Archives de catégorie : Energie

Economie verte : Clôture de l’Assemblée générale sur la révision des textes organiques de l’ACFCA

C’est ce mercredi 08 mai, que s’est clôturée à Kinshasa, les travaux de l’Assemblée générale extraordinaire d’ACFCA (Alliance congolaise pour les foyers et combustibles améliorés) sur la révision des textes organiques.

Ces travaux de deux jours organisés avec l’appui du Programme d’Investissement pour la Forêt (PIF) avaient pour objectif de redynamiser l’ACFCA, en vue de lui apporter un nouveau souffle et un nouvel horizon. « Nous sommes satisfaits du résultat parce que les objectifs ont été atteints. Ici  le plus grand travail était la révision du statut et du  règlement d’ordre  intérieur, et la proposition  d’un manuel de procédures administratives, financières et comptables et cela  a été atteint au moins à 90%. », a déclaré Gustave Matayabo, président du Conseil d’Administration de l’ACFCA.

Continuer la lecture de Economie verte : Clôture de l’Assemblée générale sur la révision des textes organiques de l’ACFCA

Energie : Top 5 des astuces pour limiter sa consommation énergétique !

Nous avons tendance à négliger notre consommation énergétique au sein de notre foyer. Cependant, en dehors de l’aspect écologique, cela a une forte incidence sur notre facture d’eau et d’électricité. Pour vous permettre d’économiser, on vous livre 5 astuces pour limiter sa consommation énergétique facilement…

Installer des ampoules à basse consommation

Les ampoules à basse consommation vous permettent de faire des économies considérables sur votre facture d’électricité. En effet, les ampoules à basse consommation ont besoin de moins d’énergie pour éclairer. Par exemple, une ampoule LED possède 810 lumens pour 12 Watts alors qu’une ampoule classique possède 700 lumens pour 60 Watts. Il y a donc une réelle différence de puissance mais également de consommation énergétique. En ce qui concerne les ampoules à basse consommation (les fluocompactes et les LED), elles ont toutes les deux des avantages. Cependant, nous vous conseillons de les choisir en fonction de vos pièces. Si vous avez besoin d’un éclairage instantané, privilégiez les ampoules LED mais si ce n’est pas le cas, installez plutôt des ampoules fluocompactes. Continuer la lecture de Energie : Top 5 des astuces pour limiter sa consommation énergétique !

ENERGIE : Idris Mufuka, « les jeunes doivent recourir à l’intelligence artificielle » pour doter la RDC des ENR

En vue de pallier au manque d’une main d’œuvre qualifiée dans le domaine des ENR (énergies renouvelables) en RDC, l’Institut National de Préparation Professionnelle a invité les jeunes à se lancer dans ce domaine considérer comme prometteur pour l’avenir du pays. Cette annonce a été faite lors de la 2ième édition de la Conférence internationale organisée ce dimanche 05 mai à Kinshasa, dans le cadre du programme Podium des distingués, placée  cette fois-ci sous le thème « intelligence artificielle, créativité, innovation et croissance».

« Notre pays a un problème très sérieux dans le cadre des énergies et donc, il faut commencer par former la main d’œuvre qualifiée  qui va devoir pérenniser tous les projets en énergies renouvelables qui vont venir dans notre pays. C’est pour ça que nous avons lancé un projet pour les jeunes afin de rendre utile leur expertise dans ce domaine », a déclaré Idris Mufuka, chef de service Energies renouvelables à l’INPP. Continuer la lecture de ENERGIE : Idris Mufuka, « les jeunes doivent recourir à l’intelligence artificielle » pour doter la RDC des ENR

Énergie : L’INPP lance la campagne de valorisation des métiers verts en RDC

L’Institution National de Préparation Professionnelle (INPP), a annoncé le début de la campagne de valorisation des métiers verts en République démocratique du Congo. L’annonce a été faite ce lundi 15 avril à Kinshasa, par le chef de service Énergie renouvelable de cette institution, Idris Mufuka Kudiye.

