Archives de catégorie : Climat

Climat : Earth Hour célébrée à Goma par le WWF et ses partenaires

Earth Hour (heure de la terre)  ou 60 minutes pour penser à l’avenir de la terre, célébrée à Goma ce  30 mars 2019 à Goma  et  à l’international. Cette journée a été organisée par le WWF  en marge de la journée internationale de la forêt célébrée le  21 mars de chaque année. Des cyclistes, patineurs et des scouts ont planté  des arbres et ramassé des déchets en plastiques sur  le long des artères afin de rendre l’environnement plus sain. Leur choix a été justifié par le fait qu’ils jouent aux sports non polluant. Plus 12 millions d’arbres ont déjà été plantés au Nord-Kivu par le WWF.

?

«  C’est une spéciale journée  pour l’environnement et pour la planète, une journée de prise de conscience. Elle  appelle  à  chacun de se rappeler de sa propre planète, son propre environnement  pour mieux le protéger » déclare le ministre provincial  de l’environnement, Olivier Kamunzinzi et de continuer  que,  ça témoigne un engagement de chacun de nous, à préserver la durabilité de la planète  terre. Cela à travers plusieurs activités notamment les sports en vélo, les patineurs. Une heure de temps, interpellatrice pour toute  la communauté mondiale  et particulièrement la province du Nord-Kivu. Ce temps pris pour que la population du Nord-Kivu soit mobilisée pour  repenser à l’avenir  meilleur de notre environnement.

Préserver l’environnement, l’affaire de tous

Le ministre provincial Olivier Kamunzinzi soutient que,  ces soixante minutes  seront pour sa province, une  interpellation  car tout le monde devrait agir de manière responsable les impacts  négatifs sur le plan de l’environnement , réduire l’utilisation  et la consommation abusive  des ressources  naturelles , réduire les émissions  de gaz à effet de serre ». Pour  ce responsable, conduire sa voiture participe  à la dégradation  de l’air  et de l’environnement , c’est pourquoi  les cyclistes et les patineurs  ont été conviés  à cette activité  car, ils utilisent  les moyens de déplacement  qui ne polluent  pas l’environnement.  Ainsi, il a profité de l’occasion de cette journée d’interdire  l’utilisation  des emballages  à plastiques dans tous les marchés  de la province du Nord-Kivu.

Le WWF a martelé dans le même sens

D’un même son de cloche, la Directrice  de programme chez WWF  à  Goma /RDC , madame Razafy  Fara Lala soutient que , la loi sur la conservation de la nature interdit  l’utilisation des sachets en plastique,  dont l’arsenal juridique  congolais en est très éloquent quant à ce : « c’est une journée où cette province du Nord-Kivu s’engage une fois de plus à aller de l’avant dans la  réduction de l’utilisation  des emballages  non biodégradables  ayant  d’impacts négatifs sur le  climat et ces activités dont la plantation des arbres et le ramassage des sachets en plastique sur les routes de Goma »déclare-t-elle.  La loi interdisant l’usage  des sachets en plastique,  dont l’arsenal juridique  congolais en est très éloquent : « c’est une journée où cette province du Nord-Kivu s’engage une fois de plus à aller de l’avant dans les réductions sur les impacts négatifs de climat et ces activités dont la plantation des arbres et le ramassage des sachets  par les scouts, les cyclistes et les patineurs et des partenaires  de conservation  de la ville de Goma » insiste-t-elle.  Earth , c’est une journée  dédiée pour la terre , une heure  pour  symboliser  l’engagement  de l’humanité dans la sensibilisation de masse  à réduire  la consommation énergétique  en éteignant  la lumière  pendant une  heure à partir  de 20h30 à 21 h30.  Elle a souligné que  pour l’an 2019, le WWF RDC a décidé  de célébré cette journée  d’une heure de la terre à partir de Goma, et non ailleurs  dans d’autres provinces  de la RDC, qui constitue un privilège exceptionnel  pour notre province.

WWF, un réseau important

Il faut dire que, le WWF  est une organisation  de conservation  de la nature indépendante. Il est  la plus respectueuse au monde. Elle a son sein 5 millions de sympathisants  et un réseau  mondial actif  dans plus de 100 pays. Cette ONG a pour mission  de mettre fin  à la dégradation  de l’environnement  naturel de la planète  et de construire un avenir  dans lequel l’homme vivra en harmonie avec  la nature, en préservant la diversité biologique de la planète. Elle utilise ainsi durablement  des ressources naturelles renouvelables et promet  la réduction  de la pollution  et du  gaspillage dans la consommation. Le WWF a planté 12 milles hectares d’arbres  au Nord-Kivu soit  12 millions d’arbres  plantés uniquement en province du Nord-Kivu pour conserver l’environnement et la biodiversité.

