Archives de catégorie : Climat

Climat : de la neige sur les dunes de Sahara

37 ans après, le désert de Sahara acceuille pour la première fois la neige. 19 décembre, la neige est tombée sur le bord du désert du Sahara, donnant aux dunes de sable rouge une très bonne part de la substance blanche.

La neige au Sahara / photo droits tierces
La neige au Sahara en décembre 2016 / photo droits tierces

Le photographe amateur Karim Bouchetata qui a vécu ce phénomène, à affiché ses photos sur Facebook,et alerté le public sur la neige qui recouvre les sables entourant la ville algérienne d’Ain Sefra.

Ain Sefra est situé entre les montagnes de l’Atlas et le bord nord du Sahara, à environ 1000 mètres (3 300 pieds) au-dessus du niveau de la mer. Elle est connue comme la «porte d’entrée du désert». «Tout le monde fut stupéfait de voir la neige tomber dans le désert; Il s’agit d’un phénomène rare », a déclaré Bouchetata.

Ce phénomène insolite vient renforcer les convictions sur la réelle existence de neige en Afrique. Le célèbre Kilimandjaro en Tanzanie détient le monopole de sommets enneigés d’Afrique.

Les montagnes de l’Atlas à seulement 72 kilomètres de Marrakech, pouvaient avoir l’honneur improbable d’être la plus haute station de ski en Afrique à 3.200 mètres (10.500 pieds). Malheureusement les dernières tombées de neige ont été enregistrée dans le Sahara depuis 1979.

L’Observatoire de la Terre de la NASA a publié une photo en couleur naturelle de cette neige dans le désert, prise par le Enhanced Thematic Mapper à partir du satellite Landsat 7.

Alfred NTUMBA

 

Soudan : l’éxode rural accélère la pollution de la terre et de l’eau

Le Ministre de l’environnement, du développement physique et des ressources naturelles, de la République du Soudan, a souligné l’importance de formuler des mesures nationales pour lutter contre la pollution de la terre, de l’eau et de l’air, ajoutant que le défi consiste à intégrer les politiques environnementales dans les politiques générales de l’Etat en vue de préserver et protéger l’environnement dans le pays.
Université de Karthoum / photo droits tierces
Université de Karthoum / photo droits tierces
Hassan Abdul-Gadir Hilalhas, a souligné l’importance de cette question lors d’un atelier sur les mesures environnementales nationales pour la lutte contre pollution de la terre, l’eau et l’air organisé par le ministère de l’Environnement et l’Université de Khartoum.  » Toutes les conventions internationales sur l’environnement stipulent la nécessité de préserver l’environnement et les ressources naturelles. Il est plus urgents que soit mis en place dans les différents secteurs, des mesures appropriées pour prévenir la pollution sous toutes ses formes. Cela devrait passer également par l’intégration de ces mesures dans les politiques éducatives, de développement et économiques« , a-t-il proposé.
Selon le Ministre en charge de l’environnement, le taux de pollution en nette augmentation remarqué ce dernier temps au Soudan, serait accéléré par l’exode rural et la consommation plus accrue des ressources naturelles.
Ces mesures environnementales nationales sensées freiner la pollution  dans le pays, ferront l’objet du débat pour son intégration dans le projet de loi sur l’environnement en gestation par la législature.
Alfred NTUMBA

USA : les fils Trump récoltent des fonds pour protéger l’environnement !

Donald Trump n’est plus à une incohérence près. Le futur locataire de la Maison Blanche, qui nie l’existence du réchauffement climatique, va participer à l’opération “Opening Day Foundation”, créée par deux de ses fils, au profit d’associations dont le but est de protéger la nature américaine.Quelle ironie, surtout après que le milliardaire a nommé à l’agence de l’environnement Scott Pruitt, un climatosceptique proche du lobby de l’énergie !

trump-large

Pour participer à cette réception privée en compagnie de Donald Trump, vous devrez débourser entre 25 000 et 1 millions de dollars… Mais il n’y a pas de prix pour défendre une cause à laquelle on (ne) croit (pas) !

Avec le capital.fr

Pollution en chine : plus de 20 villes en alerte rouge

Depuis plus d’une semaine, le soleil sombre à donner de ses rayons sur quelques villes au Nord de la Chine. Une situation inquiétante qui a provoqué une vive polémique dans les villes les plus touchées dont Shijiazhuang. Un brouillard grisâtre et toxique recouvre une vingtaine des villes de la vaste zone du pays le plus peuplé de la planète. Cette pollution a affecté environs 460 millions d’habitants.