Pour ce responsable de l’INPP, cette campagne qui s’étale sur trois mois, soit d’avril au juillet 2019, vise à identifier tous acteurs évoluant dans le domaine des énergies renouvelables, notamment ceux évoluant dans l’hydro électricité, l’éolienne, l’énergie solaire, le biogaz, et la liste n’est pas exhaustive. L’objectif est de leur doter des connaissances complémentaires, et ensuite certifier ces connaissances par des documents reconnus internationalement. Continuer la lecture de Énergie : L’INPP lance la campagne de valorisation des métiers verts en RDC

Énergies : Avec makala bio, les poubelles de Kinshasa sont devenues une richesse

Revaloriser les déchets en les transformant en  une source d’énergie respectueuse de l’environnement  appelée Makala bio,  c’est  à cet exercice  éco-citoyen que s’adonne depuis  2018  l’entreprise Phénix  Eco, créée par Cédric ONOYA  un jeune entrepreneur Congolais.  Le projet  Makala bio est une initiative qui  se veut   non seulement  une innovation dans les ménages Congolais concernant  la cuisson, mais aussi  et surtout une solution efficace pour lutter contre l’insalubrité qui gangrène la ville de Kinshasa.

Depuis quelques décennies, l’insalubrité forme avec la ville de Kinshasa un duo  considéré comme infernal par plusieurs observateurs. Cette mégalopole de plus de 10 millions d’âmes offre un spectacle totalement répugnant  quand il faut parler de la salubrité. Des décharges sauvages çà et là s, des rivières complètements couvertes des déchets et  des caniveaux bouchés,  telles sont les images qui composent avec Kinshasa

Malgré cet état de chose, il y a lieu de voir derrière ce décor  dégoutant, des opportunités intéressantes pour venir en aide aux Kinois qui  croupissent sous des montagnes d’immondices.

« L’initiative  est partie de l’état d’insalubrité de la ville de Kinshasa. Nous avons trouvé que dans la gestion  des déchets, il y a un côté qui n’a pas été respecté, c’est celui de la transformation et revalorisation des déchets. Alors, étant donné que la RDC fait face à un  déficit énergétique, nous avons  pensé à transformer les déchets organiques ménagers  et agricoles  charbon écologique appelé  en makala bio », a confié Cédric ONOYA,  créateur de Phénix Eco.

Pour fabriqué  ce charbon écologique,  l’entreprise  utilise  toutes sortes de déchets organiques comme des éplucheurs de bananes plantains, de maïs  et tout le reste des légumes après épluchage. Continuer la lecture de Énergies : Avec makala bio, les poubelles de Kinshasa sont devenues une richesse

Enérgie : La RDC bénéficiera de 3 centrales solaires grâce aux financements d’Exim Bank of India

Le République Démocratique du Congo vient de bénéficier d’un crédit de 83,11 millions de dollars accordé par Exim Bank of India. Ce financement est destiné à la construction de trois centrales solaires d’une capacité combinée de 35 MW dans le nord et le centre du pays.

RDC : Exim Bank of India finance la construction de trois centrales solaires à 83 M$©ES_SOShutterstock

L’Inde confirme son engagement aux côtés de la République Démocratique du Congo, pour la réduction du déficit énergétique, gage de croissance et de développement économique. Le 20 mars 2019 à New Delhi, Exim Bank of India a accordé, un crédit 83,11 millions de dollars au gouvernement congolais pour la construction de trois centrales solaires. Les infrastructures d’une capacité cumulée de 35 MW seront implantées au nord dans la localité de Karawa, à Mbandaka au nord-ouest et à Lusambo dans le centre du pays.

« Avec la signature de ces trois nouvelles lignes de crédit d’une valeur de 83,11 millions, Exim Bank compte désormais 10 lignes de crédit au profit du gouvernement de la République Démocratique du Congo pour une valeur cumulée de 578 millions $ », a déclaré David Rasquinha, le directeur exécutif d’Exim Bank of India.