Avec Emergence plus/Norbert Mwindulwa

Lire l’article ici http://www.emergenceplus-rdc.com/rdc-nord-kivu-earth-hour-a-ete-celebree-a-goma-par-le-wwf-et-ses-partenaires/

Forêt : Le CIFOR scelle un nouveau partenariat  technique avec l’Initiative AFR100

Alors que le monde se prépare en vue de la Décennie pour la restauration des écosystèmes 2021-2030, le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) vient de devenir le nouveau partenaire technique de l’Initiative pour la restauration des paysages forestiers africains,AFR100. Un partenariat qui permettra d’assurer l’adéquation des activités de restauration du CIFOR avec le cadre de travail de l’AFR100, d’optimiser la collaboration et le partage des connaissances entre les deux partenaires et de contribuer aux objectifs de restauration de l’AFR100.

« Ce partenariat, qui réunit le CIFOR et le groupe de l’AFR100, consolidera nos relations et favorisera notre collaboration sur un positionnement tactique et stratégique dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes », affirme Robert Nasi, Directeur général du CIFOR. Continuer la lecture de Forêt : Le CIFOR scelle un nouveau partenariat  technique avec l’Initiative AFR100

Climat : WWF-RDC célèbre la 12ème édition Earth Hour avec la jeunesse congolaise à Goma

Le Fonds Mondial pour la Nature WWF célébrera la 12ème édition de Earth Hour (une heure pour la planète), à Goma dans la partie est de la République démocratique du Congo. A cette occasion, une randonnée des jeunes dans la nature couplée à des activités de nettoyage pour redonner leur éclat à quelques sites naturels de la ville sera organisée par WWF-RDC, ce samedi 30 mars.

« Earth Hour représente pour le monde entier autant que pour nous au WWF-RDC une occasion de démontrer une prise de conscience du rôle irremplaçable de la nature et des actions à mettre en œuvre afin que ce rôle se poursuive pour les générations à venir », a déclaré Kennedy Masanga, Directeur national intérimaire du WWF-RDC.

L’humanité a la responsabilité morale de vivre en harmonie avec la nature qui est d’une importance cruciale dans la vie quotidienne de chacun. « Nous en dépendons pour la nourriture que nous mangeons, l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons, et bien plus encore. Mais nous poussons la planète vers ses limites et la nature est gravement menacée », a déclaré Marco Lambertini, Directeur général du WWF International. Continuer la lecture de Climat : WWF-RDC célèbre la 12ème édition Earth Hour avec la jeunesse congolaise à Goma

Climat : Félix Tshisekedi participera à One Planet Summit au Kenya

Le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi participera à un grand sommet climatique qui se tiendra au Kenya, le jeudi 14 mars 2019. Ce sommet co-organisé par le président kenyan, Uhuru Kenyatta et le président français, Emmanuel Macron, réunira plusieurs dirigeants africains et certains décideurs européens. Il s’agira de One Planet Summit. C’est sera la première fois qu’un chef de l’Etat congolais participe à ce sommet qui est à sa 3ème édition.

Félix Tshisekedi, Président de la République démocratique du Congo, lors de la présentation de son plan d’actions prioritaires pour les 100 de son gouvernement, à Kinshasa.

Ce sommet qui se tiendra pour la première fois sur le sol africain abordera deux questions principales à savoir : la promotion des énergies renouvelables et la promotion de la résilience, de l’adaptation et de la biodiversité.

Une session de haut niveau réunira les chefs d’État et les ministres déjà impliqués dans des coalitions de la FPO ou à la tête de la délégation nationale de l’ANUE-4, ainsi que des représentants des secteurs financier et commercial, des gouvernements locaux, la société civile et les jeunes.  Continuer la lecture de Climat : Félix Tshisekedi participera à One Planet Summit au Kenya

Climat : Un projet d’appui au processus de planification de l’adaptation en RDC

Vue l’insuffisance dans l’intégration de l’adaptation  au changement climatique au sein de différents mécanismes étatiques, et l’incapacité du pays à financer et soutenir ce type d’initiatives, le PNUD a procédé ce vendredi 08 février, au lancement du projet de Planification de l’investissement à moyen terme pour l’adaptation dans des secteurs sensibles aux conditions climatiques en RDC, afin de faire avancer le processus d’élaboration du plan national d’adaptation.

Validé en mai 2018, ce projet qui s’exécutera sur dix-huit mois, se fixe comme objectif, entre autres, faire progresser le processus de planification de l’adaptation pour les secteurs et régions prioritaires de la RDC, sensibles aux conditions climatiques et contribuer à la mise en œuvre de la politique, stratégie et plan d’action pour le changement climatique (PSPA-CC) 2016-2020.

