Archives de catégorie : Biodiversité

 Boum de l’ivoire sur le marché Asiatique

Une réelle menace pour la survie des éléphants

 

African_elephant_warning_raised_trunkLes activités de l’homme ne cessent d’alourdir sa dette envers l’écologie. Depuis le début du siècle présent, l’industrialisation est considérée comme l’un des responsables du dérèglement climatique, et cela à travers la pollution qu’elle engendre.

A côté de cette forme de destruction faunique, existe également une autre forme de destruction faunique appelé le braconnage ayant pour objectif de tuer illégalement les animaux afin de se procurer de certains objets comme les cornes ou les défenses à des fins commerciales.

Parmi les animaux les plus menacés par ce Trafic figurent en tête de liste les éléphants. Chaque jour, ces grands animaux de la planète connaissent des fins tragiques à cause de leurs défenses ou ivoires.

De tous les éléphants du monde, seuls ceux de l’Afrique planent sous un engrenage infernal consécutif à cette activité commerciale qui ne cesse de croitre suite à la demande sur le marché Asiatique notamment en chine.

Les défenses de ces pachydermes sont très prisées en Extrême Orient précisément en Chine au Vietnam aux Philippines et en Malaisie où elles sont utilisées non seulement comme objets décoratifs et religieux, mais aussi pour ses vertus médicinales.

Ainsi, ce boum de l’ivoire des éléphants en Asie continue de menacer sensiblement les éléphants d’Afrique.

Bien que le commerce international de l’ivoire soit bannit depuis 1989, les saisies massives d’ivoires excédant souvent 800 kg à destination de l’Asie ont doublé depuis 2009, atteignant un niveau record en 2011.

La dernière en date du 25 janvier 2015 où 700 kg d’ivoires ont été saisis à l’aéroport d’Entebbe en Ouganda, destinés à approvisionner le marché Asiatique.

Au début du siècle, le continent Africain comptait quelques millions d »éléphants. A ce jour, le commerce  de l’ivoire a tragiquement décimé cette population d’animaux. Le nombre estimé actuellement varie entre 420.000 et 650.000 individus vivant pour la plupart  au Botswana en Tanzanie et au Zimbabwe.

La République Démocratique du Congo seule dénombrait près d’un millions d’espèces au début du siècle, le triste constat est que le pays n’en compte .qu’à ce jour que 7.000.

Cette situation alarmiste n’arrête  de susciter  d’inquiéter  des organismes internationaux et ONG de défense des animaux qui plaident pour un renforcement des dispositifs afin de dissiper cette ombre macabre qui pèse sur les éléphants d’Afrique. Si cette tendance se maintient, ces animaux aussi appelés les jardiniers de la forêt en raison des différents services écologiques qu’ils rendent à la nature, disparaitront d’ici une génération.

L’envolée de la demande de ‘ivoire en Asie surtout en Chine ou le prix de défenses bruts a triplé depuis 2010 augmente la pression sur l’extinction de ces espèces qui profile à l’horizon.

Selon un rapport publié récemment par les ONG  Save the elephant et Spinal found, 100.000 éléphants ont été braconnés pour leurs ivoires. Ces organisations non gouvernementales appellent donc Pékin ç réagir vigoureusement car la clé de l’avenir des éléphants d’Afrique se trouve entre  ses mains.

Autrefois, ces animaux se déplaçaient librement en Afrique. En Côte d’ivoire par exemple, un nom qui ne doit rien au hasard. Depuis, la population a dramatiquement diminué. Seuls 800 espèces sont dispersées à ce jour sur le territoire.

La volonté de sauver ces pachydermes en renforçant les dispositifs prévus par l’interdiction du commerce de l’ivoire semble devenir un enjeu de sécurité puisque l’ivoire peut jouer un rôle dans les conflits en Afrique.

D’après le quotidien Américain New York times, comme les diamants du sang de la Sierra Leone ou les minerais pillés au Congo, l’ivoire semble être la dernière ressource des conflits en Afrique arraché dans des zones de bataille reculées facilement monnayable et qui alimente aujourd’hui les conflits au quatre coins du continent.

Plusieurs braconniers seraient ainsi à la solde des rebelles tels que l’Armée de résistance du seigneur en Ouganda et les janjawid au Soudan ainsi que les terroristes et militants comme Al-Qaïda et mouvement de Chebab qui exploitent le Trafic d’ivoire pour financer des actions terroristes.

En raison de la corruption et du crime organisé, des grandes quantités d’ivoires acquises illégalement s’écoulent sur le marché légal, et sont ainsi blanchis.

Ce trafic est si lucratif que les braconniers font fi d’écoper d’amende trop peu élevée.

Malgré plusieurs mouvements initiés par les ONG et autres particuliers pour mettre fin à ce type de commerce, il est difficile d’y parvenir au regard de l’essor économique que connaissent les pays Asiatiques. Pour beaucoup, la demande ne pourra encore que progresser.

 

                                                                                           Thierry-paul Kalonji