Les apports énergétiques de ces ouvrages permettront à ce pays de plus de 65 millions d’habitants de renforcer son offre d’énergie électrique. Car, en dépit d’une puissance installée de 2 500 MW et d’un potentiel évalué à 100 000 MW, la RD Congo ne dispose en réalité que de 1 000 MW d’électricité pour un taux d’électrification de 14 % seulement.

Le gouvernement congolais mise sur l’énergie solaire

Lors du forum sur les énergies solaires, tenu du 31 octobre au 02 novembre 2018 en Inde, le Congo a renouvelé son engagement à l’Alliance solaire internationale (ASI) dont il est membre depuis septembre 2018. Rosette Mossi, ambassadrice de la République Démocratique du Congo  auprès de la République de l’Inde, avait indiqué à cette occasion que l’énergie solaire demeure l’une des solutions pour pallier au déficit énergétique que connait son pays. Cette insuffisance, estime-t-elle, peut être comblée par l’accroissement des investissements dans le secteur de l’énergie solaire, susceptible de réduire la pauvreté et d’éliminer les émissions de gaz à effet de serre. « C’est en éclairant nos villages que nous créons de l’emploi pour les jeunes. C’est un paradoxe que la RDC se retrouve parmi les pays les plus ensoleillés au monde et que plus de 50 % de sa population n’ait pas accès à l’électricité », a-t-elle regretté.

C’est dans cet ordre d’idée que sont intervenus les 110 millions de dollars, accordé au Congo en 2018 par le Fonds vert pour le climat de la Banque africaine de développement.

Le prêt de la BAD financera trois installations solaires et un projet pilote de stockage par batteries, le reste étant financé sur fonds propres des promoteurs du projet. Une subvention financera également une assistance technique complémentaire, afin de garantir que les mini-réseaux verts soient étendus dans tout le pays au-delà de la phase pilote. Ces projets garantiront l’accès à une énergie propre, fiable et à un coût plus abordable à environ 150 000 personnes vivant hors réseau. Une réduction des émissions de CO2 de l’ordre de 560 000 t est attendue  au terme des 20 années de vie du projet.

Avec Afrik21

Lire l’article original ici https://www.afrik21.africa/en/drc-exim-bank-of-india-finances-three-solar-power-plants-at-83-million/

JME : le collectif des éco-activistes sensibilise sur l’importance de l’eau

Le collectif des éco-activistes pour l’environnement a en marge de la célébration de la journée mondiale de l’eau, fait une déclaration pour sensibiliser la population sur l’importance de l’eau d’une part, et inviter le gouvernement de la RDC à multiplier pour faciliter l’accès à l’eau potable à tous les congolais, comme l’a bien signifié le thème  de la célébration retenu  en 2019.

C’est pour attirer l’attention des décideurs et de la population que cette organisation a tenu à faire cette déclaration le 22 mars, journée dédiée à l’eau. Selon elle, le faible taux d’accès à l’eau potable que connaît la RDC est inacceptable, au regard d’importantes potentialités en eau que regorge le pays.

« La majorité des congolais vit sans eau potable. Ils passent des heures à faire la queue vers des sources éloignées pour avoir ne fut- ce- qu’une goutte d’eau alors que l’accès à l’eau est un droit fondamental », a déclaré M. Maurice Mwaiyanga, coordonnateur du collectif des éco-activistes pour l’environnement. Continuer la lecture de JME : le collectif des éco-activistes sensibilise sur l’importance de l’eau

JME : l’OCEBCO invite le gouvernement de la RDC à accroître le taux d’accès à l’eau potable

En marge de la  journée mondiale de l’eau célébrée le 22 mars de chaque année, le président de  l’observatoire central du bassin du Congo (OCEBCO) Roger MPANANO,  a saisi cette occasion pour inviter le gouvernement de la RDC à doubler  les efforts afin que la desserte en eau potable passe à plus de 50% dans les dix prochaines années.

Roger MPANANO, président de l’OCBCO

Ne laisser personne de côté, c’est le thème retenu en 2019 pour célébrer la journée mondiale de l’eau. Pour l’OCEBCO il y a lieu à ce jour de féliciter le gouvernement de la RDC pour des avancées significatives  accomplies dans  la desserte en eau potable.

