Archives de catégorie : Climat

Salubrité : une pétition contre les sacs plastiques à usage unique à Kinshasa

Congo green citizen et l’Association Tala musika ont initié depuis ce lundi 06 février, une pétition contre la production et l’usage des sacs plastiques à usage unique (non biodégradable) dans la ville de Kinshasa. Cette campagne dénommé : « le sac plastique à usage unique nous nuit plus qu’il ne nous sert », vise à récolter plus de 20.000 signatures.


Cette pétition fera l’objet de discussion entre les initiateurs de la pétition et les institutions concernées à savoir, l’Hôtel de ville de Kinshasa, le gouvernement provincial de Kinshasa, le Ministère de l’environnement national et l’Assemblée nationale en vue d’obtenir l’interdiction formelle de production et d’usage de ces sacs sur la ville de Kinshasa.

Selon le Coordonnateur de Congo green citizen, Patrick Kasele, l’initiative de cette pétition part des effets néfastes de ces sacs constatés sur le sol kinois et sur la santé humaine. « Chaque jour la population de Kinshasa se plaint de la dégradation du paysage urbain kinois à cause des déchets notamment les sacs plastiques. Une part non négligeable de ces déchets finit souvent dans les rivières et caniveaux. Ce qui provoque des inondations mortelles et autres dégâts », a-t-il fait remarquer.

Les initiateurs de la pétition invitent chaque kinois soucieux du bien-être à signer ladite pétition afin de sauver la ville de Kinshasa, capitale congolaise. « En tant que maillon déterminant dans le système de consommation, la population kinoise peut influer positivement pour que les autorités urbaines et les entreprises de production des sacs plastiques à usage unique orientent leurs politiques en privilégiant la protection de l’environnement dans la fabrication et la distribution de leurs produits », a interpellé M. Kasele et d’ajouter : « il y’a des alternatives facilement applicables pour se passer de sacs plastiques sans impacter notre consommation. Il y’a que les kinois eux-mêmes qui peuvent apporter des solutions adéquates face aux problèmes liés aux déchets de diverses natures ».
Abandonnés par terre, les sacs plastiques finissent par s’enfouir dans le sol le rendant infertile pour l’agriculture vivrière source des revenus pour plusieurs ménages à Kinshasa. Ces sacs sont aussi réputés d’être l’un des vecteurs de prolifération des moustiques et autres insectes nuisibles à la santé humaines.

Dans une ville où les sacs plastiques connaissent une production exponentielle et non contrôlée, les maladies hydriques y sont fréquentes. Selon l’Organisation mondiale de la santé, ces maladies sont la première cause de morbidité des enfants de moins de 5 ans à Kinshasa comme partout ailleurs en RDC.

Rappelons qu’en 2009, la ville de Kinshasa par l’entremise de sa Ministre de l’Environnement, Thérèse Olenga, avait pris une série d’édits interdisant la production des sachets non biodégradables sur toute l’étendue de la Capitale. D’aucun s’interrogent sur l’utilité de prendre de telles décisions qui, jusqu’à ce jour n’ont jamais été appliquées.

Voici la pétition en ligne, vous pouvez aussi la signer https://www.change.org/p/hôtel-de-ville-de-kinshasa-pour-une-ville-de-kinshasa-sans-sacs-plastiques-à-usage-unique?recruiter=671914280&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

 

Alfred NTUMBA

Climat : après l’Egypte, le Gabon prend la tête du Comité des chefs d’Etats et de gouvernements sur le changement climatique

Les travaux du 28ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union africaine (UA) tenue à Addis-Abeba (Ethiopie), le 31 janvier 2017, ont été couronnés par la désignation du Gabon comme pays devant assurer la présidence du Comité des Chefs d’Etats et de gouvernements sur le changement climatique (CAHOSCC) pour une durée de 2 ans.

Continuer la lecture de Climat : après l’Egypte, le Gabon prend la tête du Comité des chefs d’Etats et de gouvernements sur le changement climatique

Tribune : Bilan de Marrakech – perspective des Pays les Moins Avancés sur les résultats de la COP22

Bilan de Marrakech – perspective des Pays les Moins Avancés sur les résultats de la COP22

Tribune de : Tosi Mpanu-Mpanu et Manjeet Dhakal

Tosi Mpanu Mpaanu, négociateur senior sur le changement climatique de l’ONU et Président en exercice du groupe des Pays les Moins Avancés (PMA)

Continuer la lecture de Tribune : Bilan de Marrakech – perspective des Pays les Moins Avancés sur les résultats de la COP22

Climat : l’érosion côtière, une menace contre la population de Muanda

Les effets du changement climatique se font ressentir de plus en plus en République démocratique du Congo (RDC). La sécheresse, les étiages sévères du fleuve Congo, et les inondations sont observés dans certaines régions du pays. Le territoire de Muanda dans la Province du Kongo Centrale est l’une des parties du pays qui subit la rigueur de ces effets. L’érosion côtière qui gagne en moyenne 1 mètre des terres fermes chaque année en est la plus parfaite illustration parmi tant d’autres. 
Continuer la lecture de Climat : l’érosion côtière, une menace contre la population de Muanda