Pour arriver à relever ces défis, plusieurs secteurs de l’environnement devront être soumis à des multiples efforts. Il s’agit du secteur d’assainissement, de l’eau, de la santé, de l’agriculture,  de la biodiversité et tant d’autres. Continuer la lecture de Climat : Un projet d’appui au processus de planification de l’adaptation en RDC

Climat : Le Ghana donnera le coup d’envoi de l’année de l’ambition lors de la semaine africaine du climat

Le programme provisoire de la Semaine africaine du climat 2019, qui se tiendra du 18 au 22 mars à Accra, au Ghana, et qui a été publié en ligne, présente un calendrier d’action dynamique, témoignant d’une ambition accrue sur tout le continent. Les détails concernant les thèmes abordés et les intervenants suivront ultérieurement.

Frank Bainimarama, the new President of COP 23, speaks during the opening session of the COP23 UN Climate Change Conference 2017, hosted by Fiji but held in Bonn, in World Conference Center Bonn, Germany, November 6, 2017. REUTERS/Wolfgang Rattay – RC1F7FE697B0

Accueillie par le gouvernement ghanéen, cette manifestation intervient dans le sillage des négociations internationales sur le climat de la COP24, qui se sont conclues par la finalisation réussie du « Paquet climat de Katowice » le 15 décembre – également connu sous le nom de Programme de travail de l’Accord de Paris. Il s’agit donc du premier événement d’envergure axé sur le climat en 2019 qui fera la promotion des « lignes directrices » du Programme comme fondement de la mise en œuvre concrète de l’Accord de Paris. Continuer la lecture de Climat : Le Ghana donnera le coup d’envoi de l’année de l’ambition lors de la semaine africaine du climat

Climat : Les forêts du bassin du Congo sont vulnérables aux changements climatiques

Réputées pour leurs capacités à lutter contre les changements climatiques qui asphyxient la terre, les forêts du bassin du Congo semblent subir aussi cette asphyxie à force  de s’évertuer à jouer le rôle de sapeur-pompier de la planète. C’est ce que révèle une étude menée par un groupe des chercheurs congolais, belges et français affiliés à plusieurs universités et institutions de recherche à renommée internationale dont la présentation a été faite par Emmanuel Kasongo Yakusu, Chef de Travaux à l’Université de Kisangani et Doctorant à l’Université de Gand (en collaboration avec le service de biologie du bois du Musée de Tervuren en Belgique).

Emmanuel Kasongo Yakusu, Chef de Travaux à l’Université de Kisangani et Doctorant à l’Université de Gand, lors de ses travaux de recherche dans la Réserve de Biosphère de Yangambi. (Crédit photo, Thomas Sibret ).

L’étude menée dans le cadre de la recherche doctorale s’articule sur la gestion des arbres économiques africains face au changement climatique. Elle a été présentée récemment au Musée de Tervuren à Bruxelles, en marge de la 18ème réunion du PFBC (Partenariat pour le Forêts du Bassin du Congo). «L’intérêt de cette étude est de démontrer que nous ne pouvons pas parler de l’évolution des forêts sans pour autant analyser le climat dans lequel elles croissent », a déclaré Kasongo Yakusu, chercheur congolais. Continuer la lecture de Climat : Les forêts du bassin du Congo sont vulnérables aux changements climatiques

COP24 : Les représentants de la société civile ont reçu un refus d’entrer en Pologne

Des organisations de la société civile ont affirmé que les autorités polonaises avaient refusé l’entrée et / ou expulsé au moins 14 de leurs collègues en raison de leur participation aux négociations sur le climat menées par les Nations Unies en Pologne, rapporte ENVIRONEWS-NIGERIA.

Les expulsions présumées font suite à l’adoption d’une législation nationale adoptée plus tôt cette année par le gouvernement polonais à l’occasion de la 24ème session de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC COP24), actuellement en cours à Katowice, dans le sud du pays. Plusieurs experts des droits de l’homme des Nations Unies ont publiquement mis en doute la compatibilité de la loi avec les normes internationales des droits de l’homme.

« Le fait que ces cas ne soient pas isolés est extrêmement préoccupant et nous considérons les actions des autorités frontalières polonaises sous un angle extrêmement grave», a déclaré le Dr Stephan Singer, point focal exécutif par intérim du Climate Action Network (CAN).  Continuer la lecture de COP24 : Les représentants de la société civile ont reçu un refus d’entrer en Pologne

Climat : l’œil vigilant des scientifiques sur les engagements des Etats de l’Afrique centrale

Une nouvelle note d’orientation politique des experts du climat, publiée par l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale (OFAC), a analysé les difficultés auxquelles sont confrontés les pays d’Afrique centrale pour transformer en action leurs actes d’engagement de lutte contre le réchauffement de la planète, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.


Cette note publiée en marge de ma COP24, émet des recommandations de principes de la responsabilité partagée et différenciée, afin de pousser les pays d’Afrique centrale, signataires de l’accord de paris à s’engager sur le long chemin du développement de la situation du climat.