«  Nous devons être conscients pour reconnaitre  que le gouvernement de notre pays a fournis des efforts énormes dans le secteur de la desserte en eau potable. Avant les chiffres étaient alarmants, mais actuellement nous avons atteint 32%. C’est une bonne nouvelle et nous demandons l’Etat à aller toujours de l’avant pour atteindre plus de 50% avant la prochaine décennie. C’est ainsi que nous ne laisserons personne de côté », a déclaré le président de l’OCEBCO

S’agissant de l’OCEBCO, il sied de souligner que  c’est une ASBL créée en RDC par Roger MPANANO, Alain NGULUNGU et Elikya SABWE.  Cette association s’est assignée comme  missions, celle  de mettre en place un cadre de concertation  des acteurs pour la protection des eaux du bassin du Congo et celle de concrétiser les démarches entreprises par le gouvernement de la RDC et ses partenaires pour prévenir les risques qui peuvent découler de la mauvaise gestion des eaux du bassin du Congo. Continuer la lecture de JME : l’OCEBCO invite le gouvernement de la RDC à accroître le taux d’accès à l’eau potable

Energie : Yves Cassinga et la lampe Kibidon, une histoire de réussite à Bukavu

A la tête d’une Start-up dénommée Kwanza Technioligies, Yves Cassinga est un jeune congolais soucieux d’apporter sa contribution à la problématique de la gestion des déchets, qui reste un véritable défi pour les grandes villes de la République démocratique du Congo. A cœur ouvert, Yves nous parle de son projet, ses motivations et ses perspectives d’avenir.

« Notre entreprise s’appelle Kwanza Technologies. Elle a été initiée par les jeunes techniciens opérant dans le secteur de l’électronique. Kwanza Technologies produit la lampe  Kibidon à base des déchets électroniques et plastiques », indique-t-il.

Ces jeunes vivant à Bukavu dans la partie Est de la République démocratique du Congo tirent leur inspiration de la très faible desserte en électricité de cette ville.

« Nous vivons dans une ville où l’électricité est quasi inexistante, donc une ville dans  laquelle les déchets plastiques et  électroniques sont jetés par de milliers des tonnes dans les poubelles. Nous avons mis en place les différentes façons de récupérer et utiliser ces déchets, en faisant bénéficier à la population notre technologie », nous précise-t-il.  « Nous avons conçu et fabriqué les lampes Kibidon à base des veilles bidons plastiques, et des déchets électroniques recyclés. Cette lampe comporte trois facteurs importants, dont la capacité d’être rechargeable avec panneau solaire». Continuer la lecture de Energie : Yves Cassinga et la lampe Kibidon, une histoire de réussite à Bukavu

Energie : Nella Lisa Kalemba, «  le foyer amélioré est un secteur  novateur qui doit être régulé par l’Etat Congolais »

La fabrication de la braise utilisée pour la cuisson  à Kinshasa en particulier  et en République démocratique du Congo  en général signe l’arrêt de mort des milliers d’hectares de forêts. Une situation qui complique davantage la lutte contre les changements climatiques dont les effets  se font sentir de plus en plus en RDC. C’est pour répondre à cette question que plusieurs  initiatives ont vu le jour  à l’instar de la Société Biso na Bino  qui propose aux ménages Kinois des foyers  améliorés appelés  JIKO MAMU qui compte parmi  ses particularités  la consommation réduite de la braise.

Nella Lisa Kalemba, Directrice générale de Biso na Bino .

Avec un taux d’accès à l’électricité  ne dépassant pas le 10%,  près de 90% de l’énergie consommée par les congolais provient de la biomasse.  Les bois de chauffe et la braise sont les plus  sollicités pour satisfaire le besoin de cuisson. Malheureusement, cette biomasse est  utilisée de façon inefficace exposant ainsi ses utilisateurs à plusieurs risques comme celui lié à l’émission de fumée. Continuer la lecture de Energie : Nella Lisa Kalemba, «  le foyer amélioré est un secteur  novateur qui doit être régulé par l’Etat Congolais »