur parole, informe la direction du PNKB.

Des vaches saisies dans le corridor du Parc national de Kahuzi-biega, remises à l’Auditorat supérieur militaire de Bukavu. (Crédit photo, Hubert Mulongoy-PNKB).

« Nous devons respecter le patrimoine mondial. Nous devons tous nous engager à protéger cette biodiversité qui fait la fierté de nitre province, et que nous pouvons léguer aux générations future », a précisé le Directeur chef de site du PNKB, Dedieu Byaombe. Continuer la lecture de Conservation : des fermiers contraints de libérer le corridor du Kahuzi-Biega

Conservation : Les Virunga et la Salonga au cœur des discussions à Bahreïn

Suite à la décision prise par le gouvernement de la RDC de désaffecter partiellement les parcs nationaux des Virunga et de la Salonga, en vue d’une éventuelle exploration et exploitation pétrolière, la tempête de contestations est loin de s’apaiser. La dernière en date est bien la déclaration commune de l’Union européenne, le Canada, la Suisse et les Etats unis d’Amériques.  

Ce mercredi, les deux vieux parcs d’Afrique menacés par l’exploitation pétrolière ont été au centre d’une séance spéciale de la 42ème session du Comité du patrimoine mondiale à Manama (Royaume de Bahreïn). Des sources dignes de fois ont renseigné que des recommandations pertinentes ont été formulé à l’endroit de la République démocratique du Congo.

« Les premières informations en notre possession renseignent que l’on est revenu sur les principes de ne pas changer les frontières desdits parcs et que l’exploitation du pétrole dans les aires protégées est incompatible », ont-elles précisé.  « Pour nous,  c’est bien de les reprendre mais il faudra une application sans faille avec le pouvoir trop marchand en RDC ».  Continuer la lecture de Conservation : Les Virunga et la Salonga au cœur des discussions à Bahreïn

Conservation : 15 Kg de viande de Bonobo saisis et 2 trafiquants arrêtés à Kinshasa

L’opération coup de poing a eu lieu à Kinshasa, à, l’issue de laquelle, 7 morceaux de viande de Bonobo, soit 15 Kilogrammes ont été saisis et deux trafiquants arrêtés par la police congolaise. Les trafiquants arrêtés détenaient également une vingtaine de kilos de viande d’éléphant.

« Il s’agit donc d’un réseau des personnes qui ne vendent spécialement que les espèces protégées », renseigne une communication émise à ce sujet.

Les trafiquants ont été auditionnés et le dossier devra être transmis au Parquet de Grande Instance de Kinshasa-Gombe. Ils risquent une peine allant d’un an à dix ans et d’une amende de cinq millions à vingt millions de francs congolais ou de l’une de ces peines seulement, à cause de la détention d’une espèce intégralement protégée, conformément à la loi portant conservation de la nature.

Cette opération a été rendu possible grâce à la collaboration entre la Police Nationale Congolaise, l’ICCN et les autorités judiciaires, avec l’appui financier de

L’USAID et WWF dans le cadre du Projet ALCRIF.

Nelphie MIE

 

Conservation : Transfert des Okapis et Bonobos en Chine, le Ministère de l’Environnement fixe l’opinion

Contrairement à l’information qui a fait le tour du monde via les réseaux sociaux au sujet de la présumée vente  de certaines espèces animales endémiques de la RDC, notamment les Okapis, les Bonobos à deux Zoos chinois, le Ministère de l’Environnement et Développement durable a tenu à fixer l’opinion sur cette supputation amplifiée par une mauvaise interprétation de la correspondance adressée par le Ministre à l’ICCN.

« Aucune action allant dans ce sens n’a jamais été envisagée », renseigne le communiqué du Ministère. « En effet, toute demande d’échange d’espèces régie par [a convention CITES, doit faire l’objet d’une analyse minutieuse par I’Organe technique habilité à statuer sur [a question, à savoir l’’Institut Congolais pour Conservation de [a Nature(ICCN) ». Continuer la lecture de Conservation : Transfert des Okapis et Bonobos en Chine, le Ministère de l’Environnement fixe l’opinion

Conservation : Le transfert des Okapis et Bonobos en Chine, l’ICCN renvoi la balle à la CITES

En réponse à la lettre lui adressée par le Ministre de l’Environnement et développement durable, relative à l’importation de certaines espèces animales aux fins des échanges entre les Zoos chinois (Zoo de Taiyuan et celui de Anji Zhongnan) et l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, le Directeur général de l’ICCN, Cosma Wilungula a renvoyé le requérant à la CITES (Convention sur le Commerce International des Espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction).