RDC : le taux de déforestation a plus que doublé en 15 ans

L’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a procédé ce mardi 24 janvier à la présentation des résultats du pré-inventaire forestier réalisé en République démocratique du Congo, durant la période allant de 2000 à 2014. Les résultats de ces études ont révélé que la déforestation en RDC s’est accrue durant les dernières décennies car elle est passée de 0,17% par an entre 1990 et 2000 à 0,52% entre 2010 et 2014.
Continuer la lecture de RDC : le taux de déforestation a plus que doublé en 15 ans

RDC : la FAO présente les résultats du pré-inventaire forestier

L’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a organisé ce mardi 24 janvier un atelier national de présentation des résultats du pré-inventaire forestier, de l’analyse du changement du couvert forestier 2000-2014 et de la forêt méthodologique pour la construction du niveau d’émission de référence des forêts. Continuer la lecture de RDC : la FAO présente les résultats du pré-inventaire forestier

Climat : Obama alloue 500 millions de dollars au Fonds vert

Barack Obama a cédé son fauteuil hier vendredi 20 janvier à son successeur Donald Trump. Deux jours avant ladite cérémonie, Obama a posé un geste digne d’éloge, en allouant 500 millions de dollars américains au fonds vert pour le climat. Continuer la lecture de Climat : Obama alloue 500 millions de dollars au Fonds vert

Climat : quel héritage pour Obama qui s’en va 

Dans 8 jours, le président Américain Barack OBAMA s’en ira de la maison blanche pour laisser la place à son successeur Donald TRUMP qui s’affiche comme fervent climatoscéptique. Le nom de Ce premier président noir de la première puissance mondiale résonnera encore plusieurs générations non seulement pour la couleur de sa peau mais aussi pour son engagement dans la lutte contre le changement climatique. Continuer la lecture de Climat : quel héritage pour Obama qui s’en va 

Bukavu : les corps de victimes des inondations toujours introuvables

Deux jours après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville de Bukavu le dimanche soir, les corps de 4 victimes restent toujours introuvables. Les efforts déployés par les services de la Mairie de Bukavu pour retrouver les corps des disparus sont restés vains. Continuer la lecture de Bukavu : les corps de victimes des inondations toujours introuvables

Catastrophes naturelles: 2016 a coûté cher

Plusieurs tremblements de terre au Japon en avril... (Kyodo, REUTERS)

Plusieurs tremblements de terre au Japon en avril ont généré à eux seuls 31 milliards de dégâts.

Les catastrophes naturelles ont provoqué en 2016 nettement plus de dégâts que lors des trois années précédentes, tout en étant beaucoup moins meurtrières, selon une étude publiée mercredi par le réassureur allemand Munich Re.

L’an passé, les catastrophes naturelles ont provoqué 175 milliards de dollars (environ 168 milliards d’euros) de dégâts, un niveau qui n’avait plus été atteint depuis 2012 et ses 180 milliards de dollars de dommages, détaille cette étude qui fait référence dans le secteur.

Le coût global est aussi supérieur à la moyenne des dix dernières années, durant lesquelles les catastrophes naturelles avaient provoqué en moyenne pour 154 milliards de dollars de dégâts.

Sur ces 175 milliards, seuls 50 milliards étaient assurés, précise le réassureur.

« Après trois années relativement épargnées par les catastrophes naturelles, les chiffres de 2016 marquent un retour vers des niveaux moyens », a commenté dans le communiqué Torsten Jerrowek, membre du directoire de Munich Re.

Les catastrophes naturelles ont entraîné la mort de 8700 personnes l’an dernier, soit bien moins qu’en 2015 (25 400 morts), faisant de 2016 la deuxième année la moins meurtrière depuis 1986, après 2014 et ses 8050 décès.

750 évènements climatiques

Au total, quelque 750 évènements climatiques ou géologiques extrêmes ont été recensés en 2016, un résultat nettement supérieur aux 590 évènements constatés en moyenne sur les dix dernières années.

Munich Re met notamment en avant deux catastrophes : plusieurs tremblements de terre au Japon en avril et une vague d’inondations en Chine en juin et juillet. Elles se sont révélées les plus coûteuses, avec respectivement 31 milliards et 20 milliards de dollars de dégâts.

L’étude fait également état de 160 catastrophes en Amérique du Nord, avec entre autres le passage en octobre de l’ouragan Matthew, qui a fait 550 victimes en Haïti et provoqué 10,2 milliards de dollars de dommages sur sa route.

Au Canada, des feux de forêt en mai en Alberta ont fait quelque 4 milliards de dollars de dégâts, tandis des inondations en août dans le sud des États-Unis ont été responsables de 10 milliards de dollars de dommages.

Côté européen, une série de tempêtes fin mai et début juin, notamment en Allemagne et en France, avec des inondations et des crues ont entraîné 6 milliards de dollars de pertes.

« L’étude des catastrophes liées au climat en 2016 montre les effets potentiels d’un changement climatique non maîtrisé », a commenté dans le communiqué Peter Höppe, chef de recherche chez Munich Re.

« Bien évidemment, des évènements pris isolément ne peuvent jamais être attribués directement au changement climatique. Mais il y a beaucoup de signes indiquant que le changement climatique rend plus probable l’apparition de certains évènements, comme des systèmes climatiques permanents ou des tempêtes entraînant des pluies et des grêles torrentielles, dans certaines régions », ajoute M. Höppe.

Par AFP