Les experts plaident pour plus d’initiatives et de responsabilités de la part des hommes politiques. « Il est nécessaire que les principaux ministères, comme ceux de la Planification et des Finances, et même le Premier ministre et la Présidence, s’impliquent davantage », explique Dénis Sonwa, l’un des experts à la base de cette note. « Ils doivent passer d’un rôle de suivi à une véritable participation à la planification et à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national(CDN) ». Continuer la lecture de Climat : l’œil vigilant des scientifiques sur les engagements des Etats de l’Afrique centrale

Climat : COP24, « Il faut surmonter les divergences politiques pour secourir le climat »

Les représentants de près de deux cents pays ont entamé de discussions dans le cadre de la COP24 destinée à surmonter les divergences politiques afin de lutter contre le réchauffement climatique en réduisant le recours aux énergies fossiles pour deux semaines dans la ville de Katowice (Pologne).

Lundi soir, près de 40 pays selon un premier décompte de la présidence de la COP24  avaient rejoint cet appel à la transition juste. Invité à s’exprimer devant l’assemblée des 196 Etats liés par l’accord de Paris, le président polonais, Andrzej Duda, a insisté sur l’importance du consensus social comme condition de la réussite des politiques environnementales.

Sur la base des dernières données compilées par une équipe internationale de scientifiques, le constat sur le réchauffement climatique est sans appel. Pour ne pas dépasser 2 °C de réchauffement, le GIEC invitent les pays membres à tripler le niveau de leur effort, voir  le multiplier par cinq pour ne pas aller au-delà de 1,5 °C.

Plaidant pour les causes africaines,  le roi Mohammed VI compte poursuivre l’accompagnement du  Maroc au processus de mise en œuvre des trois Commissions climat, issues du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement africains, tenu en marge de la COP 22: sur le Bassin du Congo, la Région du Sahel et les Etats insulaires.

Face aux défis à relever, le souverain invite à un sursaut collectif dans le but de renforcer les bases de solidarité entre les pays et de concrétiser la transition vers un modèle économique adapté.

En ce moment où tous les indicateurs du réchauffement climatique sont dans le rouge, témoignant de l’urgence à agir, la Banque mondiale compte mobiliser au sortir de ces pourparlers un chèque d’environ 200 milliards de dollars allant de 2021 à 2025 pour financer les pays en développement face au changement climatique, soit un « doublement » par rapport à la période précédente.

Cette enveloppe de 200 milliards annoncée sera composée de 100 milliards de dollars de « financements directs » de la Banque mondiale. L’autre moitié est répartie entre environ un tiers de fonds directs de deux agences dépendant du groupe de la Banque mondiale et deux tiers de fonds privés mobilisés par leur intermédiaire, a expliqué à l’Agence France-Presse (AFP) le responsable du dossier climat de la Banque mondiale, John Roome.

« Cela fait environ 40 milliards par an, dont 27 milliards de fonds directs ». Au cours de l’année fiscale juillet 2017 à juin 2018, la Banque a engagé 20,5 milliards de dollars de financements sur le climat et en moyenne environ 13,5 milliards par an pour la période 2014-2018 », a-t-il précisé.

Dans une première ébauche de sa Déclaration sur l’état du climat mondial en 2018, l’Organisation météorologique mondiale (OMM), estime qu’en état actuel, la température risque d’augmenter de 3 à 5°C d’ici à la fin du siècle.

A en croire John Roome, si  nous ne réduisons pas les émissions et ne mettons pas en place des mesures d’adaptation maintenant, il y aura 100 millions de personnes supplémentaires qui vivront dans la pauvreté et qui subiront directement les effets du changement climatique d’ici à 2030 ; Et le nombre des « migrants climatiques » pourrait se multiplier, pour atteindre 143 millions d’ici à 2050 en  Afrique, en Asie du Sud et en  Amérique latine.

Selon la directrice générale de la Banque mondiale, Kristalina Georgieva, combattre les causes et  permettre  l’adaptation des plus pauvres  aux conséquences, sont des gestes nobles et plus impressionnants à leur vue.

Bien que les Etats-Unis ont réaffirmé lors du G20 en Argentine leur décision de se retirer de l’accord de 2015 et ont répété leur détermination à utiliser toutes les sources d’énergie disponibles ; les autres pays industrialisés, dont la Chine, ont renouvelé leur engagement pris lors de la COP21 tout en faisant valoir leurs particularités nationales et leurs capacités à s’adapter.

La Conférence de Katowice de 2018 est la 24e des conférences annuelles (COP24) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Elle est présidée cette année  par Michal Kurtyka, secrétaire d’État au ministère de l’Énergie polonais.

Albert MUANDA