« Etant données la vulnérabilité et la sensibilité des spécimens sollicités dont certains en danger critique d’extinction (Gorilla beringe! beringei, Pan paniscus, Pan troglodites, Trichechus senegalensis), sont inscrits à l’Annexe I de la Convention CITES, à l’exception de Okapia johnstoni qui n’est pas inscrit aux Annexes de la CITES mais qui est intégralement protégé en RDC). Nous sommes appelés à respecter les dispositions de la Convention CITES et des lois congolaises y afférentes, disposant que l’exportation ne peut pas se faire à des fins commerciales », peut-on lire dans cette correspondance. Continuer la lecture de Conservation : Le transfert des Okapis et Bonobos en Chine, l’ICCN renvoi la balle à la CITES

Conservation : Une pétition contre le transfert des Okapis et Bonobos de la RDC vers la Chine

La pétition est initiée et signée par Conserv Congo, une ONG congolaise qui milite pour la conservation de la biodiversité et la préservation de l’environnement. Dénommée « Please stop Congolese government from exporting our endemic wildlife to China », cette pétition fait suite à la démande exprimée par les zoos chinoises à la l’endroit de la RDC, mais surtout de a reponse qu’avait réservé le Ministre de l’Environnement et Développement durable, Amy Ambatobe, à cette demande d’échange des plusieurs espèces endémiques de la RDC, notamment les Okapis et les bonobos.

« C’est avec grand choc et déception que Conserv Congo, toute la fraternité de la conservation de la faune en RDC et d’autres citoyens conscients ont appris le plan du ministère de l’Environnement et Développement durable, d’exporter fièrement notre faune endémique en Chine. Nous, Conserv Congo, sommes consternés par cette décision. Notre pays n’est pas à vendre et notre faune non plus!», renseigne un communiqué émis à ce sujet, et dont Environews RDC s’est procuré une copie. Continuer la lecture de Conservation : Une pétition contre le transfert des Okapis et Bonobos de la RDC vers la Chine

Conservation : Un sujet tanzanien arrêté à Kinshasa avec plus de 60 kilos d’ivoire d’éléphant

La nouvelle n’a pas été portée sur la place publique par les autorités de l’ICCN (Institut pour la Conservation de la Nature) qui ont été informées en premier de l’arrestation à l’Aéroport International de N’djili du sieur Oriko Oliford. Ce sujet tanzanien a été intercepté en début du mois de juin par les services intelligents de l’aéroport, pendant qu’il s’apprêtait à traverser les frontières de la RDC avec une cargaison de 62,5 kilogrammes d’ivoire d’éléphants.

Selon notre source, cette cargaison dissimulée dans ses bagages a été vite saisie par les services aéroportuaires, au moment de l’embarquement. L’ivoire saisi a été collectionné en RDC et devrait prendre la route de la Malaisie.

Après l’ouverture du dossier au Parquet Général de Kinshasa Matete, le présumé Oriko Oliford a été transféré à la prison de Makala à Kinshasa. Il devra passer en chambre du Conseil et sera par la suite fixé sur sa comparution devant le Tribunal.

Conforment à la loi sur la conservation de la nature, Oriko risque d’encourir une peine allant de 5 à 10 ans de prison. Il devra payer entre 25 et 100 millions de francs congolais d’amande transactionnelle.

Signalons que le colis saisi n’a pas encore été ouvert pour des raisons d’enquête.

Alfred NTUMBA

Conservation : Le parc de la Garamba brule son stock d’ivoire pour célébrer ses 80 ans d’existence

C’est l’un des plus vieux parcs d’Afrique, le Parc National de la Garamba, situé au Nord de la République démocratique du Congo. Par le passé, il a été considéré comme le rempart des éléphants. Le parc abritait près de 22.000 éléphants et autres pachydermes, dont les rhinocéros blancs du nord qui ont quasi disparus, mais aussi des troupeaux de girafes en voie d’extinction.

Incinération symbolique de l’ivoire dans le Parc national de la Garamba, le mercredi 13 juin 2018, pour célébrer les 80 ans d’existences du parc.

Confronté aux multiples difficultés notamment, celle imposée par le braconniers, ce parc traverse son moment le plus sombre de l’histoire avec la disparition de sa grande faune. Aujourd’hui, la Garamba ne compte plus que 1200 éléphants à peine, et 48 girafes.

Pour lancer un message fort en direction des braconniers, l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), a procédé à l’incinération d’une quantité de l’ivoire stocké dans ce parc. « Le trafic illégal d’espèces de faune a eu des effets dévastateurs sur notre patrimoine naturel, tant en RDC qu’en Afrique. Non seulement cela appauvrit les paysages, mais cela affecte négativement les millions de personnes qui dépendent de ces zones. Nous sommes plus que jamais engagés dans la lutte contre le braconnage », a déclaré le directeur général de l’ICCN, Cosma Wilungula. Continuer la lecture de Conservation : Le parc de la Garamba brule son stock d’ivoire pour célébrer ses 80 ans d’existence