Un agent de régulation de circulation à Shijiazhuang/Chine, photo droits tierces.
Un agent de régulation de circulation à Shijiazhuang/Chine, photo droits tierces.

Selon les autorités chinoises, ce brouillard qui empêche à la lumière du soleil d’atteindre la terre, serait à la base de la fermeture d’autoroutes et d’annulations des centaines des vols en destination et en provenance de ces villes.
C’est à Shijiazhuang que les compteurs de la pollution ont littéralement « explosé ». La concentration de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), très dangereuses, y ont dépassé les 1000 microgrammes par m3 par endroit, a indiqué Chine nouvelle. Un taux si élevé que les capteurs seraient restés bloqués au chiffre maximal, soit 999.

Shijiazhuang avec ses 11 millions d’habitants est durement frappée, baignée par une forte odeur de charbon. Les autorités ont attendu quelques jours avant d’ordonner la fermeture des écoles maternelles et primaires. Une mesure déjà prise dans les métropoles voisines de Pékin et Tianjin.

Ce statut entraîne des mesures d’urgence, dont la fermeture d’usines polluantes et la circulation alternée. L’Agence officielle Chine nouvelle a quant à elle dénoncé un « manquement au devoir » des responsables municipaux. « On n’arrive pas à voir le soleil », se plaint Wu Zhiwei, 28 ans, un habitant de Shijiazhuang, qui juge d’inacceptable l’inaction des autorités. « Ces particules sont capable de provoquent le cancer. Dommage que les autorités ne s’en préoccupe », a – t – il précisé.

Les médias chinois ont diffusé ces derniers jours d’angoissantes vidéos aériennes de Shijiazhuang réalisées par des drones, qui montraient des gratte-ciel émergeant péniblement d’un épais magma grisâtre.

L’acier responsable?

Shijiazhuang est une ville connue pour ses usines pharmaceutiques et textiles, sources majeures de pollution. Mais l’origine la plus probable du récent brouillard est les aciéries et les mines de charbon du Hebei, la Province qui entoure Pékin.

Le nuage toxique pourrait paradoxalement être la conséquence de mesures antipollution, selon le quotidien officiel China Daily. Le Gouvernement central a fait fermer des nombreuses aciéries ces derniers mois, entraînant une hausse des prix de l’acier dans le pays. Celle-ci aurait poussé les sidérurgistes restants à augmenter leur production pour bénéficier de la remontée des cours, s’alarme un expert interrogé par le journal.
Jennifer LABARRE
avec lapresse.Ca

CLIMAT : les évènements survenus en 2015 ont été intensifiés par le réchauffement climatique

Une étude internationale publiée ce 15 décembre souligne que certains des évènements climatiques extrêmes comme les vagues de chaleur en Europe, en Asie et en Australie, les incendies en Alaska ou encore les inondations en Floride ayant sévit en 2015 ont été exacerbés par le réchauffement de la planète.

climwarn
Bien que les investigations n’aient en revanche pas détecté le lien avec des évènements climatiques comme un retard de la saison de pluie au Nigeria ou les fortes précipitations responsable d’inondations en Inde, ce cinquième rapport consacré à l’étude de l’influence du réchauffement climatique établit le lien entre les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique et les phénomènes météorologiques extrêmes.
Les scientifiques ont déterminé que le changement climatique a probablement contribué à l’intensité record des typhons dans le nord-ouest du pacifique, ainsi qu’au record d’ensoleillement en hiver au Royaume-Uni en 2014 et 2015. A cela s’ajoute la propagation et la durée sans précèdent des incendies de forêts en Alaska, où près de 2,1 millions d’hectares sont partis en fumée en 2015.

Pendant que ce rapport sur 2015 qui a été l’année la plus chaude depuis le début des relevés des températures continue encore à émouvoir, 2016 est en passe de lui ravir ce record car elle a été extrêmement chaude. Les climatologues pensent que la fréquence et l’intensité de ces phénomènes météorologiques extrêmes vont probablement s’accentuer avec la poursuite du réchauffement de la planète, qui accélère la fonte des glaciers et de la banquise arctique.Ce qui occasionnera inéluctablement la montée du niveau des océans.

Thierry-paul KALONJI

Premier Site d'information environnementale en Afrique centrale